• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La musique permet de réfléchir pour agir

La musique permet de réfléchir pour agir

La musique telle qu’elle est diffusée permet d’avoir des émotions, mais pas de réfléchir pour agir. Cette approche musicale visant à se transformer n’est non seulement pas comprise, mais a été refoulée par l’oligarchie très souvent.

Bach a composé des musiques permettant d’apprendre à ses élèves. Ses compositions dans le domaine public sont par exemple la Toccata et fugue en ré mineur ou l’Allegro moderato en sol majeur. Sa musique utilisait des dissonances autour de voix, pouvant en étant dissociées ressembler à du jazz bœuf. Le jazz bœuf est un ensemble d’envolées musicales.

Les dissonances sont des notes proches jouées en même temps. Pour Bach et Mozart, et d’autres compositeurs orientés par l’amour de l’humanité, les dissonances ont une très grandes importances : Elles engagent la réflexion. Les fausses notes elles ne s’oublient pas. D’ailleurs certains professeurs de musique vont diront qu’il faut les éviter à tout pris. Les dissonances sont proches des fausses notes et ne s’oublient pas s’il y a de l’harmonie amenant l’envie de penser à quelque chose, un rythme suffisant engageant les voix, ou bien un certain instrument ou un chœur autour. Chez Bach et Mozart les dissonances sont en grande partie un point sur une partition engageant la réflexion. Ne cherchez pas qu’à écouter. Cherchez à vous épanouir.

Par ailleurs quand vous entendez certaines notes vous souhaitez une fin. C’est instinctif. Si vous arrêtez la gamme de do au si vous attendez une fin, avec le la vous vous impatientez. On peut jouer ainsi pour faire tenir l’haleine de l’auditeur. On peut alors comprendre que l’Ave Verum de Mozart, réflexion sur la mort de Jésus, puisse inspirer les films d’action, où un acteur agonise longtemps. L’Ave verum de Mozart met par contre en valeur, par la musique, la notion d’éternité donc de beauté, en nous faisant réfléchir avec des dissonances entre les chœurs en plus.

Cette création musicale n’est possible qu’en ayant la foi et un esprit scientifique, amenant la réflexion chez les autres. L’esprit scientifique en question c’est la réflexion platonique visant à vérifier des hypothèses par expérience pour créer une hypothèse supérieure aux autres. C’est ce que peut créer l’Ave Verum de Mozart, si l’on souhaite réfléchir, ce que veut Mozart.

Comment est-il possible d’engager une réflexion ?

Les voix sont des reflets d’une situation, souvent dans la nature ou l’humain, nous faisant penser :

  • À une progression car la complexité de la partition s’intensifie ou évolue.
  • À un ensemble d’interactions entre les voix portant à la réflexion.
  • À une plénitude en cours d’acquisition si les voix deviennent graves ou s’allongent.

La création et l’enseignement sont sur ou sont les limites de l’humain. Si on s’intéresse à comprendre comment les compositeurs créent une partition le mieux pour les comprendre est de faire comme eux, en apprenant d’abord à comprendre comment sont construites les partitions nous faisant évoluer, pour ensuite faire comprendre comment on ressent les éléments, afin de faire réfléchir sur nos limites, puis celles de notre société.

L’écriture est centrale dans toute activité de création, car elle permet de comprendre où l’on veut aller. La poésie est nécessaire avant tout début de création, car elle permet de comprendre ses sens afin d’élever son esprit vers le beau, vers l’éternité. Quelqu’un qui ne fait que profiter du beau et de l’éternité d’une réflexion humaine, sans essayer de la créer, ne peut que s’adapter à cette beauté sans agir pour créer la beauté d’une situation humaine. Il voudra alors retourner vers la société de consommation pour profiter sans agir sur les autres.

Une chorale est très intéressante pour comprendre la vie en société afin de s’accorder aux autres. Les femmes et les enfants ont des voix plus ou moins aigues, les hommes des voix plus ou moins graves. Un palais petit permet des voix aiguës.

Si on a une bonne écoute on peut découvrir sa voix. Notre voix peut se chanter dans quatre registres de notes differents. Le premier registre, si on s’entraîne à chanter, s’atteind facilement. Le deuxième et le troisième nécessitent de l’entraînement mais sont assez facile à atteindre. Le quatrième est très difficile voire impossible à atteindre. Il peut même casser la voix.

C’est ainsi que Verdi, lorsqu’il fut député, a demandé à accorder les instruments sans tenir compte du quatrième registre des sopranos, les voix humaines les plus aiguës. Il est possible maintenant d’accorder ses instruments au diapason de Verdi à 432 Hz afin de mieux mettre en valeur la voix humaine.

JPEG - 32.1 ko
Verdi est le compositeur de la Traviata

Il peut être intéressant, en même temps qu’écrire et méditer, de comprendre le souffle dans son palais, permettant de créer des sons si on place son palais dans une certaine position en faisant souffler suffisamment doucement pour créer une harmonie. En s’entrainant dans une chorale qui échauffe votre voix individuellement grâce à certaines notes d’un piano, vous pouvez vous redécouvrir en vous enregistrant à la fin.

Sources

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Pyrathome Pyrathome 22 juin 2013 14:20

    Très bel article, merci !!
    Tout n’est que vibration.......



    • Richard Schneider Richard Schneider 22 juin 2013 16:46

      Très intéressant ! Bravo !


      • OMAR 22 juin 2013 20:36

        Omar 33

        @matthius :« Ne cherchez pas qu’à écouter. Cherchez à vous épanouir. »

        Votre article aussi, épanouit.

        Alors, merci...


        • Antoine 22 juin 2013 23:28

           Vaste question sur laquelle Pythagore, Platon puis plus tard von Helmholz se sont penchés mais à trop vouloir expliquer, gare à l’évaporation de la magie...


          • revenant 23 juin 2013 20:49

            Des visages des figures est le sixième album studio du groupe de rock français Noir Désir paru le 11 septembre 2001

            L’Europe est une chanson du groupe Noir Désir écrite par Bertrand Cantat et Brigitte Fontaine issue de l’album Des visages des figures (2001). C’est un titre atypique tant par son style adoptant la forme d’une poème déclamé de style surréaliste que par sa forme avec une durée de 23 minutes et 43 secondes1.

            La signature rythmique du morceau est en 7/4. Elle présente un texte très engagé et critique par rapport à la mondialisation et l’image de l’Union européenne2. La chanson devait au départ durer 55 minutes. Cette chanson fait suite à une invitation à participer à un album de Brigitte Fontaine. Les messages lancés par Brigitte Fontaine tels « les sangliers sont lâchés » ou encore « la vérole sur vos gueules » peuvent rappeler les messages de la radio BBC pendant la Seconde Guerre mondiale. La musique de cette chanson fut composé par Noir Désir et Akosh Szelevényi.


            • Cocasse Cocasse 24 juin 2013 10:39

              Bonjour, votre article me donne l’impression d’avoir ni queue ni tête. Vous parlez d’un peu de tout et n’importe quoi, et je n’y trouve de profondeur. Bien que je trouve le sujet sympathique, et une ou deux anecdotes intéressantes.

              Un ami, bien que croyant, m’a dit un jour : « chanter, c’est prier deux fois ».


              • Fergus Fergus 24 juin 2013 11:52

                Bonjour à tous.

                Je rejoins les avis exprimés par Antoine et par Cocasse.


                • Shade 24 juin 2013 13:06

                  A celle qui permet de réfléchir pour agir, il faut opposer celle qui permet d’agir pour réfléchir


                  Il est très difficile de « réfléchir » en écoutant de la musique, car elle agit sur des ressorts ayants traits à la mémoire ou l’imagination qui vous « excentrent » systématiquement. A l’inverse il sera très aisé de fournir un travail intellectuel à haut rendement avec pour fond sonore un « bourdonnement »...

                  A l’harmonie (et le rythme) il faut opposer le Son (et la modulation). La musique du futur sera celle qui sera basée sur le Son, elle sera de type « Drone » ou « musique à Bourdon ».

                  Le Drone ne ballote pas l’esprit, il accroît le potentiel de concentration dans l’instant présent, il est un outil de création consciente et instantanée. Le Drone représente un état vibratoire de pure potentialité, il est une grille harmonique qui permet d’expérimenter la stabilité sur un plan physique et psychique. Il est harmonie implicite plutôt qu’explicite en ce qu’il contient un vaste champ d’harmoniques sur plusieurs octaves dans tout le spectre sonore, qui stimule harmoniquement l’auditeur et ce, même si l’audition est déficiente !...

                  Le Drone est une musique adéquate pour naître et mourir, il est donc la musique ultime, celle de l’Univers lui même (OM), celle de l’âme éternelle, qui ne nécessite aucun apprentissage, aucune écriture... Juste un laisser aller et une absorption.


                  Plus j’en écoute et plus je deviens « conscient », le simple fait de me raser désormais par exemple, me projette dans cet état de transe médiumnique (bourdonnement du rasoir), et projette dans mon esprit des musiques aux potentialités harmoniques et modulatoires infinies par le jeu des collisions des harmoniques ainsi générées... J’ai joué et je joue de la musique, j’ai appris et j’apprends la musique, mais cela ne correspond plus vraiment avec ma recherche...


                  Quelques exemples :

                  Sur un plan Vocal : (Chant Tibetain) http://youtu.be/PHDsCMvDUEQ

                  Sur un plan Instrumental : (Didgeridoo) http://youtu.be/lPW5NjevI6A

                  Sur un plan Electronique : (Synthèse Granulaire) http://youtu.be/sJPSzbVFbcc


                  • ffi ffi 24 juin 2013 14:47

                    Justement, la bonne musique, celle qui entremêle les instruments en une harmonie bien ordonnée, est un parfait exercice de concentration, et il est donc impossible de travailler en même temps, car nous serions alors déconcentré de notre travail.
                     
                    L’écoute de la musique permet de travailler l’attention auditive.
                     
                    En revanche, le « Bourdon », comme vous dites, demande une attention réduite, la preuve, c’est que l’on peut travailler en même temps... Donc il n’y a pas dans les musiques de type « Bourdon » un exercice exigeant de l’attention auditive comme dans les musiques philharmoniques.


                  • Shade 24 juin 2013 14:50

                    Musique des Sphères ... 

                    Si l’espace est vide, cela ne signifie pas que le son y soit absent. Il existe à l’état de vibrations électromagnétiques

                    Des antennes à ondes Plasma ont été utilisées par la NASA (Voyager) pour enregistrer ces vibrations dans la gamme de fréquences 20-20,000 Hertz. Interactions entre les vents solaires, les planètes, lunes et anneaux du système solaire, qui finissent par créer des « paysages sonores » fréquentiels dans l’océan de plasma d’énergie qui emplie le vide sidéral. Chaque système possède une signature « distincte »...


                    http://youtu.be/e3fqE01YYWs?list=PLGh7Zh001xXdFSHBCeniHJHHzYYtqsJej


                  • Cocasse Cocasse 24 juin 2013 15:00


                    Je ne suis pas d’accord sur le fond. Le drone convient à instaurer un climat. Il permet la réflexion, ou un état méditatif. C’est même très bien pour cela, alors qu’une musique harmonique/mélodique demandera écoute et attention, donc l’inverse. Le drone en tant que tel n’est pas suffisant pour être la musique du futur, même s’il en possède des caractéristiques, notamment une recherche sonore exceptionnelle et une recherche rythmique inédite pour ceux qui sont moins ambiant mais plutôt basés sur des sortes de « hachis » rythmiques avec des sons inédits. Il existe même des musiques de ce type étudiées « scientifiquement » pour améliorer les ondes cérébrales et orientées méditation (je ne parle pas des disques de relaxation nature&découverte, là).

                    C’est ce que je reproche à beaucoup de musiques électro : elles n’explorent que le coté drone/ambiant/rythmique, sans parvenir à se conjuguer avec l’esprit mystique/spirituel de la musique plus classique. Je ne dis pas qu’il faille laisser tomber le drone pur, mais à l’évidence, l’électro est beaucoup trop focalisé dessus, et beaucoup trop simplette à l’heure actuelle, avec des harmonies très pauvres, et des progressions idem.

                    Il y a malgré tout quelques musiciens et labels, où vous aurez des chances de découvrir cette richesse dont je parle, tel monotonik, ou khavi. Cela reste encore succint, et ceux qui réussissent l’alchimie à son paroxysme sont encore rares, même malgré tout, vous trouverez dessus une amélioration notable. Cela se classe dans la catégorie « IDM » pour l’instant (intelligent dance music), et plus particulièrement lorsque cette appellation devient exempte de l’attribut « dance ».

                    Quelques réussites en la matière, même si ce n’atteint pas le richesse harmonique du jazz, cela reste malgré tout recherché, tout en gardant les caractéristiques de recherche sonore, rythmes surnaturels. C’est de la musique qui s’écoute pleinement :
                    http://www.youtube.com/watch?v=t5lsqHoZWuQ
                    http://www.youtube.com/watch?v=JbOWBLBzC6s
                    http://www.youtube.com/watch?v=PhYEWWMUK8Y
                    http://www.youtube.com/watch?v=uWWODuWXCqs


                  • Shade 24 juin 2013 15:11

                    « Bonne Musique » et « musique réduite »...

                    Vous n’avez rien compris.
                    Ou bien alors, vous avez très bien compris...

                    Je vais vous faire une confidence, cela me montre votre niveau d’élévation de conscience
                    Sans parler de la charité chrétienne, mais là ce n’est plus une surprise.

                    Jésus sait...

                  • ffi ffi 24 juin 2013 15:24

                    Le son n’est pas une vibration électromagnétique en tant que telle.
                    C’est une onde élastique.
                     
                    Après, l’on peut toujours « transposer » une onde électromagnétique en onde sonore via divers instruments. C’est ce que fait toute électronique musicale : Onde élastique -> (via micro) Onde électromagnétique -> (via Haut-parleur) Onde élastique.
                     
                    C’est aussi ce que fait l’oreille, d’un certain point de vue.
                    L’oreille transforme une onde élastique en signal électrique compréhensible par l’intellect.
                     
                    J’avais déjà écouté ces sons de Jupiter : ils sont fascinants.
                    Hélas, la manière de les saisir n’est pas décrite.
                     
                    Cependant, ils existent des ondes acoustiques dans le plasma interplanétaire (voir Ondes acoustiques ioniques). Ce sont des ondes électrostatiques d’un plasma. Intuitivement, je dirais que c’est cela qui fut saisi par la Nasa à l’approche de Jupiter. Mais ne connaissant l’instrumentation de la Nasa, je ne peux en être certain.
                     
                    S’il s’agit bien d’une onde acoustique ionique, nous ne sommes plus dans une onde électromagnétique en tant que telle, mais dans le cadre d’une interaction entre un milieu (le milieu interplanétaire dans un état de plasma) avec le champ électrostatique inter-planétaire (Note : qui est censé ne pas exister ! Lol).
                     
                    De plus, il faut noter que le plasma montre une capacité de « transformation » entre une onde électromagnétique et une onde acoustique. Voyez cette vidéo par exemple. L’arc électrique produit une onde acoustique qui est audible.


                  • ffi ffi 24 juin 2013 15:36

                    En fait tout dépend de ce que vous souhaitez par l’écoute de musique.
                    Si c’est la concentration sur une globalité à analyser, vous préférerez la polyphonie/polyrythmie avec un début et une fin.

                    Sinon si c’est juste pour se mettre dans un état second, un genre de transe, vous préfèrerez les trucs hypnotiques qui tournent en boucle (techno, ...etc).
                     
                    Le second finit par toujours par provoquer une sorte de bégaiement de intellect et donc des comportements stéréotypés à mon sens.


                  • Shade 24 juin 2013 18:15

                    Vous suintez l’orgeuil et la condescendance par tous les pores de votre peau de « chrétien » cher ami.

                    Et ma foi est bien plus grande que ne le sera jamais la vôtre...

                  • ffi ffi 24 juin 2013 19:05

                    Il ne suffit pas d’affirmer que l’autre est condescendant pour que cela soit vrai...
                     
                    Si je l’avais été j’aurais souscris à vos arguments et cherché à vous plaire.
                    Tel n’est pas le cas : j’ai présenté les arguments qui me laissait à penser que vous faisiez erreur.
                     
                    Et vous quels arguments face à cette contradiction ?
                    « Je suis d’une plus grande élévation de conscience »
                    « Ma foi est plus parfaite que la vôtre »
                    « vous êtes condescendant à mon égard »
                    « Vous suintez l’orgueil ».
                     
                    Libre-à-vous de considérer les liens et mises au point que je vous ai fourni ou pas.


                  • Antoine 25 juin 2013 23:14

                     Je ne voudrais être désagréable avec personne mais le bruit type « drone » m’exaspère l’oreille en moins d’une seconde...


                  • cevennevive cevennevive 24 juin 2013 16:19

                    Bonjour à tous,


                    Je voudrais m’adresser particulièrement à Shade (pardon l’auteur).

                    Merci Shade de m’avoir fait connaître cette magnifique musique, le chant de Shiva : 


                    La musique ne me permet pas de réfléchir à autre chose qu’à la musique. Lorsque j’aime une oeuvre, je dois fermer les yeux et ne plus bouger pour l’apprécier.

                    Mais je ne suis pas une vraie mélomane. J’aime surtout les voix. Puis Vivaldi pour la joie, et le divin Mozart pour le bonheur pur.

                    Alors, je ne peux guère participer à vos débats.

                    Cordialement à tous.

                    • Shade 24 juin 2013 18:24

                      Bonjour, 

                      J’aurai peut-être quelques infos à vous donner sur les pétroglyphes, je suis tombé comme par synchronicité sur un site connexe qui en parle ; je vous en ferai part le cas échéant.

                      En tout cas, ça ma travaillé...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès