• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « La Femme du Boulanger » c’est lui... Michel Galabru

« La Femme du Boulanger » c’est lui... Michel Galabru

Président de la cérémonie des Molières en 2011, voici Michel Galabru, étrennant 2012, en costume de boulanger dans son rôle de prédilection pour lequel, tour à tour, Jérôme Savary, 27 ans auparavant, et Alain Sachs, récemment, ont réussi à lui faire admettre qu’« Amable » était devenu, avec le temps, son destin artistique.

En effet, là où Marcel Pagnol avait échoué à lui faire endosser, plus jeune, sur les planches, la succession de Raimu au cinéma, le principe d’évidence aurait finalement fait son œuvre.

C’est pourquoi, si Alain Sachs avait porté l’acteur en triomphe d’audimat pour une unique représentation, lors des fêtes de fin d’année 2010, sur France 2, il leur tardait, à tous les deux, de transposer ce rendez-vous avec le public, sur la scène d’un vrai théâtre où le comédien aurait tout loisir de jouer chaque soir avec sa quatre-vingt dixième année, en toute candeur assumée jusqu’au plébiscite général.

Entouré d’une joviale équipe de méridionaux pur accent, c’est un hymne à la joie qui traverse le théâtre Hébertot, comme porté sur le nuage de la fidélité affective à front renversé.

Telle une fable provençale dont la morale n’aurait de portée que métaphorique, la Pomponnette peut effectivement traverser le plateau, de jardin à cour, pour aller laper son bol de lait, sous les sarcasmes de son maître, c’est bel et bien la boulangère (Dominique Regnier) qui reçoit, 5 sur 5, le message de tendresse à rebours.… et à travers elle, l’ensemble des spectateurs solidaires à 100% avec le fameux cocu de composition.

Ainsi, Michel Galabru est « complètement raccord » avec la preuve par la parodie goguenarde qu’il joue chaque soir sur la palette de nos sentiments tourneboulés par la révolution des mœurs… bien en panne de perspective.

Voici donc l’immense comédien, dans sa superbe interprétation stratégique d’un juste retour sentimental des choses de la vie. Succès assuré jusqu’à satiété.

photo DR.

LA FEMME DU BOULANGER - ***. Theothea.com - de Marcel Pagnol - mise en scène : Alain Sachs - avec Michel Galabru, Dominique Regnier, Bernard Larmande, Roger Souza, Christophe Abrial, Sylvie Genty, Jean Galabru, Marianne Giraud, Maxime Lombard, Christophe Mondoloni, Julien Cafaro & Philippe Uchan - Théâtre Hébertot

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • zelectron zelectron 16 janvier 2012 16:20

    La tirade de « Pomponnette »

    je ne peux pas résister au plaisir

     Le boulanger : Ah ! Te voilà, toi ? Regarde, la voilà la pomponnette... Garce, salope, ordure, c’est maintenant, que tu reviens ? Et le pauvre pompon, dis, qui s’est fait un mauvais sang d’encre ! Il tournait, il virait, il cherchait dans tous les coins... Plus malheureux qu’une pierre, il était... Et elle, pendant ce temps-là avec ses chats de gouttières... Des inconnus, des bons à rien... Des passants du clair de lune. Qu’est-ce qu’ils avaient, dis, de plus que lui ?

     Sa femme : Rien.

     Le boulanger : Toi tu dis « rien. » Mais elle, si elle savait parler, ou si elle n’avait pas honte - ou pas pitié du vieux Pompon - elle me dirait : « ils étaient plus beaux. » Et qu’est-ce que ça veut dire, beau ? Et la tendresse alors, qu’est-ce que tu en fais ? Dis, tes ministres de gouttières, est-ce qu’ils se réveillaient, la nuit, pour te regarder dormir ? (La chatte, tout à coup, s’en va tout droit vers une assiette de lait qui était sur le rebord du four, et lape tranquillement.) Voilà. Elle a vu l’assiette de lait, l’assiette du pauvre Pompon. Dis, c’est pour ça que tu reviens ? Tu as eu faim et tu as eu froid ?... Va, bois-lui son lait, ça lui fait plaisir... Dis, est-ce que tu repartiras encore ?

     Sa femme : Elle ne repartira plus...

     Le boulanger : Parce que, si tu as envie de repartir, il vaudrait mieux repartir tout de suite, ça serait sûrement moins cruel...

     Sa femme : Non, elle ne repartira plus... Plus jamais...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès