• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La Garçonnière : valse en appartement

La Garçonnière : valse en appartement

Tout historien du cinéma qui se respecte sait que l’année 1960 est à marquer d’une pierre blanche. À tour de rôle, des œuvres de la trempe de PsychoseLa Servante, La Dolce Vita, Le Voyeur, L'Avventura ou À bout de souffle ont investi les salles obscures, certaines amorçant des tendances, d’autres les renversant. Même Billy Wilder y est allé de son petit chef-d’œuvre, orchestrant la lettre, l’esprit et l’image d’une Garçonnière éblouissante de maîtrise, aujourd’hui encore encensée et invariablement célébrée.

S’inspirant de Brève rencontre, de David Lean, cette comédie à double étage dissimule derrière les chassés-croisés amoureux une radiographie frontale des mœurs américaines, renvoyant le puritanisme et la bigoterie à leur extrême vulnérabilité. La société qui y est représentée marche à rebours, trébuche sur des valeurs suppliciées, ne jure que par l’ivresse, le dédain et la désaffection. On y consomme les femmes comme des savonnettes, troquant volontiers l’équilibre existentiel contre un plaisir fugace aux fondements fragiles.

C.C. Baxter, morne et solitaire bureaucrate, prête régulièrement son appartement aux couples adultères. Sa carrière commence à prendre de l’essor, mais il ne gravit les échelons qu’à l’aune des services rendus. Coutumier malgré lui des errances nocturnes, il arpente nonchalamment les trottoirs, sans but, pendant que des amants volages s’étreignent chaleureusement sur son canapé. En quête d’avancement, ce M. Tout-le-monde s’apprête toutefois à tomber sur un os, et non des moindres : la femme qu’il convoite ardemment n’est autre que la maîtresse de son patron, lui-même comptant parmi ses nombreux locataires occasionnels. Un triangle amoureux à géométrie variable, duquel découlera des manipulations et duperies en cascades, une femme brisée à la manière du miroir, une tentative de suicide avortée dans l’urgence et un vent de légèreté nimbé de mélancolie.

Respectivement photographié et mis en musique par Joseph LaShelle et Adolph Deutsch,La Garçonnière emploie une mécanique limpide et rigoureuse en faveur d’une critique acerbe du système capitaliste, curieusement sous-tendu par des réseaux d’influence tricotés sournoisement, mus par les intérêts personnels et répondant à des logiques indéfendables. Entre satire sociale, drame et comédie romantique, Billy Wilder déblaie le terrain, tranche dans le vif et réactive, peut-être, les résidus de sa formation de journaliste. Aux commandes d’une œuvre plaisamment sapide, quintuplement oscarisée, il flatte l’œil, stimule l’imagination et s’en remet à un CinemaScope aussi sombre qu’exigeant, traversé par des seconds rôles exquis et un casting impeccable – Jack Lemmon, Shirley MacLaine, Fred MacMurray, etc. Une chronique humaine truculente, chauffée à blanc, sondant des existences embourbées dans un style délicieusement éthéré.

 

Lire aussi :

Le Plus : "Sleepy Hollow" / Le Moins : "Malavita" (#50)

Le Plus : "Gentleman Jim" / Le Moins : "Aimer, boire et chanter" (#49)

Le Plus : "La Planète des singes : l’Affrontement" / Le Moins : "Twixt" (#48)


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès