• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le Festival des vieilles charrues

Le Festival des vieilles charrues

Le Festival des vieilles charrues, un succès incontestable.

Avec le retour des beaux jours, les festivals en tous genre fleurissent. La Bretagne est une terre d’accueil de ces événements artistiques. Le Festival des vieilles charrues s’est tenu ce week-end à Carhaix dans le Finistère. L’affiche était encore une fois prestigieuse et éclectique. Charles Aznavour cotoya Abdel Malik et Grand Corps Malade, eux aussi amoureux de mots et de textes ciselés, les fiévreux Rita Mitsouko ou encore le tonitruant Joey Starr, le jaguar était dans l’arène, la divine Ayo et le fantasque Philippe Katerine, le rêveur Jacques Higelin et l’ange Peter Gabriel, fondateur du groupe Genesis et désormais passionné de musiques du monde. Tandis que Bryan Ferry, toujours classieux reprenait en plus de son répertoire, des chansons de Bob Dylan. Les Canadiens Arcade fire enflamaient la scène avec leur rock puissant.

Tous ces artistes sont descendus de l’arbre aux musiciens qui symbolisait cette 16e édition. Le Festival des vieilles charrues accueille des artistes de tous les horizons. Celui-ci fut créé en Bretagne en 1992 par un groupe d’étudiants. Il célèbre toutes les musiques. Des formations régionales (Alan Stivel...), à la musique électronique, à la variété française (Lavilliers, Noir Désir, Miossec...), en passant par les artistes internationaux (James Brown, Ben Harper, Iggy Pop...). Celui-ci est devenu en quelques années le plus grand festival de rock français et l’un des plus importants au niveau européen.

Avec le festival, c’est un événement culturel qui permet une expérience d’économie solidaire. 200 000 personnes sont accueillies chaque été sur le site. 6 000 bénévoles travaillent d’arrache-pied. Les bénéfices sont redistribués à différentes associations locales qui soutiennent la création ou qui font la promotion de la culture bretonne ou défendent le patrimoine. Le dynamisme économique est lancé car le festival a permis de créer des emplois et d’insuffler un élan à la vie culturelle. Un projet de développement d’une technopole culturelle est actuellement à l’oeuvre.

Le défi du festival c’est de programmer chaque année des têtes d’affiche qui coûtent cher. Le festival devra continuer à affirmer son identité et se remettre en cause en permanence pour perdurer. Gageons que celui-ci a encore de belles années devant lui. La scène musicale s’enrichit et réserve des voyages sonores inoubliables.

"La musique est universelle. Elle traverse les frontières et célèbre le beau. Elle apaise et transporte vers le sacré. Elle enrichit lorsqu’elle se mêle aux sonorités du monde et ensorcelle par ses métissages.’’

Dix ans de labour est le titre du livre écrit par Ronan Gongiard. Illustré de 150 photos, il retrace l’épopée humaine et la réussite du festival.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Gasty Gasty 24 juillet 2007 10:54

    Un succès qui ne se dément pas.

    Le nom des vieilles charrues a été choisi comme un clin d’œil au festival des Vieux Gréements qui se déroulait en même temps à Douarnenez.

    Carhaix signifiant l’intérieur des terres en breton.


    • Auffret Auffret 24 juillet 2007 12:17

      La réaction de Carhaix provient en fait du rassemblement des vieux gééments à Brest 92. Cette fête, très raisonnable à ses débuts, se déroulait à Pors Beach (prononcer Ber) en Logona Daoulas, dans la rade de Brest, dans les années 80. Ayant bien grandie, elle demanda l’accueil à Dournenez jusqu’en 1988. Douarnenez demanda l’accueil à Brest pour une ultime et dernière fête grandiose en 1992. Ce sont les sponsors qui ont insisté pour la reconduire en 1966. Maintenant, nous disons qu’une tradition est une modernité qui a réussi. Carhaix a bien eu raison de réagir car la Bretagne est trop associée à la mer et non à la terre. Pour Brest 92, toute l’administration (police...) était concentrée sur Brest, interdisant même d’autres manifestations. Une saine émulation est née puisque les deux fêtes perdurent et progressent. Coup de chapeau à Carhaix de remettre le couvert tous les ans et de réunir bien des générations.


    • ISAYAT 24 juillet 2007 11:07

      Rectificatif : 200000 personnes sont accueillies et non pas 2000000.


      • (---.---.107.67) 24 juillet 2007 14:01

        c’ est vraiment un festival exceptionnel

        j’y étais

        on aurait dit woodstock cété grandiose !!!!!!!!!!!!


        • Bouli Bouli 24 juillet 2007 17:32

          Je me souviens j’y étais y a quelques années... Plusieurs dizaines de milliers de personnes en pleurs sur « Stewball » quand Hugues Aufray était venu... un grand moment avant que tout le monde beugle sur Santiano !! smiley

          Et quand vers la fin des concerts, on regagne les sorties, on enjambe des cadavres de toutes sortes, on tient des paris sur des gens titubants... AAAAAAAH rien que du bonheur

          @ l’auteur attention à ce que vous appelez « variété française »... Noir Dez c’est pas de la variet’ smiley


          • (---.---.50.178) 25 juillet 2007 02:17

            Oui c est vraiment TOP. l ambiance est super sympa. Tu passes de Tiersen a Iggy pop. des duo imprevus... tu peux dormir dans ta voiture lors du week end ... les festivals aux states come coachella par contre decevant. Les artistes font leur 45 min et se cassent . Ca suit le programme a la minute pres. Le camping est hors de prix Et la bouffe est franchement....


            • Iceman75 Iceman75 28 juillet 2007 16:54

              L’article est suffisamment descriptif pour donner envie d’y aller. Cela dit, « plus grand festival de rock français », ne convient pas du tout : Aznavour, GCM, P Katerine ne font pas du rock mais de la musique, mauvaise ou bonne, mais de la musique. Le rock français est déjà assez ridicule parfois pour qu’on ne lui colle pas n’importe qui n’importe comment. Tiens Miossec est en variété française ici...ouf, certains l’ont classé en rock une fois. Et dire que la Fnac et Tokyo Hotel dans le Metal smiley Vivement l’année prochaine et bons festivals

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès