• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le mur et le soleil... Nelson Mandela

Le mur et le soleil... Nelson Mandela

A la pointe d’un pays de feu et de contraste, au cap de tous les voyages, dans un silence assourdissant, une conscience veille. Hier encore rayonnant, au sourire généreux, il répandait son charme dans un déhanchement gracieux et juvénile à la vitesse de la lumière et de l’image.
A l’heure des murs qui montent, qui tombent et qui remontent...« Quand le bâtiment va tout va », je préfère, ombrageux solitaire, retrouver la sagesse d’un joyeux patriarche pour méditer un peu.

Pour des besoins de rêve d’universalité, d’espace et d’espérance, j’en oublierai la géographie et l’histoire génératrices de frontières, pour écouter des messages intemporels et voir des images en boucles. Monologues sans conséquence avec une légende vivante, Nelson Mandela.

Dans le magma coutumier, les décennies s’écoulent, les siècles quelques fois, sans qu’une lueur plus puissante émerge de nos turpitudes, de nos facéties immatures, mais aussi, hélas, de nos crimes récurrents et abominables de prédateurs tragi-comiques.

Il me semble que dans les temps anciens, des leaders comme vous ont crié dans les déserts, et des scribes appliqués se sont empressés de traduire, voir de trahir les messages de paix et de générosité.

Les grands livres ont fleuri, les préceptes, les lois et les dogmes sont nés...
Et la politique, sournoisement, s’est infiltrée dans ce foutoir de vers et de rimes, pour que survive l’harmonie cacophonique de la langue de bois, de feu, de fer et de sang.

Je viens épier votre univers, à la mesure de mes moyens. Tenter de découvrir le savoir faire d’un grand horloger de l’immense horloge qui depuis les premiers vagissements de l’humanité égraine une heure aussi variable et capricieuse que le temps qui s’écoule sur tous les continents.

La stature de votre personnalité ne me permettra qu’une modeste focalisation sur un aspect de votre personnage.

Au commencement était l’action, la liberté dans l’action était votre crédo.
Votre positionnement supposait un oppresseur,"Être libre, ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaines, c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres."

Pour l’opprimé que vous étiez, c’était l’affirmation d’un homme hors du commun qui anticipe humainement, socialement et économiquement. " Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu’un d’autre de sa liberté. L’opprimé et l’oppresseur sont tous les deux dépossédés de leur humanité."

Depuis longtemps, nous vous reconnaissons une action éclairée, redressée par la réflexion.

C’est un dialogue de vérité et d’humilité qui vous a toujours laissé ouvert et disponible à votre interlocuteur.

Cet échange authentique, dans lequel vous vous engagez sans réserve, où la parole prononcée est une parole donnée, à la vertu d’une action, au risque de vous perdre au bagne de cette ile encerclée de requins.

Des grands comme vous, Socrate, Gandhi, Martin Luther
, connurent dans leur intégrité, par leur dialogue de sagesse, le sacrifice suprême pour seule récompense.

Ce ne sont pas les mots qui enseignent, mais un ton, un sourire, une lumière, qui se dégagent fugitivement de quelques paroles où attitudes singulières et joyeuses. Quelques fois fermes, mais toujours respectueuses.

Le charme opère instantanément, vous êtes au demeurant l’homme le plus célèbre du monde. Le monde n’est donc pas si aveugle, les hommes savent...mais ne savent pas toujours comment ni pourquoi.

Les énergies rayonnantes de l’être sont l’appui le plus sur des forces de l’esprit. Votre bienveillance légendaire et pourtant bien réelle. Dieu merci, vous êtes un
modèle vivant. Vous communiquez l’envie de vivre et même de vieillir, naturellement...en toute liberté.

D’habitude, même si j’affirme que les héros sont éternels, je ne puis les voir, mon imaginaire suppléait le manque. Vous avez l’art inné de toucher l’autre. Magie de l’authenticité, le toucher juste, comme le virtuose qui fait vibrer son instrument et toute la salle "de concert ."C’est le parfait accord vibratoire de la communication la plus sincère.

Chez vous, les impressions émotionnelles sont puissantes, elles ont nourri abondamment la persévération pour les idées et l’idéal. Point de rancune, mais, étrangement une attitude de dévotion humaniste.

Vous avez été jeune, votre visage alors, trahissait l’expression bien légitime de la révolte et de l’amertume. 

Très tôt vous avez cultivé, patiemment, en silence, le désir de vivre, intense, absolu. De la force aux actes.

Instinctif, vous vous alimentiez des éléments premiers, le feu, la terre, l’air et l’eau, vivant en osmose avec la terre de vos ancêtres, prophète à la nature pour un devenir de liberté et de dignité. En somme, un Moïse du Cap.

Ce qui fait la différence chez vous, avec l’homme politique du tout venant, c’est votre tact, qui implique de renoncer au jeux du pouvoir de domination et d’édifier une oeuvre unique au monde : Un gouvernement constitué, entre autre, de personnalités proches, mais aussi d’opposants, qui jadis représentaient vos bourreaux les plus redoutables. Vous répondez au mieux à l’arc en ciel du peuple sud Africain. Votre démocratie est unique au monde.

« Pour faire la paix avec un ennemi, on doit travailler avec cet ennemi, et cet ennemi devient votre associé."
« En faisant scintiller notre lumière, nous offrons aux autres la possibilité d’en faire autant. »

L’isolement, qui, pour un bon nombre d’hommes, constitue une difficulté, voir une souffrance, fut pour vous, l’occasion de méditer, loin des tumultes et des systèmes dans le silence de votre solitude.

Dans le contexte de ségrégation de l’Apartheid, vous avez su entendre la différence. Celle d’une civilisation dominante séculaire, la réalité implacable d’un monde hostile, violent et médiéval...et l’écho en retour.

Il fallait que le courage soit incrusté dans vos cellules, pour faire front à l’insoutenable arrogance coloniale.

L’attente éclairée et laborieuse de l’homme, qui accepte l’étrange pour rencontrer l’étranger. Bravant l’envahisseur, et cultivant contre toute attente, une profonde croyance dans un ordre universel de justice et de fraternité.

" Être libre, ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaines, c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres. "



Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Furax Furax 10 novembre 2009 12:17

    Soyez grandement remercié pour cet article !
    Que pèsent les verbiages -et surtout les actes !-de nos guides éclairés à côté de la vie de cet Homme.
    J’ajoute à vos citations une parole prononcée durant son discours d’investiture :
    « Nous naissons pour révéler la gloire de Dieu qui est au fond de nous »


    • jack mandon jack mandon 10 novembre 2009 18:02

      @ Furax

      De temps en temps, c’est bon de se faire plaisir.
      Je ne lui connaissais pas cette vision tibétaine du divin.
      N’en déplaise au public importuné par cette facette du personnage.
      Il est difficile d’imaginer la luminosité du caractère, sans une rencontre particulière.
      Entre l’homme jeune et le patriarche s’inscrit une métamorphose profonde.
      Nous possédons tous les niveaux de conscience,
      la spiritualité est un potentiel un peu délaissé.
      Je comprend votre réaction pour le réflexe médiatique, journalistique et politique,
      Je comprend que vous soyez furax.


    • Gabriel Gabriel 10 novembre 2009 13:39

      Peu d’hommes peuvent se targuer d’écrire l’histoire, surtout quand il l’a font aussi belle. Devant ce genre d’homme, un seul mot me vient : « Respect ! »……


      • jack mandon jack mandon 10 novembre 2009 18:10

        @ Gabriel

        Une période de crise, des conditions très particulières, sociales, familiales, économiques,
        il se trouvait là, privilégié et déjà justement frustré et révolté, il avait la force et le charisme,
        le destin à fait le reste, il a investi son personnage.


        • dom y loulou dom 11 novembre 2009 20:01

          très bel hommage, merci pour Nelson.


          • jack mandon jack mandon 11 novembre 2009 20:23

            @ dom

            Le mur et le soleil...

            Pour plagier et rire,

            Certains regarde le mur, moi je regarde le soleil.


            • Suldhrun Coyotin 13 novembre 2009 10:26

              Jack !


               Le soleil 

                       S ombre de noir


                                      Pour les rayons d espoir

            • jack mandon jack mandon 13 novembre 2009 11:06

              @ Coyotin

              Merci pour le clin d’oeil.
              Par gout et par nature, mes choix d’articles sont décalés.
              Le mur de Berlin, solennel, public, me renvoie au mur de la différence.
              Un visage a émergé en miroir, Nelson Mandela, solennel et public en son temps
              Maintenant retiré, un peu oublié devenu plus intime, plus confidentiel et discret, mais très présent.
              Un immense Sisyphe, une légende vivante, un mythe solaire pour le berceau de l’humanité...
              A bientôt


              • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 14 novembre 2009 12:25

                Un hommage personnel et poétique à un homme qui a marqué l’histoire sans cesser d’être humain, ce qui est rare. Bien sûr, il y a eu Jeanne d’Arc et quelques autres, mais on les compte sur les doigts, ces hommes et femmes qui ont lutté à mains nues, sans verser de sang, sans s’approprier un quelqconque pouvoir temporel, sans idéologie fumeuse, sans faillir ni moralement, ni spirituellement, ni bien sûr physiquement.


                • jack mandon jack mandon 14 novembre 2009 13:52

                  @ Armelle

                  Du bout du monde, souriant,
                  Nous parle sans rien dire,
                  Vivant comme le désir,
                  Beau comme l’enfant.


                  • jack mandon jack mandon 22 novembre 2009 17:52

                    J’observe qu’il existe beaucoup de fraicheur, de jeunesse, voire même de féminité
                    dans le visage de Nelson Mandela. Tout cela se mêle avec beaucoup d’élégance,
                    à une force de caractère et une grande détermination.
                    L’ensemble nous donne une légende vivante que l’on n’oubliera pas.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires