• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La malédiction des Dominique

La malédiction des Dominique

Une malédiction semble poursuivre les personnes célèbres se prénommant Dominique. On se souvient de la lamentable histoire qui entacha la réputation de Dominique Baudis. Puis ce fut le tour de Dominique Strauss Kahn en 2008 de défrayer la chronique des moeurs. Ces jours-ci, c’est Dominique de Villepin qui s’y colle en évoquant son aventure de jeunesse avec Ségolène Royal. La Malédiction entonne la célèbre ritournelle de Soeur Sourire, l’auteure et l’interprète dans les années 60 de "Dominique ni que nique".



Il se trouve que le film retraçant sa fascinante existence est en effet à l’affiche mercredi prochain. En attendant de découvrir sa vie sur grand écran, vous devrez vous contentez des frasques d’une autre religieuse : "soeurThérèse.com" sur TF1 jouée par Lavanant. Encore une Dominique : gare à la malédiction !

Saviez-vous que Soeur Sourire qui fit le top des hits-parade, devant Elvis Presley et les Beatles, s’il-vous-plaît, avec son tube "Dominique ni que nique", ne toucha pas les droits d’auteur ? Saviez-vous qu’elle se suicida en partie à cause de ses problèmes d’argent et que le lendemain même de son acte irréparable, le Fisc belge lui reversait une somme d’argent considérable qui l’aurait contentée jusqu’à la fin de ses jours ? Si ce n’est pas une malédiction ça !

Soeur Sourire était pour l’état-civil Jeanine Deckers est née à Bruxelles le 17 octobre 1933. Fuyant l’autorité de sa mère, elle se réfugie au couvent de Waterloo. Mais ce n’est pas un signe de défaite pour une belge, la source de la malédiction est ailleurs...

Jeanine conquiert très vite le coeur de ses consoeurs avec ses compositions musicales. Tant et si bien que sa hiérarchie décide de sortir un disque. Mais Jeanine qui signera sous le nom d’emprunt de Soeur Sourire devra renoncer à tous les gains en raison de ses vœux de pauvreté et d’obéissance. Elle ne devra figurer sur aucune pochette de disque et son vrai nom ne sera pas révélé. En revanche, le producteur et le couvent se partageront tous les profits. Or, il se trouve que la chanson Dominique (dédiée à Dominique de Guzmán, fondateur de l’ordre dominicain dont fait partie Jeanine), remportera un succès mondial et fera pleuvoir les millions ! 

Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Pour le fisc belge, c’est Jeanine qui est supposée bénéficiaire des gains. Les services fiscaux belges lui réclameront sans faillir les sommes dues sur les bénéfices prétendument perçus et ce malgré ses protestations. Les autorités religieuses, que Jeanine appelle à son secours, feront aussi la sourde oreille. Il faut dire que son couvent et les œuvres auxquelles elle a laissé l’essentiel des revenus de ses premiers disques ne lui ont pas signé de reçu ! 

Accablée par toutes les institutions, Jeanine et sa compagne, Annie Pécher, sombrent dans la dépression et l’alcool et finissent par se suicider ensemble le 29 mars 1985..

Le fisc, qui aura, poursuivit de son zèle imbécile, comme aurait dit Brassens, la pauvre femme, ne lui rendra justice qu’au lendemain de son trépas, lui versant une somme considérable qui eut suffi à assurer sa subsistance jusqu’à la fin de ses jours. 

Mais qu’avait donc fait cette jeune femme qui chantait :

" Dominique-nique-nique s’en allait tout simplement,
Routier pauvre et chantant.
En tous chemins, en tous lieux, il ne parl’que du Bon Dieu,
Il ne parl’que du Bon Dieu." ?

Certes, elle composa et chanta "La Pilule d’or", en 1967, qui est une ode à la contraception mais sous le coup de l’interdiction de reprendre le nom de Soeur Sourire. Certes, elle s’en prit aussi à l’Église catholique et au conservatisme avec "Les con-conservateurs". Mais ce n’était là qu’oeuvres d’artistes comme les Flamande de Jacques Brel. Certes, elle était homosexuelle - même si elle refuse à l’époque de se considérer comme telle - mais comme Colette avant elle. Mais un tel acharnement à détruire une personne humaine et une artiste se justifait-il ?

 Aujourd’hui, le film biographique de Stijn Coninx (sortie prévue le 29 avril 2009) retrace la vie de cette femme exceptionnelle et tellement humaine. C’est Cécile de France qui incarne la religieuse dans "Sœur Sourire" sur un scénario de Chris Vander Stappen et Stijn Coninx.

Espérons que le film sera une bénédiction !

La video de la chanson sur Dailymotion

Bande-annonce du film

Photos de la vraie Soeur Sourire


Moyenne des avis sur cet article :  2.83/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • JL JL 27 avril 2009 10:41

    Cette chanson, comme « les sucettes » de France Gall, et « il court il court le furet », est un peu à double sens, non ?

    Je ne crois pas que DSK soit une victime ! Pas plus que DDV.

    Merci pour ce billet intéressant.


    • La Taverne des Poètes 27 avril 2009 12:13

      Certes, DSK est responsable de son malheur. La malédiction a bon dos dans son cas. Mais n’est-ce pas étonnant, toutes ces coïncidences qui touchent les Dominique ?


    • maxim maxim 27 avril 2009 10:54

      il y avait ce matin une émission qui lui était consacrée sur Europe 1 ...

      le revenu de la vente de ses disques à l’époque équivalait à 2 millions d’€uros actuels !

      pas mal ! n’est ce pas ?

      que sa congrégation s’est empressée d’empocher ...( un ordre mendiant à l’origine !......les hypocrites !.....)

      cette Soeur sourire en fait s’était réfugiée dans les ordres pour échapper aux exigeances de sa mère qui voulait à tout pris qu’elle fasse comme toute « honnête femme » à savoir se marier ,avoir des enfants ,et travailler à la boulangerie familiale plutôt que faire l’artiste « métier pas sérieux qui ne nourrit pas sa personne »....


      • La Taverne des Poètes 27 avril 2009 12:16

        « Soeur Sourire jaune » aurait pu être son deuxième nom d’artiste tant elle a été flouée.
        - « Jeanine, ma soeur, ne vois-tu rien venir ? »

        Ce qui me choque encore plus que le détournement de l’argent, c’est la façon dont les institutions s’y prennent pour broyer une personne humaine.


      • antyreac 27 avril 2009 15:19

        En générale ,c’est vrai le métier d’artiste ne nourrit pas son homme ou sa femme.

        Sa mère n’avait pas tout à fait tort.


      • Τυφῶν בעל Perkele winkiesman 27 avril 2009 19:05

        On devrait toujours écouter ses parents, ne serait-ce que pour s’assurer qu’ils ne racontent que des fadaises.

        Typhon


      • alberto alberto 27 avril 2009 13:52

        C’est peut-être vrai aussi que le saint patron des « Dominique » reporte sur ceux qui choisissent son patronyme une partie de la réputation sulfureuse qui l’accompagne.

        Bien qu’il ne soit pas directement impliqué dans la fondation de l’Inquisition (ci-devant « sainte »mais de sinistre mémoire), il en est généralement considéré comme l’inspirateur. A voir son attitude lors des bûchers destiner à cramer les Parfaits dont la doctrine et le mode de vie exemplaire faisait de l’ombre à Rome...

        Y a des saints à qui ne pas trop se fier...C’est bien connu !

        Bien à vous.


        • Papybom Papybom 27 avril 2009 14:00

          Puisque les « Dominique » nous niquent, votons

          Un Brice qui nous les brise,

          Une Roseline qui nous pine,

          Mais pas un Ursule….


          • La Taverne des Poètes 27 avril 2009 14:48

            Ursule ?

            Ursule Pocaq, vous ne connaissez pas ? C’est l’exact anagramme de mon nom et de mon prénom. smiley


          • Fergus fergus 27 avril 2009 14:10

            Salut, La Taverne.

            « Dominique nique nique », c’est en effet un beau titre à garder pour un papier sur DSK.

            Concernant Jeanine, il n’est pas dit dans l’article qu’elle avait un très mauvais caractère. Ce qui expliquerait une partie de ses déboires.


            • La Taverne des Poètes 27 avril 2009 14:45

              ça plus le titre de sa chanson, on peut dire qu’elle avait un caractère de cochonne.


            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 27 avril 2009 14:51

              La Taverne,

              vous avez oublié Dominique, la dauphine de la nouvelle star, qui s’est fait clouer le bec par Mireille Matthieu et ses mille colombes, sur la scène au soir de l’an Zéro de la démocrature...

              Que de destins brisés dans l’arène du chaud-bizz, de souffrances inavouées que plus tard dans la biographie des stars, que de fins tragiques dans la drogue le stupre et le suicide...mais, devinez qu’est ce qui attire les voyous qui survolent le monde doré des strass...Hadopi peut-être ?


              • La Taverne des Poètes 27 avril 2009 15:49

                Ah ? Cette Dominique, je ne la connais pas. Mais il y a aussi pour Jospin la malédiction « Dominique Voynet » qui lui fit rater le second tour en 2002 en n’appelant pas à voter pour lui, d’où une perte potentielle de 3,31 % des suffrages (1 010 738 voix).


              • Bill Grodé 27 avril 2009 15:19

                Comment ça, une malédiction pour Strauss-Kahn ? Son image en sort au contraire grandie et son prestige rehaussé ! (en tous cas aux yeux des Français, parce que aux yeux d’hypocrites puritains comme les Américains, ce serait bien-sûr le contraire).


                • Massaliote 27 avril 2009 16:49

                  Sur que harceler ses collaboratrices, secrétaires et autres malheureuses qui sont obligées de cotoyer cet individu est un comportement gratifiant dans l’opinion publique.

                  Tous ceux qui rèveraient d’excercer le droit de cuissage ont de l’empathie pour DSK.

                  Surtout qu’il paraît qu’il supporte mal d’être repoussé. Combien de femmes ont-elles cédé pour ne pas perdre leur emploi ? Je trouve ça dégueulasse.


                  • L'enfoiré L’enfoiré 27 avril 2009 18:20

                     Taverne,

                    La semaine dernière, nous avons eu l’émission Questions à la Une qui revenait sur cette histoire dans le détail historique.

                    Le couvent de Waterloo a ramassé les gains et les a distribués. Elle se foutait de l’argent. Quand elle a quitté le couvent. Elle a dû oublier le pseudo de Soeur Sourire et récupérait son potentiel de récolter l’argent. Mais elle rêve et pense que sans ce nom, elle garderait sa notoriété et son succès. Elle va habiter avec son amie dans un appartement.

                    La descente en enfer commence. Une collecte des anciennes récoltera en fin à peine 300.000 francs alors que le fisc lui en réclame des millions avec les intérêts.

                    Elle continue à chanter mais le succès n’y est pas. Retourne chercher de l’aide dans un autre office religieux qui seront testamentaires.

                    Elles se suicideront, sa compagne et elle, toutes deux en 1985.


                    • Plus robert que Redford 27 avril 2009 19:17

                      Bon sang !

                      Ma Soeur se prénomme Dominique !!

                      Et elle porte des lunettes !!!

                      Dois-je courir la mettre en garde contre quelque destin funeste ?

                      Elle m’a fait oncle de deux charmants neveux, et je ne lui connais aucun penchant homosexuelle...

                      Oufff Je respire !!


                      • L'enfoiré L’enfoiré 27 avril 2009 22:30

                        Plus Robert que Redford,
                        Comme Robert, pas de risque pour Dominique, Pas de pIerre partout. Un seul Rorbespierre suffit. 
                         


                        • pendragon 27 avril 2009 22:39

                          Si l’auteur de cet article s’était appelé « Dominique », il n’aurait pas écrit cet article pourtant prétexte à ne parler que de lui.


                          • L'enfoiré L’enfoiré 28 avril 2009 18:21

                            Pendragon,
                             Mais non, c’est du parti pris. Il me « nique » parfois aussi.
                             Voilà, qu’un Breton parle des Belges. Je me devais de faire office de présence pour confirmer ou infirmer. C’est la règle du jeu d’un forum.
                             Pas de réponse, donc je devais avoir dit vrai.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès