• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « La Sainte Catherine » au Petit Théâtre de Paris

« La Sainte Catherine » au Petit Théâtre de Paris

Si l’infirmière Catherine s’impose comme l’image pragmatique de cette tragi-comédie, Stéphan Wojtowicz, traitant ses personnages à parité, donne en effet à Caroline Maillard le "beau rôle" en même temps qu’il offre à ses trois partenaires masculins des opportunités de composition savoureuse autant que réaliste.

Avec comme toile de fond la grande guerre, en métaphore de toutes les autres, le paternalisme militaire va ici se coltiner avec les blessés ramenés du front en un hôpital de campagne improvisé dans un petit hôtel réquisitionné.

Commandement militaire et soins médicaux vont devoir cohabiter temporairement en un huis clos avec les victimes du carnage sous l’égide d’une idéologie du sacrifice assumé.

Cependant, dans ce cocon protégé du fracas meurtrier, la chaîne des responsabilités pourrait fort bien se dissoudre dans les intérêts personnels multiples, si une bizarrerie patriotique n’allait venir semer le trouble dans l’inertie des esprits : un sculpteur mandaté par le gouvernement débarque avec la mission de "tailler" une statue en l’honneur d’un "poilu" emblématique par reconnaissance éternelle de la Nation.

Qui donc pourra servir de modèle à l’artiste d’État dont ce chef-d’oeuvre sera prochainement inauguré par le Maréchal Pétain ?

C’est le dilemme entre les perspectives morale et physique de cet hommage historico-culturel qui mettra le feu aux poudres en suscitant des scènes hystérisées où Grand Guignol ne sera jamais loin de faire irruption sur le champ de manoeuvre.

Philippe Magnan est complètement "raccord" avec la lâcheté implicite et l’hypocrisie déjantée d’un capitaine médecin-chef préoccupé exclusivement par son avancement de carrière.

Guillaume de Tonquedec excelle à maquiller l’ambition effrénée de Gilbert Grancouraud envers la notoriété, quitte à faire fi de son environnement.

Didier Brice s’affiche dans la candeur servile de celui qui met son corps et son âme à disposition d’une hiérarchie se prétendant attentionnée.

La mise en scène de cette pièce transpire à chaque instant du plaisir de jouer dont José Paul connaît pleinement les excitations d’acteur et dont Agnès Boury a l’expérience de l’efficacité immédiate.

En bref, la stature de cette création réjouissante est de la matière même dont sont consacrés les Molières.

photo ldd : Orly

LA SAINTE CATHERINE- *** de Stéphan Wojtowicz - mise en scène : José Paul & Agnès Boury - avec Philippe Magnan, Caroline Maillard, Guillaume de Tonquédec, Didier Brice - Petit Théâtre de Paris -

Documents joints à cet article

« La Sainte Catherine » au Petit Théâtre de Paris

Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (8 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès