• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le courage d’un seul peut tout dynamiter

Le courage d’un seul peut tout dynamiter

 Beaucoup plus qu’une comédie italienne sur le coming-out

Tout démarre banalement sous le soleil d’une petite ville d’Italie du Sud : joie d’agapes familiales autour d’une table joyeusement arrosée, plaisir des parents, de la grand-mère et du frère de retrouver le jeune Tommaso étudiant à Rome. Puis conversation entre Tommaso et Antonio, le frère aîné : pour échapper au poids de son père et à la fabrique de pâtes familiales, Tommaso va annoncer, à l’occasion du dîner du lendemain, son homosexualité. Antonio le regarde, interloqué mais sans être choqué.
Le dîner arrive et tout bascule : Antonio coupe l’herbe sous les pieds de son jeune frère pour avouer en premier… son homosexualité.
S’ensuit une comédie à l’italienne autour de l’acceptation ou non par cette famille bourgeoise, et un rien « confite », de l’homosexualité de ses fils. A un moment, on a même droit à des scènes qui s’inséreraient sans problème dans un nouveau remake de la Cage aux folles (notamment un verre cassé n’est pas sans rappeler le bris de la biscotte…)

Mais ce film est bien plus qu’une farce et un plaidoyer pour le droit des gays à vivre comme ils l’entendent – ce qui ne serait déjà pas si mal ! –, car ce coming-out à double détente va servir de révélateur aux différentes vérités ou vies cachées. On assiste à un effeuillage qui semble sans fin des heurs et malheurs de chacun : l’amour et la fugue finis en impasse de la tante, la perte jamais comblée d’une mère, des sexualités incertaines et surtout l’amour caché de la grand-mère qui n’avait pas épousé le « bon frère »… 
Tout finit dans un ballet métaphorique où chacun se mêle à l’autre, découvrant et acceptant ce qu’il est vraiment, ce sous les yeux du pyromane, Tommaso, qui les regarde à distance.

Nous sommes ainsi, chacun de nous, trop souvent prisonniers des vies que nous n’avons pas voulu ou pu vivre, de ces moments que nous avons laissé échapper, de ces mensonges que nous avons laissé se construire. Nous ne savons plus regarder le réel tel qu’il est, mais nous ne le voyons qu’au travers du prisme de l’histoire, la nôtre comme la leur. Soyons disponibles à ces moments de rupture, ces failles, ces coming-out soudains et imprévus et servons-nous en revisiter notre compréhension du monde.
Le titre français du film joue dans la superficialité n’évoquant que le déclencheur, « le Premier qui l’a dit ». Le titre original est, comme souvent, bien meilleur et beaucoup plus évocateur de la vraie profondeur du film : « Mine Vaganti » soit « les Mines Errantes ». En effet, les mots de Tommaso et la liberté de ses mouvements vont faire sauter, au hasard des croisements, les défenses installées. Et aussi toutes nos lâchetés sont autant de mines qui ne demandent qu’à sauter au premier geste malheureux. Alors mieux vaut lâcher prise...

Parfois en poussant la porte d’un cinéma, on croise un grand film. C’est ce qui m’est arrivé ce vendredi dernier...

Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (10 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès