• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le réalisme de Millet ou quand l’âme y est

Le réalisme de Millet ou quand l’âme y est

Fondateur avec Gustave Courbet du courant réaliste, Jean-François Millet n'a pas exclu de son oeuvre toute transcendance, contrairement à Courbet auquel on reprocha notamment son "Enterrement à Ornans". Eduqué - ou plutôt éclairé - par un oncle prêtre, Millet partagea la condition des paysans et leurs croyances. L'Angélus est l'oeuvre emblématique qui dépeint avec réalisme le quotidien de paysans mais ne rejette pas l'idée d'un Au-Delà.

Le réalisme habité de Millet

Gustave Courbet, et plus encore Honoré Daumier, déformaient les visages ou les effaçaient : voir par exemple chez Daumier "Les Mendiants", "La Blanchisseuse". Les visages des "Casseurs de pierre" de Courbet étaient cachés au regard du spectateur. Si Millet fut bel et bien influencé par Daumier et Courbet, si comme eux il s'appliqua à peindre le réel, il ne se départit pas de l'idée de représenter l'âme des gens et leurs visages. Quand les visages sont peu visibles, les personnages s'expriment néanmoins par leur posture et leurs gestes. Voir ci-dessus l'Angélus, par exemple.

Le réalisme de Millet n'écarte pas toute spiritualité. L'Angélus en est la preuve. Avec l'excuse de chercher à représenter le rythme de la vie au champ plus que la religiosité. « L'Angélus est un tableau que j'ai fait en pensant comment, en travaillant autrefois dans les champs, ma grand-mère ne manquait pas, en entendant sonner la cloche, de nous faire arrêter notre besogne pour dire l'angélus pour ces pauvres morts » disait Millet.

Mais Millet est-il un peintre réaliste au sens strict du terme ? Cela se discute. Certes, il n'a pas recours aux effets, à l'idéalisation, à l'exaltation. Mais sa manière de peindre est bien distincte de celle de Daumier et de Courbet. Il préfigure le mouvemennt symboliste...

Du paysan éclairé au peintre de Barbizon

"Les Glaneuses"

Millet rejettait la ville et le modernisme. C'est un homme de racines. Installé à Barbizon en 1849, il resta cependant en marge du groupe des peintres qui vivaient là. C'est à Barbizon qu'il fera de la peinture des champs sa spécialité. Les champs, il connaît. Millet est un fils de paysans. Il sera lui-même berger dans son enfance et plus tard laboureur. Mais c'est un paysan éclairé : il bénéficie de la culture d'un oncle, un curé lettré.

Fier de ses origines paysannes, il laisse transparaître dans ses oeuvres un peu de l'orgueil du salaire gagné à la sueur de son front. Cela n'est pas du goût de tous, en particulier du critique bohème Charles Baudelaire. Voici la critique féroce de Baudelaire dans les Curiosités esthétiques :

« M. Millet cherche particulièrement le style ; il ne s'en cache pas, il en fait montre et gloire. Mais une partie du ridicule que j'attribuais aux élèves de M. Ingres s'attache à lui. Le style lui porte malheur. Ses paysans sont des pédants qui ont d'eux-mêmes une trop haute opinion. Ils étalent une manière d'abrutissement sombre et fatal qui me donne l'envie de les haïr. Qu'ils moissonnent, qu'ils sèment, qu'ils fassent paître des vaches, qu'ils tondent des animaux, ils ont toujours l'air de dire : "Pauvres déshérités de ce monde, c'est pourtant nous qui le fécondons ! Nous accomplissons une mission, nous exerçons un sacerdoce !" Au lieu d'extraire simplement la poésie naturelle de son sujet, M. Millet veut à tout prix y ajouter quelque chose. Dans leur monotone laideur, tous ces petits parias ont une prétention philosophique, mélancolique et raphaélesque. Ce malheur, dans la peinture de M. Millet gâte toutes les belles qualités qui attirent tout d'abord le regard vers lui. »

Mais Millet n'aimait pas autre chose que ce monde-là, celui de la terre et de la peine que l'on met à l'ouvrage : "Ce que je connais de plus gai, c'est ce calme, ce silence dont on jouit délicieusement ou dans les forêts ou dans les endroits labourés (...). Vous voyez des figures bêchant, piochant. Vous en voyez une de temps en temps se redressant les reins, comme on dit et s'essuyant le front avec le revers de la main : Tu mangeras ton pain à la sueur de ton front (...). C'est cependant là que se trouve pour moi la vraie humanité, la grande paix... "

Et quand, le 20 janvier 1875 à l'âge de 61 ans, Millet meurt, il dira encore ces mots : "C'est dommage j'aurais pu travailler encore !". Le travail, toujours et encore ! Mais ce n'est déjà plus le fruit du travail qui fait les fortunes, c'est la spéculation ! Alors qu'il est mort pauvre, les spéculateurs - marchands et amateurs d'art - s'emparèrent de ses toiles après sa mort.

La vidéo commence par l'Angelus et le son de cloches correspondant. Trois coups comme au théâtre, mais répétés trois fois. Sauf qu'ici, nous ne sommes pas au théâtre, mais dans la réalité paysanne...

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 12 novembre 2012 11:27

    Bonjour, Taverne.

    Il manquait à cette évocation un lien musical, et c’est tout naturellement la très belle Symphonie pastorale de Beethoven qui s’impose.

    A propos de Millet, effectivement plus dans le symbolisme que dans le réalisme, Baudelaire n’avait pas tort, même si son avis a été quelque peu excessif.

    Un mot sur l’Angélus : pour l’avoir vu dans des dizaines de fermes ou maisons, j’avoue que j’ai atteint l’overdose depuis fort longtemps. Même dans les films étasuniens, il arrive que l’on aperçoive dans un coin de l’image une reproduction de cette toile.


    • Taverne Taverne 12 novembre 2012 12:51

      Salut Fergus.

      Quant à moi, ma mère avait réalisé L’Angélus et Les Glaneuses en canevas et les avaient accrochés dans le salon ! smiley


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 12 novembre 2012 13:25

      Bonjour Taverne ou votre Verne ( au choix )


      Je soupçonne  Millet avec ses Glaneuses et son Angélus d’ avoir imprégné 
      le cerveau de millions de personnes ayant vécu ou vivant encore . 

      En effet ces tableaux ont été tellement reproduits et accrochés qu’ ils doivent 
      être à l’ origine de diverses fixations . 

      Perso à la fin de l’ été j’ aime beaucoup par ex photographier les bottes de foin
      dans les champs , surtout dans le Creuse aux endroits vallonnés soleil matin
      quelques blancs nuages . 

      Je suis content quand je mets en plein dans le Millet .

    • ZenZoe ZenZoe 12 novembre 2012 14:41

      L’un des plus beaux tableaux de tous les temps
      Dommage qu’on frôle l’overdose, comme les tournesols de Van Gogh ou les nénuphars de Monet. Il n’en reste pas moins un véritable chef-d’oeuvre, simple, mais bouleversant et empreint de mystère. Dali ne s’y est pas trompé d’ailleurs.

      Extrait de Wikipedia :
      "Salvador Dali en particulier était fasciné par ce travail, et lui a consacré un livre entier (le Mythe tragique de l’Angelus de Millet). En 1938, Dali écrit que les paysans figurant sur le tableau, n’étaient pas simplement en prière suite à l’Angélus, mais qu’ils se recueillaient devant le petit cercueil de leur enfant décédé. En 1963, sous l’insistance de Dali, Le Louvre fait radiographier le tableau, ce qui révèle à la place du panier, un caisson noir dont la forme anguleuse ressemble effectivement à un cercueil."

      Qu’en est-il exactement ? Une grande oeuvre possède plusieurs niveaux de lecture, et j’aime à penser que Dali avait vu juste et que l’instinct des spectateurs ne les trompe pas non plus.


      • Dwaabala Dwaabala 12 novembre 2012 14:56

        Merci, toujours aussi pertinent.

        Les compositions de J-F Millet sont savantes, sous leur apparente simplicité.
        Bon nombre de ses figures et ses drapés sont inspirés de l’Antique.
        Le traitement des tissus de simples paysannes est somptueux, les ennoblit et leur rend hommage.

        Une remarque cependant : on ne voit jamais de tracteur.


        • rocla (haddock) rocla (haddock) 12 novembre 2012 15:04

          On ne peut apercevoir le tracteur sur le tableau des glaneuses , étant en réparation chez le mécanicien .

           Adepte du canabis  il a démonté l’ arbre à came et voyant que les glands étaient
          pas mûrs , il attend l’ automne .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès