• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « La Vérité » à double sens de Florian Zeller au Montparnasse

« La Vérité » à double sens de Florian Zeller au Montparnasse

« La vérité, il n’y a que çà de vrai ! » conclut l’une des dernières répliques de la pièce alors que pourrait être davantage attendu : « Il n’y a que la vérité qui blesse ! ».

Cependant, puisqu’il s’agit d’une comédie, l’auteur s’est emparé de toutes les armes du Vaudeville jusqu’à en pervertir l’horlogerie de précision afin d’en retourner les effets comiques, à la manière du boomerang.

Non seulement, dans cette partie carrée, la vérité va devenir l’alliée à conquérir mais sa résistance intrinsèque va contraindre chacun des trois autres à ajuster sa stratégie pour mieux la détenir, à son profit.

Si, bien entendu, la vérité devient cet enjeu privilégié, c’est, bel et bien, parce que le mensonge, à géométrie variable, menace chacun à son propre piège.

Alors voilà, Florian Zeller a installé son candide dans la posture du mythomane qui ne doute de rien, ni de personne :

Que ce soit Laurence (Christiane Millet) son épouse, Alice (Fanny Cottençon) sa maîtresse ou Paul (Patrice Kerbrat) son meilleur ami, aucun d’entre eux ne devrait déroger aux rôles qui leur sont assignés a priori, car c’est ainsi que tout serait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Toutefois, dès qu’il lâche un tant soit peu la bride à son système de protection rapprochée, Michel est contraint de donner en gage, un surcroît de transparence qu'il est bien en peine d'assumer.

Chaque fois qu’il pense être parvenu à une nouvelle version de la vérité dûment équilibrée entre ses trois acolytes, le sol se dérobe sous ses pieds en raison d’un venin non identifié.

C’est donc Pierre Arditi qui a été choisi par l’auteur pour jouer ce personnage hâbleur et sûr de lui, tel que le comédien a pu l’incarner à de nombreuses reprises en des situations conjugales et libidinales similaires.

A ceci près qu’ invité, à juste titre, à se caricaturer lui-même par le point de vue dédoublé de Patrice Kerbrat (metteur en scène & co-interprète), le renversement de la donne traditionnelle va, ici, contraindre l’acteur à devoir changer de registres, au cours de plusieurs étapes psychologiques qu’il lui faudra surmonter dans le doute absolu, peu à peu contracté par son personnage.

Du grand art théâtral que celui-ci partage allègrement avec trois partenaires lui renvoyant leur part de vérité, avec l’aplomb redoutable de ceux qui ne vous voudraient que du bien !...

Une pièce Rohmérienne qui ne cesse d’interroger les ombres de la vérité au nom d’une confiance mutuelle discréditée par le mensonge.

Une farce hilarante, ô combien exploratrice des petits arrangements contradictoires avec soi-même.

visuel affiche

LA VERITE - **** Theothea.com - de Florian Zeller - mise en scène : Patrice Kerbrat - avec Pierre Arditi, Fanny Cottençon, Christiane Millet & Patrice Kerbrat - Théâtre Montparnasse

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires