• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « La Ronde » d’Arthur Schnitzler au Poche Montparnasse

« La Ronde » d’Arthur Schnitzler au Poche Montparnasse

En faisant coulisser latéralement, les uns par dessus les autres, plusieurs panneaux opaques sur la scène du Théâtre de poche simulant, telle une chambre noire d’appareil photographique, le voyeurisme rétinal de la lumière libidinale, Marion Bierry joue les empêcheuses de tourner en rond autour de l’objet du désir, à savoir le tournis des amours à la veille de la première guerre mondiale.

Sur le ring viennois, la chaîne du coït ininterrompu se transmet le relais phallique, de la prostituée au soldat, de celui-ci à la femme de chambre, de celle-là au comte afin de refermer la boucle sur le dixième et originel tableau de Schnitzler, à la manière d’un arrêt sur image cinématographique, figeant à jamais le lupanar universel des couples en ébats illégitimes.

D’effets spéciaux ingénieux en postures érotiques sous apesanteur, sept comédiens (Vincent Heden, Alexandre Martin, Sandrine Molaro, Serge Noël, Marie Reache, Aline Salajan & Eric Verdin) initient un jeu de chaises musicales virtuelles où dix personnages doivent trouver « sexe » à leurs convenances, en séduisant leurs partenaires par des préliminaires suggestifs au carpe diem de la belle époque qui adore s’enivrer des plaisirs de la chair avant que de succomber sous les fracas des canons.

Le manège de l’amour confondant les classes sociales en un maelström étourdissant, tous s’abandonnent, avec jubilation, à la jouissance de l’instant lubrique.

Le parti pris de cette adaptation par Marion Bierry invente, par delà cette danse insouciante au-dessus d’un volcan en ébullition, la métaphore joyeuse de la nudité cherchant à maintenir l’attention obsessionnelle de ceux qui pressentent l’abîme historique du précipice.

De l’ambiance « piano-bar » au style « cabaret », tous les ingrédients d’un happening aphrodisiaque slalome entre racolage de bon goût et farce vertueuse, sur le fil imaginaire d’un démiurge en orbite parabolique.

photo © Lot 

LA RONDE - ** Theothea.com - de Arthur Schnitzler - mise en scène : Marion Bierry - avec Vincent Heden, Alexandre Martin, Sandrine Molaro, Serge Noël, Marie Reache, Aline Salajan & Eric Verdin - Théâtre Montparnasse


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès