• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Le Bleu du ciel » avec Anne Alvaro à la Maison de la poésie

« Le Bleu du ciel » avec Anne Alvaro à la Maison de la poésie

Que l’on ne s’y trompe pas, Anne Alvaro est un astre solaire autour duquel chaque planète prendrait plaisir à effectuer des circonvolutions, tant le timbre de sa voix unique entre tous cristallise l’attention ici et maintenant en même temps qu’elle plonge son auditoire dans un ailleurs indicible.

Aussi que Claude Guerre, le récent directeur de la Maison de la poésie depuis 2006 ait choisi cette comédienne pour constituer le souffle de ses deux mises en scène dans le cadre d’une programmation thématique de six spectacles, intitulée Un hiver amoureux, ne pourra que conforter les liens d’héritage que celui-ci veut célébrer de Sade à Sophie Loizeau en passant par Georges Bataille et Bernard Noël.

Introduisant le cycle avec Le Bleu du ciel, spectacle qu’il fait débuter par un extrait des 120 journées de Sodome, Claude Guerre apparaît du fond de scène tel un magicien envoûteur qui répandrait sur le sol une semence bleue de manière circulaire pour transformer peu à peu celle-ci en rayons solaires jaune et rouge devant le parterre du public entourant au plus près l’oeuvre picturale sur laquelle Anne Alvaro et Julie Pouillon vont entretenir une psalmodie chorégraphique faisant dialoguer deux séries de sept textes signés Georges Bataille et Bernard Noël.

Se livrant corps et âme au ballet des mots érotiques, les deux comédiennes tiennent précisément la distance grâce à leurs voix qui s’épousent dans un contraste captivant leurs regards plongés l’un dans l’autre pour en faire résonner du grave au déchirant, le chant sulfureux de la libido.

Rien ne saurait arrêter la mécanique de la volupté dans son désir de transgresser les tabous, si ce n’est la tentation latente d’assimiler le féminin au masculin en une aberration surréaliste.

Mais l’hiver ne fait que commencer et c’est sans doute pourquoi Le plus clair du temps je suis nue répondra en écho la trompette de David Lescot à l’ensorcellement d’Anne Alvaro dans le second spectacle de Claude Guerre à suivre donc en aparté.

Photo © Juliette Heymann

LE BLEU DU CIEL - ** Theothea.com - de Bernard Noël, Sade, Georges Bataille - mise en scène : Claude Guerre - avec Anne Alvaro, Julie Pouillon, Claude Guerre - Maison de la poésie


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (6 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès