Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le mythe Galilée

Le mythe Galilée

Non, Galilée n'a pas eu raison seul contre tous. Il n'a pas été méprisé par les scientifiques de son temps. Il n'a pas eu à lutter contre la communauté scientifique. Au contraire. Il était adulé, ou du moins très écouté, par de très nombreux scientifiques de son époque. Précisions sur un mythe moderne.

L'exemple de Galilée est souvent utilisé par les défenseurs des phénomènes paranormaux, des théories parascientifiques ou paramédicales ainsi que par les négationnistes de la science moderne tel que les climato-sceptiques. "Voyez Galilée, disent-ils, ce génial découvreur, incompris et méprisé par les scientifiques de son époque pour avoir affirmé que la Terre était ronde, condamné à la prison pour avoir dit le contraire de ce que disait l'establishment, de ce que disait le consensus". L'avantage d'un tel discours est qu'il peut légitimer toute théorie fumeuse quelle qu'elle soit et permet de répondre d’avance à toute critique issue de la communauté scientifique.

En réalité, tout est faux ou presque dans ces affirmations. Elles tiennent avant tout du mythe. Galilée n’a jamais été incompris ou méprisé par la communauté scientifique. Commençons par évacuer la première erreur, grossière et pourtant très répandue non seulement auprès du grand public mais également auprès des esprits censés être éclairés. Galilée n'a jamais affirmé que la Terre était ronde, tout simplement parce qu'on le savait déjà depuis deux mille ans. Pythagore, en 500 av. JC, en faisait déjà la démonstration, repris par Aristote, repris par la science occidentale après Ptolémée, repris ensuite officiellement l'Église.

Mais surtout il n'était pas ignoré de ses contemporains. Bien au contraire, il était respecté et admiré, amis des puissants et des savants, suivis par ses élèves de l’université, et ses travaux étaient suivis avec passion par toute l'Europe savante. Ses thèses pouvaient faire l'objet de débats, mais c’est une réaction tout à fait normale et même indispensable. Certains scientifiques étaient d'accord, d'autres non, cela fait partie du débat scientifique. Heureusement que certains n'étaient pas d'accord d’ailleurs, car, comme beaucoup d'autres grands scientifiques, il lui arrivait de se tromper. Notamment sur l’orbite circulaire des planètes, dont pourtant Kepler avait déjà démontré la forme elliptique.

Il n'a pas non plus inventé seul une théorie tout droit sortie de son esprit. Son affirmation la plus connue consiste à établir la double rotation de la Terre autour d'elle-même et du soleil. Or cette théorie avait été défendue publiquement par Kepler peu avant que Galilée se décide à le faire, et avait été mise en lumière un siècle avant lui par Copernic, qui lui-même avait utilisé la théorie d'Aristarque de Samos, un scientifique du IIIe siècle av. JC. Galilée a développé l'idée d'inertie et de relativité du mouvement, idée peu répandue certes, et qui allait à l'encontre de la physique de son époque, mais Pierre Duhem a montré qu'il existait dès le XIVe siècle des remises en cause de la théorie du mouvement d'Aristote ainsi que des approches de l'idée d'inertie. Giordano Bruno a évoqué l’idée d’inertie quelques années avant lui à l’aide d’un exemple devenu fameux, repris par le savant, d’une pierre tombant du mat d’un bateau. Il a d'ailleurs fallu attendre Descartes et Newton pour qu’elle soit exprimée sous la forme d’un principe, et un siècle encore avec Euler pour que cette idée reçoive une formulation définitive. Mais son apport le plus fondamental est sans doute le développement de la méthode expérimentale propre à la science moderne. Par cette méthode il ne se contente pas d'observer la nature, il conçoit des expériences qui permettent d’établir et de vérifier des hypothèses, expériences conçues également pour faciliter les mesures. Était-il le premier à pratiquer ce type d'expérimentations ? Archimède, que Galilée admirait tant, aurait mené plusieurs siècles auparavant ce type d’expérimentations, quoique sans doute de manière moins méthodique. Il est sûr en tout cas que Galilée a été favorisé dans cette voie par les développements techniques de son époque et par l’atmosphère d’effervescence scientifique qui existait dans sa jeunesse. Bref, c’est un homme de son temps bien dans son temps, ami du pape et des souverains, professeur d’université, reconnu par ses pairs et immensément populaire dans toute l’Europe.

Certes, il a été condamné par l'inquisition, mais celle-ci ne doit pas être confondue avec le monde scientifique. Le monde savant de son époque était choqué et pétrifié par cette condamnation, comme Descartes par exemple, qui décida de s'installer aux Pays-Bas, loin de la Sorbonne, et de différer la publication du Traité du monde et de la lumière dans lequel le mouvement de la Terre tenait une place centrale. En fait tout le monde savait bien que les arguments de Galilée étaient scientifiquement solides, à commencer par le chef de l'Église lui-même, le pape Urbain VIII. Cette condamnation était due probablement à un mélange de motifs politiques et psychologiques. Il y avait certes également des motifs religieux plus profonds, qui ont conduit par la suite l'Église à lutter pendant plusieurs siècles contre la plupart des avancées scientifiques : âge de la Terre, évolution des espèces, atomisme. Mais L'Église n'est pas la science. Son combat était perdu d'avance dans une Europe déjà convertie à la raison. Elle n'a pas empêché le monde scientifique de discuter et d’adopter ce qui était juste dans les thèses de Galilée.

En somme Galilée n'a jamais été un savant incompris et méprisé, inventant en solitaire une idée neuve, bataillant contre le monde scientifique. Il n'a pas eu raison contre tous, il a eu raison avec le monde scientifique. Il a été pris au sérieux dès le départ. Le débat a eu lieu immédiatement sur un plan scientifique avec les scientifiques : discuté par les plus grands savants, les calculs et les raisonnements ont été repris, décortiqués, appuyés ou réfutés, mais toujours avec l’estime de ses pairs. Comme avec Darwin, Einstein et bien d’autres.

Galilée, enfin, n'a jamais critiqué la valeur de la science moderne. Bien au contraire, c'est lui qui a contribué à son développement. Si la science moderne consiste à essayer et à expérimenter, elle consiste aussi à vérifier ses hypothèses de la manière la plus rigoureuse possible et à les discuter avec les autres scientifiques. Ne rien affirmer qui ne puisse être appuyé par des mesures vérifiables par d’autres. Donc oui, soyons galiléens. Essayons et cherchons. Et acceptons le verdict de la mesure et de la rigueur scientifique.


Moyenne des avis sur cet article :  3.22/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 25 février 14:26

    En 200 avant J.C., Eratosthène a réussi à calculer la circonférence de la Terre à quelques centaines de kilomètres près, puisqu’il l’estima à 39 375 km, alors que la valeur actuellement admise est autour de 40 070 km !


    L’« affaire Galilée » n’est pas une question scientifique, mais théologique !
    Les connaissances des savants ont continué à progresser dans des milieux très fermés et la confidentialité de leurs échanges ne mettait pas en danger les pouvoirs politique et religieux. C’est d’ailleurs souvent dans les monastères et abbayes que travaillaient des érudits qui n’avaient rien de naïfs.

    Ce que la hiérarchie religieuse a demandé à Galilée qui n’avait pas l’échine assez souple, c’était de garder pour lui et ses pais les connaissances dont il était détenteur. Pas question de les vulgariser ; cela aurait été en contradiction avec les croyances religieuses qui maintenaient la population dans un état mental de pensée magique. 

    Galilée a fini par comprendre lorsqu’il s’est agi d’accepter une subvention lui permettant la poursuite de ses recherches.

    La manip a été comprise, et aujourd’hui, beien des « scientifiques » sont prêtes à affirmer n’importe quoi quand la soupe est bonne.



    • non667 25 février 14:57

      @M de Sourcessure

      bien des « scientifiques » sont prêtes à affirmer n’importe quoi quand la soupe est bonne.

      exp :bernard dugué qui professe l’évolution créatrice ! smiley
       smiley smiley

      sans parler de ses idées politiques !!!!


    • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 25 février 15:02

      @non667

      là, je ne pense pas que ce soit pour la soupe !

    • Ouallonsnous ? 25 février 20:50

      A l’auteur,

      « Galilée, enfin, n’a jamais critiqué la valeur de la science moderne. »

      Comment aurait il fait ?


    • doctorix doctorix 25 février 15:46

      L’auteur semble penser, et il le dit, que puisque Galilée était admiré par le monde scientifique, ceux qui défendent l’idée que la science se trompe encore par bien des aspects n’ont plus de parapluie ni d’ambassadeur légitime...

      La science officielle se trompe pourtant au sujet des vaccins, de façon certaine, et c’est bien une religion digne de l’inquisition qui persécute les dissidents.
      Bien sûr, dans quelques années, tout le monde dira que « la vraie science » était du côté des anti-vaccinalistes, quand cette grosse blague séculaire aura été complètement démontée.
      C’est toujours le principe de la vérité selon Schopenhauer qui joue :
      Toute vérité franchit trois étapes. D’abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant été une évidence.
      En attendant, la science officielle, le gouvernement, le conseil de l’ordre, tout ce petit monde ignorant et vérolé persécute la dissidence : je ne serais pas tellement étonné qu’il en fut de même du temps de Galilée, mais de même qu’il y eut soudainement beaucoup de résistants en Août 45, on s’est empressé de réécrire l’histoire pour que la science puise garder la tête haute. 
      Une récupération à la Schopenhauer, en somme.

      • tf1Groupie 25 février 17:26

        @doctorix

        Oui Doctorisque, j’espère que tu continues les saignées : elles vont revenir en vogue un de ces jours.

        En attendant je te souhaite d’échapper au bûcher.


      • doctorix doctorix 25 février 23:28

        @tf1Groupie
        Vous êtes la preuve vivante qu’on n’a pas encore trouvé de vaccin contre la connerie.

        Pas grave, ça ne vous tuera pas.

      • christophe nicolas christophe nicolas 26 février 19:03

        @tf1Groupie

        Tu pourrais nous montrer ta permission de sortir de TF1, tu sais qu’il faut une permission au moins ?

      • JBL1960 JBL1960 25 février 16:50

        Oui, et c’est parce qu’il était adulé par tous qu’à 70 ans, pour éviter la torture, il a dû prononcer la formule d’abjuration que le Saint-office avait préparé pour lui tenez, c’est là ; « Moi, Galiléo, fils de feu Vincenzio Galilei de Florence, âgé de soixante dix ans, ici traduit pour y être jugé, agenouillé devant les très éminents et révérés cardinaux inquisiteurs généraux contre toute hérésie dans la chrétienté, ayant devant les yeux et touchant de ma main les Saints Évangiles, jure que j’ai toujours tenu pour vrai, et tiens encore pour vrai, et avec l’aide de Dieu tiendrai pour vrai dans le futur, tout ce que la Sainte Église catholique et apostolique affirme, présente et enseigne. Cependant, alors que j’avais été condamné par injonction du Saint-office d’abandonner complètement la croyance fausse que le Soleil est au centre du monde et ne se déplace pas, et que la Terre n’est pas au centre du monde et se déplace, et de ne pas défendre ni enseigner cette doctrine erronée de quelque manière que ce soit, par oral ou par écrit ; et après avoir été averti que cette doctrine n’est pas conforme à ce que disent les Saintes Écritures, j’ai écrit et publié un livre dans lequel je traite de cette doctrine condamnée et la présente par des arguments très pressants, sans la réfuter en aucune manière ; ce pour quoi j’ai été tenu pour hautement suspect d’hérésie, pour avoir professé et cru que le Soleil est le centre du monde, et est sans mouvement, et que la Terre n’est pas le centre, et se meut. J’abjure et maudis d’un cœur sincère et d’une foi non feinte mes erreurs."

        J’en avais fait un billet de blog déjà le 21/01/2016 parce que 20minutes traitait de complotistes tout ceux qui s’intéressaient à la découverte de la fameuse planète X ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/01/21/galilee-theoricien-du-complot/ Et ça s’arrange pas de ce côté-là... smiley


        • Norbert 25 février 16:58

          Article qui apporte un peu de mesure à la conventionnelle démesure régnante.
          Comme le dit M de Sourcessure « l’affaire » est surtout théologique.


          • tf1Groupie 25 février 17:29

            @Norbert

            Plus précisément elle était idéologique, l’idéologie du moment étant la religion. Maintenant l’offre idéologique étant beaucoup plus large, il y a beaucoup d’occasions de manipuler la science.


          • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 25 février 17:42

            @tf1Groupie


            exactement, la théologie mise en avant ne’était qu’un outil au service de l’idéologie dominante.

          • Shawford ORANGE SKIN 25 février 17:58

            @M de Sourcessure

            Le coca cola pour ce qui concerne groupie ? smiley smiley)


          • tf1Groupie 26 février 12:52

            @M de Sourcessure

            Euh ...... c’était quoi l’ideologie dominante au temps de Galilée, si ce n’est la religion ?


          • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 26 février 13:03

            @tf1Groupie

            le christianisme, plus particulièrement et le catholicisme singulièrement, on est bien d’accord

          • Donbar 25 février 18:00

            L’article remet bien les choses en place,semble-t-il. Une interrogation toutefois : qu’entendre par « monde scientifique » en 1630 ? Des « géomètres » et quelques « philosophes » (en philosophie naturelle). Les astronomes ne sont pas loin de ces deux groupes. Combien de théoriciens ou expérimentateurs reconnus aujourd’hui comme des chercheurs scientifiques ?


            • christophe nicolas christophe nicolas 26 février 19:23

              @Donbar

              Il y avait Nostradamus qui était très connu, aujourd’hui on a les multivers... La connaissance est un arbre où seules quelques branches portent des fruits.

            • jef88 jef88 25 février 19:24

              L’« affaire Galilée » n’est pas une question scientifique, mais théologique !
              POURQUOI ?
              parce que toutes les religions ont la même origine : l’explication de ce que l’humain ne comprenait pas par l’action de puissances célestes.
              exemple simple : quand il y a du soleil, les plantes poussent, les fruits murissent donc le soleil est un dieu.
              Ce raisonnement a perduré en évoluant : l’immense multiplicité des dieux a provoqué l’émergence d’un dieu unique et tout puissant.
              La science a ensuite brouillé les cartes : inexplicable devenait clair !
              Alors la religion a lutté pour subsister : les scientifiques sont des hérétiques !
              Merci Galilée !


              • christophe nicolas christophe nicolas 26 février 19:10

                @jef88

                Je te signale que c’est un peu court, la barbe ne fait pas le sage, il faut s’instruire

              • hervepasgrave ! hervepasgrave ! 25 février 20:19

                Bonsoir, il est bon de rappeler qu’il y en fait très peu de découvreur dans notre Europe occidental de ces époques. Nous n’étions surtout que des animaux sauvages,bon a s’entredéchirer,violer,massacrer etc , bruler tout. Nous avons là des noms prestigieux qui seraient des génies,des découvreurs....
                Tout comme aujourd’hui,ils sont des pilleurs et des opportunistes. Le pire ! il n’y a pas de correctif sur l’histoire,pourquoi ? certainement une histoire d’argent, Il y aurait certainement beaucoup de fermeture de musée,châteaux etc... Et d’ailleurs qui se soucis de la vérité,du moins qui s’en rapprocherait ?


                • cathy cathy 26 février 12:21

                  Comment faire admettre au peuple une nouvelle science populaire : en montant en épingle une histoire qui n’en était pas une. En l’imprimant dans tous les livres scolaires, commémorations, avec la petite histoire qui va avec.

                  Il y a la théorie de Tycho Brahé qui tient bien la route : 

                  • hervepasgrave ! hervepasgrave ! 27 février 22:25

                    @cathy
                    Bonsoir,voila bien une drôle de sentence ou une drôle de philosophie !
                    « Comment faire admettre au peuple »
                    « au peuple une nouvelle science populaire »
                    « Comment faire admettre au peuple une nouvelle science populaire »
                    Oui ! cela me reste en travers de la gorge d’une certaine manière.
                    « Faire admettre ??!!! » déjà cela supposerai si ce n’est une sagesse du moins un interessement du peuple(dont je fais partie.) c’est bien ambigu,


                  • christophe nicolas christophe nicolas 26 février 19:26

                    En plus, je souhaiterais une prédiction de la théorie de l’évolution, un truc simple et vérifiable, savoir par exemple si les poules auront des dents...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Laurent Kerr

Laurent Kerr
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès