• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le renouveau du cinéma narbonnais en Méditerranée

Le renouveau du cinéma narbonnais en Méditerranée

J’ai baptisé : « Renouveau du Cinéma Narbonnais en Méditerranée » un mouvement de réalisateurs et de comédiens qui œuvrent dans le cinéma dans le Narbonnais, suivant en cela leur prédécesseur Jean Eustache, célèbre réalisateur de « La maman et la putain ».

Si je prends la plume c’est à l’occasion de l’hommage qui sera rendu à ce mouvement, cette année, dans le cadre du Ciné-Club de la MJC de Narbonne aux films du jeune réalisateur Vincent DIDEROT, et de l’encore plus jeune Benoît JAOUL.
 
Vincent DIDEROT venant d’obtenir, cette année, au Festival de Cannes, le Prix Beaumarchais, afin d’encourager sa création.
 
L’an dernier, le Ciné-Club avait reçu un des leaders de ce mouvement, Stéphane KOWALCZYK, issu du documentaire animalier et avait présenté son long-métrage " CAPREOLUS ", histoire d’amour et policière sur fond de chasse à l’arc et de magnifiques paysages naturels.
Dans ce film, Jean-Claude BAUDRACCO et Serge-Elie MASSON, comédiens du cinéma français et de télévision incarnaient deux des personnages importants.
 
Ce même Serge-Elie MASSON, est le chaînon qui relie l’époque de Jean EUSTACHE et le mouvement actuel qu’il a - de fait - initié par deux comédies méridionales " Mon île " et " Baptiste " qui allie la tradition de farce de Molière qui vécut en Languedoc, à Pézenas et celle toute en émotion du provençal Marcel Pagnol. D’ailleurs beaucoup de ses acteurs ont travaillé au début au " Petit Théâtre d’Ouveillan" ou dans la troupe de Jean-Claude BAUDRACCO qui va, fin septembre, créer au théâtre " La fille du puisatier " et qui est, aux dires de Pierre RICHARD, l’un des meilleurs César, après Raimu et avec Galabru.
 
Ces réalisateurs ne sont que quelques exemples d’un mouvement polymorphe : chaque réalisateur creuse un genre, je n’ai pas cité ZARNO, qui, lui, travaille dans l’animation de pâte à modeler qu’il renouvelle par un traitement très moderne, de Marc AZEMA, qui travaille entre préhistoire et cinéma... Et bien d’autres...
 
Reste que ce cinéma suit deux voies : une voie institutionnelle avec Maisons de productions, festivals et une voie plus " alternative " où le manque d’aide des institutionnels de la Région se fait cruellement sentir, non pas tellement dans leur financement mais bien plutôt dans la distribution.
 
Les choix régionaux sont bien souvent de financer des productions cinématographiques ou télévisuelles extérieures au détriment des cinéastes locaux.
 
Or, sans distribution ...pas de public.
 
Là encore, les stratégies déployées divergent : stratégie institutionnelle des plus jeunes : DIDEROT, JAOUL, stratégie moyenne de Serge-Elie MASSON qui vend ses DVD sur Internet sur le site "Les films du Midi " et stratégie résolument " alternative " pour Stéphane KOWALCZYK qui met ses films dont le long-métrage " CAPREOLUS " à disposition gratuitement sur You Tube.
 
Stratégies de crise de l’économie mais pas stratégies de crise du cinéma car malgré ces difficultés le "Renouveau du Cinéma Narbonnais en Méditerranée " se porte bien ! Merci !
 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires