• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « La Mégère apprivoisée » de William Shakespeare à la Comédie-Française

« La Mégère apprivoisée » de William Shakespeare à la Comédie-Française

En confiant à Oskaras Korsunovas le soin de faire découvrir quelques sens cachés de La Mégère apprivoisée, Muriel Mayette, le nouvel administrateur de la Comédie-Française, inscrit le dramaturge à son fronton institutionnel pour une remise en perspective philosophique du spectacle vivant.

C’est parce que "La vie est un théâtre" que celle-ci doit être théâtralisée au point de devenir "supra réelle" avec l’objectif de faire émerger l’autonomie du désir.

Evoluant ici sous une scénographie à trois niveaux depuis l’enfer jusqu’au ciel transitant par la vie elle-même, c’est l’amour qui sera l’enjeu garantissant la liberté du choix d’autrui.

En effet flanqués de "boucliers-costumes", les protagonistes du psychodrame shakespearien apparaissent tels des sujets doutant du bien-fondé de leur image.

A l’instar de toréadors jonglant avec la cape et l’épée, réunies en une seule arme synthétisée en miroir dont le verso ferait apparaître les atours distinctifs de chaque rôle, ceux-là s’agitent dans l’arène en combattant un ennemi invisible qui pourrait bien n’être que leur alter ego.

C’est en parvenant à se distancier des oripeaux de l’égocentrisme que Catharina (Françoise Gillard) et Petruchio (Loïc Corbery) vont pouvoir à terme se débarrasser de cette prothèse défensive devenue inutile, mettant ainsi à mal tout le formatage socioculturel.

A contre-pied d’un machisme réducteur où dominant et dominée signeraient au final un pacte conjugal de non-agression, l’attirance des deux amants rendraient compte a contrario d’une réalité transcendée par l’acte théâtral au bénéfice d’une révélation de leur complémentarité.

Ce point de vue réformiste sur La Mégère apprivoisée dérange quelque peu la pensée critique, mais possède la vertu sui generis d’ouvrir l’interprétation du jeu dramatique au vaste champ du dédoublement d’identité entre subjectivité et objectivité.

Au demeurant, la mise en scène spectaculaire offre à la vingtaine de comédiens sur le plateau, l’opportunité d’une palette de savoir-faire chorégraphiques époustouflants dont les talents respectifs assument à merveille le renouvellement de générations au sein de la troupe du Français.

Dessin © Cat.S

LA MEGERE APPRIVOISEE - *** Theothea.com - de William Shakespeare - mise en scène : Oskaras Korsunovas - avec Loïc Corbery, Françoise Gillard ... - Comédie Française -


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès