• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La disparition d’une chanteuse de flamenco bouleverse (...)

La disparition d’une chanteuse de flamenco bouleverse l’Espagne

Rocio Jurado, considérée comme la chanteuse la plus représentative du flamenco y du cante hondo espagnol, est décédée vendredi, à l’aube, à 5h15, à Madrid, ainsi que l’a annoncé son frère, Amador Mohedano.

Cette disparition, bien qu’annoncée par un long coma, a bouleversé non seulement l’Andalousie mais également l’Espagne toute entière. Tous les médias se sont précipités sur cet événement, en lui donnant une telle importance qu’ils ont fait passer au second plan l’annonce, par le premier ministre Zapatero, de l’ouverture de pourparlers politiques avec le mouvement nationaliste basque armé ETA.

Née en 1945, d’un père cordonnier, dans un petit village voisin de Cádiz, la chanteuse a fait à quinze ans ses débuts comme choriste, au sein d’un ensemble populaire de la radio andalouse.

A vingt ans, déjà vedette à Madrid de la Radio nationale, elle était devenue la coqueluche des auditeurs, sans cesser de l’être de 1960 au jour de sa mort. Elle a rassemblé autour d’elle des statuts sociaux qui font les idoles. En premières noces, elle a épousé un champion de boxe, Pedro Carrasco, puis dans une seconde union, précédée de l’annulation de la première par l’Eglise catholique, elle est devenue la femme, en 1995, d’un torero à la mode, avec lequel elle a vécu à la Moraleja, le country-club chic de la capitale.

Son corps, escorté par six motards de la Police municipale de Madrid, a été transféré en début de matinée à Chipiona, son village natal, où il sera exposé, à proximité du sanctuaire de la Vierge de la Regla, où la chanteuse avait manifesté récemment son intention de se rendre en pélerinage.

© Bertrand C. Bellaigue


Moyenne des avis sur cet article :  3.88/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • tabare27 (---.---.100.117) 2 juin 2006 21:29

    L’Espagne en deuil par la mort de Rocio Jurado.Plus de 21.000 personnes à la Ville de la Culture de Madrid, pour un dernier au revoir à la meilleure voix espagnole du siècle.Au revoir à la plus grande,à celle qui était aussi grand personne que chanteuse, avec un registre de voix unique, qui chantait la copla comme peu l’ont fait. Elle rentre à sa mort chez elle, le village qui l’a vu naître et qu’elle n’a jamais oublié, bien au contraire,chaque fois qu’elle le pouvait, elle s’y rendait.On l’appellait la Chipionera, car elle venait de Chipiona, le village de Cadix en Andalousie, et qu’elle a fait connaître dans le monde entier, et il le lui a bien rendu, car une rue porte son nom et un monument en son honneur avec son statue et sa place. 12.000 chipioneros(le village en compte 16,000) se sont donnes rendez vous pour l’accueillir dans son dernière demeure.Le Roi d’Espagne a donné ses condolèances à son mari le toréador José Ortega Cano, la gouvernement été répresenté par un ministre, gens du spectacle, du monde taurin, ses amis de toute la vie, et des admirateurs de tout le monde ont suivi le dernier voyage de l’Impératrice de Chipiona.Pour voir comment naît un mythe pour défier le temps et l’oubli, comme l’a fait jadis Carlos Gardel.


    • marisa (---.---.106.206) 3 juin 2006 09:49

      muy triste la vida


      • marisa (---.---.106.206) 3 juin 2006 09:53

        pobres los que quedan ,la familia que son los que sufren


      • lorent (---.---.112.23) 3 juin 2006 21:07

        Il y a des jours ou tout s’en va comme une larme qui roule sous le ri sel de poché. ça t’écrasse de souvenir a en rire ou pleuré , d’histoire simple ou conjugué. C’est dingue comme votre voix ma chauffé la tête les soir de cafard. Au revoir ....et a plus tard.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès