• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Le Démon de Hannah »

« Le Démon de Hannah »

Si la passion ayant accouplé Hannah Arendt et Martin Heidegger dans les années 25 pouvait, soudain, ressusciter dans les années cinquante, après tout ce qui s’était passé entre deux, Elsa Zylberstein et Didier Flamand se posent, en comédiens engagés sur les planches, la question idéologique qu’Antoine Rault, l’auteur et Michel Fagadau, le metteur en scène, ont tenté de conceptualiser et théâtraliser à cet égard.

Tout d’abord le décor, deux cubes juxtaposés symbolisent côté cour, le Berlin dévasté d’après-guerre, côté jardin, le New-York triomphant de l’« American way of life ».

Dans l’un, Hannah face à son mari (Jean-Marie Galey) alors que dans l’autre, Martin opposé à son épouse (Josiane Stoleru), se préparent aux retrouvailles des deux ex-amants qu’il va, ainsi, falloir expliciter aux partenaires respectifs, en justifiant, professionnellement, cette rencontre et, ainsi, la rendre crédible, vingt-cinq années plus tard, dans une petite chambre d’hôtel à Berlin.

L’étudiante et disciple étant devenue l’égale du maître sur le plan philosophique ; l’une étant désormais reconnue par ses pairs, l’autre en situation d’interdiction d’enseigner, vont se retrouver comme aimantés par une force indicible, en état d’implosion implicite.

Ce n’est pas tant la différence d’âges, qui s’est nécessairement accusée, que la dialectique des motivations et reproches qui servira de tremplin à cet élan d’amour-haine que le temps n’aura fait qu’exacerber.

Ainsi, au coeur du conflit amoureux, se dresse comme une montagne infranchissable, l’adhésion au National-Socialisme et ses lois anti-juives auxquelles Martin Heidegger se défend d’avoir souscrit si ce n’est par simple échappatoire administrative.

Comment donc restaurer une confiance apparemment trahie au nom des serments fusionnels d’antan ?

En tout cas, ce n’est pas Madame Heidegger qui sauvera des cendres, le souvenir de cette passion intransgressible, car telle une diablesse sortant d’une boîte à mauvaises surprises, celle-ci fera irruption, dans la chambre des amours retrouvés, pour vider le sac des tromperies et autres lâchetés conjoncturelles que Martin, son mari ne semblera pas en mesure de récuser.

Didier Flamand se présente effectivement fort touchant dans la sincérité des sentiments contrariés ; face à ce débordement maîtrisé, Elsa Zylberstein apparaît sur un fil d’équilibriste qui tantôt sermonne, tantôt abandonne le quant-à-soi pour s’en remettre à un jeu instinctif où se discerneraient des enjeux contradictoires, dirigés à l’emporte-pièce par Michel Fagadau.

Ainsi, au vu des premières représentations, la comédienne, dans son souci d’identification au personnage, semble se faire la proie consentante d’une forte interrogation subjective.

Gageons, dans cette perspective, que le démon d’Elsa serait une feinte ingénieuse de l’Actor Studio.

photos affiche © Pascalito 

LE DEMON DE HANNAH - *** Theothea.com - de Antoine Rault - mise en scène : Michel Fagadau - avec Elsa Zylberstein, Didier Flanand, Josiane Stoleru & Jean-Marie Galey - Comédie des Champs Elysées

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Gazi BORAT 15 octobre 2009 13:31

    Au-delà de la critique de la pièce (que je n’ai pas vue), le sujet qui l’inspire n’est pas inintéressant.

    La question ouverte sur l’influence de sa liaison avec Heidegger, du choc sans doute causé par ce qui fut plus qu’une formalité administrative (son adhésion au national socialisme) sur les écrits d’après guerre d’Hannah Arendt ?

    Certain pense trouver la trace de cette histoire dans l’insistance de l’écrivaine a représenter Adolf Eichmann ("La Banalité du Mal) comme un monstre et à la fois un bureaucrate des plus insignifiant..

    Heidegger, en tant que philosophe de génie, ne saurait ressembler à ce petit comptable à lunettes et ne saurait ainsi se confondre avec ces rouages zêlés de la Solution Finale.

    http://www.lessignets.com/signetsdiane/calendrier/images/juin/1/1/Eichmann_ Adolf1.jpg

    http://weblogs.madrimasd.org/images/weblogs_madrimasd_org/universo/159/o_Ma rtin%20Heidegger.jpg

    Mais ce n’est là qu’une hypothèse..

    gAZi bORAt


    • Bardamu 15 octobre 2009 14:03

      Tripatouillage pseudo intello que cela !
      Elsa, elle n’a pas son pareil pour faire la sotte. 


      • Theothea.com Theothea.com 15 octobre 2009 14:11

        « Le Démon de Hannah » par Michel Fagadau & avec Elsa Zylberstein à La Comédie des Champs-Elysées


        • sophie 15 octobre 2009 16:27

          désolée mais moi qui aime par dessus tout Annah jusqu’à la moindre virgule je ne la reconnais pas du tout dans ce spectacle qui l’associe avec un étre pas très top et ressemble furieusement au spectacle de yung avec sa patiente, j’aime Annah dans ses livres , pas au spectacle...Je l’eu vue en amante de Albert


          • Gazi BORAT 15 octobre 2009 17:46

            Jung et sa patiente..

            Je n’ai pas vu non plus le spectacle..

            Les couples maudits semblent être en vogue. J’ai pour ma part plus d’empathie pour la malheureuse Sabina Spielrein et son horrible amant que pour Hannah Arendt.. et encore moins pour Martin Heidegger..

            Mais c’est tout personnel..

            gAZi bORAt


          • mbaz 30 novembre 2009 13:43

            Magnifique sujet, beau texte.
            Quelle déception dans le jeu des artistes. Si Didier Flamand et Josyane Stoleru tirent leur épingle du jeu, que dire de J.M. Galey qui joue faux de bout en bout. Quant à Elza, on l’a connue plus inspirée. Elle en fait des tonnes et tout sonne faux.
            Pourquoi prendre une voix de gorge complètement artificielle pour jouer la colère et l’émotion ?
            Quel gachis.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès