• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le rapport Khrouchtchev

Le rapport Khrouchtchev

JPEG - 7.5 ko

« Le rapport Khrouchtchev »

Première traduction intégrale du

Texte russe en français

De Jean-Jacques Marie

Editions du Seuil

186 pages

Septembre 2015

 

 Une analyse historique du rapport secret

 

Jean-Jacques Marie, historien, biographe est à la fois un connaisseur de la langue russe, ce qui lui permet de travailler directement à partir d’originaux et l’un des plus grands spécialistes actuels de l’histoire de l’URSS.

Dans ce livre que j’ai lu en continu, sans interruption, il commence à présenter le contexte, les enjeux ainsi que les réactions dans l’appareil stalinien ou post stalinien à la suite de l’intervention de Kroutchtchev au 20ème congrès du Parti Communiste d’Union Soviétique.

 « Pour mieux préserver la domination de la caste dominante et assurer la survie du régime, Kroutchtchev place ainsi une bombe à retardement au cœur même de ce dernier. C’est pourquoi les héritiers et les nostalgiques du stalinisme se déchaînent contre son rapport. »

En France, Duclos et Thorez , dirigeants du PCF essayent de passer sous silence ce rapport, puis le minimisent.

Il est vrai que le grand culte de la personnalité à la gloire de Staline avait donné lieu en France à une réplique avec le culte de Thorez !

Chez certains intellectuels, c’est la consternation et pour d’autres le reproche …..

Jean Paul Sartre accuse le responsable du rapport secret d’avoir mis le feu…..

Après les soulèvements des peuples polonais et hongrois et la répression qui s’en est suivi, une fraction de l’appareil du Parti communiste d’union soviétique se mobilise pour que Kroutchtchev rectifie le tir en 1957.

Le rapport secret fait l’impasse sur la famine en Ukraine et au Khazakhstan en 1932-1933 et sur les trois grands procès de Moscou……

Autrement dit il s’agissait de taire les responsabilités des dirigeants communistes membres du présidium du parti .

L’auteur de ce livre détruit, preuves à l’appui certaines légendes comme celle qui consiste à affirmer que ce rapport résultait d’une démarche personnelle.

La lecture du rapport intégral, dont le texte figure dans la deuxième partie de ce livre est édifiante.

Si ce rapport part d’un postulat plus que douteux affirmant que Staline a été un artisan et dirigeant bolchevik clairvoyant et actif avant, pendant et après la révolution de 1917, il est par contre très convaincant quand il dénonce les crimes de Staline et notamment l’extermination de communistes.

Si cette partie du rapport est édifiante, c’est qu’elle s’appuie sur des faits et non sur des affirmations.

Le rapport détruit l’image d’Epinal qui montre un Staline, dirigeant victorieusement grâce à son génie et sa volonté la guerre patriotique contre l’invasion nazie.

Ce rapport confirme que Staline n’a pas tenu compte des avertissements et des informations reçues sur l’imminence d’une invasion et a, par l’élimination de militaires soviétiques et son attitude mis son pays dans une situation de péril .

Le rapport est implacable, certes mais ses auteurs, puisqu’il a été préparé par les plus hauts dirigeants du PCUS, voulant préserver le régime bureaucratique, ne font que réformer ce qu’ils veulent réformer…..Ils ne pourront que retarder la chute et la dislocation de l’Union soviétique….

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  2.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • Alren Alren 19 septembre 2015 17:46

    Malheureusement, Krouchtchev a été déboulonné par la bande de demeurés sous l’égide de Brejnev et l’URSS a pu continuer de servir de repoussoir à la propagande capitaliste.


    Duclos (agent du Kominform, avatar du Komintern), et Thorez qui s’était réfugié en URSS pendant la guerre étaient les agents d’exécution d’idéologues qui avaient peur de rivaux occidentaux, notamment français et italiens. 
    Comme Moscou, ils souhaitaient que le PCF reste ouvriériste pour ne pas faire de l’ombre au « grand frère » et ne pas approcher du pouvoir quand le parti socialiste faisait 5% des voix avec M. X, alias Gaston Defferre.

    Cette erreur stratégique, il la paie toujours aujourd’hui. 

    • Michel Maugis Michel Maugis 20 septembre 2015 05:18

      @Alren


      Allez, c’ est plus simple de dire que vous êtes contre toute idée de changer le monde.

      Et Alren qui se faisait sodomisé, avec plaisir, par Hitler !




    • soi même 19 septembre 2015 18:22


      Nikita Khrouchtchev

      jeudi 15 novembre 2007, par HistoireDuMonde.net

      (La terreur de masse (1937-1940)

      L’année suivante (1938), il est promu premier secrétaire en Ukraine. Comme à Moscou et dans le reste de l’URSS, il y met en œuvre les épurations sanglantes des Grandes Purges.

      Ainsi, alors que le Bureau Politique avait fixé à 50 000 le nombre de gens à condamner à mort à Moscou, Khrouchtchev fait procéder à 55 741 exécutions, et le 10 juillet 1937, demande à Staline le « droit » de fusiller 2 000 ex-koulaks de plus pour remplir le quota pré-fixé.

      Au printemps 1938, il est avec son ami proche Nikolaï Iejov le principal artisan de la Grande Terreur en Ukraine, où il fait arrêter 35 des 38 secrétaires des comités du Parti de la province et des villes. Il va souvent à Moscou apporter les listes collectives de condamnés directement à Staline et Molotov. À Kiev, la terreur conduite par Khrouchtchev et Iejov se conclut par 30 000 arrestations. Au total, la terreur qu’il orchestre en Ukraine aurait fait 106 119 victimes sur l’année 1938. Il soutient par ailleurs la tenue des procès de Moscou.

      Parallèlement, comme tous les responsables staliniens, Khrouchtchev doit instaurer son propre culte de la personnalité dans son fief : ainsi les Ukraniens doivent-ils entonner un « chant pour Khrouchtchev » ou couvrir leurs murs de son portrait.

      Lorsque l’URSS annexe une bonne partie de la Pologne grâce au pacte germano-soviétique, Khrouchtchev joue un rôle-clé à la soviétisation forcée des régions rattachées à l’Ukraine. On compte en un an 1 117 000 habitants déportés au Goulag, soit 10 % de la population. 30 % des déportés seront décédés un an plus tard. On compte aussi 60 000 arrestations et 50 000 fusillés[3].

      La Grande Guerre patriotique et l’après-guerre

      Pendant la Seconde Guerre Mondiale, il est commissaire politique au front, en particulier durant la bataille de Stalingrad où il joue un rôle important pour surveiller et galvaniser le commandement militaire. Lui-même doit rendre compte auprès de Staline qui lui fait plusieurs fois sentir la possibilité d’une disgrâce, surtout pendant l’offensive allemande du printemps 1942 en Ukraine.

      Son fils Léonid Khrouchtchev, engagé dans l’aviation militaire, se tue en vol le 11 mars 1943. Son corps n’étant pas retrouvé, il est accusé de passage à l’ennemi. Sa veuve Lioubov est alors arrêtée et condamnée à 5 ans de camp de travail suivis de 5 ans d’exil. Elle ne reviendra à Moscou qu’en 1954. Nikita Khrouchtchev, qui a entre-temps élevé sa petite-fille Julia refusera alors de la revoir - Julia elle-même la verra en 1956, mais les deux femmes ne seront plus que des étrangère l’une à l’autre[4].

      Après la guerre, Khrouchtchev est témoin privilégié des luttes de clan qui se livrent autour d’un Staline vieillissant, qui lui-même terrorise et humilie régulièrement son propre entourage. Khrouchtchev développe en particulier une solide inimitié avec le chef de l’appareil policier, Beria. Rappelé à Moscou, il est en charge des questions agricoles. Il est régulièrement victime de sarcasmes et d’humiliations de la part de Staline, envers qui ses doutes et sa répulsion augmentent, même s’il affirmera dans ses Mémoires avoir pleuré sincèrement sa mort, survenue le 5 mars 1953. )

      Il va sans dire un homme qui a su tiré son épingle du jeux, pour un Stalinien pur jus, sa carrière est exemplaire... !


      • CN46400 CN46400 19 septembre 2015 20:07

        @soi même


        « Lorsque l’URSS annexe une bonne partie de la Pologne grâce au pacte germano-soviétique, »

        L’URSS n’a fait que récupérer sur le tapis vert la ligne Curzon fixée lors de traité de Versailles(1919) violée par la Pologne en 1920.


      • soi même 19 septembre 2015 21:16

        @CN46400, oui bien sur, L’URSS n’a fait que récupérer, avec cela en plus ;

        Le massacre de Katyn :: KATYŃ CRIME

        C’est intéressant votre façon de procéder, l’on comprend pourquoi dans les années trente, l’on parlait de choisir entre la peste et le choléra ?


      • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 20 septembre 2015 17:16

        @CN46400
        " ...En 1939, la ligne séparant les zones d’occupation allemande et soviétique à la suite de la défaite polonaise (4e partage), suivait le tracé Curzon dans sa partie centrale (frontière du Bug), mais, s’en écartait de façon importante en faveur de l’URSS au nord (région de Białystok) et au sud (Galicie orientale autour de Lwów)... wikipedia


      • CN46400 CN46400 20 septembre 2015 18:53

        @Jean-François Dedieu


        Vous avez raison pour Bialatosk, mais partiellement tort pour Lwow qui, en fait, est concerné par deux variantes de la ligne Curzon http://wikipedia.qwika.com/en2fr/Curzon_Line
        Mais c’est un détail puisque Staline qui savait, comme Hitler d’ailleurs, que tout cela était provisoire, a rendu Bialotosk à la Pologne en 45.

      • eric 19 septembre 2015 19:36

        Bonjour Chalot..
        A Moscou, mon précédent appart. était en face de celui de Khrouchtchev. Un modeste trois pièce, mais dans l’hypercentre quand même.Brejnev, qui lui aussi à participé à la bataille de Stalingrad ( comme commissaire politique je crois, de mémoire), habitait lui sur Koutouzovski prospekt. Un truc un peu plus grand.
        Dans les deux cas des immeubles dit « staliniens », ce qui est un style architectural et aussi une garantie de qualité.
        Tous cela, c’était leurs logements privés bien sur, sans préjudice de leur usages des logements et datcha d’état.

        Bon, on trouve le profils de tous ces braves gens sur le net.
        Tous les mêmes. Tous associés étroitement à tous les débordements génocidaire du Léninisme du trotskiste puis du Stalinisme.

        Et ainsi que je vous en ai parlé, il se trouve que les trajectoires de mes familles russes par alliance, ont traversée celles de tous ces gens.

        Il suffit de savoir qu’un Khrouchtchev a sut survivre à Staline pour avoir une idée assez précise de ce qu’il pouvait être.
        D’une façon générale, les communistes critiques de Staline ont contesté son style plus que ses objectifs ou ses méthodes.
        Ainsi, Khrouchtchev à détruit plus d’églises que son prédécesseur.

        La critique du Stalinisme, et en réalité de Staline lui même en tant que personne, est un vieux truc pour essayer de cacher que ce sont les logiques communistes qui par elles mêmes, à contexte donné, produisent ces résultats. Il suffit de regarder Mao et mengistu par exemple

        Cela ne résiste pas à l’analyse marxiste la plus élémentaire. Il n’existe pas d’hommes providentiels.... ! Et c’est vrai même quand il s’agit d’un méchant. Ce sont le socialisme et la société soviétique qui ont produit le Stalinisme et non Staline qui a dénaturé l’idéal socialiste. Ou alors Marx aurait eu tort...


        • soi même 19 septembre 2015 20:07

          @eric, cela a surtout eu le mérité de fait passé Khrouchtchev pour un saint , en Occident en réalité tous ceux qui s’accrochent comme des damées au prestige frelaté de se communisme sanguinaire, on en réalité que la face d’un conte à dormir debout.
          Tous les grands dignitaires du régime communiste qui ont accéder aux pouvoir suprême ont tous du sang sur leurs mains .

           
           


        • eric 20 septembre 2015 10:24

          @soi même
          T compris des gens par ailleurs pas mal du tout, sincères, généreux etc... ce sont ces idées elles mêmes qui produisent ce type de résultats. Les individualités là dedans, ne comptent guère


        • soi même 20 septembre 2015 18:15

          @eric, il y a même pas à faire une polémiqué sur le sujet, il y a suffisamment de preuves, de témoins, de livres d’archives qui montre que se Régine est criminogène et que cette philosophie politique est un cancer pour l’humanité.


        • Ouallonsnous ? 22 septembre 2015 19:18

          @soi même

          « ce Régine est criminogène et que cette philosophie politique est un cancer pour l’humanité. »

          Et que pensez vous du régime néocolonialiste ultra-libéral de pillage et destruction des états constitués que les anglo-yankees et l’UE/OTAN tentent d’imposer au reste du monde ?


        • CN46400 CN46400 19 septembre 2015 19:59

           La présentation du sujet qui est faite dans cet article est un peu biaisée, il ne s’agit pas d’une version inconnue du fameux rapport mais simplement d’une nouvelle édition, présentée par l’historien trotskiste J J Marie, par ailleurs biographe de Staline et d’un exellent Lénine.


            Par contre l’article de Chalot est sommaire, ce qui est normal, mais parsemé de quelques inexactitudes répandues systématiquement depuis 56 par tous les anticommunistes, et ils sont toujours légion, bien que l’URSS ait disparue depuis 25 ans maintenant.

           Par exemple, si les crimes de Staline sont nombreux et variés, la pseudo-famine en Ukraine de 32-33 est une invention polono-vaticanesque (http://www.historiographie.info/holodomor08.pdf Mme Lacroix-Riz) qui n’apporte rien de plus au casier, déjà suffisamment chargé de Staline. Par contre, cette pseudo famine qu’il aurait décidée froidement vise à faire de lui un « génocidaire » comparable à Hitler. Comme si cette comparaison était indispensable pour condamner le régime de Staline. Au passage, étant d’origine paysanne, j’affirme qu’il était impossible d’affamer des paysans, au 20°siècles, dans une région aussi fertile que l’Ukraine. En France entre 40 et 44 les nazis ont affamés les villes mais jamais les campagnes... 

           Par contre, avec le recul il faut constater que le rapport de Kroutchev n’est, en fait qu’une manip politique courante sous toutes les latitudes, visant à se constituer une virginité politique en chargeant un dirigeant disparu. Mais à aucun moment, Kroutchev, qui naviguait déjà dans les hautes sphère du pouvoir stalinien dans les années 30 ne porte le fer sur la cause profonde de la déviance stalinienne. Très prolixe sur le« culte de la personalité » , il fait l’impasse sur l’abandon de la NEP pour le « socialisme dans un seul pays » qui impliquait l’autarcie, l’exode rural forcé, le travail gratuit donc forcé, payé, faute de capital disponible, par des doses répétées de terreur.

           En 27, surfant sur les inégalités inhérentes à la NEP, Staline a proposé la construction illico du « socialisme », un espèce de « paradis » qui attirera tous les peuples de la terre. Cette proposition a un immense avantage, elle permet le rêve, elle a un immense défaut, elle n’a rien à voir avec le marxisme. Les communistes de l’époque sont jeunes, prompts à l’enthousiasme. Dépassés, aucun des dirigeant anciens, Trotski en tête, ne prend, franchement, le contrepied de l’abandon de la NEP.

           Et en 56 Kroutchev, plutôt que de poser les vrais problèmes, empile les anecdotes sur le culte et les comportements personnels de Staline pour enfoncer le dictateur qu’il a pourtant servi pendant deux bonnes décennies.

          • philippe913 21 septembre 2015 07:06

            @CN46400
            impossible d’affamer des paysans au 20° siècle ? (ok, tu as rajouté dans une région etc.)
            ceci dit, mao y est bien arrivé pendant le grand bond en avant non ? Et ce, alors que son but n’était pas la famine mais le progrès ! Imagine sinon...


          • CN46400 CN46400 21 septembre 2015 10:52

            @philippe913


             Comparer la Chine de 58 (1 milliard d’hab dans un pays qui n’est arable qu’à 30%) avec l’Ukraine des années 30 (25 Millions d’hab sur un territoire arable à plus de 80%) n’est pas pertinent. mais je me réserve de fournir plus tard une réponse plus complète. (Désolé mais pb de disponibilité)

          • philippe913 21 septembre 2015 16:24

            @CN46400
            En 1958, c’était plutôt 600 millions d’habitants mais bon, pas grave.
            Ils arrivaient très bien à se nourrir AVANT le grand bond en avant, et une petite réformette communiste visant à améliorer le bien de tous, et pas à affamer les peuples, a conduit à une gigantesque famine.

            De plus, la comparaison avec la France sous l’occupation est encore moins pertinente, les allemands n’ayant jamais essayé d’affamer la France et ayant laissé les paysans travailler tranquilles.

            Je pense donc qu’il est tout à fait possible d’affamer des peuples, quelles que soient les qualités des terres, surtout quand l’état impose la collectivisation (qui fait chuter les rendements), ponctionne près de la moitié des récoltes, et envoie des bataillons complets de paysans en déportation.

            Enfin, je ne suis pas spécialiste de la chose, mais il semblerait que le débat ne porte plus sur l’existence de cette famine mais juste sur sa qualité de génocide.


          • CN46400 CN46400 21 septembre 2015 20:44

            @philippe913


            Je ne conteste pas la famine paysanne en Chine suite à l’échec du « Grand bond en avant », mais en Chine, avant Deng Xiao Ping et même la révolution de 49 et même l’invasion japonaise, les famines étaient multiples et endémiques. 

            Par contre la pseudo famine de 32-33 en Ukraine, dont personne n’a pu fournir la moindre photo, ni le moindre témoignage vérifié est une manip politique avérée. En fait le monde agricole ukrainien, comme celui du reste de l’URSS, a été chamboulé à ce moment là par la collectivisation, plus ou moins forcée, qui s’est traduite un vaste exode rural, plus ou moins volontaire, vers les combinat industriels du plan quinquennal du moment. Staline a réalisé en quelques années ce qui s’était étalé sur des décennies en France, Allemagne ou Angleterre. Et on veut nous faire croire que c’est au moment où il y avait le moins de bouches à nourrir dans les campagnes d’Ukraine que serait apparue la famine....

            Quand aux allemands en France entre 40 et 44, je conseille le film « la traversée de Paris » pour voir si la marché noir et rationnement existait ou non dans les ville françaises. Et qui dit marché noir dit famine pour ceux qui ne peuvent pas payer. En fait, les nazis prélevait un max de production agricole en France pour nourrir l’Allemagne qui, elle aussi, a goûté à la famine à cette époque, et son armée qui, en URSS, avait un mal fou pour voler aux paysans russes leur récolte.

          • philippe913 27 septembre 2015 09:50

            @CN46400
            tu as raison, avant le capitalisme et l’agriculture moderne, les famines étaient endémiques. Les grandes famines en revanche, c’est une autre histoire.

            collectivisation plus ou moins forcée ? plutôt plus que moins non ?
            moins de bouches à nourrir serait un argument ? ben, bcp moins de producteurs car envoyés dans l’industrie a donné une chute de la production, production prise pour être envoyée ailleurs, je ne comprends vraiment pas ce qui te choque.

            Quant à la famine en France sous l’occupation,il y en a eu, mais avec une mortalité somme toute assez marginale même si on a pas de chiffres dessus., et essentiellement sur des populations fragiles, contrairement aux famines chinoises et ukrainiennes.

            Mais bon, encore une fois, je ne suis pas un spécialiste de la chose, loin s’en faut, mais force est de constater un consensus général sur la chose, avec, encore une fois, simplement une polémique sur le caractère de génocide de l’affaire.


          • CHALOT CHALOT 19 septembre 2015 20:01

            Oui Eric, sauf les trotskistes qui ont dénoncé la bureaucratie et expliqué que vouloir bâtir le socialisme dans un seul pays, c’était un leurre


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 septembre 2015 21:12

              @CHALOT
              Un autre livre vient de sortir qui fait le parallèle entre l’ URSS et la Chine communiste semble intéressant : « La récidive » qui explique que la Chine faisait du copié/coller de l’URSS. Présentation du livre. 


              Et aussi « la biographie d’ Eugen Fried », chargé par Staline de « bolchéviser » le PCF, et d’y faire le ménage, nettoyage des mal pensants...

            • CN46400 CN46400 19 septembre 2015 21:23

              @Fifi Brind_acier


               « « La récidive » qui explique que la Chine faisait du copié/coller de l’URSS ».

              La Chine actuelle champion de l’autarcie stalinienne.....ya vraiment de tout sur internet.....Encore une lubie d’Asselineau ?


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 septembre 2015 07:40

              @CN46400
              J’ai écrit « la Chine actuelle » ou « la Chine »communiste«  ?
              J’ai écrit la Chine communiste, apprenez à lire.
              Vous ne vous êtes même pas rendu compte que le programme officiel du FN ne parlait jamais de sortie de l’ UE, mais »de renégocier les Traités".
              Normal que vous lisiez tout de travers.


            • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 20 septembre 2015 16:18

              « @CHALOT
               »vouloir bâtir le socialisme dans un seul pays, c’était un leurre"
              Phrase ô combien révélatrice d’une idéologie qui ne supporte ni la contestation ni la concurrence. Le communisme planétaire, quel pied !


            • CN46400 CN46400 19 septembre 2015 21:13

              « Ce rapport confirme que Staline n’a pas tenu compte des avertissements et des informations reçues sur l’imminence d’une invasion et a, par l’élimination de militaires soviétiques et son attitude mis son pays dans une situation de péril »


              Exemple typique des « contrebandes » du rapport K. 
              En 56 Kroutchev dispose des archives soviétiques mais aussi allemandes qui, en 45, ont été transportées à Moscou. Il sait donc que le complot Toukachevski était bel et bien réel et pas fabriqué comme les 3 autres (Boukharine, Zinoviev, les ingénieurs.. etc) , que dès le 1° juin 41 la fenêtre de l’attaque hitlérienne commençait à se refermer. Gagner un an pouvait être décisif. Dès 27 Staline était persuadé qu’une « explication » serait nécessaire avec le capital pour installer définitivement le « socialisme ». Sa stratégie est arrétée en 39, ce sera du Koutouzov, le tout venant à l’avant, les élites derrière Moscou, mais les défenses sur la nouvelle frontière laissent à désirer. Le T34 arrive en 34 sur les tables à dessin, dès 31 Korolev travaille sur les fusées et les missiles...

              En 56 Kroutchev sait tout cela, il débite un roman, réhabilite Toukachevski mais ni Boukharine, ni Zinoviev, ni , bien sûr, Trotski.

              • soi même 19 septembre 2015 21:20

                @CN46400, au faite vous êtes un matricule retardataire du bolchevique où un agent dormant qui a pour mission de nous faire croire que c’est un mouvement qui n’a aucune iniquité et qu’il existe pour le bonheurs de l’humanité ?


              • baron 19 septembre 2015 22:34

                Il y a toujours eu de la propagande anti URSS, cette histoire est trop récente pour être raconté en prenant de la distance vis à vis des antagonismes qui existaient et existe encore en URSS et en dehors.

                Une chose est certaine les Russe dans une large majorité regrettent le système soviétique qui leur permettaient d’avoir un travail, de se nourrir et de se loger correctement, d’étudier et de se soigner gratuitement.
                L’URSS a été rudement touché par la guerre contre Allemagne et par les attaques qu’elle subissait de l’extérieur, qui contraignait le régime à mettre en place un régime policier face aux moyens énormes mis en oeuvre pour destabiliser cet immense pays. 
                La guerre d’Afghanistan en est un exemple.
                Sinon, il est aussi erroné de prétendre que l’URSS était un pays communiste.
                Cela a débouché sur un échec, par désagréagrégation, ce qui ne discrédite en rien cette idéologie qui est peut être arrivé trop tôt , qui reste toujours à re inventer. Car en matière d’émancipation et de bonheur humain cela reste une possibilité prometteuse pour le futur. 
                Surtout si l’on accepte de voir que le systéme capitaliste détruit les peuples, dégrade leur condition de vie, l’environnement et empèche la très grande majorité de de l’humanité d’accéder à un minimun de prospérité.
                Le système capitalise s’effondre de lui mème et ne tient plus que par des politiques d’accaparaments, par la multiplication des conflits, l’appauvrissement et la mise en servitude des peuples.
                Dénoncer l’Urss c’est l’histoire de la paille et de la poutre,
                Il est facile de critiquer une idéologie alors que celle qui dirige le monde aujoird’hui nous emmène à grand pas vers des catastrophes apocalyptiques
                .
                Il faut aveugle et sourd pour ne pas voir que nous allons tout droit vers un monde qui brise les hommes et qui ne leur promet que des malheurs au profit exclusif d’une très petite minorité.
                Le temps ou l’ensemble des hommes vivront dans des conditions épouvantable y compris en France est pour très bientôt.
                Il faudra donc se reposer la question du communisme, qui pour rappel n’est pas une idéologie qui s’impose de force mais est d’après ces théoriens l’aboutissement ultime du capitalisme qui ne peut que s’effondrer à cause de ses contradictions internes qui le comdamne . 
                C’est ce à quoi nous assistons en ce moment même, une implosion inéluctable qui contraindra les masses à s’unir pour une vie meilleur c’est cela que l’on appelle le communisme, il viendra en temps et en heure, ce n’est qu’une question de temps, mais il faudra passer par des épreuves terribles résultante des derniers soubressauts d’un système d’autant plus destructeur qu’il se meurt.

                • soi même 20 septembre 2015 01:04

                  @baron, allez donc voir les Russes les vrai et mon pas ce qui ont toujours fait le décor de la propagande, ce que vous racontes est digne de ses grand communistes écrivains et artistes français des années 50 qui vous ventait un pays idyllique, alors qu’ils savaient pertinemment que c’étaient le contraire.

                  Il suffit de voir la violent qui à eux autour du procès Kravchenko, pour voir comment vos soit disant arguments ne son un leur..

                  D’amble ce régime est criminelle, il est plus criminelle que le nazisme qui n’est pas en reste en ce qui concerne les atrocités..


                • Michel Maugis Michel Maugis 20 septembre 2015 05:11

                  @soi même


                  le raciste Soi même, grand révolutionnaire aux mains propres, grand admirateur du Grand Criminel de Guerre OBAMA, est un grand défenseur de l’ Idéologie criminelle qu’ est l’ anticommunisme.

                  Il ne peut supporter que STALINE est mis sur pieds la Russie, celle qui empêche la poursuite de l’ impérialisme raciste Européen sur le reste du monde.

                  Staline, l’ Homme qui sauva plusieurs centaines de millions d’ être humain d’une mort certaine.


                  Vous vous prenez pour qui, espèce de sommité anonyme qui étale sa frustration criminelle 


                  Votre prose est celle du FAUX CUL

                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 septembre 2015 07:42

                  @Michel Maugis
                  40 millions de morts de faim sous Mao, ça laisse peu de chance au communisme de revoir le jour.


                • CN46400 CN46400 20 septembre 2015 09:30

                  @baron


                  Pas mal pour un « baron », je plaisante mais je suis assez d’accord avec vous.

                    Mais revenons au rapport K qui fait une impasse totale sur le « socialisme dans un seul pays » antithèse de la NEP. En 1848 Marx clos le Manifeste sur « Prolétaires de tous les pays unissez-vous ! », mais en filigrame, on peut aussi lire : « Prolétaires de tous les pays, divisez la bourgeoisie ! » C’est cette subtilité que Lénine exploitait avec la NEP qui a été totalement occultée par la théorie stalinienne du « socialisme dans un seul pays ». La cupidité naturelle du capital (« ils nous vendront la corde pour les pendre » disait Lénine) est une donnée complètement négligée par Staline. Or en intéressant les capitalistes au développement économique de l’URSS, Lénine joue deux coups avec la même pierre. 
                     1-il stimule puissamment les producteurs soviétiques en introduisant les techniques dernier cri dans son économie 
                     2- il divise le capitalisme mondial entre ceux qui refusent de collaborer avec l’URSS et ceux qui profitent de cette collaboration. 
                    La solution Staline, au contraire, favorise l’union du capital mondial contre l’URSS, jusqu’à, finalement, l’inciter à se ranger presque complètement (GB et US exceptés) derrière Hitler. Quand au développement du pays, sans capital disponible, Staline en est réduit au solutions de force (goulag, police, terreur etc..) totalement antinomiques avec le régime « socialiste » qu’il est sensé promouvoir.

                     Pourquoi l’impérialisme actuel est-il incapable de se mobiliser contre la Chine ? Tout simplement parceque certains capitalistes ne veulent pas qu’on tue « les poules aux oeufs d’or » qu’ils possèdent dans ce pays. Voilà pourquoi je dis que si la NEP avait survécu à Lénine l’histoire aurait peut-être été différente et Hitler n’aurait peut-être même pas pu trouver les moyens financiers pour arriver au pouvoir en Allemagne, les capitalistes allemands étant les premiers concernés par la NEP.

                    Nous somme donc à des années lumières des statues, et autre billevesées sur la personnalité de Staline débitées, par le rapport K. En 56, Khroutchev, avec Joukov, éliminent Béria, exactement par la même procédure que Staline avait employée contre les prédécesseurs Iagoda et Yedov et en 71, les succésseurs de K, Brejnev et consort, censureront, sans complexe, le tome2 des mémoires de Joukov (qui n’a pas volé toutes les médailles qu’il arbore couramment) quand il entreprend de raconter sa vision des maneuvres politiques post-staliniennes.

                    En définitive le rapport K n’est rien de plus qu’un coup d’épée dans l’eau qui amusé un moment l’intelligentia occidentale, sans régler, au fond, l’imposture stalinienne ! 

                • soi même 20 septembre 2015 12:49

                  Prouver le, ectoplasme ... !
                   smiley


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 septembre 2015 19:12

                  @CN46400
                  Le socialisme dans un seul pays date de 1924, K a dû oublier, depuis le temps...


                • CN46400 CN46400 20 septembre 2015 19:51

                  @Fifi Brind_acier


                  Vous avez raison, la formulation date de cette période, mais a été retirée suite en particulier à une critique prémonitoire de Trotski qui parle « de socialisme policier de pénurie »( je cite de mémoire). Mais la négation de la formulation, jusqu’au bout (91), n’empêche nullement la réalité de la chose de devenir effective, sans être jamais formellement désignée, à partir de la concentration de tous les pouvoirs sur Staline (1927)

                • soi même 21 septembre 2015 12:18

                  @CN46400, 9a comme langue de bois c’est à mettre en archive :

                  ( En 1848 Marx clos le Manifeste sur « Prolétaires de tous les pays unissez-vous ! », mais en filigrame, on peut aussi lire : « Prolétaires de tous les pays, divisez la bourgeoisie ! » C’est cette subtilité que Lénine exploitait avec la NEP qui a été totalement occultée par la théorie stalinienne du « socialisme dans un seul pays ». La cupidité naturelle du capital (« ils nous vendront la corde pour les pendre » disait Lénine) est une donnée complètement négligée par Staline )

                   smiley


                • Michel Maugis Michel Maugis 21 septembre 2015 20:56

                  @Fifi Brind_acier

                  Complètement ridicule ce commentaire. Indigne de vous.

                  on ne meurt plus de faim en Chine grâce à Mao, et grâce au communisme.

                  On mourrait de faim en Chine grâce à la France entre autres.
                  Et on meurt de faim dans le monde grâce à hollande et Fabius et autres, et croyez bien que ces gens reverrons le jour sous d’ autres noms.

                  Je ne vois pas le rapport avec votre conclusion « ça laisse peu de chance au communisme de revoir le jour »

                  Votre communisme de l’ inculte que vous êtes, vouliez vous dire, car il n’a que les imbéciles qui peuvent supposer que quelqu’un veut le retour de « votre communisme »


                  Le Communisme, existe toujours, et vous en faites parti sans le savoir

                • CN46400 CN46400 21 septembre 2015 20:56

                  @soi même


                  Merci pour le compliment, mais j’attend encore vos argument...

                • Agafia Agafia 20 septembre 2015 18:45

                  PFFFFF.....


                  Je m’étrangle avec mon thé en lisant une somme de conneries monumentales dans les commentaires... Entre la négation de l’Holodomor et Staline qui aurait sauvé des millions de personnes (plusieurs centaines de millions dixit un lobotomisé du cervelet), je crois que je vais vomir...
                  Alors je m’en vais... Face à tant de mauvaise foi et d’aveuglement fanatique, il ne sert à rien de discuter... Stérile... Comme disait mon grand-père : на торной дороге трава не растёт... 

                  • Garance 21 septembre 2015 06:25

                    @Agafia


                    Il est vrai que de lire que Staline ait pu sauver des millions de personnes , lui qui dans les faits (avérés et prouvés) en a fait assassiner autant , prêterait à rire si ce n’était tragique

                    Maugis ?....z’avez pas honte ?

                  • soi même 21 septembre 2015 12:52

                    @Garance, nous faire croire que Nikita Khrouchtchev est un saint et aussi risible que prendre Lénine et Trotski pour des anges. Et Marx pour un Dieux.


                  • Jacenius 21 septembre 2015 13:29

                    Pour contrebalancer l’article, voici un livre d’histoire qui va puiser dans les archives :
                    « Khrouchtchev a menti » de Grover Furr. Grover Furr a écrit d’autres livres sur l’URSS et Staline. Le bonhomme puise aux plus près des archives, autant que faire se peut (certaines archives sont bloquées).

                    Si certains sont allergiques à cet auteur jugé « staliniste », on peut aussi lire les livres de Arch. Getty.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès