• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le magnifique assassiné

Le magnifique assassiné

1940. Au milieu de la lande baignée de nuit, un manoir se dresse tel un promontoire dominant l’océan. Un poète y vit, ainsi que sa fille Divine. Mais la barbarie nazie s’est répandue partout ! La bête imposera sa présence infâme jusqu’en ces lieux reculés, sauvages et purs. Elle ne reculera devant aucun sanctuaire. Cette nuit-là, elle a le visage d’un soldat allemand ivre qui frappe à la porte et qui réclame la "demoiselle". Suivit le drame...

Le poète que Stéphane Mallarmé avait sacré son "fils", et qu’André Breton voyait comme son "maître", celui que les Symbolistes surnommèrent "le Magnifique", mourut de chagrin après le viol de sa fille, le meurtre de sa servante et le saccage de son manoir et de ses oeuvres en cette nuit de juin 1940.

La barbarie nazie ne pardonna pas au poète d’avoir écrit "Supplique du Christ", une oeuvre de protestation contre le comportement des nazis envers les juifs allemands. L’oeuvre était dédiée à Albert Einstein, cet autre grand esprit. Mais en ces années sombres que pesaient les forces spirituelles face à la brutalité d’une idéologie aveugle qui voulait contre la pensée faire un immense autodafé et instaurer pour des siècles l’esclavage ? C’est un peu comme si, sous les traits du soldat ivre, le loup d’Outre-Rhin était venu frapper lui-même à la porte du poète retiré du monde au milieu des landes de Camaret.



C’est en 1898 que le poète se retira à Camaret, loin des agitations de la vie parisienne, avec le dessein d’écrire pour la postérité. L’homme était né près de Marseille et il était monté à Paris à vingt ans. Après un détour par les Ardennes où il devient l’ami de Verlaine - le frère de Paul- et où il achève son oeuvre théâtrale "La Dame à la faulx", le voilà qui quite la capitale - définitivement - fâché par les critiques. Une danseuse de foire lui prédit que son destin se jouera en terre de Celtie. "Allez à Camaret !", dit-elle au poète et à sa femme. C’est chose faite : dès le lendemain, le couple est en Bretagne ! Le poète y demeurera 42 ans.

A la naissance de sa fille, Divine, la chaumière de Roscanvel se révèle trop petite, et la famille aménage à Camaret dans une cabane de pêcheur qui sera transformée en manoir à huit tourelles baptisée "Manoir de Coecilian", en honneur au fils Coecilian mort au combat près de Verdun. Après le drame de la nuit de juin 1940, le manoir sera occupé par les Allemands et à la Libération, il sera rasé par les bombardements des Alliés. Seules demeurent les tourelles grâce au travail de restauration de la municipalité. Et c’est en ces lieux mythiques que le poète parisien Jean-Pierre Rosnay, très inspiré, se rendit chaque année comme en pélerinage pour donner des récitals en hommage à Saint-Pol-Roux le Magnifique, pour échapper, lui aussi, un moment, à la vie parisienne de la rue de Bourgogne où loge le Club des poètes. La Bretagne est terre de légende et terre de poésie, dit Jean-Pierre Rosnay. Il semble que la vie et l’oeuvre de Saint-Pol-Roux s’assemblent et prouvent de façon édifiante cette double affirmation. Saint-Pol-Roux adorait ce pays qui était pour lui comme un véritable "champ magnétique" et c’est en ces terres qu’il disait vouloir écrire "pour dans 50 ans". C’est en Bretagne qu’ils formait le projet quotidien de "magnifier la vie", lui déjà magnifié puisque baptisé "le magnifique" par les Symbolistes.

Mais en suivant ce chemin, c’est à l’oubli qu’il se voua... "Le fait est, hélas, significatif. Il faut bien en convenir, Saint-Pol-Roux, telle la langue grecque au Moyen-Age, existe mais on ne le lit pas", déclarait Michel Décaudin, sortant de l’oubli les oeuvres du poète qui n’étaient pas encore rassemblées aux éditions Rougerie.

Aujourd’hui, un hommage est rendu à Saint-Pol-Roux, jusqu’au 15 mars 2009 à la bibliothèque et au musée des Beaux-Arts de Brest.

L’exposition suit le parcours biographique du poète, rend compte de ses activités multiples, de son engagement poétique, de sa rencontre avec les avant-gardes et le surréalisme. Elle évoque aussi l’admiration du poète pour Paul Gauguin dont il sera le premier détenteur de son oeuvre en bois gravés et peints de "La maison du Jouir" (aujourd’hui au musée d’Orsay). C’est en effet le poète breton Victor Segalen, grand voyageur, qui la lui confia après la mort du peintre aux îles Marquises. Saint-Pol-Roux sera ainsi détenteur de nombreux souvenirs de Gauguin  : peintures, dessins, objets, livres, manuscrits et photographies. L’exposition les met en valeur.

Cette exposition montre aussi les liens du poète avec des artistes rencontrés en Bretagne : Maurice Denis, Paul Sérusier, Charles Filiger et des artistes fréquentés à Camaret comme Charles Cottet, Henri Rivière, Jim Sévellec, Marcel Sauvaige, Mary Piriou, Pierre Péron, Louis-Marie Désiré- Lucas ou Rodolphe Strébelle.

Exposition "Bretagne est univers" consacrée à Saint-Pol-Roux du 16 décembre 2008 au 15 mars 2009 à Brest :

Liens :


Programme et illustrations.
dossier de presse.
Une bibliographie de Saint-Pol-Roux

N.B : Illustrations : portrait de Saint-Pol-Roux par Mary Piriou (Musée des Beaux-Arts de Brest), manoir de Coecilian.

Documents joints à cet article

Le magnifique assassiné

Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Fergus fergus 20 décembre 2008 17:25

    Belle et utile évocation, La Taverne. Et le lieu où se dressent les ruines de Coecilian est, hors saison touristique, d’une indicible beauté, à deux pas des alignements mégalithiques de Lagatjar, au milieu d’une lande sauvage bordée par les à-pics de Pen Hir, la périlleuse plage de Penhat et les pointes plus sages du Toulinguet et du Grand Gouin.

     

    Concernant l’expo, merci pour l’info ; j’ai à faire dans le Finistère au printemps, je tâcherai de m’y rendre avant la mi-mars.


    • foufouille foufouille 20 décembre 2008 20:28

      ceci etait un narticle de la bretagne d’en haut
      on aurait apprecier des legendes celtes en plus


      • La Taverne des Poètes 21 décembre 2008 00:08

        "En écriture, de par l’abondance, je procède musiciennement, perchant les mots sur des portées d’orchestration." (Saint-Pol-Roux, "Reposoirs de la procession") Cette phrase est une transition vers un prochain article dédié à la musique, plus spécifiquement à la sonate pour piano.




        • La Taverne des Poètes 21 décembre 2008 00:18

          Non ! Les sonates des compositeurs viennois classiques et romantiques...


        • La Taverne des Poètes 21 décembre 2008 00:16

          En titrant "le magnifique assassiné", j’ai voulu dire plus que "le poète assassiné" : car le "magnifique" ce n’est pas seulement le poète Saint-Pol-Roux, c’est son univers, c’est l’esprit libre, inventif et sensible de l’être humain. C’est tout ce "magnifique" que la barbarie ou le monde ignorant et cynique broie ou méprise...


          • Fergus fergus 21 décembre 2008 09:12

            "Le magnifique" colle en effet très bien avec Saint-Pol Roux pour ce qu’il fut.


          • La Taverne des Poètes 21 décembre 2008 10:06

            En revanche, l’oeuvre du poète se fait aussi discrète que son auteur. Et, en tout cas, rien sur le web !
            Juste 2 petites citations là.


          • Bois-Guisbert 21 décembre 2008 11:27

            La barbarie nazie ne pardonna pas au poète d’avoir écrit "Supplique du Christ", une oeuvre de protestation contre le comportement des nazis envers les juifs allemands.

            Précisons quand même que la "barbarie nazie (qui) ne pardonna pas au poète d’avoir écrit "Supplique du Christ", une oeuvre de protestation contre le comportement des nazis envers les juifs allemands" n’était représentée, en l’occurrence, que par un seul biffin, bourré comme une cantine de la Wehrmacht, qui a, pour ses actes, barbarement été condamné à mort par un Conseil de guerre, et plus barbarement encore, passé par les armes...

            La barbarie nazie en a assez fait, sans qu’il soit besoin d’en rajouter, Taverne !


            • furio furio 21 décembre 2008 16:49

              On a l’impression quand on entend "barbarie nazie" que les français n’étaient pas concernés par ces exactions. En fait l’extrême droite française en cette période fait pire que les nazis, pire que la gestapo et pire que les SS. C’est pratiquement toujours sur des indications française que les SS interviennent, comme à Oradour d’ailleurs. L’extrême droite française a servi de chiens de meute aux barbares nazis. Il me semblait bon de le rappeler ici. A+


              • Bof 21 décembre 2008 18:36

                Oui c’est la Vérité....MAIS...mais ....mais des plaies essaient de se refermer. J’ai des amis qui sont allemands, j’ai correspondu avec un ’ potache’ comme moi et nous avons fait ...disons le con . Ses parents et les miens et surtout les villageois des deux cotés ont donc fait beaucoup pour nous faire oublier cette période .

                 Voici ce que l’on a bien voulu m’apprendre. La radio parlait de l’approche des Allemands de la frontière Belge mais en Allemagne....les gens étaient donc au travail dans les champs et pendant ce temps, les Allemands tiraient sur des chenapans qui osaient défier ’ la valeureuse armée en se promenant sur un chemin dans la nature...(à moins qu’ils ne savaient pas bien où ils étaient et qu’ils ont eu peur ?)..sur les deux frères, pas un de touché...miracle ont dit tous les villageois . Au carrefour suivant d’autres "terroristes" de douze ans jouaient dans la cour d’une ferme car personne ne savait qu’ils étaient déjà là à environ 30km de notre frontière avec la Belgique. L’un deux est devenu un cousin ! OUI, il est devenu un cousin après avoir été fusillé contre le mur de la ferme et avoir reçu un coup de grâce ! son copain , lui est resté allongé à coté de lui...Que de nuits a passé ma cousine qui savait ! ...les plaies essaient de se refermer et ces efforts doivent être récompensés car par exemple pendant la guerre 1914 un bois pas bien loin a été pris et repris sept fois ... Il y a tellement de faits qui nous ont été comtés et que nos enfants ont entendus. Pensez à ceux-ci avant d’écrire et faite alors comme votre conscience vous le conseille.
                 Je me permets de préciser qu’à 12 ans...surtout à ce moment là où un enfant de 12 ans...la politique, il n’y avait pas droit que ce soit en Allemagne comme en France. A 12 ans, les adultes avaient toujours raison.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires