Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

La maladroite

Ce livre m'a profondément touché. Instituteur, je me rappelle d'un élève qui, dès qu'il avait une "mauvaise" note avait droit chez lui à une punition spéciale : du piment frotté sur les "yeux" ou paupières, accompagnée d'une correction.

J'ai tout essayé, j'ai rencontré le père, supprimé les notes... Un jour j'ai signalé les faits. L'enfant a été placé dans un foyer.... J'ai appris qu'il était battu....

Cela s'est passé il y a 20 ans, tout a changé, je sais !?.... Je me posais des questions, toutes mes questions n'ont pas obtenu une réponse..

JPEG « La maladroite »

Livre écrit par Alexandre Seurat

Aout 2015

117 pages

Editions la brume au rouergue

 Une histoire malheureusement réaliste

 

Tout de suite le lecteur sait qu’il va « vivre » une histoire dramatique qui se termine mal.

Il est prévenu, ce qui ne l’empêche pas - et c’est mon cas- de poursuivre la lecture en espérant s’être trompé.

Diana a mal commencé, ce début n’était rien par rapport à la suite de sa courte existence.

L’auteur a choisi de faire succéder dans un ordre chronologique tous les témoignages des acteurs de ce « roman » : les enseignants, l’assistante sociale, les parents, la grand-mère.

C’est comme si chacun était écouté et qu’il était enregistré ou que ses propos étaient consignés.

Cela va vite, très vite… C’est fluide et inexorable.

Diana est une petite fille qui souffre souvent en silence, survivant un temps sous la maltraitance de ses parents.

L’institutrice avait vu, elle avait même constaté et témoigné :

« Les dessins de Diana étaient à son image, cabossés, bizarres, pathétiques, ils me prenaient au cœur. Quand elle me les tendait, j’aurais voulu la prendre dans mes bras, lui dire, Tout va bien se passer, et la bercer. »

Tous les témoins prennent la parole… Ils savaient.

Certains ont essayé de protéger Diana, d’autres ont même effectué un signalement… La machine administrative est lourde, trop lourde souvent et la protection de l’enfance a beaucoup de progrès à faire.

L’auteur écrit là son premier roman.

Il est émouvant, authentique et quand on arrive au bout, on souffre…..

C’est dur mais il existe des vérités qu’il faut dire, crier et faire que plus jamais une petite Diana ne puisse souffrir un tel calvaire.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (12 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès