Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le Beau et la Vie. Retours sur la Passion selon Saint-Jean d’Alessandro

Le Beau et la Vie. Retours sur la Passion selon Saint-Jean d’Alessandro Scarlatti

Pourquoi quelques mots sur un concert suivi d’un enregistrement ? Parce que le moment est particulier. Parce que les micros et les caméras ne peuvent dire tout des fourmillements et des passions qui ont traversé ces jours d’intense labeur. 
Pour le public, il y a fort à parier que le visionnage de la Passio secundum Ioannem d’Alessandro Scarlatti (1660-1725) reste un beau moment musical, à l’instar de bien d’autres. Mais c’est bien plus que cela. N’est-il pas troublant de se demander comment produire encore du Beau dans ces instants de tristesse ? Car ce que l’on peut voir sur Culturebox — ou entendre sur disque d’ici une année chez Ricercar — est pour toujours intimement lié aux évènements tragiques du 22 mars à Bruxelles.

Cette Passion n’aurait pas vu le jour sans la détermination de tous les musiciens, du chef Leonardo García Alarcón, mais peut-être surtout des personnes qui œuvrent dans l’ombre et qui ont dû gérer en catastrophe un agenda totalement renouvelé. Le projet s’est en effet tenu en Belgique sur quatre jours au lieu des cinq initialement prévus, le temps de faire venir tous les musiciens. Et pourtant on ne l’entendra pas. Sans tomber dans l’angélisme ou l’héroïsme malvenu, disons le franchement : l’urgence inhérente à ce genre d’évènement a laissé place à une concentration salvatrice, certainement secondée par un amour de la partition où chacun s’est retrouvé. Ce à quoi on a assisté tient du petit miracle. Est-ce peut-être grâce à la puissance de l’introduction quasi mystique de la Passion ? C’est en tout cas une des plus belles pages du baroque italien, encore toute teintée des effets stylistiques du Seicento. Cette ouverture a retenti un nombre incalculable de fois, est comme entrée en résonance avec la tragédie des jours précédents, mais aucune prise de son et aucune caméra ne pourront capter le silence bénédictin qui s’est produit le samedi 26 mars à Malonne lors de l’unique représentation, après une minute de silence demandée par le chef. Comme un voile de pudeur défait, pour une raison que l’on aurait préféré toute autre, la Passion est dès lors apparue encore plus moderne qu’elle ne l’est au départ. Entrecoupée de magnifiques Responsori per la Settimana Santa du même compositeur — qui mériteraient d’ailleurs une exécution complète —, l’œuvre de Scarlatti n’était pas seulement la métaphore d’une fête de Pâques ou l’hommage aux victimes de Bruxelles mais elle devenait le triomphe du Beau sur l’obscurantisme.
 

Ce que les caméras ont capté tient du jour suivant et les micros du jour d’après. L’église du Béguinage de Saint-Trond est un autre lieu captivant par ses peintures murales datant du 13è siècle au 17è siècle. Est-ce que le résultat est à la hauteur ? Plus qu’on ne le croit. Doit-on s’embarrasser de toutes ces considérations pour profiter d’une interprétation ? Parfois, malheureusement, c’est essentiel.

    _________________



La Passio Secundum Ioannem d’Alessandro Scarlatti est disponible dès 19h le 30 mars 2016 sur Culturebox via ce lien.



Millenium

Choeur de Chambre de Namur

Leonardo García Alarcón, direction



Giuseppina Bridelli, Testo

Salvo Vitale, Christus



Solistes du Choeur de Chambre de Namur

Caroline Weynants, Ancilla

Guillaume Houcke, Pilatus

Pierre Derhet, Petrus

Maxime Melnik, Un juif

    ______________


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 31 mars 11:20

    Bonjour, Frédéric

    Au delà de l’attentat, cet article est aussi l’occasion de rendre un hommage à Alessandro Scarlatti, beaucoup moins connu que son fils et pourtant auteur de superbes pages musicales, dont cette Passion et des cantates magnifiques, à l’image de « Su le sponde del Tebro » pour laquelle j’ai une prédilection particulière.

    Merci à vous pour le compositeur et pour les victimes de Bruxelles.


    • Frédéric Degroote Frédéric Degroote 31 mars 11:42

      @Fergus

      Merci. Bien sûr, je préfère même Alessandro à Domenico pour tout vous dire.

    • Laraclure (---.---.97.7) 31 mars 14:58

      J’en possède la version , ancienne déjà, interprétée par René Jacobs, j’ ai gardé de l’intro un déchirement extatique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès