• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « La Nuit de Valognes » d’Eric-Emmanuel Schmitt au théâtre Silvia (...)

« La Nuit de Valognes » d’Eric-Emmanuel Schmitt au théâtre Silvia Monfort

En interrogeant le mythe de Don Juan à la lumière nocturne d’un manoir perdu dans la lande normande, le dramaturge, romancier, philosophe et cinéaste Eric-Emmanuel Schmitt signait, il y a quinze ans, sa première pièce de théâtre.

En y convoquant cinq femmes de conditions sociales diversifiées et de tous les âges, c’est au banc des accusés que l’anti-héros allait se trouver confronté en un procès d’intentions.

Tout de blanc vêtues, telles des nonnes, toutes avaient été successivement séduites puis bafouées par le démiurge qui leur avait dérobé l’innocence.

Le temps d’une nuit, l’auteur confronte les arguments à charge et à décharge tant du conquérant que de ses supposées victimes de l’amour.

Après Avignon Off 2007, cette nouvelle création de Régis Santon s’est installé pour deux mois au théâtre Silvia Monfort, dont il est à signaler l’heureux agrandissement de la cafétéria au profit d’un nouveau local d’accueil au public.

Alors en duchesse meneuse de revue, son épouse Marie-France Santon dirige les débats contradictoires que la comtesse (Anne Jacquemin) et autre Mlle de la Tringle (Stéphanie Lanier) vont instruire à l’égard d’un Don Juan (Bernard Malaka) tellement coopératif qu’il en vient à renverser, quasiment à son insu, les preuves du forfait.

En effet, dès qu’elle semble toucher au but, la démonstration de culpabilité s’inverse du masculin au féminin, tel un boomerang lié aux lois immanentes de la dialectique érotique.

A cet exercice cérébral, Angélique (Vanessa Kryceve) est l’émissaire idéale qui se rebelle autant qu’elle succombe à l’instar de la chèvre de M. Seguin qui aurait vaillamment lutté toute la nuit pour sa survie.

En revanche, renonçant définitivement à un dieu qui l’aurait abusée, Hortense la religieuse (Camille Cottin) prendra une décision cohérente en conscience.

D’ailleurs, si de manière concomitante, le paon adoré de la duchesse s’est tué en tentant crânement de s’envoler du balcon de son appartement, cette tentative mégalomaniaque devrait servir de leçon universelle afin d’éradiquer toute mythomanie.

Photo © Philippe Guerillot

LA NUIT DE VALOGNES - ** Theothea.com - de Eric-Emmanuel Schmitt - mise en scène : Régis Santon - avec Bernard Malaka, Marie-France Santon, Anne Jacquemin, Sacha Stativkine, Camille Cottin, Vanessa Kryceve, Régis Santon, Stéphanie Lanier, Caroline Aloui & Mélaine - Théâtre Silvia Monfort


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès