• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Le Papillon des étoiles » de Bernard Werber, une relecture...

« Le Papillon des étoiles » de Bernard Werber, une relecture...

"Le papillon des étoiles" de Bernard Werber, un livre qui date mais qui résonne tellement vrai... Je vous propose de découvrir ou de redécouvrir ce chef-d'oeuvre de littérature contemporaine...

Yves, un ingénieur aérospatial, un homme détruit par la culpabilité, décide un jour de reprendre un projet initié jadis par son père. Un projet fabuleux aux allures de mégalomanie, mais empreint d'une bonté inouïe, celle de sauver ce qui reste de bon dans l'humain, de recréer l'humanité quelque part ailleurs, une humanité en mieux ; une humanité qui ne refasse plus les mêmes erreurs.
 
Aidé par le milliardaire Gabriel McNamarra, il chérit en lui le projet de construire un immense vaisseau "Le Papillon des étoiles" , un vaisseau de 32 km pouvant abriter 144 000 personnes et pouvant naviguer pendant plus de 1000 ans.
 
Ce roman est simplement d'une justesse indéniable et d'une beauté irrévocable. On y retrouve des thèmes qui nous parlent et nous font réfléchir : la fin du monde, l'espèce humaine,...

Même si ce projet grandiose nous semble, à première vue, d'une excentricité certaine et impossible à réaliser tant les descriptions sont impressionnantes, on se surprend à y adhérer complètement et à rêver avec les personnages principaux. Tout comme Yves, nous désirons que ce projet soit mené à bien et, ipso facto, réaliser l'irréalisable.
 
Comme dit précédemment, ce récit soulève certaines questions, mais surtout des questions sur l'espèce humaine. Les premières questions qui me sont survenues ne sont autres que celles-ci : "Peut-on vraiment recréer un monde plus beau ailleurs ?", "L'homme est-il vraiment capable de bonté ?" et ainsi répondre à l'affirmation qu'un certain Rousseau émit au 18 ème siècle : "Lhomme est bon de nature mais c'est la société qui le corrompt". On pense également à la théorie d'autres philosophes tels que Plaute, Hobbes,...
 
Tout au long du roman, je n'ai pu m'empêcher de réfléchir et de penser à ce qu'il arriverait si jamais ce projet existait dans la vie réelle. Séduite par l'auteur qui a écrit sur des thèmes que j'affectionne tout particulièrement en mêlant science-fiction et philosophie.
 
Les pages défilent et on commence à se rendre compte que peu importe l'endroit où se trouvera l'être humain, celui-ci parviendra toujours à une disharmonie, à une agressivité sidérante mais surtout à un mécontentement invraisemblable. Arriver à ce douloureux postulat qu'est " L'homme est par nature un être mauvais enclin à l'autodestruction".
 
On s'attache facilement aux personnages et on vit l'aventure avec eux. On croit, aime et déchante avec ceux-ci. Nous vivons chacune de leurs émotions.

Le style de l'auteur est passionnant, philosophique, mais surtout très intéressant. L'écriture est fluide, claire et les descriptions faites sont là où elles doivent être. Le récit est tout simplement parfaitement structuré. 

J'ai refermé ce livre avec encore de nombreuses questions existentielles, avec la certitude que quoiqu'il arrive, la vie humaine est un cercle vicieux... un récit qui est d'une actualité bouleversante et qui m'a arraché quelques larmes...Des larmes qui m'ont ainsi fait entendre que "Nous faisons tous partie d'une espèce qui ne changera jamais ; une espèce conçue pour commettre les mêmes erreurs, pour détruire la beauté de cette Nature laissée en héritage".

Un coup de coeur, un livre qui mérite d'être lu et relu. Un récit qui m'a bouleversé et qui me donne l'envie de plonger dans d'autres romans de Bernard Werber (prochaine parution : octobre 2012 ?) , retrouver cette touche philosophique qui m'a tant plu et m'imprégner de ses mots si pertinents.

Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Agor&Acri Agor&Acri 13 mars 2012 13:08

    Bjr,

    merci pour votre article, agréable à lire, qui décrit un coup de coeur dans tous les sens du terme.

    Ce roman vous a touché au coeur et vous fait réagir ...sous emprise de l’émotion.

    Vous en ressortez « secouée », avec une vision sombre et défaitiste sur la nature humaine :
    - - - - - - - -
    "J’ai refermé ce livre avec encore de nombreuses questions existentielles, avec la certitude que quoiqu’il arrive, la vie humaine est un cercle vicieux... (...) "Nous faisons tous partie d’une espèce qui ne changera jamais ; une espèce conçue pour commettre les mêmes erreurs, pour détruire la beauté de cette Nature laissée en héritage« .
    - - - - - - - -

    Ma vision diverge fondamentalement de la vôtre
    sans être angélique (loin de là !) pour autant.

    J’espère que les qques arguments que je vais très sommairement développer
    vous ouvriront de nouveaux espaces de réflexion, moins pessimistes, moins définitifs
    et plus »tangibles« dans la mesure où il font d’avantage appel au rationnel qu’à l’émotionnel.

    Ce que je connais Bernard Werber,
    ce sont qques ouvrages (la trilogie des Fourmis par exemple)
    et qques citations.

    Les citations, je les ai trouvé sur un forum dont la lecture a contribué à m’ouvrir les yeux sur le monde réel :
    LE SILENCE DES LOUPS (Décryptage d’un monde interdit aux moins de 16 dents)

    Pour faire court :
    Ce qui fait que le monde ne tourne pas rond et que des erreurs destructrices se répètent,
    ne tient pas au fait que les hommes sont fondamentalement mauvais
    mais au fait que ceux qui, parmi les hommes, occupent des positions d’influences (politiques, financières, ...) sont la plupart du temps les plus »mauvais« d’entre nous.

    Ceci n’a malheureusement rien de caricatural.

    J’ai fait une petite recherche pour retrouver ma source :
    le billet datait de juin 2009 = ICI

    EXTRAIT :
    - - - - - - - - -
     »La vraie dualité n’est pas entre droite et gauche, pauvre ou riche, blanc ou noir mais entre une minorité de psychopathes détenant le pouvoir et une majorité d’individus normaux asservis et aveuglés qui s’approprient progressivement les valeurs, les pensées, les modèles de ces leaders pathologiques.

    Le problème est qu’ils savent se reconnaître et s’entraider, l’autre problème est que leur absence de conscience en fait des virtuoses du mensonge, de la manipulation, de la séduction.

    Les citoyens de leur côté n’ont nullement conscience de cette dualité et ils prêtent à autrui ses propres qualités en terme d’honnêteté, de parole donnée, de compassion, de conscience…

    Les citoyens se retrouvent dans un monde illusoire qu’ils prennent pour la réalité : médias indépendants, véritable démocratie, justice équitable, société plus juste, … sont quelques unes des illusions masquant une réalité totalement contrôlée, préfabriquée et injuste dont une petite minorité psychopathique contrôle et orchestre tous les détails.

    Il y a donc un cercle intérieur psychopathique constitué de quelques pourcents de population totale et concentrant l’essentiel des ressources, des richesses, et des pouvoirs. Et il y a le cercle extérieur constitué de l’immense majorité de la population dont les fruits du labeur viennent enrichir en grande partie le cercle intérieur."
    - - - - - - - - -

    Conseil de lecture pour en savoir plus : La ponérologie politique, aux Editions Pilule Rouge.

    Cette affirmation : « Les citoyens se retrouvent dans un monde illusoire » est une phrase absolument clé, dont la véracité crève les yeux, dès lors qu’on accepte de lever le voile sur l’envers du décor...ce que bcp se refusent à faire = ce sont ceux-là qui contribuent au cercle vicieux.

    Connaissez-vous l’allégorie de la caverne de Platon

    Non ?
    Alors cliquez sur le lien pour vous offrir l’opportunité de sortir de la caverne des ombres.

    Et vous pourrez ainsi boucler la boucle sur Bernard Werber
    car c’est à la suite de ce résumé de l’allégorie de la caverne

    qu’un intervenant du forum a donné des citations de notre écrivain :

    - - - - - - - - -
    « très peu d’hommes savent se forger une opinion par eux-mêmes. Aussi répètent-ils ce que leur ont dit leurs parents, puis leurs professeurs et enfin ce qu’ils ont entendu aux informations du soir, et ils finissent par se convaincre qu’il s’agit là de leur opinion personnelle, au point de la défendre ardemment face à d’éventuels contradicteurs. Il suffirait pourtant qu’ils tentent d’observer par eux-mêmes, de penser par eux-mêmes et ils découvriraient le monde tel qu’il est et non pas comme on les conditionne à le voir. »

    Nous, les dieux, Bernard Werber, éd. Le Livre de Poche, 2006, chap. 103, p. 429.

    « Beaucoup d’humains sont prêts à se battre bec et ongles pour qu’on ne leur ôte pas leurs chaînes ».
    Extrait de L’empire des anges

    « On ne perçoit du monde que ce qu’on est préparé à en percevoir ».
    "Nous ne savons plus appréhender certains événements car nous avons été parfaitement conditionnés à percevoir les choses uniquement d’une certaine manière".
    Extrait de La révolution des fourmis
    - - - - - - - - -

    La réalité de notre monde est profondément sombre,
    nous sommes bien d’accord,
    mais cela ne tient qu’au fait que nos sociétés sont en réalité guidées par des castes de véritables psychopathes (menteurs, tricheurs, voleurs et sans état d’âme).
    Toutes les recherches objectives, sérieuses et factuelles permettent d’aboutir à ce constat.

    L’espoir existe aujourd’hui (mince certes) d’une prise de conscience collective et massive aboutissant à de nouvelles règles de fonctionnement qui brisent enfin les cercles vicieux.


    • Léticia 13 mars 2012 13:27

      Merci pour votre avis =) En effet, je connais l’allégorie de la caverne de platon et son monde des idées...

      Mais je me dis que : « être un mouton, suivre le troupeau (des menteurs, tricheurs,...), c’est quelque part y adhérer ». et je trouve cela triste. (Même si parfois, on ne nous laisse pas le choix, je le conçois.)

      Merci beaucoup pour ces quelques arguments bien etayés et pour le conseil de lecture !

      Bien à vous,

       


      • PascalR 13 mars 2012 16:19

        Et oui, la race humaine ne changera jamais.
        Pour vous en convaincre, rendez-vous sur : http://www.lacontroversedubouffon.fr

        Je me demande même parfois si les êtres humains ne sont pas des machines élaborées et construites pour détruire toute forme de vie, une sorte d’arme de guerre massive.
        Et la Terre serait un labo expérimental destiné à mettre au moint cette arme terrible.
        Dans le champ des vérités, nous ne retenons que celles qui nous arrangent.
        Moi, pas.


        • Richard Schneider Richard Schneider 13 mars 2012 16:49

          Très bonne idée d’avoir écrit un article sur un bouquin de Werber - que je n’ai pas encore lu.

          J’aime bien l’imagination foisonnante de l’auteur des Thanatonauthes ou des Fourmis. Il sait très bien raconter une histoire. J’espère que Le Papillon des étoiles se trouve facilement ...


          • Richard Schneider Richard Schneider 13 mars 2012 18:08

            @ Kerjean :

            Au moins vous avez des opinions très tranchées ! 
            Maintenant, affirmer tout de go, que Werber est un type dangereux, il faudrait au moins que vous précisiez pourquoi ; que vous n’aimiez pas ces bouquins, c’est autre chose : c’est votre droit le plus strict.

          • bert bert 13 mars 2012 23:44

            http://www.youtube.com/watch?v=VLp14a0jgDI&feature=related

            ...................................................................... .................................................
            pour weber je dirais que
            parfois c’est dommage d’abattre des arbres pour publier des livres smiley


            • Léticia 14 mars 2012 11:45

              Je conçois que vous ayez vos avis personnels sur l’écrivain mais de là à dire qu’il est dangereux et que ceux qui le lisent sont des incultes... c’est un peu fort !

              Ceci n’est qu’une critique littéraire (critique sur un livre, sur une façon d’écrire)... On n’aime ou on aime pas, ok ! Mais on ne tient pas de propos aussi diffamatoires...

              Tolerance, les amis !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Léticia


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires