• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Le jeu de la mort » expérience scientifique ou jeu bidon ?

« Le jeu de la mort » expérience scientifique ou jeu bidon ?

« Le jeu de la mort » est un documentaire proposé par France 2, dans lequel de vrais scientifiques et de faux producteurs de télévision recrutent des vrais candidats pour un jeu dont le principe est simple  : envoyer une décharge électrique de plus en plus forte à un homme à chaque mauvaise réponse.

Cet homme est en réalité un acteur, et le but (avoué a posteriori aux candidats) est d’étudier le processus de soumission à l’autorité de la télévision.

Ce Remake de la célèbre expérience de Milgram, qui lui avait placé ses cobayes sous l’autorité de la science, avant de leur demander d’envoyer, suivant le même principe, des décharges électriques à un quidam, est-il une véritable expérience scientifique ou un expérience télé bidon ?

Le débat sur le fond concernant la soumission de l’homme à l’autorité, ici l’autorité de la télévision, aussi intéressant soit-il, doit-il occulter le débat sur la forme ?

Tentative de réponse :

 

Tout d’abord, remarquons que le titre de ce "documentaire" intitulé par France 2 d’une façon assez racoleuse « Le jeu de la mort » sans le moindre sous titre faisant allusion à une quelconque expérience scientifique, nous place d’office sur le terrain de l’émission de télé réalité pure et dure.

La dictature de l’audimat y est encore sans doute pour quelque chose.

 Peut d’observateurs dans la presse ont néanmoins cru bon de se lancer dans un tel débat. Sont-ils eux aussi « des agents exécutifs » soumis au pouvoir de la télé ?

 Pas seulement,

le débat de fond, concernant la soumission de l’homme à l’autorité, ici l’autorité de la télévision, déclenche immédiatement les passions, et les passions c’est bien connu, nous empêchent d’y voir clair.

 Or, à y regarder de plus près, s’il y a bien un réel abus de pouvoir de la télévision sur les esprits, ce documentaire qui prétend le dénoncer, repose lui même sur un abus de pouvoir, une tromperie, vis-à-vis des candidats comme des téléspectateurs.

 Evidemment, la magie de la télévision opère encore une fois. Elle simplifie et nous fait prendre ce qu’on nous laisse voir pour la réalité. Autrement dit : nous sommes séduits, nous adhérons. On nous dit "expérience scientifique, on nous montre des chercheurs barbus en blouses blanches, et le tour est joué. On a le souffle coupé : 80 pourcent de nos compatriotes acceptent d’envoyer la décharge maximale de 480 volts !

Vit-on au milieu des barbares ? A quand une nouvelle Shoah ?

 Comment procède-t-on ? Quel est le tour de passe passe ?

 Et bien : au téléspectateur on fait croire qu’il pourrait très bien être à la place de ces "cobayes" qui envoient les décharges électriques : "ce sont des gens comme vous et moi" répètent habilement les maîtres d’oeuvres de ce docu-réalité.

C’est là que le bât blesse : il n’en est rien. C’est même un gros mensonge.

 Seriez-vous allé tester la solidité de votre couple sur l’île de la tentation ? Non, sûrement pas.

Seriez-vous allé faire le guignol sur un jeu télé sans savoir à l’avance de quoi il s’agit ? Sûrement pas non plus.

 Autrement dit vous auriez refusé d’office de vous soumettre à l’autorité de la télévision.

Au premier coup de téléphone du recruteur vous auriez dit "Non" comme de nombreuses personnes qui ont un jour été contactées pour participer à l’ile de la tentation et qui ne se sont de ce fait jamais laissé tentées par l’île paradisiaque.

 Les candidats du jeu de la mort, ne sont donc pas "vous et moi", contrairement à ce que veulent nous faire croire les producteurs de ce documentaire, ils sont une minorité de gens soigneusement choisis parmi un groupe de personnes qui reconnaissent "l’autorité légitime de la télévision" selon la formule consacrée par les psychologues sociaux, panel qui est donc susceptible d’exécuter les injonctions émanant de cette autorité et représentée par l’animatrice télé.

 La première de ces injonctions étant, rendez-vous à telle date pour l’enregistrement d’un jeu dont ils ne savent rien.

 Il est donc complètement abusif de tirer de ces résultats des conclusions d’ordre général comme le fait pourtant le documentaire sur la fin. (On le fait certainement pour les besoins de l’audimat, avec la complicité de la presse télé qui fait monter la sauce comme d’habitude)

D’autre part, il aurait fallu comptabiliser dans ces résultats tous ceux qui ont refusé de participer à l’expérience télévisuelle. (Ce qui est sans doute la majorité d’entre nous contrairement à ce que France 2 nous fait croire, pour dramatiser et vendre son documentaire)

 Mais cela n’est pas tout chers amis, à l’abus de confiance télévisuel, se rajoute une imposture scientifique.

 " Le protocole" scientifique en question est extrêmement discutable au même titre que celui de Milgram, qui a été remis en question par de nombreux chercheurs éminents. Ici, la principale critique que l’on pourrait émettre étant que le PUBLIC connaît et participe à la supercherie.(Public qui malgré son rôle décisif ne sera donc jamais appelé à donner son point de vue)

Remarquons à ce titre là que de nombreux candidats ont accepté de continuer à torturer le quidam sous la pression de ce public complice de la production.

La phénomène psychologique est simple, l’adhésion du groupe confortant l’individu dans la légitimité de son action. Or que dire si le public est truqué ? Si le public n’agit pas comme il aurait agi dans la réalité ?

Et bien l’expérience ne vaut plus rien. Dès lors que l’un des facteurs n’est pas valide, en l’occurrence pas réel, le comportement des sujets qui en est la résultante, ne peut pas l’être davantage.

 Cette expérience pseudo scientifique est donc une supercherie remarquablement bien ficelée qui nous montre encore une fois le pouvoir qu’a la télévision, de nous faire prendre des vessies pour des lanternes, et de nous manipuler en prétextant toujours de bonnes intentions.

 N’importe quels manipulateurs un peu doués et a fortiori des psychologues sociaux organisés, sont en mesure de manipuler des individus isolés et donc vulnérables. Cela marche d’autant mieux que c’est la télévision, voilà les seules conclusions valables qu’on peut tirer de ce documentaire. Le reste relève de l’abus de confiance avec complicité de certains psychologues ravis de se faire un coup de pub à la télé, complicité de la presse également ravie de discuter sur des sujets aussi polémiques où l’on voit déjà poindre la menace d’un prochain Holocauste. Rien de nouveau, donc sous le soleil, seulement une arnaque télévisuelle de plus, made in « sévice public » , avec toujours la même victime : le téléspectateur, moi, nous, vous.

Emmanuel Ruhle
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • Patrick_Boissy 18 mars 2010 15:15

    Merci pour cet article en effet il importe de garder un œil critique sur les expériences et encore plus sur les émissions tv.

    Permettez moi cependant de nuancer certaines de vos affirmations :
    le panel est limité du fait de l’acceptation voir la volonté de participer à un jeu tv.
    Les « cobayes » n’ont pas été sélectionnés parmi des candidats de jeu Tv mais au sein d’un panel de personnes disponibles pour tester de nouveaux produit. Dans ce cadre (restrictif je vous l’accorde) une seule personne contactée a refuser de participer au « jeu »...

    Vous parlez, également, de personnes ne sachant pas a quoi elles s’engagent, alors que chacun des candidats a, avant de s’engager à jouer, été reçu par le pseudo-producteur qui leur a précisé le principe du jeu. Ce rendez vous a également été l’occasion de leur annoncer que les gains seraient fictifs car il s’agissait de fabriquer des émissions test.

    La question d’un public captif et orienté n est pas une manipulation, le public n’était pas constitué d’acteurs ils étaient comme dans toute émission tv réelle sélectionnés.
    Et pour « maîtriser » ce public il n’y a pas eu de différence avec les plateau de tv habituels... simplement un chauffeur de salle et un candidat (la personne « électrocutée ») qui n’était pas particulièrement sympathique afin de limiter l’empathie du public a son égard...

    De plus le public est un élément d’analyse et en tant que tel il doit être maitrisé afin d’offrir une analyse juste, et en effet lors de l’expérience le public est considéré comme une des 5 injonctions utilisée par la présentatrice pour inciter la personne à jouer.

    L’expérience nécessiterai certainement d’être réitérée avec de nombreuse variable afin d’avoir une analyse plus juste. Mais l’expérience de Milgram qui a été reproduite de nombreuse fois dans sa situation initiale a déjà véritablement fouillé ces questions.

    L’intérêt réel de ce test est de prouver que l’institution télévisuelle est une autorité. La variable principale est cette fois de remplacer le scientifique par une animatrice TV et de valider que les réponses sont similaire.

    Je pense qu’il est primordial de prendre du recul sur l’expérience mais également d’en prendre des enseignements de nous former individuellement et nos enfants à analyser la légitimité d’un ordre d’une consigne avant de l’appliquer... et de façon induite remettre aussi en question les vérités qu’on veux bien nous asséner.


    • emmanuelR 18 mars 2010 18:52

      Pourquoi insistez-vous 
sur l’importance du rôle du public 
dans cette expérience  ?

      François Jost. Lors du passage du premier candidat de la journée, le public n’était pas au courant que le jeu était truqué, alors qu’ensuite, il le savait… Or, dans le film, rien ne permet de faire la différence entre ce public « complice » ou non. On voit simplement des gens qui crient « châtiments, châtiments  ! », sans savoir s’ils jouent leurs rôles ou s’ils sont vraiment « portés » par le jeu. C’est extrêmement gênant pour juger de la validité de l’expérience  : le public est-il sadique ou joue-t-il à l’être  ? Car, dans ses interprétations, Nick fait un amalgame, un saut considérable de l’individu à la foule  : il conclut sans arrêt sur le phénomène d’obéissance d’un groupe, alors qu’il s’agit d’individus isolés placés sous la pression d’une foule. Et ça n’est pas la même chose d’avoir une foule qui vous pousse à agir ou d’être face à un scientifique dans un laboratoire, comme dans l’expérience de Milgram.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 mars 2010 11:46

      Complexe, mais je garde la phrase clef : 


      « N’importe quels manipulateurs un peu doués et a fortiori des psychologues sociaux organisés, sont en mesure de manipuler des individus isolés et donc vulnérables. »

      C"est pour ça que notre démocratie n’est qu’une escroquerie et que j’ai grand hâte qu’on y mette et qu’on passe à autre chose.


      Pierre JC Allard

    • ddacoudre ddacoudre 18 mars 2010 17:17

      bonjour emmanuel

      je ne partage que partiellement ton point de vue une étude n’est jamais la réalité hormis quand sont objet est de l’observer.
      Milgram n’est que le énième à avoir compris et essayé de démontrer les conséquence de l’être conditionnel que nous sommes. la télé comme lui dans sont étude mettent en place un environnement particulier qui naturellement influence l’étude elle le m^me ce phénomène est parfaitement connu des scientifique qui ont constaté depuis fort longtemps qu’une même étude mené rigoureusement suivant le protocole d’écrit varié en fonction du lieu même ou elle se déroulé. nous reston donc dans la mesure de lobservation d’une constante de comportement lié a un environement favorable. ceci n’invalide pas l’étude corptementaliste ne soi qui ne relève pas seulement d’un comportement humain mais d’une structure universelle.

      j’ai fais un article sur le même sujet je te le joins

       http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=71838

      cordialement.


      • jean 18 mars 2010 18:54

        Perso ce truc je n’y crois pas du tout, la plupart des gens auraient refusé cela c’est juste du show TV1 ou TV2
        Cela dit il y a des gamins en afganistan qui cherchent l’introuvable ben ladden et qui reviennent en cotelettes chez eux....


        • JL JL 18 mars 2010 19:09

          Entièrement en phase avec cette analyse d’EmmanuelR.

          J’ajoute que l’on pourra épiloguer longtemps, la vérité quant à ce qui s’est passé réellement pendant le tournage, pendant les prises de vues destinées à être montées et qui était destiné à nous être montré, nous ne le saurons probablement pas : ce qui nous a été dit sur les conditions et les candidats, et le public c’est du storytelling. Les questionneurs étaient bien trop stéréotypées dans leurs réactions, avant, pendant et après leur prestation pour être vrais : il n’y avait qu’une seule nuance, à savoir, rebelle ou soumis, résistant ou collabo, bon ou méchant. Bref, une présentation manichéenne de notre société binaire pour des téléspectateurs à la pensée formatée dans ce sens !

          Ce qui me fait dire que c’est de la télé poubelle, même si c’est l« ’école française » de téléréalité qui se cherche. !


          • Carl 18 mars 2010 19:40
            @L’auteur
            Le croyez-vous vraiment ?
            Vous avez raison, nous sommes avec cette émission, loin de la réalité. En effet, vous et moi poussons tous les jours le curseur au delà des 450 volt, mais comme on ne voit pas qui est à l’autre bout du commutateur, on fait semblant de croire qu’il n’y a personne. Nos comportements capitalistes hégémoniques et consuméristes, le votre y compris, sont responsables de la mort et de la détresse extrême de milliers de personnes à travers notre monde mondialisé et vous le savez aussi bien que moi, mais nous faisons semblant de ne pas le savoir, de ne pas le voir.
            Pollutions, famines, etc et bien sûr les guerres...
            Et puisque nous en sommes là, que peut donc amener un homme à en tuer un autre qu’il ne connaît pas, qu’il n’a jamais vu et qu’il ne voit parfois jamais de ses yeux ? 
            Comment expliquez-vous les guerres actuelles dans lesquelles la France est engagée ? N’est-ce pas la réalité et la volonté du peuple français représenté légalement dans sa majorité par son gouvernement, N’est-ce pas à y réfléchir un peu de nous ? Vous ne pensez pas en être responsable parce que vous être contre cette guerre ? Allez donc faire un tour dans les montagnes afghanes, vous verrez si les personnes combattues par la France font la différence entre un français « pour » et un français « contre » !
            Pour conclure : tout participe à tout..., ainsi l’expérimentateur fait-il aussi partie de l’expérience, et vous-même faites partie du système que vous critiquez, là est le problème, suivant ce principe personne ne peut alors rien dénoncer. Ce que nous savons, c’est que l’horreur telle que la shoah, puisque vous en parlez, se reproduira, ici et (ou) ailleurs, et que, plus on pensera que cela est impossible, plus les risques seront grands que cela se reproduise. 

            • JL JL 18 mars 2010 19:49

              Voilà ! Carl tient typiquement le discours qu’est censé tenir un téléspectaeur qui a vu cette émission : si le monde va mal c’est à cause des petits, des sans grades, des pauvres puisqu’ils sont les plus nombreux !


            • JL JL 18 mars 2010 21:49

              « Le secret d’une autorité, quelle qu’elle soit, tient à la rigueur inflexible avec laquelle elle persuade les gens qu’ils sont coupables. » (Raoul Vaneigem)

              C’est à ça que cette émission contribue.


            • Franky31 18 mars 2010 20:43

              Il me semble que le fond du problème n’ai pas tant dans le fait que la TV soit considérée ou non comme une autorité légitime par certains.

              La réalité est que tout un chacun va obéir naturellement sans réfléchir a une entité/organisation qu’il considère comme légitime quelque soit sa nature du moment que l’individu est placé dans un contexte de (donneur d’ordre)/(exécuteur de l’ordre reçu).

              Selon les gens, la nature de cette entité sera religieuse, politique, scientifique, médicale, économique ou autre. Et donc également les médias (au sens large) font partis de la liste, rien de choquant à cela.

              L’intérêt de l’émission d’hier soir est donc de montrer et décrypter ce mécanisme très général pour savoir s’en prémunir lorsque l’entité abuse de son pouvoir pour donner des ordres incompatibles avec la morale de l’individu.

              En ce qui concerne l’émission en elle même, bien sur, le fait que les candidats ont acceptés de participer à une émission de télé réalité introduit surement un biais et par conséquent il faut nuancer les résultats (ou plutôt ne pas leur faire dire plus que ce qu’ils disent). Toutefois, ce qui était intéressant, c’était de montrer les mécanismes.

              Bref un homme averti en vaut deux !!!

              PS : Au vu des commentaires que j’ai pu lire, il serait intéressant que chacun précise s’il a vu ou non l’émission en question car j’ai l’impression que certains se contentent de commenter/reprendre les critiques qu’ils ont lu ici ou là sans avoir vu l’émission.
              En ce qui me concerne, je l’ai regardée smiley


              • mianne dupuis 19 mars 2010 00:46

                A franky31 : Il manque effectivement une donnée : Parmi les centaines de curieux qui voulaient savoir comment se fabrique une émission et qui se sont retrouvés dans le bureau du producteur et ont donc été informés que ce « pilote » d’émission comportait un « châtiment » qui n’était pas un gage amusant ou une épreuve sportive, par exemple, mais l’envoi d’une décharge électrique et donc d’une douleur, combien ont tout simplement dit « Je ne trouve pas que ce soit un jeu » ou « Je ne me vois pas dans ce rôle » ou« Je serais mal à l ’aise de faire çà » et pris la porte sans signer le contrat ? Pour moi, l’émission ne montre pas que 80% des gens de la rue pourraient infliger des chocs électriques à l’un de leurs congénères mais que 80 % de volontaires à un jeu porteur d’une notion choquante et inhumaine se laissent entraîner dans une machine infernale, cela ne représente en fait qu’un infime % de la population de notre pays. Précision : je n’avais jamais regardé de reality show mais avais entendu dire qu’il s’agissait d’un remake de l’expérience U.S.


              • Carl 18 mars 2010 23:00

                Tout est toujours de la faute des autres, c’est bien connu ! Et surtout ne jamais se remettre en cause !


                • pecqror pecqror 18 mars 2010 23:20

                  C’est une émission qui n’a pas marché, 14% de part de marché.

                  En plus n’importe qui ayant un peu de jugeote aurait compris que c’était un canular, un jeu débile sur une chaine gauchiste qui ont des égos surdimentionnés et qui pètes un plomb dès que l’on prononce les lettres F et N, ce jeu aurait été sur TF1 je me serais quand même posé des questions, mais france télévision quand même !!!.  smiley

                  • pecqror pecqror 19 mars 2010 00:24

                    En plus ce machin idiot à couté la bagatelle de 2,5 millions d’euros.


                  • alibaba alibaba 18 mars 2010 23:23

                    En tout cas, ceux qui ont osé participer à une telle saloprie sont de sales cons.


                    • ubick 19 mars 2010 05:49

                      Lors de l’entretien des candidats avec le pseudo-producteur, un détail loin d’être anodin : il leur fait signer une décharge les obligeant à abandonner leur droit à l’image. Cette abandon ne fait pas partie de la fiction et c’est une pratique systématique dans toutes les émissions de ce genre depuis plusieurs années. Celà permet au producteur d’utiliser et de commercialiser sous toute forme l’image de la personne, sans aucune contrepartie financière. Ce procédé est régulièrement dénoncé par la Spedidam et autres organismes de défense des droits d ’auteur et d’interprètes, mais à l’heure d’Hadopi, il semble que la télé puisse s’affranchir du droit. En tant que musicien, j’ai toujours refuser de céder mes droits, ce qui fait que je n’ai jamais touché un cachet pour une prestation télévisée (concert, émission). Telles sont sont les pratiques en vigueur dans ce milieu.
                      Pour la forme, le film-reportage est construit exactement comme une émission de télé réalité qu’il est censé démonter : choix des angles, images, montage, tout est faussé et ne peut prétendre à la rigueur d’une expérience scientifique, ou alors « la ferme » en est une !
                      D’autre part, le débat suivant le reportage a été tronqué, d’après le témoignage d’un intervenant, qui s’insurgeait du fait que l’animateur veuille forcer un des « candidats » du film à faire un coming-out. L’animateur a alors ordonné à l’intervenant de quitté le plateau, ce qu’il n’a pas fait, et tant mieux ! La séquence a ensuite été coupée au montage. Ceci a été rapporté sur France-Inter, au grand dam d’ailleurs de l’animateur de l’émission radio qui a avoué qu’il « était convenu » de ne pas en parler. Et c’est la qu’on voit que la collusion dépasse le cadre de la télé, qu’elle soit privée ou publique.
                      Pour en revenir au débat, la manière dont les choses sont amenées est désormais familière à qui prend un peu la peine de décrypter :
                      Premier acte : le constat, tout le monde est amené à admettre la validité de l’expérience.
                      Deuxième acte : la généralisation qui amène inévitablement à évoquer ce qui rode en suspend : l’holocauste, avec comme corrolaire, nous sommes tous des nazis en puissance. Au passage, ne pas oublier de stigmatiser internet lors d’une émission télé(merci madame, ça c’est fait)
                      Troisième acte : la culpabilisation. Morandini dans le role du journaliste qui nous explique que nous sommes responsables et coupables de cet état. Si de telles émissions existent, c’est que le public les demande, sous-entendu, nous ne sommes pas, nous, gens de télé, responsables de la daube que nous diffusons, c’est de votre faute.
                      Le télespectateur lambda sort de là honteux et lessivé, ce qui est le but de tout cette propagande.
                      Sinon, pour ma part, je ne regarde jamais d’émission de télé-réalité (rien que le nom !)
                      et j’ai voulu suivre celle-ci suite au sujet sur France-inter.


                      • tchoo 19 mars 2010 09:10

                        Pas dupe, pas dupe !


                        • robin 19 mars 2010 09:25

                          Je pense que cette émission est surtout une formidable occasion de jouer les faux culs :

                          Faire de la télé réalité (comprendre du pain et des jeux bien pervers et malsains) à la TF1 tout en se donnant des excuses d’éducation des peuples imbéciles (second degré !) , dont il est depuis longtemps démontré qu’ils sont majoritairement capables de supporter voir de collaborer à une dictature, par lâcheté, par abrutissement, par intérêt, voire les 3 à la fois.


                          • Gueudin 19 mars 2010 10:43
                            Bonjour,

                            La phénomène psychologique est simple, l’adhésion du groupe confortant l’individu dans la légitimité de son action. Or que dire si le public est truqué ? Si le public n’agit pas comme il aurait agi dans la réalité ?
                            Et bien l’expérience ne vaut plus rien. Dès lors que l’un des facteurs n’est pas valide, en l’occurrence pas réel, le comportement des sujets qui en est la résultante, ne peut pas l’être davantage.

                            Le public, naïf ou complice, est une variable de pression (dirigé par un chauffeur) au même titre que l’animatrice, le plateau, les caméras... Et pourquoi parler de réalité pour valider ou non ? Ce jeu n’existe pas, le producteur est un acteur, l’élève est un acteur, l’animatrice suis un script précis, ect...

                            • Gueudin 19 mars 2010 11:04

                              N’importe quels manipulateurs un peu doués et a fortiori des psychologues sociaux organisés, sont en mesure de manipuler des individus isolés et donc vulnérables.


                              C’est vrai qu’avec une foule, c’est autrement plus compliqué ! smiley

                              • @distance @distance 19 mars 2010 12:40

                                C’est vrai qu’avec une foule, c’est autrement plus compliqué ! Par Gueudin 


                                « L’action inconsciente des foules se substitue à l’activité consciente des individus » Gustave le Bon - Psychologie des foules, presses universitaires

                                la masse nous rappelle Le Bon, même si c’est une entité qui s’auto-régule se gouverne rarement elle-même ; elle a la plupart du temps besoin d’être dirigée, ce qui établit le lien avec la personnalité autoritaire de Adorno. Elle a besoin de direction, que l’on canalise son énergie ; arrive alors une figure « messianique »... clap clap clap !  smiley


                              • Pinkmounter Pinkmounter 19 mars 2010 11:54

                                Il y a un truc qui me fait tiquer quand même : c’est gradué jusqu’à 400 volts et quelques non ?
                                Y a donc personne qui est au courant qu’un courant alternatif devient mortel à partir de 50 volts ? Sérieux à 200 volts y en a qui sont assez cons pour croire que le type est encore vivant ?


                                • pingveno 19 mars 2010 13:44

                                  Tiens je l’attendais celle-là parce que personne n’a relevé une vraie incohérence scientifique dans toute cette histoire.
                                  Un courant de 400 volts peut très bien être aussi douloureux qu’inoffensif... pour peu que son intensité ne dépasse pas quelques milliampères. Ce principe est à la base des clôtures électrifiées qui empêchent les vaches de quitter le pré : une décharge de quelques centaines de volts mais de quelques milliampères, ça vous assomme mais ça ne va pas vous tuer à moins d’être cardiaque ou d’être coincé sur le fil pendant plusieurs minutes. Il serait donc plus rigoureux de parler de la puissance en watts, ou encore mieux, de l’énergie en joules ce qui permettrait de tenir compte de la durée du choc - mais peut-être plus difficile à faire comprendre au public ?

                                  Tout ça pour dire que cette émission aurait parfaitement pu exister et être crédible, y compris quand elle prétend infliger des décharges de 400 volts (si on ne précise pas l’intensité c’est douloureux mais le danger est maîtrisé) surtout si l’animatrice est avertie elle peut donc « assumer les conséquences » en toute connaissance de cause. C’est probablement ce qui nous attend à l’avenir...


                                • Pinkmounter Pinkmounter 19 mars 2010 20:40

                                  Je me suis mal exprimé.
                                  Dans cette émission on présente justement le 400V comme mortel, ce qui à mon sens aurait du amener au moins une partie des candidats à se dire « tiens moi on m’a toujours appris à pas mettre les doigts dans le 230 chez moi si je ne veux pas mourir ».
                                  Pour les clôtures électriques il n’y a pas que la faible intensité qui joue, mais aussi le fait qu’on envoie le courant par impulsions et non en permanence.


                                • pingveno 20 mars 2010 14:02


                                  Pour les clôtures électriques il n’y a pas que la faible intensité qui joue, mais aussi le fait qu’on envoie le courant par impulsions et non en permanence.

                                  Je sais pas si vous avez remarqué mais les plaintes du « candidat » acteur étaient assez brèves, il insistait surtout sur les commentaires (ça fait mal, laissez-moi sortir, etc etc)
                                  Donc on peut raisonnablement penser qu’il s’agit d’impulsions et non de décharges longues.

                                  Certains candidats ont prétendu à postériori avoir compris que tout était bidonné et que sinon ils n’auraient pas continué. Quand on sait que le panel était supposé représenter toutes les classes sociales, combien d’ingénieurs, en bons physiciens, se sont dit que si c’était vrai il devait forcément y avoir un truc, comme jouer sur l’intensité du courant pour que ce ne soit pas dangereux ?


                                • JL JL 20 mars 2010 14:38

                                  @ ingveno, l’intensité qui traversera un circuit dépend de trois facteurs : la tension, la résistance électrique du circuit et la puissance du générateur. Une tension élevée peut être produite par un générateur de très faible puissance, mais lorsque le circuit sera fermé sur une résistance un peu conséquente, il se mettra « à genoux », c’est-à-dire : la tension chutera immédiatement : c’est ce qui se passe pour les clôtures des champs..

                                  D’autre part, un courant alternatif, contrairement à un courant continu, c’est un peu comme des impulsions répétées et ce qui compte c’est la durée. Mais la question ne se pose pas puisque l’on sait que personne n’a reçu de décharge, même si les questionneurs croyaient peut-être en infliger. 


                                • @distance @distance 19 mars 2010 12:24

                                  On nous dit « expérience scientifique, on nous montre des chercheurs barbus en blouses blanches, et le tour est joué. On a le souffle coupé : 80 pourcent de nos compatriotes acceptent d’envoyer la décharge maximale de 480 volts !
                                  Par emmanuelR



                                  pas du tout ce qui est dit dans le doc

                                  ceux qui avaient signer le contrat puis, avec hésitations ou sans hésitation, ont poussaient une manette pour envoyer des décharges électriques de plus en plus fortes à un mec qui gueulait sa douleur ; ces candidats, personne ne les a menacés de quoi que ce soit, ces candidats étaient LIBRES ou de continuer ou d’arrêter

                                  = 81% des candidats ont décidés LIBREMENT de continuer

                                  on peut comprendre que cette expérience avec ce résultat (81%) en dérange beaucoup, qui vont jusqu’à nier ou détourner ce résultat avec des excuses bidons. c’est tellement plus simple de faire la politique de l’autruche *

                                  Vous ne vous êtes jamais posé la question : » mais que vont faire ces gens (des anonymes comme vous et moi) dans des émissions de tv pour raconter leur vie avec force détails, parfois dévalorisants, voire dégradants pour eux/elles ? si la tv est surchargée de ce genre d’émission-jeu pour crétins, c’est assurément qu’ils y a des clients pour s’y exiber
                                  et pour regarder

                                  * Les gens qui se sentent menacés font comme l’autruche ; ils se cachent la tête derrière une pierre, et ils s’imaginent que le malheur ne les voit pas.


                                  • emmanuelR 19 mars 2010 13:04

                                    81% des candidats ont décidés LIBREMENT de continuer

                                    Est ont libre quand on est manipulé ? (puisque les candidats ont été manipulés)

                                    voilà un bon sujet de bac philo


                                  • Gueudin 19 mars 2010 13:17

                                    Est ont libre quand on est manipulé ?


                                    C’est tout le sujet de cette expérience. Votre argument est tautologique, vous utilisez le résultat de 80% pour accuser de manipulation, mais les producteurs se basaient sur les résultats de Milgram qui sont à 60%, ce qui laisse une « chance » au candidat.

                                  • @distance @distance 19 mars 2010 14:04

                                    il n’y a pas de manipulation, ces gens ont accepté de « jouer »

                                    lorsqu’un individu, pour une émission test de tv, accepte de torturer un homme en lui envoyant des décharges électriques parce qu’il n’a pas répondu à une question quelconque, j’appelle de la torture ; et cet individu continue encore et encore, malgré les cris de cet homme qui crie sa souffrance ; 
                                    certains candidats vont continué à balancer les décharges électriques alors qu’ils n’entendent plus l’homme : se pose t-il la question : est-il mort je ne l’entend plus ?

                                    La torture est l’imposition volontaire de sévices d’ordre physique ou psychologique qui visent à faire souffrir un individu. Lorsque la torture accompagne l’exécution d’une condamnation à mort on parle plutôt de supplice, qui rend la mort longue et douloureuse sous forme de châtiment. http://fr.wikipedia.org/wiki/Torture


                                  • Christoff_M Christoff_M 19 mars 2010 12:42

                                    Bide télévisuel, Hondelatte s’est discrédité, dommage en participant à un racolage vulgaire scientifique...

                                    Encore des psys et experts à deux balles, on va regretter les frèress Bogdanoff bientôt !!

                                    Tentative de jeu pas très saine, essai par rapport à l’audience déclinante, les idées manquent sur le service public ou nous remet Bern l’après midi pour meubler le vide...

                                    Nous ne saurons sans doute jamais les raisons officieuses qui ont poussé la chaine à diffuser un tel nanar !! cela me fait penser aux maisons de retraite visitées par Pujadas en caméra cachée !!

                                    je crois que les chaines comme les journaux en sont réduit à n’importe quoi pour tenter de faire de l’audience, mais la médiocrité, la com bas de gamme et le marketing grande surface dominent !!


                                    • Christoff_M Christoff_M 19 mars 2010 12:46

                                      quand à la politique de l’autruche quand il arrive quelque chose aux autres et l’obéissance servile à l’autorité, c’est un bon cliché du français moyen actif actuellement...


                                    • Gueudin 19 mars 2010 13:10
                                       Les candidats du jeu de la mort, ne sont donc pas « vous et moi », contrairement à ce que veulent nous faire croire les producteurs de ce documentaire, ils sont une minorité de gens soigneusement choisis parmi un groupe de personnes qui reconnaissent « l’autorité légitime de la télévision » selon la formule consacrée par les psychologues sociaux, panel qui est donc susceptible d’exécuter les injonctions émanant de cette autorité et représentée par l’animatrice télé.
                                       
                                       Bon. Vous présagez de la méthode de sélection. Je viens de me procurer le livre. Je ne l’ai pas encore lu, mais voici ce qui est dit de la selection.

                                      Les critères de sélection sont :
                                      - Aucun volontaire de devra avoir précédemment participé à un jeu télé.
                                      - 3 tranches d’ages : 35-34 / 35-44 / 45-55, autant de femmes que d’hommes
                                      - Catégories socio-professionnelles équivalentes à l’expérience de Milgram : Ouvriers, employés, cadres, enseignants...
                                      - 25% maximum de gros consommateurs de télé-réalité.
                                      - Le participant doit habiter l’Ile de France, être conscient que la seule rémunération sera de 40 euros, devront autoriser le droit de leur image et être en bonne santé.

                                      Ont été démarchés, selon ces critères :
                                      - 3000 personnes testeurs habituels de produits de grande consommation.
                                      - 10000 personnes issues d’une base de donnée d’e-mailing.

                                      Ont répondu positivement à un e-mail d’invitation : 
                                      20% de ces 13000 personnes.

                                      A propos du public :
                                      Le public est naïf, mais comme les enregistrements se font par série de 4, ils deviennent complices après le premier tournage.

                                      Effectivement, les candidats ne sont pas vous et moi, puisque nous ne sommes pas tout deux dans des bases de données marketing, et que nous n’aurions pas répondu positivement à l’invitation. 
                                      Mais les critères de sélection ne me convaiquent pas de banir les participants dans la débilité et dans la servilité, bref bien loin de nous.

                                      • emmanuelR 19 mars 2010 13:38

                                        Merci c’est effectivement très intéressant mais ça confirme parfaitement ce que je dis,
                                        « Ont répondu positivement à un e-mail d’invitation : 

                                        20% de ces 13000 personnes. »

                                        Vous imaginez donc que la sélection a été opéré dans 20 % de ce qui était déjà un échantillon ?

                                        Et ces 20 % sont déjà une sélections de gens particulièrement obéissant et donc disposés à obéir. Mais ils ne sont que 20% ce qui est extrêmement rassurant. Car dans ces 20%, qu’on réduit à 80 personnes on a tout de même trouvé des résistants.

                                        Cela nous démontre au contraire que le documentaire se livre à un véritable abus de confiance en ne nous donnant pas ces chiffres dés le départ. Si l’on est dans une expérience scientifique c’est le minimum non ? Pourquoi ces chiffres ne sont ils pas donnés dans le documentaire ?

                                        Pourquoi ne nous informe t’on pas sur le public ?

                                        Parce qu’on a voulu nous conditionner, dramatiser, faire de l’audience.

                                        Merci à vous pour ces chiffres.

                                        Cordialement,

                                        Emmanuel


                                      • Kristo Kristo 23 mars 2010 22:54

                                        Hé si les chiffres sont donnés dans le documentaire. Il y est dit au début qu’il y a au départ 13000 personnes, au profil recruté par Milgram (représentativité de la population, et pas de faiblesse cardiaque entre autres) et n’ayant pas déjà fait de jeu télé, puis ils disent que 2500 ont accepté, ils ont rempli un questionnaire, et par tris successifs 80 ont été sélectionnés.

                                        Quant au public il est bien dit qu’au début de la journée de tournage ils ne savent rien.


                                      • tchoo 19 mars 2010 14:01

                                        donc 80% des 20% approchés, cela ne fait plus que 16% des 13 000 !


                                        • Gueudin 19 mars 2010 14:10

                                          13 000 personnes n’ont pas subi l’autorité de l’animatrice, du plateau et du public... Une invitation à participer au test de ce jeu n’est pas vraiment une injonction autoritaire.


                                        • Gueudin 19 mars 2010 14:08

                                          Et ces 20 % sont déjà une sélections de gens particulièrement obéissant et donc disposés à obéir. 


                                          Mais de quel droit dites vous cela !? Répondre positivement à une invitation est un signe de servilité selon vous ?

                                          Cela nous démontre au contraire que le documentaire se livre à un véritable abus de confiance en ne nous donnant pas ces chiffres dés le départ. Si l’on est dans une expérience scientifique c’est le minimum non ? Pourquoi ces chiffres ne sont ils pas donnés dans le documentaire  ?

                                          La je suis de votre avis. Il y a aussi le gros flou sur le public dans le docu. Je pense effectivement que le film tombe dans la simplification et le sensationnalisme. 
                                          J’avais de bons espoirs pour le livre, mais l’ayant maintenant en main, je craint fortement d’être déçu. Ce n’est pas un jugement définitif puisque je ne l’ai pas lu, j’espère me tromper...


                                          • emmanuelR 19 mars 2010 14:30

                                            quand cette invitation est une invitation pour participer à un jeu télé ou à un test produit d’une société marketing, oui, et j’imagine que je suis dans le cas de 80% des gens qui on dit non en ne répondant pas.


                                          • @distance @distance 19 mars 2010 14:36


                                            au fait, que le public soit averti ou pas de la manoeuvre, qu’est-ce que ça change pour le candidat ?
                                            - le public gueulant plus fort pour encourager le candidat pourrait peser sur son choix d’arrêter ou non ?

                                            combien d’heures de tournage ; ce qui n’a pas été (de)montrer serait peut-être intéressant à voir

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

emmanuelR


Voir ses articles







Palmarès