• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La polémique de la rentrée littéraire est arrivée !

La polémique de la rentrée littéraire est arrivée !

Une rentrée littéraire sans polémique, « c’est comme une belle fille qui lui manquerait un œil », comme aurait dit mon grand oncle Théophraste. En 2006, on s’en souvient, Jonathan Littell et ses « Bienveillantes » avaient été l’objet de toutes les controverses (y’a des erreurs historiques, c’est même pas lui qui l’a écrit, c’est imprimé trop petit et y’a même pas d’image, etc.). Pour cette année, on commençait à se languir quand soudain la polémique a enfin pointé le bout de son nez.

Ainsi le cru 2007 aura un fort arrière-goût de plagiat, sur fond de concurrence larvée entre deux auteures éditées par la même maison : Camille Laurens et Marie Darrieussecq.
Concrètement, l’une reproche à l’autre de lui avoir piqué le sujet d’un roman, Philippe, écrit en 1995, où elle racontait à la première personne la mort de son bébé peu de temps après sa naissance.
Dans un article joliment intitulé : « Marie Darrieussecq ou le syndrome du coucou » (La Revue littéraire, no 32, automne 2007), elle exprime tout le mécontentement qui l’habite, et affirme avoir relevé dans Tom est mort, le roman de Darrieussecq, de nombreux éléments qui attestent du plagiat : « phrase ou idée, scène ou situation, mais aussi rythme, syntaxe, toujours un peu modifiés mais manifestement inspirés de mon épreuve personnelle et de l’écriture de cette épreuve ». Pour appuyer sa thèse, elle cite même des exemples, comme celui-ci : « Je ne suis pas le corps, je suis la tombe.  » (Philippe) ; « Sa terre natale, moi. Moi, en tombe.  » (Tom est mort)
Pour ce qui est du plagiat, les tribunaux trancheront. Mais inutile d’être spécialiste de la propriété intellectuelle pour deviner que Camille Laurens a toutes les chances de se voir déboutée avec des « preuves » aussi peu convaincantes. Rappelons qu’en droit français, les idées ne sont pas protégées, et seule la copie servile encourt les foudres de la justice.
Mais pour le moment Camille Laurens ne parle pas de procès, car le problème est ailleurs. « Tom est mort pose la question de l’obscénité et du cynisme  », écrit-elle. En fait, elle reproche tout bonnement à Darrieussecq de ne pas avoir vécu directement, comme elle, la mort d’un enfant. Et lui refuse ainsi le droit d’en tirer une fiction. Et elle ajoute pour asseoir son propos dans un cadre plus large que « la littérature a une exigence de vérité ».
En dehors de la réelle douleur que peut ressentir un auteur de se voir déposséder d’une histoire qu’il tient - à tort - pour strictement personnelle, on est en droit de juger l’argumentation un peu fallacieuse. Mais là où l’affaire prend tout son piquant, c’est quand Darrieussecq, jointe au téléphone par Le Monde, se justifie en arguant du fait que ses parents ont, eux aussi, perdu un enfant ! Ce qui l’amène à conclure : « Je ne suis pas moins légitime comme soeur que comme mère endeuillée. »
On reste pantois devant un tel raisonnement. Que faut-il comprendre précisément ? Que l’auteur doit nécessairement trouver dans son histoire familiale une quelconque légitimité à traiter d’un thème ? A ce compte, cela ne fait pas beaucoup d’écrivains légitimes en circulation !
Et à l’aune de cette thèse, il serait grand temps de reconsidérer le cas Littell, cet infâme usurpateur qui a eu l’outrecuidance d’écrire Les Bienveillantes sans que lui, ni même un quelconque membre de sa famille, ne soient un bourreau nazi...

Quoi qu’il en soit, l’éditeur Paul Otchakovsky-Laurens (POL) a déjà tranché et choisi son camp : dorénavant il ne publiera plus les textes de Camille Laurens.

Parce qu’elle vend moins que Darrieussecq ?

Sources : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3260,36-946764@51-946803,0.html


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Vilain petit canard Vilain petit canard 28 août 2007 16:32

    Tiens, vous avez changé d’icône ? Elle est jolie, celle-là.


  • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 28 août 2007 14:31

    Rien ne vaut une polémique organisée pour faire de la publicité à un livre médiocre.


    • ripouette ripouette 28 août 2007 14:33

      OSEF(On S’En Fout)


      • arturh 28 août 2007 15:21

        Comparer un livre de Darrieussecq au livre de Littell, c’est comparer de la pisse d’âne au Danube.


        • jam jam 28 août 2007 15:24

          Au lieu de parler de ceux dont on parle toujours (d’autant que l’une comme l’autre écrivent mal des romans qui passent pour littérature et se liraient aussi bien s’ils étaient vendus chez Harlequin), parlons des écrivains. Lisez la Veilleuses de Stéphane Padovani, édition Quidam.


          • Vebret Vebret 28 août 2007 16:15

            Excellente analyse. Intéressant. D’autant plus que Camille Laurens invente le concept de « plagiat psychique »... !! Pour une fois que la polémique ne vient pas d’un auteur ou d’un éditeur en mal de ventes...


            • Vilain petit canard Vilain petit canard 28 août 2007 16:26

              Alors là, d’accord avec ripouette : OSEF !!!


              • jakback jakback 28 août 2007 18:55

                la synthèse des posts de Cris Wilkinson & Arthur est une réponse appropriée

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès