• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La petite taupe de Zdenek Miler : un anti-héros sort de son trou (...)

La petite taupe de Zdenek Miler : un anti-héros sort de son trou !

(Par Olivier Bailly). Krtek, la petite taupe, est un personnage créé en 1956 par le cinéaste d’animation tchèque Zdenek Miler. Débrouillarde et sympa, cette petite taupe incarne un idéal de solidarité et d’écologie toujours d’actualité. La réédition des films de Zdenek Miler permet à la fois de découvrir un personnage attachant et un cinéaste d’animation exceptionnel.

« Nous reconnaissons notre vieille amie, notre vieille taupe qui sait si bien travailler sous terre pour apparaître brusquement ». Mais de quelle vieille taupe au juste parlait donc Karl Marx ? Aujourd’hui une taupe réapparaît. Une vieille taupe, puisqu’elle est née en 1956. Et une petite taupe également, celle qu’en République tchèque on appelle Krtek. Une taupe qui a sans doute révolutionné le cinéma d’animation. Et peut-être aussi les esprits tchèques d’avant la révolution de velours.

Et pourtant, elle ne paye pas de mine cette taupe : « elle marche à deux pattes, elle a de grands yeux, un long museau rouge et trois cheveux sur la tête. Elle sourit toujours, est rondelette et maladroite, tout comme un bébé », lit-on sur Taupek.

La petite taupe est toujours prête à aider ses amis de la forêt et à réparer les injustices. La petite taupe possède un rire aussi cristallin et joyeux que celui d’une petite fille. La petite taupe évolue dans un univers psychédélique de couleurs primaires jetées sur l’écran comme les fleurs d’un feu d’artifice, le tout dans un environnement sonore soigné, digne des maîtres de la musique concrète et des meilleurs artisans pop expérimentaux des années 60.

Krtek, cette fameuse petite taupe, est la création d’un maître du cinéma d’animation, Zdenek Miler, dans un pays, la République tchèque, qui, avec Jiri Trnka (1912-1969) et Karel Zeman (1910-1989), a grandement contribué à défendre et illustrer cet art.

Peintre et illustrateur né en 1921 à Kladno, en Bohème centrale, Zdenek Miler est, selon Wikipédia, « devenu animateur de dessin animé partiellement à cause de l’occupation nazie. Il prit en effet part à des manifestations consécutives à la mort de Jan Opletal, un étudiant en médecine lui-même tué suite à des manifestations contre l’occupation allemande en 1939. Ces manifestations entraînèrent la fermeture des universités et des collèges. Heureusement pour lui, Miler ne fut pas arrêté et se concentra sur ses études de graphisme.

Son goût pour le dessin remonte à son enfance et explique son entrée en 1936 à l’école nationale de graphisme à Prague. Il étudia ensuite au collège des arts décoratifs de Prague. Il commença sa carrière dans les studios Bat’a à Zlin en 1942. C’est là qu’il se spécialisa dans la réalisation de films d’animation. Après la Seconde Guerre mondiale, il changea d’employeur pour rejoindre la société d’animation Bratři v triku [dirigé par Jiri Trnka, NDR] où il commença comme dessinateur, puis auteur et enfin metteur en scène. Il prit finalement la tête de la société ». Son premier film s’appelle Le Millionnaire qui a volé le soleil.

Le moment décisif de sa carrière est la réalisation en 1957 du premier film mettant en scène Krtek sur lequel il a travaillé plus de deux ans, explique le distributeur français de la petite taupe, les Films du préau, qui s’emploie depuis l’an passé à faire redécouvrir aux enfants (dès 2 ans) et aux adultes ce cinéaste d’animation essentiel qui a su créer un univers joyeux et coloré sans aucun pathos ni sensiblerie. Un univers dans lequel le protagoniste principal n’est pas un super-héros, mais un petit personnage banal qui a pour lui une volonté et une détermination à toute épreuve et sait toujours se tirer des mauvais pas grâce à sa débrouillardise ou encore à son sens de la solidarité.

On dit que Miler a été influencé par les dessins animés de Disney et qu’il décida de mettre en scène une taupe après être tombé sur une taupinière au cours d’une promenade. Disney créa une souris, Miler une petite taupe...

Sur le site Taupek on apprend que « le premier film » où apparaît Krtek est une commande et s’intitule Comment la petite taupe a confectionné son pantalon (1957) qui reçut un prix au Festival de Venise. Il s’agissait d’expliquer la transformation du lin, de la plante au vêtement.

Ce n’est qu’en 1963 que la petite taupe réapparaît. Zdenek Miler créera des dizaines de films avec son petit personnage récurrent, souvent entouré des mêmes amis malicieux. Dès sa création, la petite taupe est devenue une gloire nationale en République tchèque où elle n’a cessé d’être diffusée à la télévision. Elle a également été exportée en Allemagne, au Japon, en Grande-Bretagne ou en France.





La petite taupe n’est pas seulement une fable animalière, c’est aussi une réflexion sur la vie quotidienne, un jugement sur la société de consommation et notre place dans l’environnement. Maria Benesova dans un numéro de CinémAction (Le Cinéma d’animation. Avril 1989) précise que Zdenek Miler « mit son talent admirable au service de fables où apparaissent de petits animaux anthropomorphes pour faire découvrir le monde qui les entoure et les secrets de la nature. » Rien de plus juste.
 
Dans La Petite Taupe et la Voiture, Krtek récupère une voiture miniature cassée par un enfant, la remet en état et roule avec. Idem avec la fusée, le gramophone ou l’appareil photo. Dans La Petite Taupe et le Chewing-gum, la petite taupe entreprend de nettoyer la forêt jonchée de détritus abandonnés par des pique-niqueurs inconscients. Ajoutons que ce dessin animé a été créé en 1969. Dans La Petite Taupe et le Bulldozer, Krtek, aidée par ses amis de la forêt, dévie une autoroute, dans Krtek et le hérisson, la petite taupe et ses compagnons libèrent un hérisson certainement promis aux expériences d’un biologiste…

Pour découvrir Krtek, c’est facile, il suffit d’aller au cinéma ! A Paris, plusieurs salles mettent à l’affiche un programme de 45 minutes comprenant plusieurs aventures de la petite taupe. Les Films du préau qui œuvrent à la redécouverte de ce patrimoine cinématographique ont également publié trois DVD des aventures de la petite taupe.

Sachons donc accueillir notre vieille amie, notre petite taupe qui sait si bien travailler sous terre pour apparaître brusquement !



Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • gecko gecko 23 septembre 2008 09:43

    la dora l’exploratrice des années 60 en somme ! (fallait bien que quelqu’un la sorte celle là !)


    • Christoff_M Christoff_M 23 septembre 2008 10:18

       un artcle léger et sympathique qui fait du bien en ces temps ou la pesanteur de sujets graves dominent !!


      • Syrius Syrius 23 septembre 2008 12:03

        Comment christoff ? Pourtant, un nez crochu, des ongles, qui creuse des tunnels (peut être entre Deauville, NY et Jerusalem) et qui colonise des jardins... C’est de la propagande FACHI NAZI SIONINISTE !!!! Tu ne dénonces pas ? Déçu, je suis.


      • Christoff_M Christoff_M 23 septembre 2008 13:53

         vous lisez trop de bd avec des super héros américians et visiblement cela vous a un perturbé !!

        désolé vu vos propos, vous venez de montrez que l’intégriste limité qui ne sait que dénigrer, c’est vous...

        Vous faites comme la plupart des névrosés vous appliquez vos défauts aux autres !!


      • LE CHAT LE CHAT 23 septembre 2008 10:29
         merci pour cet article sur ce petit personnage que j’ai bien connu dans mon enfance , un contemporain des français Kiri le clown et de Pollux et son manège enchanté .

        à l’époque , les polonais avaient Bolek et Lolek , eux aussi mondialement connus .

        • Abolab 23 septembre 2008 11:11

          Les taupes vivent principalement sous terre, n’ont pas de si grands yeux et sont incapables de discerner le mouvement, aussi cette vidéo ne semble pas très réaliste... mais doit sans doute satisfaire les esprits en mal d’identification et nostalgiques de leur petite enfance...

          Glorifier le gentil animal dans un dessin-animé et ne pas hésiter à les tuer avec des vers empoisonnés ou des bris de verre lorsqu’elles apparaissent dans les plate-bandes végétales des jardiniers, voilà la triste condition de la taupe dans la vie réelle...


          • polmeuris 23 septembre 2008 11:59

            Cet article nul devrait marcher sur Agoravox où on compte 90 retraités sur 100 lecteurs en fauteuils troués.

            Bientôt l’actu des années 50.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Babar

Babar
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires