• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La première photographie au monde

La première photographie au monde

L'invention de la photographie est due à Nicéphore Nièpce, onze ans avant le premier daguerréotype, neuf ans avant les premiers essais à la chambre noire de William Henry Fox Talbot.

Il y a plus de cent cinquante ans, Joseph-Nicéphore Nièpce obtenait une image à la chambre obscure sur une plaque d'étain polie, sensibilisée au bitume de Judée. Cette substance possède la propriété exceptionnelle de durcir à la lumière (et non de noircir, comme les sels d'argent). 

Il fallait à Nièpce 8 à 10 heures d'exposition au soleil. Il donna à son invention le nom d'"héliographie". Après dissolution des parties non exposées de l'image dans de l'essence de térébenthine et rinçage de la plaque, une empreinte sur bitume du dessin formé par la lumière demeurait à la surface, sans le secours d'aucun fixage, les ombres étant représentées par l'étain nu. Pour éviter une inversion latérale de l'image, Niépce employait un prisme disposé devant sa lentille achromatique ­ deux appareils optiques qu'il avait acquis auprès de l'opticien parisien Vincent Chevalier en même temps que sa première camera obscura de qualité professionnelle, au mois de janvier 1826. Après avoir utilisé le verre, la pierre lithographique puis le zinc, il avait commandé les plaques d'étain en mai de cette même année.

La vue de 16 x 20 cm qui représente la cour de sa maison de campagne, domaine du Gras, dans le village de Saint-Loup-de-Varennes, près de Chalon sur Saône (71), a été prise de la fenêtre d'un des étages supérieurs. Nièpce avait effectué la même prise de vue deux ans plus tôt sur pierre lithographique, mais ce premier essai avait produit une image à peine visible.

L'étude des matières réagissant à la lumière conduit Nicéphore Nièpce (1765-1833) à impressionner dès 1816 un papier enduit de chlorure d'argent placé au fond d'une chambre noire. 

Ces premières « rétines », images automatiques du réel, ont un rendu négatif (les noirs apparaissent en blanc et les blancs en noir). En outre elles noircissent et sont instables. Après plusieurs années de recherches, Nicéphore Niépce parvient en 1826 à réaliser une surface sensible constituée d'asphalte, ou bitume de Judée, couché sur une plaque de métal. Exposé à la lumière, l'asphalte devient insoluble au pétrole. 

Après la prise qui dure plusieurs heures, le nettoyage au pétrole fait apparaître le métal, derrière les parties non exposées, ce qui permet la représentation des ombres. Point de vue pris d'une fenêtre de la propriété du Gras à Saint-Loup-de-Varennes, 1827 est considérée comme la première photographie.

 Niépce donna à cette image positive et stable le nom d'héliographie (« écriture par le soleil »). Niépce est reconnu aujourd'hui comme le père de la photographie, mais le mot lui-même n'apparut qu'après sa mort, en 1834.

Cette première photographie au monde prise dans un village tout près de Chalon sur saône (71) est la propriété de la collection Gernsheim, à l'université d'Austin au Texas).

La plaque d'étain poli, en elle même a un aspect absolument anodin, au premier abord on n'y distingue aucune forme, et il faut prendre un cliché rasant et fortement contrasté pour révéler l'image.

source : Helmut Gernsheim , « La première photographie au monde », Études photographiques.


Moyenne des avis sur cet article :  4.05/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • Dorzan Dorzan 17 mars 2012 10:57

    Presque 2 siècles, que de chemin parcouru depuis. Pourtant il semble que le progrès est presque insignifiant. 


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 17 mars 2012 12:04

      En 1827 Napoléon Ier était mort depuis peu de temps et un bon nombre de ceux qui l’avaient accompagné dans la Grande Armée vivaient encore. Des révolutionnaires, présents lors de la prise la Bastille en 1789, étaient toujours de ce monde. Ces vieux clichés sont toujours très impressionnant. Ils donnent l’impression de plonger dans les abimes du temps.

      Voici d’autres photos, plus nettes, effectuées à Paris quelques années plus tard. Le Boulevard du Temple, en 1839, et, surtout, cette vue panoramique de la Rive Gauche en 1840 (cliquez sur l’image pour zoomer).

      Un site (lien) avec d’autres photographies.


      • Pyrathome Pyrathome 17 mars 2012 14:29

        Salut Peachy,

        Merci pour ces images du passé,
        Tournons vers l’avenir, le soir du 6 mai 2012, une photo inoubliable smiley..


      • volt volt 17 mars 2012 20:17

        Paris sous le règne de Balzac, merci Peachy...
        Et ce calme, pas une bagnole ! on entendrait une allumette tomber smiley - le rêve.


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 17 mars 2012 21:17

        Oui.

        On peut imaginer voir Victor Hugo, Balzac, Stendhal, Tocqueville déambuler sur le Pont Neuf. C’est assez fascinant.


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 17 mars 2012 21:20

        Salut Pyrathome.

        Bien vu pour la photo. Laissons ce sinistre clown de Sarkozy terminer sa carrière de #%@#&§ dans les poubelles de l’histoire.


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 17 mars 2012 21:28

        @ Volt.

        Ou sur le Pont des Arts, au premier plan, surplombant les bateaux-lavoir qui occupaient la Seine. On y apperçoit des silhouettes figées pour l’éternité.



      • gordon71 gordon71 17 mars 2012 21:37

        il faut reconnaître que Louis Daguerre améliore considérablement le procédé de Niepce et la qualité des clichés



      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 18 mars 2012 00:49

        Une autre, datée de la Révolution de 1848, intitulée « Barricades avant l’attaque, rue Saint-Maur » (Paris, 25 juin 1848). Lien, ici. Les derniers jours de Louis-Philippe, dernier roi de France.

        Taper F11 sur le clavier pour l’apprécier en plein écran.


      • Sacotin Sacotin 18 mars 2012 01:28

        Je vous prie de m’excuser, Peachy, j’avais sauté votre fil, j’ai doubloné...


      • bakerstreet bakerstreet 18 mars 2012 02:02

        Peachy

        Je ne peux que vous remercier moi aussi
        C’est en effet presque le décor de la révolution française


      • gordon71 gordon71 18 mars 2012 07:41

        à quarante ans près :


         on avait le reportage, les photographies....

        et les premières manipulations qui vont avec 

      • gordon71 gordon71 17 mars 2012 17:45

        ursulin 


        par extension seulement on pourrait considérer le visage du christ imprimé sur le suaire comme une photographie, car à ma connaissance ce sont les humeurs de Christ qui sont supposées avoir imprimé leurs traces

        le terme photographie implique l’action de la lumière sur un support sensible 

        la première photographie est d’ailleurs une héliographie 

        • gordon71 gordon71 18 mars 2012 07:38

          ursulin 

          le raisonnement n’est pas tout à fait cartésien, mais 
          il y à de la cohérence dans ce que que vous dites , le Christ, si on considère qu’il est la lumière et le soleil à lui tout seul, alors, on peut considérer le suaire comme une photographie


        • gordon71 gordon71 17 mars 2012 21:34
          la maison d’où a été prise la première photo 


          la première photographie sur plaque d’étain




          • gordon71 gordon71 17 mars 2012 23:11

            bonsoir Katarina (je raccourcis un peu pardon)


            j’ai gardé le taureau et l’animalité pour les vidéos et j’ai choisi le prisonnier pour les articles plus littéraires, je sais pas si j’ai bien fait 

            j’ai adoré cette série (le prisonnier) il y à trente ans même si elle me faisait trembler de peur, aujourdhui je la trouve terriblement d’actualité, je me considère comme prisonnier et manipulé , en particulier par le système médiatique et peut être même par AVOX

            le taureau se sent un peu plus livre sur AVOX tV

            • Sacotin Sacotin 18 mars 2012 15:12

              Oui, les clichés de Curtiss sont magnifiques.

              Les amateurs s’arrachent certains de ses clichés dans les ventes aux enchères.

            • gordon71 gordon71 18 mars 2012 16:25

              je suis allé voir 


              très belles photographies, il faut dire sans rien enlever au génie du photographe, que les indiens ont des caractères et une puissance d’expression, extrêmement photogéniques 

            • gordon71 gordon71 17 mars 2012 23:12

              un peu plus libre pardon


              • Sacotin Sacotin 17 mars 2012 23:49

                Bonsoir,


                Peu connu : Daguerréotype : prise de la barricade Saint-Maur-Popincourt par les troupes du général Lamoricière, le 26 juin 1848.




                • Sacotin Sacotin 18 mars 2012 00:00


                  Désolé, le lien de 1848 ne fonctionne pas. J’ai pourtant fait un essai avant de le mettre ici et il fonctionnait ...


                  • Sacotin Sacotin 18 mars 2012 01:18

                    Merci beaucoup, Peachy, c’est un document qui m’a toujours impréssionné.


                    • Sacotin Sacotin 18 mars 2012 01:25

                      En fait, Peachy, le lien conduit au cliché du 25 juin, avant la prise de la barricade.

                      Il y a un autre cliché, daté du 26 juin, montrant le troupe de Lamoricière occupant la barricade, et l’on distingue également des canons.


                      • Sacotin Sacotin 18 mars 2012 15:08

                        Avec retard, merci.


                      • gordon71 gordon71 18 mars 2012 09:46

                        Daguerre fut également un commerçant de génie 


                        sa trouvaille, ou plutôt celle de Niepce améliorée, va se vendre comme des petits pains à une vitesse fulgurante pour l’époque 



                        • vost 29 mars 2012 21:03

                          Oui Daguerre avait le sens du commerce, cependant c’est sur la vente de matériel à daguerréotyper qu’il comptait faire des affaires (comme les « dioramas miniatures » qui se vendaient à la sortie du Diorama, spectacle conçu par Daguerre) car en fait c’est l’état Français qui dédommageant Daguerre et Isidore Niepce (le fils de Nicéphore) d’une rente annuelle « donna » l’invention au monde entier. 

                          Contrairement à Talbot qui lui avait fait breveté son procédé (Calotype, Talbotype). 


                        • vost 29 mars 2012 21:16

                          Les opticiens (comme Vincent et Charles Chevallier) ont surement fait des affaires car le procédé étant libre de brevet il s’agit d’acquérir une chambre noir, un plaqué argent, de l’iode, du brome, et du mercure pour photographier. 


                          Cependant les contraintes du procédé font qu’il ne s’agit pas encore d’un outil démocratique, seuls les savants, certains artistes, quelques aristocrate et enfin les praticiens qui ont le courage de se frotter à ce nouveau métier, s’y adonnent. 

                          Ce qui est remarquable c’est la durée longue d’utilisation de ce procédé aux Etats Unis alors même que plusieurs procédés lui auront succédé (collodion par exemple et même du temps du gelatino bromure d’argent). 



                        • gordon71 gordon71 29 mars 2012 22:20

                          bonsoir 


                          ce que je ne sais pas 

                          c’est si des fanatiques persévèrent à utiliser cette technique du daguerréotype ?

                        • vost 5 avril 2012 15:24

                          Bonjour,


                          @ Gordon71

                          Oui certains passionnés et certains artistes perpétuent le « dagué » (Patrick Bailly-Maitre-Grand par exemple)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès