• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La guerre des étoiles, point de vue d’un fan

La guerre des étoiles, point de vue d’un fan

Etant passionné de science-fiction j’ai regardé plusieurs sagas comme notamment « la guerre des étoiles », « retour vers le futur », « Matrix » etc… Certains détestant les choses « bizarres » refusent de regarder ces œuvres que je trouve personnellement passionnantes et qui délivrent des messages. Beaucoup n’ont pas apprécié la seconde trilogie de « la guerre des étoiles », ce qui n’est pas mon cas. Bien sûr je pense que l’on aurait pu mieux faire mais pour ma part le message véhiculé est assez explicite ! Intéressons-nous d’abord à certains personnages.

Anakin

Prenons pour commencer le caractère d’Anakin Skywalker (qui est le véritable héros et l’élément central de la saga). Par exemple c’est de lui dont il est question dans l’épisode 6 de la saga « le retour du jedi », car à la fin il est redevenu un jedi. 

• Il est né sans père comme Jésus. 

• Il était un esclave, issu d’un peuple d’esclaves et comme Moïse il ambitionnait de libérer son peuple.

• Son nom Anakin fait penser à Anakim qui étaient des géants dans la bible

• Il est désigné comme l’élu (christ)

Anakin a donc un destin messianique, il doit apporter l’équilibre à la force. Aussitôt que le jedi Qui Gon Jinn (http://fr.wikipedia.org/wiki/Qui-Gon_Jinn) le voit, il pressent qu’il (Anakin) est l’élu tant attendu. Il commence à prêcher à l’instar de Jean le Baptiste que c’est l’élu. Sûr de ce fait, il emmène le jeune garçon au conseil des Jedis qui sont impressionnés par ses capacités, mais le plus âgé et plus sage du groupe Yoda sent en lui beaucoup de peur. Il en déduit que Anakin ne peut devenir jedi (car cette peur qui le hante pourrait devenir colère et le conduire dans les ténèbres) même si à la fin du premier épisode il (Yoda) se plie à la décision du conseil des jedi et accepte que le très jeune Skywalker soit formé par un jeune jedi inexpérimenté, le disciple de Kwan gon Ji. Anakin montre qu’il possède des pouvoirs étonnants lors de sa formation pour devenir un jedi, pouvoirs qui semblent supérieurs à ceux de son maître. Il fait aussi montre d’une grande arrogance, arrogance qui lui coutera d’ailleurs un bras (lors du second épisode de la saga). Et enfin confronté à une situation complexe, Anakin se laisse séduire par le côté obscur (comme le craignait justement Yoda) à cause de ses sentiments humains. La mort de sa mère, la peur de perdre sa femme, mais aussi son orgueil et sa vanité. Certaines de ses nobles intentions l’ont conduit en enfer. Mais il aura par la suite des jumeaux, un garçon Luke (http://fr.wikipedia.org/wiki/Luke_Skywalker) et une fille Leia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Leia_Organa). Ce sera Luke qui le fera revenir du côté obscur en réveillant le bon en lui. Voulant sauver son fils, Anakin tuera l’empereur son mentor (http://fr.wikipedia.org/wiki/Anakin_Skywalker#.C3.89pisode_VI_:_Le_Retour_du_Jedi) et par la même ramènera l’équilibre dans la force. Sa trahison qui avait causé l’élimination des jedis quand il était jeune sera ainsi effacée par le meurtre du maître des ténèbres, Palpatine. Ainsi le fils a permis que soient rachetées les fautes du père et la boucle est bouclée !

Palpatine

Il est indéniablement l’un des personnages les plus intéressants de la saga. On décrit le diable comme un loup déguisé en agneau et Palpatine (http://fr.wikipedia.org/wiki/Palpatine) répond parfaitement à cette description. Son nom est selon certains, inspiré par Polpot l’horrible leader des Khmers rouges. Ce personnage machiavélique à force de manipulations a transformé une république en tyrannie, détourné l’élu et provoqué l’extermination des jedi (lesquels étaient les garants de la paix et aussi des espèces de moine). Palpatine a donc par la ruse puis par la violence changé brutalement l’ordre établi pour le transformer en dictature dont il était le seul seigneur et maître. Il représente le mal à l’état pur, mais ce qui est intéressant c’est la manière dont il a trompé tout son monde. Son ascension ressemble à celle d’Adolf Hitler voire à celle du futur antéchrist. Un séducteur et fin manipulateur qui a montré son horrible visage quand il n’avait plus besoin de le cacher. Sa laideur extérieure est à ce moment là apparue sur son visage, est-ce ce qui arrivera à l’antéchrist quand il deviendra la « bête » comme le croient certains chrétiens ? Il est amusant de constater que Palpatine voyant son triomphe arriver a dit ceci : « aucune limite à mon pouvoir » ! Mais Palpatine fut vaincu non pas par plus puissant que lui mais par sa vanité et son incapacité à comprendre la puissance de l’amour, de même qu’à son incapacité à croire qu’un être corrompu pouvait se repentir. Car c’est l’amour qui a sauvé Anakin et détruit Palpatine.

Obi Wan kenobi

Il est aussi un des personnages-clé de la saga à l’instar d’Anakin. Il fut tout d’abord jedi récalcitrant Qui Gon Jinn. Jeune jedi brillant apprécié par le conseil pour sa « sagesse » et pour son respect des règles, il a été le mentor d’Anakin. L’erreur a sans doute été de confié Anakin à un maître jedi aussi inexpérimenté qu’Obi Wan Kenobi (http://fr.wikipedia.org/wiki/Obi-Wan_Kenobi) alors qu’un mentor comme Yoda (http://fr.wikipedia.org/wiki/Yoda) aurait été plus efficace. Obi Wan s’est rapidement inquiété de l’arrogance d’Anakin tout en ayant pour lui l’affection d’un grand frère. Il n’a cependant pas perçu le basculement d’Anakin vers le côté obscur aveuglé sans doute par l’amour qu’il portait à son maître Qui Gon lequel lui avait demandé de veiller sur Anakin, mais aussi par l’amour qu’il portait à son jeune disciple. Cependant comprenant qu’Anakin avait basculé dans le côté obscur, il n’hésita pas à l’affronter et à le vaincre. Il le laissa pour quasiment mort et n’eût été la prompte intervention de Palpatine Anakin serait mort. Il a par la suite veillé sur le fils d’Anakin, Luke qu’il a guidé d’une certaine manière. Il fut la bonne conscience de Luke comme il tenta de vainement être celle de son père.

Le concept de la force

La force est quelque chose d’invisible qui relie tous les êtres vivants. Cette force peut être contrôlée et utilisée pour certains buts. Certains êtres naissent avec la capacité de contrôler cette « énergie », ils sont donc destinés à devenir des chevaliers jedi (http://last48hours.com/actu/quest-ce-quun-jedi). Or dans la réalité il semble que certaines personnes naissent avec des capacités étonnantes. Des capacités telles que des dons médiumniques, des aptitudes à voir et/ou à communiquer avec des entités qui sont invisibles pour le commun des mortels et bien d’autres choses. On dit en Afrique par exemple que certains enfants naissent sorciers et des gens ont la capacité de reconnaître ces enfants - sorciers. Mais Georges Lucas aurait laissé sous-entendre que la force aurait une volonté propre ! Ce serait elle qui aurait souhaité l’extermination des jedis (dans l’épisode 3 de la saga). Ce serait elle aussi qui aurait rendu Obi-wan assez puissant pour affronter Anakin à la fin de l’épisode 3 de la saga. Pour d’autres la force ne symbolise rien d’autre que le pouvoir de Satan. En effet par l’entremise de l’ange déchu on pourrait acquérir des pouvoirs surnaturels. Autre chose avant on disait que « Dieu soit avec vous », dans Star Wars on dit que « la force soit avec vous… ». Difficile pour ma part de ne pas voir de la propagande new age dans stars wars, si on se place d’un point de vue chrétien bien sûr (http://qe.catholique.org/sectes-et-spiritualites-diverses/3991-qu-est-ce-que-le-new-age). Le terme de l’ascension est d’ailleurs abordé dans la saga avec le personnage de Qui Gon Jinn qui selon Yoda est « revenu » des profondeurs de la force.

Les jedi

Les jedi sont les principaux personnages de cette saga. Ce sont des moines guerriers dont le rôle est d’assurer le règne de la paix et de la justice dans la galaxie. Mais les jedi qui sont du côté lumineux ont des ennemis féroces appelés sith et qui utilisent le côté obscur de la force. Les sith furent autrefois vaincus par les jedi et ambitionnent secrètement d’avoir leur revanche. Un d’entre eux dark sidious (ténèbres insidieuses) complote habilement pour prendre le pouvoir, corrompre l’élu sensé combattre les sith. On remarque que les jedi ne doivent pas se lier à des mortels car avoir trop de sentiments seraient une faiblesse et les empêcheraient d’accomplir leur mission. Avoir des sentiments obscurcit le jugement et empêche le jedi de réfléchir sereinement. Autrement dit les jedi qui sont en quelque sorte des protecteurs ne doivent pas avoir d’émotion. Concernant les jedi, difficile de ne pas avoir le lien évident entre Jedi/force et le bouddhisme (http://metreya.blog.lemonde.fr/2010/05/26/il-y-a-du-bouddhisme-partout/). Evidemment ceux qui n’ont aucune connaissance du bouddhisme n’y verront que du feu.

Métaphores de la saga

Anakin ressemble à un soldat étasunien, courageux mais naïf qu’on utilise tel un idiot utile pour ramener l’ordre et rendre la galaxie « plus sûre ». C’est en effet en croyant faire le bien que le (bien) naïf Jedi confisquera les libertés publiques, aidera son empereur à faire du Sénat une chambre d'enregistrement de la Dictature naissante. De plus le fait qu’il ait cédé à la tentation pour « vaincre la mort » est assez troublant. Cela rappelle en effet la chute d’Adam et Eve corrompus par le serpent, il est en effet écrit ceci dans la genèse :

« 3:3 Mais quant au fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n'en mangerez point et vous n'y toucherez point, de peur que vous ne mouriez.

3:4 Alors le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez point ; » genèse 3 :3-4

Anakin en effet ne se contente pas des pouvoirs qu’il a, il en veut plus et finit donc par se laisser corrompre par le « diable ». Il veut vaincre la mort comme il le dit dans l’épisode II et c’est par peur de perdre sa femme qu’il se laisse corrompre par Dark Sidious (ténèbres insidieuses). Georges Lucas disant que pour cette affaire il s’est inspiré du mythe de Faust (http://fr.wikipedia.org/wiki/Faust), l’homme qui vend son âme au diable pour essayer de sauver la femme qu’il aime. Anakin (m) (sur les anakim : http://messianique.forumpro.fr/t946-les-geants-dans-la-bible) pourrait se traduire par "le géant qui marchait dans le ciel". N’est-ce pas une référence à Satan qui fut déchu à cause de son arrogance ? La bible dit en effet ceci :

« 12 Comment es-tu tombé des cieux, astre brillant*, fils de l’aurore ? Tu es abattu jusqu’à terre, toi qui subjuguais les nations !

13 Et toi, tu as dit dans ton cœur : Je monterai aux cieux, j’élèverai mon trône au-dessus des étoiles de *Dieu, et je m’assiérai sur la montagne de l’assignation*, au fond du nord.

14 Je monterai sur les hauteurs des nues, je serai semblable au Très-haut*.

15 Toutefois, on t’a fait descendre dans le shéol, au fond de la fosse. » Esaïe 14 : 12-15

Il est quand même étonnant qu’Anakin soit tombé dans une espèce de fosse dans un endroit que l’on pourrait qualifier d’enfer. Il (Lucifer, le porteur de lumière) aurait ainsi perdu sa beauté et serait devenu une créature effrayante. Vu la passion des étasuniens pour tout ce qui est biblique cela tomberait sous le sens.

Le massacre des jedi pourrait faire penser au massacre des croyants à venir si l’on se réfère à certaines prophéties (durant la période des tribulations dont il est question dans la bible). D’autant plus que la directive donnée aux clones (soldats clonés et qui sont au service exclusif de Palpatine) pour commencer le massacre est la directive 66, difficile de ne pas y voir une provocation de Georges Lucas réalisateur mais aussi scénariste du film. Quand l’antéchrist se manifestera (en se plaçant dans le cadre de certaines mythologies chrétiennes) ceux qui croient en Dieu le rejetteront et beaucoup pensent qu’ils (les opposants) seront massacrés. Cette métaphore est peut être liée à cet évènement futur, même si d’autres ont une tout autre explication. Pour eux c’est une métaphore de l'élimination des opposants allemands par Hitler. En réalité, un certain nombre d’œuvres consacrées à la première trilogie de « Star Wars » (celle des années '80) démontrent que l'apport nazi est incontestable : les costumes des hauts gradés de l'Empire galactique portent la griffe des officiers SS. Les thèmes musicaux signés John Williams empruntent allégrement aux leitmotive wagnériens, Lucas l'ayant d'ailleurs explicitement demandé à l'époque.

Lucas a d’ailleurs dit que de la démocratie était sorti ce qu’il y avait de pire à savoir Hitler. Et l’aversion de Lucas pour Bush est assez connue aux USA. Difficile de ne pas voir dans la nouvelle trilogie un avertissement de George Lucas. Difficile de ne pas voir aussi en Palpatine, ce comploteur qui a les moyens, affilié à une société secrète et qui use de toutes les failles du système pour se porter au pouvoir. Car la nouvelle trilogie parle d’un complot odieux, lent et parfaitement sournois. C’est d’ailleurs cet aspect qui m’a le plus intéressé dans cette saga. Bien sûr certains se sont arrêtés au fait que ce soit une œuvre de science-fiction, comme si les œuvres de science-fiction devraient être dénués de toute profondeur ou de messages cachés. Ce mépris pour ce genre que je trouve fort intéressant m’a toujours agacé. Lucas dans cette œuvre semble avoir clairement exprimé mis en garde sur la démocratie qu’il décrit comme un système avec des failles pouvant faire le lit de la dictature (http://lovelyprincesse.skyrock.com/137597690-George-Lucas-Star-Wars-montre-comment-une-democratie-devient-une.html). Palpatine aussi pour s’intéresse à l’univers Star Wars semblait vouer une haine aux créatures non humaines. Difficile de ne pas voir encore un lien avec le nazisme basé sur la supériorité de la race aryenne, celle-ci étant bien ici la race humaine. On remarquera d’ailleurs dans la première trilogie que l’empire comporte dans ses postes importants simplement des humains (blancs bien sûr) là où les rebelles ont des créatures non humaines occupant des postes importants.

Je pense donc que « Star Wars » est une œuvre riche et captivante et cela reste pour moi une des meilleures sagas de science-fiction de l’histoire. Une œuvre qui a aussi pour thème central l’amour. C’est l’amour d’Anakin pour sa mère et sa femme qui l’a poussé dans les ténèbres, mais c’est aussi son amour pour son fils qui l’en a tiré. C’est aussi l’amour de Han Solo (http://fr.wikipedia.org/wiki/Han_Solo) pour Luke qui a permis de détruire l’étoile noire dans l’épisode IV (http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Yavin). C’est encore l’amour de Luke pour ses amis qui a failli le pousser dans les bras de Vador et de l’empereur dans l’épisode V (http://fr.wikipedia.org/wiki/Luke_Skywalker#La_v.C3.A9rit.C3.A9). Mais c’est aussi l’amour de Luke pour son père (voire pour ses amis qu’il voulait encore sauver) qui l’a poussé vers lui (http://fr.wikipedia.org/wiki/Luke_Skywalker#Bataille_d.27Endor) et qui a réveillé en ce dernier l’amour filial. D’ailleurs quand l’empereur tentait de tuer Luke celui-ci criait : « père je vous en prie » en s’adressant à Anakin. Enfin c’est l’amour d’Obi Wan pour son mentor et père spirituel Qui Gon Jinn qui l’a poussé à accéder à sa dernière requête qui était de former Anakin envers et contre tout. L’amour comme cause de chute et comme source de rédemption voilà comment je résume Star Wars. Une œuvre en tout cas qui m’aura marqué à jamais. J’aurais bien sûr préféré que certains épisodes soient mieux écrits et réalisés, mais ce ne sont que des détails ! Le fond étant très intéressant et les massages faciles à comprendre de mon point de vue. J’attends donc avec un certain intérêt la suite de la saga.


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • cevennevive cevennevive 15 mars 2014 14:00

    « Admirative, je suis » aurait dit Yoda...


    Bonjour Le Moine,

    J’aime bien votre interprétation de la guerre des étoiles. Elle est cohérente. Je ne me suis pas aventurée si loin et elle me donne à réfléchir.

    Il n’empêche que j’ai aimé dès les premiers films cette sage qui tranchait net, dans les années 1970, le concept médiocre des Superman ou autres.

    Cependant, pour la réflexion philosophique ou métaphysique, je préfère lire des ouvrages de Isaac Asimov, Van vogt, Heinlein, Silverberg et autres. Leur mise en scène cinématographique pourrait m’amener à les détester si toutefois elles l’étaient. (Voir une adaptation minable des Robots d’Asimov a été au-dessus de mes forces). Mais ce n’est que mon choix.

    Cordialement.


    • le moine du côté obscur 15 mars 2014 16:46

      Bonjour chère amie
      Je me suis aussi intéressé aux oeuvres notamment d’Asimov et de Silverberg et je trouve éffarant par exemple que l’on n’ait pas encore adapté le « château de Lord Valentin » et « Valentin de Majipoor », deux oeuvres que j’ai particulièrement apprécié. Si j’en avais les moyens j’aurais produit des films à partir de ces oeuvres smiley. Il est vrai que les adaptations des œuvres d’Asimov ne sont pas à la hauteur quoique j’aime assez « l’homme du bicentenaire » avec Robin Williams.
      Concernant Superman du moins la version de la fin des années 70, je suis en train d’écrire un article dessus que je vais poster ce week-end ou en début de semaine prochaine. Il y a un côté messianique chez ce personnage qui m’intéresse.
      Concernant « Star Wars » étant un fan quasiment de la première heure en « quelque sorte » puisque je suis né un peu vers la fin des années 70, je me suis intéressé à ce qu’il y avait autour. Plus jeune je voyais juste une œuvre amusante et distrayante. Mais plus tard bien sûr avec de la bouteille et du recul, j’ai trouvé l’œuvre passionnante. La nouvelle trilogie surtout m’a beaucoup plus avec les magouilles de Palpatine qui pour moi est de loin le personnage le plus intéressant de la saga. J’ai ainsi trouvé qu’il est beaucoup question d’amour dans cette saga. L’amour du pouvoir pour Palpatine, l’amour d’Anakin qui l’a malheureusement poussé dans les ténèbres avant de l’en sauver. Lucas qui à ma connaissance est bouddhiste a bien sûr profité pour mettre en avant ses croyances la saga. Si je ne me trompe pas aussi il voulait au départ que les personnages soient joués par des asiatiques, ce qui ne serait pas passé aux USA. Les noms des personnages, le style d’habillement de pas mal d’entre eux et le look entre autres de la princesse Leia Organa sont clairement asiatiques. Bref il y a beaucoup de choses à dire sur cette saga et si je continue, je ne m’arrêterai pas ! smiley.


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 15 mars 2014 19:03

      Asimov est assez difficile à adapter. L’essai avec « I, robot » a été une bonne relecture mais polluée par la publicité gratuite qui m’a sorti du film.


      Le problème est qu’ Asimov a fait essentiellement soit des nouvelles, ce qui implique d’en mélanger pour en faire un film, soit des sagas qui auraient plus leur place sous forme de mini-série. Des « cavernes d’acier » à « fondation », il y a de quoi faire une vingtaine de films !

    • le moine du côté obscur 15 mars 2014 20:49

      Enfin je pense qu’un cinéaste passionné peut adapter correctement Asimov. Mais il est vrai que maintenant on ne pense que fric et donc publicité pour vendre les produits dérivés... Mais j’ai bon un espoir qu’un jour quelqu’un s’y mette sérieusement.


    • Wald 15 mars 2014 22:24

      Mes chers amis, une adaptation de Fondation, puisqu’on parle d’Asimov, est en cours, qui au vu du nom du réalisateur, sent le navet intergalactique. 


      Si, c’est vrai, et ça fait un moment que ça se sait dans les amateurs de SF.

    • Mmarvinbear Mmarvinbear 16 mars 2014 02:35

      En même temps, on trouve de très bons navets dans les marchés parfois.


    • trevize trevize 16 mars 2014 12:06

      L’adaptation de Fondation par Roland Emmerich n’est plus d’actualité, ils ont laissé tomber. Trop long, trop compliqué, trop cérébral, trop risqué.Tant pis. Ou plutôt tant mieux.


    • cevennevive cevennevive 15 mars 2014 17:24

      Oui le Moine, l’histoire complète de Lord Valentin ferait, en effet, une magnifique saga cinématographique, certainement plus intéressante (à mon avis) que celle du Seigneur des Anneaux de Tolkien.


      J’aime l’atmosphère de l’oeuvre de Silverberg où l’amour, l’amitié côtoient le pouvoir et la démesure. J’aime surtout les décors bucoliques, Carabella et Valentin, jonglant au long des chemins.

      Asimov et Silverberg se sont mis à écrire en commun. J’ai aimé « l’enfant du temps ».

      Mais ne vous formalisez pas sur mes goûts cinématographiques. Les films de science fiction modernes ne me plaisent guère. Trop bruyants, trop d’effets spéciaux qui noient l’intrigue et me déstabilisent. J’en suis restée à Stargate... (oui, oui, je suis une admiratrice fidèle de O’Neill !!) et à la guerre des étoiles bien entendu.

      Je préfère lire. Mon imagination est plus prolifique que celle des Scénaristes. (Quelle prétention, me direz-vous !)

      Bonne soirée !




      • le moine du côté obscur 15 mars 2014 20:48

        Oui moi aussi j’ai une imagination débordante et je préfère lire et me laisser porter. Pour autant je suis curieux des adaptations que certaines personnes peuvent faire. Même s’il est vrai que de nos jours on veut en mettre plein la vue et que les scenarii sont souvent aussi minces que des feuilles de papier. Depuis un certain temps d’ailleurs c’est un festival de nullité alors qu’il y a de mon point de vue tant d’oeuvres intéressantes par exemple de la collection fleuve noir anticipation (http://fr.wikipedia.org/wiki/Fleuve_Noir_Anticipation). Mes oncles en avaient toute une collection et c’est eux, ainsi que feu mon père qui m’ont initié à la science-fiction. J’y ai pris goût et cela me permet de m’évader d’un quotidien morose, limité et ennuyeux.
        J’ai bien aimé la série « Stargate » mis à part certaines incohérences comme le fait que sur quasiment chaque planète où ils partaient les gens parlaient l’anglais... La série « farscape » avait résolu le problème en montrant le héros se faire injecter un organisme qui lui permettait de parler les langues de tous les êtres qu’il rencontrait. Je pense que pour « Stargate » ils auraient pu trouver une astuce du genre... Bref on trouvera toujours à redire sur les adaptations qui ne sont jamais conformes à ce que nous imaginons smiley.


      • cevennevive cevennevive 16 mars 2014 10:38

        Le fait que les habitants des planètes visitées par les héros de Stargate parlent presque tous anglais m’a toujours fait rire !


        Mais il faut un peu rire dans les films et séries de science fiction, sinon c’est lourd et inquiétant, non ?

        Et puis, cette prépondérance des US dans toutes les actions de sauvetage ! L’équipe SG1 sauve toujours le monde du mal et de la violence, et les Russes passent pour des caractériels et de fieffés incapables... Cela aussi c’est amusant dans la série.

        C’est général dans les films de science fiction ou d’action Etatsuniens. Les US sont le centre du monde, et leur Président est le gouverneur de la planète ! Peut-être croient-ils que nous sommes dupes...



      • le moine du côté obscur 16 mars 2014 11:17

        D’un autre côté on ne peut en vouloir aux étasuniens de se mettre en avant dans leurs films. C’est vrai que c’est lourd mais bon vu que ça marche, ils ne vont pas se gêner. Je me rappelle par exemple de certains films de Paul Verhoeven comme « starship troopers » où il critiquait clairement la société étasunienne et qui ont été des flops et vivement critiqués aux USA. Sa critique de la société étasunienne dans « robocop » était pourtant bien passée à moins bien sûr qu’à l’époque les étasuniens n’aient pas compris. Oliver Stone aussi critique pas mal la société étasunienne et j’aime bien notamment avec des films tragiques comme « Platoon » ou « né un 4 juillet ». Ou encore « Nixon » et « JFK ». Des films comme « Independance day » m’ont particulièrement agacé quand je les ai visionnés. Les US ont les moyens de faire des films gros budgets et comme on sait que l’humilité n’est pas leur fort.


      • cevennevive cevennevive 16 mars 2014 15:01

        C’est vrai le Moine qu’il est bien normal qu’ils glorifient leur civilisation et qu’ils se mettent rarement en question dans leurs films.


        Il n’est qu’à voir « Mission » par exemple. Ils montrent l’attitude ignoble des jésuites, et des catholiques intégristes de l’époque, qui ont maltraité et massacré les Indiens, mais en Amérique du Sud, pas chez eux...

        Leurs lointains ancêtres n’ont fait que se défendre contre les méchants Indiens, d’où l’idée développée dans la plupart des westerns classiques. « Danse avec les loups » fait exception.

        Pour en revenir au thème de votre article et à vos commentaires ci-dessous, je suis bien d ’accord avec votre remarque, à savoir que Anakin serait une sorte de Jésus qui aurait mal tourné.

        En philosophie, chaque force possède sa force contraire. Les religieux ont appelé cette force contraire à Dieu, « le Diable ». C’est un équilibre qui apparaît aussi dans le bouddhisme tantrique, peuplé de démons. Cette dichotomie est très claire et admise, je crois, par la plupart d’entre nous, religieux ou pas.

        Ce qui est curieux dans l’esprit du film, c’est que le Démon, ou le Diable, soit susceptible de vivre une rédemption par amour, juste par amour... Mais alors, où se niche la force ? S’il n’y a plus de force contraire, il n’y a plus de force du tout, à quoi servirait-elle ? La force contraire de l’amour, c’est la haine.

        Que de questions avez-vous fait naître avec juste une (bonne) critique d’un film des superproductions US !

      • Montdragon Montdragon 15 mars 2014 18:52

        La SF pour adulte c’est van Vogt ou Herbert...silverberg est génial avec ses uchronies et ses gitans, sinon voir les français Andrevon et Curval.
        La Stratégie Ender mal adaptée et trop courte, film de SF pour ados et pourtant...

        Palpatine n’est pas le mal, il n’est que C J César..et n’oubliez pas que Luke est amoureux de sa sœur et veux tuer son père..ça rappelle un autrichien


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 15 mars 2014 21:53

          Comme d’hab ,suis le seul à aimer « Dune » ... smiley


          • Wald 15 mars 2014 22:28

            Je connais que le film, mais c’est pas de ça dont tu parles, parce que personne pourrait oser défendre ça.


          • Je Me Souviens Je Me Souviens 15 mars 2014 23:12

            Dune,j’ai adoré le livre et détesté le film,comme d’habitude.
            En fait la seule fois que j’ai aimé un film dont j’avais lu le livre,c’était pour « Millénium »,version Suédoise.
            Cela dit,ils font de la belle job avec « Game of Thrones ».


          • tobor tobor 16 mars 2014 00:48

            J’ai bien aimé « Dune », le film de Lynch (pas la série !) ! N’en déplaise aux cinéphiles et/ou aux puristes de littérature SF.

            La SF ne me donne pas envie de la lire contrairement à la philo, psycho ou sociologie, par contre j’y trouve un excellent divertissement cinématographique malgré un produit final souvent catastrophique, tant au niveau de la cohérence que de l’éthique sous-jacente.


          • gaijin gaijin 16 mars 2014 07:21

            aita
            pas seul !
            j’en ai usé deux séries de livres ...... smiley


          • le moine du côté obscur 16 mars 2014 11:10

            Je trouve que le film de Lynch a son charme. Il n’est pas parfait mais j’aime bien et franchement adapter une oeuvre pareille n’est pas chose aisée du tout. Il s’y est collé et ma foi ça aurait pu être pire. Peut-être aurait-il fallu faire un film plus long. Enfin avec des si on refait le monde ! smiley


          • Wald 16 mars 2014 23:17

            Enfin, quand on parle du film de Lynch, la première partie est très regardable et porte dans son univers visuel la marque du talent. La seconde par contre n’a plus rien à montrer et sombre dans un messianisme grand-guignolesque.


          • Hamid PASSYVITE 17 mars 2014 12:59

            Non non non Aita
            t’es pas le (la) seul(e) rassure toi c’est un excellent choix

            J’en profite pour proposer mes livres de SF préférés (quelques uns)
            Un cas de conscience, L’oiseau d’Amérique, Demain les chiens, la terre demeure, la sphère d’or, Les chroniques martiennes, bien entendues


          • Wald 15 mars 2014 22:18

            . Beaucoup n’ont pas apprécié la seconde trilogie de « la guerre des étoiles », ce qui n’est pas mon cas

            Bon, j’en déduis que vous aviez donc aimé « La menace fantôme ». Ce machin étant appréciable uniquement par des moins de douze ans et le film étant sorti en 1999, vous ne pouvez pas être né avant 1987. Après, peut-être que vous êtes tombé en extase devant les Gungans et la dégaine de Dark Maul alors que vous aviez quarante ans..... La vache quand même. J’espère que vous êtes jeune.


            • le moine du côté obscur 15 mars 2014 23:12

              Quand j’ai dit que j’ai aimé la trilogie c’est comme un ensemble. La menace fantôme n’en est que l’introduction. J’ai bien aimé la trilogie du seigneur des anneaux même si je trouve que « la communauté de l’anneau » est le maillon faible de cette série de films. La menace fantôme donne certaines infos sur la force et tout ça. En tant que film je pense que ça aurait du être mieux scénarisé et réalisé. Et des personnages comme Jar Jar Binks pollue l’affaire, mais il faut bien vendre et Lucas n’est pas là pour des cacahouètes. Ce qui m’a intéréssé ce sont les magouilles de Palpatine (qui est mon personnage préféré), la chute d’Anakin... Pas sûr que je classe ces films parmi les meilleurs films que j’ai vus cela dit. Et puis j’aime retrouver mon âme d’enfant quand je vais au cinoche de temps à autre. Il faut bien s’aérer l’esprit et s’évader, même si pas sûr que la qualité soit au rendez-vous. Contrairement à beaucoup je n’avais pas d’attente particulière concernant la nouvelle trilogie, j’étais plutôt curieux. Sinon en terme de science-fiction mon niveau d’exigence est tel qu’aucun film ne pourrait le satisfaire. Mais je suis réaliste et je me contente de ce que j’ai parfois...


            • Wald 16 mars 2014 00:18

              Je vois qu’on est à peu près du même avis. 

              Pour ce qui est des films de SF, bizarrement je trouve que la SF a été mieux lotie par la littérature que par le cinéma. Je connais peu de films de SF que je trouve véritablement bons. 2001, Solaris (pas le grotesque remake larmoyant, le vrai, l’original), Stalker (aux limites du genre d’ailleurs, et aussi génial par moments qu’exaspérant), Soleil vert, Brazil. Beaucoup de films considérés comme des classiques qui me laissent personnellement assez indifférents, notamment les Aliens et même Blade Runner, sans parler des IA, Minority report et autres, que je trouve survendus par les critiques. Au fond, un peu comme vous, et c’est curieux, parce que la SF aurait normalement du être un genre qui se prêtait assez bien au cinéma.

              Bonne soirée.

            • le moine du côté obscur 16 mars 2014 11:29

              Personnellement en terme de cinéma pur (scénario, mise en scène, musique, jeux d’acteur etc..) peu de films me comblent. Deux des films que j’ai le plus aimé sont d’ailleurs « les dix commandements » de Cecil B De Mille et « Ben Hur » de William Wyler. J’ai aussi apprécié « Psychose » et « les oiseaux » de Hitchcok.
              Mais il est vrai que le message d’un film peut m’intéresser et m’interpeller. « Soleil Vert » est une critique stressante de la société de consommation qui pousse à réfléchir. Je trouve que le film avec Louis de Funès « l’aile ou la cuisse » est dans la même veine. Que diable mangeons-nous ? En avons-nous une idée ? Et ce que nous consommons comment cela est-il fabriqué et dans quelles conditions ! J’aime les films qui poussent à ce genre de réflexions. Dans « Blade Runner » ce qui m’a intrigué ce sont ces androids qui pourraient passer pour humains ! Idem dans un film comme « planète hurlante ». « Terminator » aussi ! J’ai aimé un film comme « Pitch Black » où l’on voit des gens dévoiler leur vraie nature face au danger. Et des questions que je me pose comment réagirais-je dans une situation de danger. Serais-je noble, lâche, prêt à sacrifier les autres pour survivre etc... Comment aurais-je réagi si comme Sarah Connor je me trouvais confronter à une créature comme le Terminator etc... Quant à Alien le premier, je trouve le huis clos stressant. Enfermé avec une créature dont on ne sait rien et qui veut vous exterminer. J’aime les films qui d’une certaine manière me poussent à une introspection.


            • Wald 15 mars 2014 22:57

              L’auteur, si vous me passez ma petite pique précédente sur Star Wars. N’y voyez rien d’autre qu’une forte réticence vis à vis de ces films (quant aux bouquins, il suffit de mettre son nez dedans deux minutes, j’irai pas plus loin). Sinon :


              -je pense pas qu’une dimension satanique de Palpatine soit vraiment pertinente, on a tout à fait le droit de le supposer mais ça me parait difficile. Pour un Antéchrist, il faut une temporalité linéaire et un méchant à dimension eschatologique. Or l’univers de Star Wars (que je trouve pas bien passionnant) me parait bien plus cyclique que linéaire sur le plan temporel, contrairement à la fin des temps dans la théologie chrétienne.

              -il y a une hypothèse comme quoi Han Solo serait inspiré du Lancelot de la littérature médiévale. Après tout, c’est cohérent puisque Skywalker est une transposition dans le monde stellaire de « Perceval », et que les différences Lancelot/Perceval ont beaucoup de similitudes avec celles de Lucas, avec un personnage plus dans les passions humaines, et un autre plus mystique, plus jeune et au départ plus naïf (Perceval/Skywalker).

              -les parallélismes avec les discours va-t-en guerre de l’époque Bush ont été remarqués à l’époque de la sortie de la revanche des Siths, mais je les trouve franchement pas à l’honneur du film tant ils sont lourdingues. 


              • Xenozoid Xenozoid 15 mars 2014 23:02

                wald a raison le tempds n’est pas linéaire


                • Xenozoid Xenozoid 15 mars 2014 23:03

                  et la force non plus


                  • Xenozoid Xenozoid 15 mars 2014 23:07

                    et la fee morgane n’est pas la saite vierge


                    • Xenozoid Xenozoid 15 mars 2014 23:10

                      le capitalisme comme religion,lesson for dummies 01


                      • Xenozoid Xenozoid 15 mars 2014 23:15

                        avec un soubson de démocratie,et un empeachment,roule la force,l’otan est avec toi http://www.youtube.com/watch?v=GS0fVa97E_I&nbsp ; smiley


                        • Mortargent 16 mars 2014 00:04

                          Sincèrement, quitte à faire une analyse d’une série SF, il y a selon moi bien mieux que Star Wars... Mais bon, il est vrai qu’on en a fait une suite de films à gros budget et que du coup le succès est à la clef. Mais ces livres/films ne sont selon moi, pas à la hauteur de ce que d’autres ont écrit dans ce domaine.

                          Un peu de la même manière, dans un domaine tout autre, je n’apprécie pas tout ce qui tourne autour du seigneur des anneaux alors qu’il existe selon moi toujours bien mieux. Mais les films aidant, beaucoup ne jurent que par ces titres..

                          Pour illustrer mon propos, je suggèrerais aux amateurs de SF de lire Le Neuvième cercle de jean Christophe Chaumette, et aux amateurs de Fantasy de lire La Belgariade et La Mallorée de Eddings.

                          Ces livres là seraient à mon avis bien plus fascinants en termes d’études ( particulièrement le 9ème cercle ) et intéressants en termes de scénarios de films...


                          • le moine du côté obscur 16 mars 2014 02:53

                            Mais cher ami libre à vous d’analyser des oeuvres plus intéressantes. Moi je suis un fan de la saga « star wars » que j’ai aimé depuis ma plus tendre enfance. Je ne donne donc que mon avis sur la question rien de plus. Si d’autres personnes veulent analyser des oeuvres plus passionnantes, pourquoi pas ? smiley


                          • Mortargent 18 mars 2014 01:12

                            oui, vous avez raison et je m’en excuse. Je trouvais simplement l’approche étudiée en faisant l’analogie bible/star wars un peu trop simpliste. D’où ma réflexion sur l’oeuvre de Chaumette qui donne une dimension plus philosophique, plus poussée sur l’Homme, l’évolution, le dépassement de soi, l’amour, l’humain, etc... Il permet de transcender le postulat simpliste bien/mal, dieu/diable et les personnifications de chacuns.

                            Mais je n’ai ni votre talent ni votre patience pour analyser une oeuvre. je me contente de l’apprécier plus ou moins selon ce qu’elle déclanche en moi, et le 9ème cercle m’est infiniment plus précieux que toute la saga star wars. Et pourtant j’étais un fan absolu de cette saga auparavent. Je dois avoir une 40aine ou une 50aine de livres la concernant à la maison, y compris des romans qui se passent des dixaines d’années après cette saga.

                            Quoi qu’il en soit, je vous suivrai avec le plus grand des plaisirs si vous avez un jour l’occasion de faire une analyse du 9ème cercle...


                          • tobor tobor 16 mars 2014 00:59

                            Le 2ème triolet de Star Wars est à mon goût navrant, perverti idéologiquement par les lobbys qui contrôles hollywood de façon bien plus professionnelle que dans les 80’s. C’est mièvre et rutilant dans sa plastique, cultivant le rôle de l’insupportable crétin utile, ici « Missa content », plus fort encore que les radotages ineptes et incessants du robot Sispéo des débuts que tout spectateur sensible a rêvé de débrancher ou de découper au laser.
                            .
                            Entrer en profondeur dans les univers déployés me gave d’avance.
                            .
                            Cette métaphore politique typique à la SF peut être un signal lancé aux spectateurs/trices (ou aux lecteurs/trices) perspicaces, et ce depuis toujours. Mais évidemment, une fois repérée, cette métaphore n’a pas à devenir l’objet d’un culte ! elle n’était qu’un simple outil pour référer à une situation bien réelle, concrète et, c’est celle là qui donne à réfléchir et à agir ! Vénérer le doigt qui pointe « on ne sait quoi » est un peu léger mais quand on voit ce qu’il pointe, on peut le lâcher, non ???
                            Comme ici, dans l’analyse d’un Star-Wars à adorer bibliquement, à chercher ce qu’un Obiwan a sur le cœur, ce que la confrérie « Jedi » a de plus noble ou l’empereur obscure de plus noir, à quoi bon ?! Qu’est ce qu’on peut bien en avoir à caler ?
                            Je pense que la personne qui a écrit cet article est familière de « la bible » et voit du sacré partout... alors pourquoi pas là ?
                            .
                            Matrix a également mis sur pattes une armée de penseurs qui se tordent le citron pour définir le nombre de matrix imbriquées et leur couleur respective, puis finalement ce que ce(s) film(s) veut essayer de nous dire, à part « tu perds ton temps ».
                            Ces philosophes de la matrix ont dur à parler de politique mondiale, de médias menteurs, de malbouffe, sans essayer de situer tout ça dans la matrix, dans quelle matrix ? de quelle couleur ! Bref, ils sont bons à se réunir en club de matrix mais gavent ceux/celles qui s’engagent idéologiquement et/ou activement sur le terrain.
                            .
                            Merci hollywood !


                            • le moine du côté obscur 16 mars 2014 02:57

                              Ba écoutez chacun son point de vue et les goûts et les couleurs, c’est connu ne discutent pas. J’ai parlé en tant que fan de la saga, ce qui est mon droit. Que certains pensent que c’est une perte de temps c’est leur droit. Mais qu’ils me disent même pourquoi ils ont « perdu leur temps » à venir lire ce texte ? Moi quand quelque chose me gave, je passe mon chemin. Mais bon il en faut de tout pour faire un monde... smiley
                              Hollywood n’est pas là que pour distraire ! Ils font aussi de la propagande donc certains aiment chercher à décrypter les messages véhiculés.


                            • mortelune mortelune 16 mars 2014 06:04

                              Joli texte sur un film très US.


                              • le moine du côté obscur 16 mars 2014 12:30

                                En tant que fan de science-fiction, j’ai une imagination sans limite pour tout dire. Me faire croire qu’un peuple aussi attaché à la bible que les USA n’est pas influencé par des considérations bibliques voilà ce qui me parait ridicule. M’enfin chacun a son point de vue et j’essaie de me garder de dénigrer celui des autres.
                                Lucas est bouddhiste ou influencé par cette philosophie à ma connaissance (je peux me tromper cela dit) et donc cette philosophie transpire dans son oeuvre. Je ne suis pas le seul à l’avoir remarqué d’ailleurs. Quant à ne pas voir que Anakin né sans père voire « créé par la force », n’a pas de rapport avec Jésus, je trouve cela amusant. La force est une conception de Dieu ce qui me semble claire et nette. Le « que la force soir avec vous » remplace le « que Dieu soit avec vous » que des chrétiens disaient avant. Anakin est une sorte de Jésus qui aurait mal tourné de mon point de vue. Et pourquoi je ne percevrais pas l’antéchrist dans cette oeuvre ? Que savez-vous de moi et des mes croyances voire de mes connaissances ? Lucas s’est amusé à donner un ordre 66 qui ne peut qu’évoquer le 666 biblique. Pour ma part je pense que l’oeuvre de Lucas réflète sa philosophie et ses idées. Il l’a dit lui même il voulait montrer comment quelqu’un de bon pouvait sombrer dans les ténèbres. Peut-être l’a-t-il fait de manière maladroite m’enfin, il l’a fait. Lucas a eu diverses influences (http://archive.filmdeculte.com/coupdeprojo/influenceslucas.php).
                                Que vous n’aimiez pas mon analyse soit mais venir me faire croire que je limite à des choses bibliques, je trouve le procédé malhonnête. Parce que citer Hitler, le bouddhisme etc a un rapport avec le christianisme ? Et si vous avez vu un vide scénaristique dans la nouvelle trilogie c’est votre problème, pas le mien !


                              • le moine du côté obscur 18 mars 2014 21:10

                                Je pense que si chaque fan le pouvait il aurait réalisé sa version de Star Wars. Star Wars est le bébé de Lucas et de mon point de vue, il peut en faire ce qu’il veut. Il est vrai que pas mal de fans ont été déçus par la nouvelle trilogie. Moi je dis qu’en terme de cinéma pur (scénario, rythme, mise en scène, musique, décor etc...) je suis loin d’être comblé par cette nouvelle trilogie. Par contre j’avais envie d’en apprendre plus sur l’univers Star Wars, ce qui a été le cas. Je vois d’abord une histoire, l’histoire de la chute et de la rédemption d’Anakin Skywalker. Comme histoire secondaire il y a aussi l’ascension de Palpatine que j’ai trouvé intéressante. Évidemment Lucas n’est pas un grand metteur en scène et il aurait peut-être du confier la réalisation à quelqu’un d’autre. Mais avec des si on refait le monde...
                                Maintenant je regarde cette trilogie avec mon « prisme mental » et je dis ce que j’ai décelé. De mon point de vue, la force est une « vision de Dieu ». J’ai perçu certaines influences aussi dont j’ai parlé dans mon texte. Je suppose que l’on peut faire mille interprétations de Star Wars et je me dis pourquoi pas ? Chacun d’entre nous a sa sensibilité propre. Je pense que c’est une oeuvre intéressante. Les fans de la première heure avaient sans doute leurs attentes, ce qui n’est pas mon cas. Moi j’étais juste curieux et j’avais peut-être juste envie de m’évader. Je ne m’attendais pas à retrouver la magie de la première trilogie qui à l’époque était quelque chose de neuf et de frais. Maintenant on a tellement vu de choses et de copies de Star Wars que franchement je ne m’attendais pas à une révolution.


                              • tinga 16 mars 2014 14:27

                                La vision guerrière du monde ,que dis-je, de l’univers qui est celle de star wars n’est que le reflet d’une profonde misère intellectuelle, incapable d’imaginer autre chose que des entreprises coloniales, de la busherie à l’infini, un manichéisme aux confins de la bêtise, de la pure propagande, malgré ça j’aime bien, joli spectacle, on en a pour son argent si on veut bien déposer son cerveau au vestiaire. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès