Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le médianoche amoureux

Le médianoche amoureux

En hommage à Michel Tournier.

Quelle belle idée ! Quelle belle soirée ! Une douzaine de lettrés qui aiment à partager leur passion du livre eurent l'idée de célébrer la Saint Valentin en rendant à leur manière un hommage littéraire à Michel Tournier qui a quitté récemment cette vallée de larmes. Ils se souvenaient avec émotion de son recueil de nouvelles et décidèrent d'organiser un médianoche amoureux.

Six couples de quinquagénaires se sont retrouvés dans un gîte pour un repas de la minuit. Des tables avec des chandelles, un menu délicat, de la musique et quelques histoires d'amour. N'allez pas imaginer des choses qui n'ont rien à voir avec ce qui se passa alors. Une ambiance feutrée, des discussions de salon littéraire et cette incroyable sensation de se retrouver en dehors du temps.

Un traiteur avait accepté de se prêter à cet horaire inhabituel. Il avait aussi fait l'effort de livrer un menu qui portait en lui les promesses de l'amour. Bouchées à la reine, Vol-au-vent, pigeons farcis, puits d'amour. Tout pouvait être sujet à interprétation, rêverie, et délicatesse. J'avais le sentiment de me retrouver témoin du festin de Babette. Il y avait de la volupté dans ce dîner du bout de la nuit.

Je suis arrivé, non pas pour participer aux agapes : j'étais seul et n'avais pas à jouer le pauvre de service, l'âme en peine ou bien le cœur à prendre. Non, je me suis invité simplement pour leur livrer trois contes d'amour qui faisaient contrepoint à la proposition du maître queux. Entre deux plats, les convives se taisaient et le Bonimenteur évoquait quelques facettes de la passion.

« Le plus beau cadeau qui soit » reprend un scénario très classique de l'amour qui demeure stérile jusqu'à ce qu'une grande marque de tendresse fasse basculer les corps et la génétique. J'aime dire cette histoire : elle porte en elle le frisson de la passion, la tendresse et le désir. Elle touche toujours et cette nuit-là, une fois encore, elle rapprocha ces couples qui célébraient leur amour.

« Lancelot et Margot » était tout nouveau. Je ne l'avais pas encore dit et il me fallut m'imprégner de son esprit. C'est l'histoire d'une passion au-delà du temps, d'une rencontre improbable, d'un nouveau départ qui n'est sans doute qu' onirique. J'ai vu dans quelques regards que ce récit évoquait sans doute quelques songes intimes. Je ne me permis pas d'en savoir plus !

« Victor et Marguerite » c'est l'amour qui se réalise dans le secret de la nature. Blanche biche le jour, Marguerite retrouve ses formes humaines pour aimer à la folie son Victor, la nuit, sous les étoiles. La fusion de la passion, la magie de la métamorphose. Chacun peut interpréter à sa guise ce changement de la biche et de l'amante. Quelques regards en coin me poussaient à croire que la fin de nuit serait coquine pour mes gentils couples attentifs.

Je pouvais repartir, fatigué certes, mais heureux d'avoir apporté ma pierre à cette incroyable idée. Michel Tournier devait, lui aussi, apprécier ce moment, là d'où il nous regardait, le sourire aux lèvres. Son médianoche avait belle allure. Les convives achevèrent leur repas nocturne au son des violons ; le conteur reprenait la route pour les laisser à leurs amours.

Écrire des histoires pour ainsi leur donner corps, les offrir à l'imagination de quelques auditeurs attentifs est un plaisir immense. Juste avant, dans une grande salle des fêtes, j'avais vainement tenté de toucher un public bien plus nombreux, qui était venu manger et discuter sans avoir envie d'entrer véritablement dans l'imaginaire d'un pauvre baladin.

Il en va ainsi des émotions et des partages : ils ne sont pas toujours au rendez-vous. C'est parfois, quand on ne les attend pas, qu'ils se réalisent et alors la belle alchimie fonctionne et vous transporte d'aise. Merci à ce groupe de fins lettrés de m'avoir redonné un peu de bonheur en m'écoutant si bien.

Nocturnement leur.

Val d'OR.jpg

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • alinea alinea 19 février 22:05

    Merci pour cet hommage à un bel et bon écrivain ; je ne suis guère les médias mais je n’ai pas l’impression que l’on ait fait grand cas de sa mort ! Cela fait si longtemps que je ne l’ai pas lu !


    • C'est Nabum C’est Nabum 20 février 08:51

      @alinea

      Les vrais gens de plume aiment ce grand écrivain

      Les autres se contentent de célébrer les illusions médiatiques. Quoi de plus normal ?


    • Passante Passante 19 février 23:17

      LE secret terrible qui dort enfin

      le secret des météores
      sans lequel ni mur de berlin
      ni surtout onze septembre

      charon est parti avec lui, robinson l’implique,
      regardez pluton côté dates -
      ça promet.

      • Shawford Shawford 19 février 23:22

        @Passante du sans souci du lendemain (dur dur le réveil au 21 février)

        Euh j’ai tout dit dans le pseudo, à part que vu que ça fume grave la moquette, j’ai plus rien à foutre ici pour aujourd’hui

        Bonne nuit à ceux qui ont plus de deux neurones


      • C'est Nabum C’est Nabum 20 février 08:52

        @Passante

        Prophétie lugubre


      • C'est Nabum C’est Nabum 20 février 08:53

        @Shawford

        Moi qui n’en ai qu’un, je passe des nuits blanches


      • Passante Passante 20 février 13:47

        @C’est Nabum


        non, 
        simplement calculée la somme des noirceurs nécessaires
        à tant de lumières, allons

      • bakerstreet bakerstreet 20 février 12:37

        Un écrivain que j’aimais bien, comme Umberto Ecco dont je viens d’apprendre la mort...« Merdre mère Ubu, bientôt nous ne serons plus que seuls ! »

        Il n’était pas dans la pleiade, normal, vu qu’il était bien moins bon, que l’immense Jean d’Ormesson, dont les apparitions nous montrent de temps à autre, à quel niveau de compromission et de flatterie sont arrivées les lettres.....Il vivait un peu en ermite, et avait décroché des honneurs, quelque part dans la chartreuse. J’ai gardé un souvenir de la plupart de ses livres, et bien sûr flamboyant de son « Robinson et les limbes du pacifique », si bien ancrées dans les années 70. De lui je me souviens aussi une anecdote, entendue à la radio il y a 30 ans de cela. J’ai comme tout le monde une mémoire sélective....Un long interview donné de sa maison. Il parlait de son ermitage, de François Mitterand, un admirateur, qui s’était invité chez lui pour un repas....Il avait reçu le courrier de l’élysée, et s’était rendu compte qu’il n’avait absolument pas les couverts, les siens étant tous dépareillés ou ébréchés. Aussi il s’était rendu à la quincaillerie du village, et avait acheté ce qu’il fallait. La commerçante lui avait dit : « Ben, dites, alors ! Vous allez recevoir quelqu’un d’important ! »
        « Eh oui, c’est Mitterand qui vient manger ! »
        Elle avait éclatée de rire, pensant qu’il blaguait !

        • C'est Nabum C’est Nabum 20 février 19:15

          @bakerstreet

          Je sais que les médias n’aiment rien tant que la facilité, le clinquant et souvent le médicore

          je suis moins sévère que vous avec Jean D’Ormesson, il a d’immenses défauts, c’est un être futile mais il écrit fort bien et a produit de jolis romans

          Mais il est un remarquable client des télés au détriment de véritables plumes qui sont écartées et maintenant il est vraiment temps qu’il cesse de se montrer


        • bakerstreet bakerstreet 21 février 01:01

          @C’est Nabum
          A vrai dire je n’ai jamais lu d’Ormesson, mais j’ai apprécié modérément ses articles. Effectivement, l’homme se montre de trop. Les grands vieillards ont des faiblesses, et parfois une vanité de gamine capricieuse et égocentrique. Tournier n’a jamais eu cette faiblesse. Il avait renoncé à écrire, ce qui montre le caractère d’un homme de s’apercevoir que la redite atténue la légende. Il aurait mérité à mon avis le Nobel. Ca ne fait rien, il reviendra sur le devant de la scène, comme un écrivain majeur. 


        • Hector Hector 20 février 13:16

          « Le plus beau cadeau qui soit » reprend un scénario très classique de l’amour qui demeure stérile jusqu’à ce qu’une grande marque de tendresse fasse basculer les corps"
          Voila une magnifique définition de l’amour.
          Quant à Michel Tournier, qui ne l’a pas lu et apprécié dans sa jeunesse au même titre que Defoe, Closterman ou Saint ex ?
          Toutes mes félicitations pour votre participation à cet hommage.


          • Shawford Shawford 20 février 13:20

            @Hector

            Et MON cul, sur la commode ?


          • C'est Nabum C’est Nabum 20 février 19:16

            @Hector

            C’est ainsi que j’ai conçu ce conte

            Et j’aime à le dire en public


          • C'est Nabum C’est Nabum 20 février 19:17

            @Shawford

            Quand la commode se fend d’une flatulence !


          • bakerstreet bakerstreet 21 février 00:55

            @Shawford
            Ca me fait penser tout de suite à un tableau de Matisse, qui disait : « La qualité d’un tableau, c’est comme une fenêtre qui s’ouvre, et vous éblouit, ou non »



          • JL JL 21 février 11:59

            Merci d’évoquer de si belle façon Michel Tournier, ici dans Agoravox, et de nous faire partager ce moment que vous avez partagé avec d’autres.

             
            Tous les ans, Rennes organise un Festival du conte, Mythos, 15 au 24 avril 2016. Viendrez vous un jour ?

            • C'est Nabum C’est Nabum 21 février 12:44

              @JL

              C’est curieux, je ne suis reconnu par aucune chapelle
              Pour les écrivains, je n’en suis pas un, pour les conteurs, pas plus, pour les artistes, je suis ailleurs

              Il faudrait m’inviter et ce n’est pas gagné

              Je suis si différent et totalement inclassable

              Essayez et j’en serai ravi

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès