• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La nostalgie camarade c’est vendeur

La nostalgie camarade c’est vendeur

à propos de « Gainsbourg confidentiel – les 1001 vies de l'homme à tête de chou » de Pierre Mikailoff aux édittions Prisma et en points Seuil

Encore une biographie de Gainsbourg empruntant son titre à une de ses chansons, encore une que les pisseuses et les petits gars compulsionnels du chanteur et parolier de nombreuses vedettes françaises vont acheter par nostalgie de leurs jeunesses ou de leurs amours. Le problème de ce livre bien écrit est dans les quelques carences éditoriales qui n'en facilitent pas la lecture. Je ne compte pas les erreurs de mise en page, de police (les renvois de notes de même taille que le reste de la typographie). Je ne compte pas non plus les retours en arrière puis en avant les digressions que l'auteur fait très souvent, répétant les mêmes histoires.

On trouve à la fin un abécédaire un peu court qui vient un peu comme un cheveu sur la soupe. Je me suis demandé pourquoi l'auteur n'en avait pas intégré le contenu dans le reste de son propos...

Je peux le comprendre certes, c'est sans doute une commande, mais au bout d'un moment, ces répétitions agacent un brin ainsi que les nombreuses « co-q-uilles » dans l'édition de poche. L'ensemble aurait gagné à une relecture attentive et un travail éditorial un peu plus poussé. A moins que les responsables éditoriaux n'aient eu comme préoccupation de le sortir rapidement pour faire du bénéfice le plus vite possible. Les témoignages réputés plus inédits que d'autres, tels celui de Jacky Jakubowitz son attaché de presse pendant les années 70-80 (et le « Jacky » du « Club Dorothée ») ou celui de l'ancien animateur de « la Cinq » de Berlusconi, Childéric Muller n'apportent pas grand-chose.

Ils participent de la légende dorée de Gainsbourg dont ils parlent comme un genre de saint François en un peu plus « trash » cependant...

Certes, j'ai quand même dévoré le livre car Mikailoff sait très bien faire revivre humainement l'auteur de « Melody Nelson ». Et puis Gainsbourg c'est une bonne partie de mon enfance, c'était « l'oncle » de la télévision qui disait des horreurs pendant les shows des Carpentier, on le voyait souvent faire son numéro. J'ai aussi beaucoup écouté ses chansons qui ont accompagné mes amours, mes emmerdes. Je pense particulièrement à toi qui est morte en août qui partageait avec lui une appétence certaine pour l'autodestruction et les excès ainsi qu'un minutieux travail du négatif.

Il y a des êtres humains plus sensibles, plus fins, plus capables de nuances qui sont aussi beaucoup moins doués pour le bonheur des « braves gens » qui on le sait n'aiment pas que l'on suive une autre route qu'eux.

Mikailoff n'échappe pas entièrement au travers des précédents biographes à savoir une certaine idéalisation du personnage, bien que moins que les autres et si l'on excepte son dernier chapitre sur « Gainsbarre ». Comme tous les poivrots mondains, Gainsbourg était à n'en pas douter certainement le plus souvent imbuvable, un de ces ivrognes matériellement et intellectuellement gâtés que l'on excuse volontiers de son comportement. Je me souviens aussi de ce qu'en disait Desproges dans une des dernières émissions de télévision qu'il fit, c'était assez juste. Des opportunistes cyniques ont exhibé le « petit Lucien » dans les dernières années, l'encourageant dans ses provocations la plupart du temps grossières pour s'en mettre plein les poches.

Et les textes des dernières chansons c'était là encore pour paraphraser Desproges du « Vermot avec des poils » et beaucoup d'emprunts non déclarés à d'autres musiciens. On peut toujours parler d'hommages certes, mais un emprunt c'est un emprunt.

Le talent de Gainsbourg n'en sort pas diminué, il reprend une dimension humaine. C'est très bien comme cela. Il est curieux qu'il y ait une telle adulation autour de lui depuis sa mort alors que durant toute sa carrière il ne vendit pas tant d'albums que ça, à l'exception de quelques tubes composés exprès pour gagner de l'argent comme « l'Ami Caouette » ou « Sea, Sex and Sun ». Et finalement, ce n'est pas si mal que les pisseuses et les petits gars le rédécouvrent, fût-ce à travers cet ouvrage...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

Amaury – Grandgil

 

illustration empruntée ici

photo de Lord Snowdon

 

Ci-dessous un extrait de l'album « Gainsbourg confidentiel » justement, classieux non ?

 

« Sait-on jamais où va une femme quand elle vous quitte ? »


Moyenne des avis sur cet article :  1.5/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Arcane Arcane 18 mars 11:38

    Un film sur lui assez bon mais qui pourtant n’avait pas trop cartonné à sa sortie :

    http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18932316&cfilm=133757.html


    • Tall Tall 18 mars 11:50
      Portrait sympa ....

      Quelques-unes pas trop trop connues ( par les jeunes surtout ) >


      • Tall Tall 18 mars 11:58

        Petite rectif, Serge a beaucoup vendu, surtout avec BB >




      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 18 mars 12:12

        @Tall
        Merci
        J’adore Gainsbourg depuis longtemps moi aussi


      • Arcane Arcane 18 mars 12:20


        et celle_là :

        https://www.youtube.com/watch?v=zsKtK9-VaFA

        Après il les a préféré plus svelte smiley


      • Shawford Shawford 18 mars 12:23

        @Arcane

        « Je vous ai compris » smiley smiley smiley smileysmiley )


      • Arcane Arcane 18 mars 12:24

        @Shawford

        C’est sympa d’être compris par Shawford qui comprend des trucs qu’on comprend pas !


      • Milieu défensif au Red Star Bel des chants 18 mars 12:27

        @Arcane

        .....allo.....mais......allo quoi smiley smiley smiley smiley smiley

        (tes clés, en septembre, pas avant, pour ta peine, blaireau smiley )


      • Arcane Arcane 18 mars 12:33

        @Bel des chants

         ????


      • Pierre Mikaïloff 18 mars 13:49

        Article intéressant, désolé pour les coquilles que vous signalez qui ne sont en effet pas de mon ressort.
        Je voulais juste apporter une légère précision : « L »ami Caouette« et »Sea, sex and sun" n’ont pas réalisé des ventes énormes, même si on les a beaucoup entendus en radio. Ce sera le cas de beaucoup de chansons interprétées par Serge Gainsbourg jusqu’à son détour par Kingston. En revanche, bien entendu, il connaît le succès relativement tôt à travers ses multiples interprètes.
        bonne journée !


        • GetREDy 18 mars 16:25

          @Pierre Mikaïloff


          En ce qui concerne ces deux titres lá, Gainsbourg lui měme avait regretté de les avoir écrit en considérant qu’il avait fait une énorme connerie. Il me semble que ce soient les deux seuls morceaux qu’il avait renié par la suite. 

        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 19 mars 11:32

          @Pierre Mikaïloff
          Merci à vous de votre commentaire.


        • Pierre Mikaïloff 20 mars 11:23

          @GetREDy
          Il avait également écrit « My lady héroïne » (très belle mélodie), qui forme une sorte de triptyque de singles estivaux avec les deux titres précédemment nommés. 


        • Rincevent Rincevent 18 mars 17:19

          Gainsbourg ne s’est jamais trop pris la tête avec la chanson, il la considérait comme un art mineur. Lui, ce qu’il aurait voulu être, c’est peintre. http://www.mesarts.fr/blog/2008/04/19/serge-gainsbourg-et-la-peinture/ Quand il a réalisé qu’il ne serait jamais un très bon peintre, il ne s’en est jamais vraiment remis


          • kalachnikov lermontov 18 mars 22:04

            @ Rincevent

            Il a écrit un petit roman ’Evguénie Sokolov’.


          • Shawford Shawford 18 mars 22:07

            @lermontov

            https://www.youtube.com/watch?v=FvUI-s4Azw4

            Tu peux faire passer j’espère à qui tu sais désormais, par toutes les voies utiles avec j’espère retour circonstancié dans les délais jugés les plus utiles, les plus fun... ou les plus nécessaires (sic).


          • kalachnikov lermontov 18 mars 22:17

            @ Shawford

            Lol, marrant, je tapais ça à la gratte tantôt, en fredonnant !

            Fais-moi plaisir, tu mets le casque, un peu de son ; si t’as fumé, c’est bien ; tu ne fais rien ; in the dark, bien sûr, come closer and see, see into the trees, find her*... Ne lis pas av, juste 10 minutes. Il est préférable que ton fauteuil ait une ceinture de sécurité. C’est bon, l’énergie. Bonne chance.

            https://www.youtube.com/watch?v=pSctRiv35eg

            *c’est pas ’a forest’, naturellement..


          • Shawford Shawford 18 mars 22:22

            @lermontov

            Tu ne feras pas déprimer ni mariner une seconde de plus, Cabron :->

            Next !

            (Y’a un Ernest dans la salle, un vrai pour (re)diriger la garde dominicaise en cas de besoin ?)

            Girondines, Girondins, à vous : https://www.youtube.com/watch?v=1EPP3gkh_00


          • kalachnikov lermontov 18 mars 22:27

            @ Shawford

            Essaie d’aller au-delà... ca me l’a fait aussi au départ.

            Sinon, cheval vapeur ?

            https://www.youtube.com/watch?v=pJiTdSqJ3gw


          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 19 mars 11:28

            @lermontov
            Le roman n’est pas non plus un chef d’œuvre, sur son peintre flatulateur...


          • kalachnikov lermontov 18 mars 22:19

            Sous le soleil exactement, Anna Karina, un de mes morceaux fétiches de Gainbourg.

            http://www.ina.fr/video/I05039407

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès