• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le retour de Tom Cruise : mission impossible ?

Le retour de Tom Cruise : mission impossible ?

Le super espion Ethan Hunt revient sous les traits de Tom Cruise pour la 4e fois dans Mission : Impossible – Protocole Fantôme. Ce coup-ci, après avoir été accusée d’avoir fomenté un attentat contre le Kremlin à Moscou, rien que ça !, l’agence Mission Impossible est sur la sellette. Sans ressources et sans argent, les membres du groupe – Hunt et ses trois derniers agents – déclenchent alors le protocole Fantôme, ce dispositif undercover leur permettant de continuer à travailler en dehors de la matrice officielle. D’où, sur les affiches promotionnelles, l’aspect bad boy de Cruise, encapuchonné et mâchoires serrées. Et cette image a valeur en quelque sorte de synecdoque pour la trajectoire de l’acteur dans la vie réelle (sex-symbol des années 90 devenu secte-symbole au milieu des années 2000) : il revient, sous un jour nouveau (par la petite porte, en contrebande, ou « sous le manteau »), et la partie n’est pas gagnée.

Veut-on encore de lui ? N’est-il pas temps pour lui, à Hollywood, de passer le relais ? D’ailleurs, ce quatrième volet fait la part belle à son acolyte William Brandt (Jeremy Renner). C’est même celui-ci qui bénéficie de l’un des gimmicks de la série : être suspendu dans l’air pour régler des problèmes d’ordre technique. Alors, Tom Cruise*, fini ? Has been ? Que nenni ! Il est très bon, dans le film de Brad Bird, comme à son habitude. Telle une mécanique plaquée sur du vivant. On aime aussi les stars américaines, héritières la plupart du temps de l’Actors Studio, pour ça : elles ne jouent pas qu’avec la tête, elles ont une présence organique, ayant fait de leurs corps-même un outil dressé pour être filmé sous toutes les coutures. TOUT joue chez Cruise, au millimètre près : de sa mâchoire crispée à un salut de la main jusqu’à la moindre mèche dépassant de sa tignasse opulente ! Et l’animal sait tout faire ! Tom « Superman » Cruise, question action pure, est l’homme de la situation. Le clou du film c’est sans aucun doute, comme on l’a lu partout, la scène désormais fameuse de l’escalade de la plus haute tour du monde, la tour Burj Khalifa de Dubaï, aux Emirats Arabes Unis. C’est le plus haut gratte-ciel du monde avec ses 828 mètres de hauteur ! Lorsqu’on voit le petit corps râblé de la star, du haut de son 1 mètre 70, crapahuter au sommet de cette tour vertigineuse, c’est un réel plaisir pour l’œil (les images, d’un piqué saisissant, sont superbes, impressionnantes), et ça l’est d’autant plus qu’on sait la star américaine casse-cou : Tom Pouce a tourné sur la façade du building, suspendu à plusieurs centaines de mètres d’altitude, sans trucages ni doublures. Chapeau l’artiste.

Comme l’écrivait Jacques Rivette, « Tout film est un documentaire sur son propre tournage ». Ici, avec cette scène d’escalade, qui est un mélange convaincant de prises de vue réelles et d’effets visuels, on devine le tour de force. On prend plaisir à regarder Cruise à l’écran comme c’était le cas pour Jean Marais et Belmondo, auteurs de leurs propres cascades. Bref, au rayon du cahier des charges, il est indéniable que, question effets spéciaux et plaisirs pyrotechniques reprenant avec une certaine désinvolture les codes des blockbusters, l’acteur-star de Mission : Impossible – Protocole Fantôme, ainsi que son cinéaste Brad Bird et son producteur J.J. Abrams (auteur du précédent film de la franchise), ne volent pas l’argent des spectateurs. Tant mieux. En outre, et c’est un plus pour lui, ce Protocole Fantôme ne manque pas d’humour, voire d’auto-ironie. Notamment en ce qui concerne les running gags autour d’engins high-tech qui ne fonctionnent pas comme il faut : un comble dans une franchise qui a fait de la technologie de pointe l’un de ses fers de lance pour épater la galerie. Protocole Fantôme, sans jamais atteindre le maniérisme flamboyant du 2ème, réalisé par John Woo (2001), fait preuve, pour un blockbuster, d’une certaine élégance. Il a un côté ligne claire, grosse BD luxuriante et pop, avec une pointe de désenchantement (on retrouve un peu de la noirceur du Cruise croisé chez Spielberg : Minority Report et La Guerre des mondes), ce qui n’est pas pour nous déplaire.

On sent le travail dans Mission : Impossible – Protocole Fantôme. C’est de la belle ouvrage comme on dit, images chiadées et scénario ciselé, même si on n’est pas dupe de toute la machinerie commerciale qu’il y a derrière. Autour de Tom Cruise, on peut passer le temps en devinant le potentiel du film à l’international (de Dubaï à Mumbaï via Vancouver, Prague, Moscou) et en comptant les multiples placements publicitaires qui s’y trouvent : de la myriade de téléphones cellulaires dernier cri en passant par Coca-Cola et autres bolides BMW équipés du système « ConnectedDrive » (système de communication embarqué made in BMW). Du côté de Tom Cruise, il fait le boulot, c’est indéniable. Ca se confirme quand on parcourt la presse, même si là encore on n’est pas dupe du service après-vente véhiculé par des articles au bord du publi-reportage. Dans Métro n°2121 (décembre 2011), Jeremy Renner ne tarit pas d’éloges sur Cruise, à la fois producteur et partenaire : « Il a dix ans de plus que moi et il bosse 72 heures par jour, moi à peine 20. Par moments, je le voyais comme un type expérimenté, attentif à tous les aspects du tournage. A d’autres comme un ado dans un corps d’adulte, prêt à réaliser les cascades les plus folles. [L’ascension de la plus haute tour du monde à Dubaï ?] Je n’aurais pas pu, j’ai le vertige.  » Et la jeune, et ô combien sexy, Française du film, Léa Seydoux, d’enchaîner dans Be n°90 (9 décembre 2011) : « (…) Tom Cruise, bien sûr : un acteur fascinant – selon moi l’un des meilleurs du monde. Il peut tout interpréter. Au départ, il me faisait un peu peur : sur le plateau, c’était lui le chef, plus que le réalisateur ou les producteurs. Il a même choisi mon costume ! Mais c’est aussi un homme d’une extrême gentillesse. Sans oublier sa capacité de travail, impressionnante, comme celle de Paula Patton [qui tient l’autre rôle féminin dans le film]  : ils ont tous les deux enchaîné pendant six mois des journées de travail de quatorze heures, extrêmement physiques. Je ne crois pas être capable d’une telle endurance. » 

Tom Cruise, un acteur fascinant. Oui, je suis d’accord avec la jolie boudeuse Léa Seydoux. Si l’on met de côté son détestable prosélytisme envers l’église de scientologie, à fuir à toute berzingue, on s’apercevra que l’homme, s’il n’est semble-t-il pas passionnant dans la vie de tous les jours (on le dit comme étant le numéro 2 de la scientologie, véritable bras droit de ce mouvement sectaire, en vue de faire son apologie all over the world), est devenu, au fil du temps, un acteur remarquable, sachant varier les registres et les interprétations. Qu’il est loin le temps du bellâtre lisse de Top Gun (1985) ! Depuis, Tom a pris du galon, il faut dire qu’il a travaillé avec les meilleurs : Outsiders de Coppola, La Couleur de l’argent de Scorsese, Né un 4 juillet d’Oliver Stone, Mission : Impossible de Brian De Palma, M : I 2 de John Woo, Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick, Magnolia de Paul Thomas Anderson, Collateral de Michael Mann, Minority Report et La Guerre des mondes de Spielberg et on en passe. Franchement, quel acteur contemporain peut se vanter d’une telle filmographie ? Très peu. On apprécie aussi chez lui, même si l’on devine que c’est en partie pour redorer son blason auprès d’un public qui se méfie de ses affres médiatico-sectaires, le registre comique qu’il déploie depuis quelque temps. On peut évoquer le gourou du sexe survolté, et poilant, qu’il incarne dans Magnolia bien sûr, mais on remarque également que… « La Cruisière s’amuse » un max dans le genre populaire de la comédie. L’auto-ironie est à l’œuvre, lorsqu’il casse son image de sex-symbol bankable au sourire bright et aux cheveux lisses, en incarnant le producteur vulgaire et vantard Les Grossman dans Tonnerre sous les Tropiques (2008) de Ben Stiller. Ce personnage à succès, il l’incarne deux ans plus tard sur scène aux MTV Movie Awards (cf. photo ci-jointe). Auto-ironie que l’on retrouve, en 2010, dans le blockbuster bigger than life, et volontairement too much, Night & Day de James Mangold. Cruise devrait également nous surprendre – en tout cas on l’espère, au vu des visuels déjà diffusés sur Internet – dans ses prestations à venir que sont Rock of Age et One Shot, à l’affiche en 2012. Et, pour conclure, Mission : Impossible – Protocole Fantôme est, selon moi, un bon film d’action. Même si l’on sent que la franchise devrait s’arrêter là car elle finit par trop lorgner sur James Bond ; c’est du 4 sur 5 pour moi. Ce quatrième numéro étant en dessous du minimalisme kubrickien déployé avec brio par le maniériste De Palma, dans le tout premier (1996), et du lyrisme glamour de celui estampillé John Woo, mais au-dessus du 3e, signé J.J. Abrams (2006), un peu trop télévisuel, pyrotechnique standard et sans âme à mon goût. Bon, maintenant, à vous chers lecteurs, de vous faire votre opinion en vous engouffrant dans une salle obscure pour suivre les dernières courses-poursuites feuilletonesques de Tom… Crise.   

* Photo de l’auteur de l’article (polaroid, portrait de Tom Cruise, Paris, © 2004).

 

Documents joints à cet article

Le retour de Tom Cruise : mission impossible ?

Moyenne des avis sur cet article :  2.44/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • marie jo grandjean 16 décembre 2011 08:58

    Bravo à TOM, qui est vraiment EXTRAORDINAIRE - Et, s’il l’est autant, c’est, comme il le dit lui-même, parce qu’il est scientologue, et qu’il applique dans sa vie les données de Scientologie


    • Zord Zord 16 décembre 2011 10:02

      On ne veut pas de lui et de sa scientologie a la c...
      Bref je n’irai pas voir son nieme « mission impossible », qui est une trahison à l’esprit original de la série.


      • newphoenix newphoenix 16 décembre 2011 10:42

        Je n’aimais pas Tom Cruise car je trouvais lui est ces films trops prétentieux mais depuis que j’ai vu sa prestation dans Collateral, j’ai changé d’avis. C’est un excellent acteur faut l’avouer.

        Quel dommage qu’il soit fourré dans cette foutu secte a la noix.

        • Vincent Delaury Vincent Delaury 16 décembre 2011 13:22

          newphoenix : « (...) mais depuis que j’ai vu sa prestation dans Collateral, j’ai changé d’avis. » 

          « Collateral », quel film !
          En plus, il offre à Cruise la possibilité d’interpréter au ciné son premier rôle de méchant...


        • marie jo grandjean 16 décembre 2011 13:57

          Je comprends que cela vous ennuie, mais TOM est un fidèle de L’Eglise de Scientologie :

            La Scientologie est une religion qui existe en France depuis plus de cinquante ans, elle compte environ 45000 fidèles dans l’hexagone, 12 millions dans le monde et plus de 9000 Églises missions et groupes à travers les 5 continents. Elle est une religion dont les droits sont reconnus à ce titre à la fois par la Cour Européenne des Droits de l’Homme, mais aussi dans l’ensemble des pays démocratiques européens (Espagne, Italie, Allemagne, Suède, etc.).


        • marie jo grandjean 16 décembre 2011 13:58

          Je comprends que cela vous ennuie, mais TOM est un fidèle de L’Eglise de Scientologie :

           La Scientologie est une religion qui existe en France depuis plus de cinquante ans, elle compte environ 45000 fidèles dans l’hexagone, 12 millions dans le monde et plus de 9000 Églises missions et groupes à travers les 5 continents. Elle est une religion dont les droits sont reconnus à ce titre à la fois par la Cour Européenne des Droits de l’Homme, mais aussi dans l’ensemble des pays démocratiques européens (Espagne, Italie, Allemagne, Suède, etc.).


        • Zord Zord 16 décembre 2011 14:16

          "Si vous voulez devenir vraiment riche, fondez une religion"

          Ron Hubbard, fondateur de la Scientologie.


        • marie jo grandjean 16 décembre 2011 14:43

          Ceci est un mensonge propagé par des gens qui vous ressemblent, c’est-à-dire des êtres incapables de vérifier par eux-mêmes ce qu’on leur raconte, à fortiori si cela va dans leur sens : celui de la destruction.

           TOM, lui, est différent : la preuve, il est scientologue, il a vérifié, lui !!!


        • penajouir penajouir 16 décembre 2011 16:30

          Pauvre Marie Jo, la scientologie mais bien sur c’est cool ! Et puis surtout ce sont des escrocs géniaux parce que pour avoir 12 millions d’abrutis incapables de penser par eux-mêmes qui payent leurs cotisations c’est fort !  Il n’y a que Moon pour faire mieux … A propos de vérifier, faites vous faire un scanner du cerveau on vous confirmera son inactivité !


        • marie jo grandjean 16 décembre 2011 16:39

          Votre nom vous va très bien et nous explique votre commentaire : vous faites partie des mêmes moutons enfarinés par les médias et fiers de l’être !


        • Zord Zord 16 décembre 2011 17:20

          "Ceci est un mensonge propagé par des gens qui vous ressemblent, c’est-à-dire des êtres incapables de vérifier par eux-mêmes ce qu’on leur raconte, à fortiori si cela va dans leur sens : celui de la destruction. TOM, lui, est différent : la preuve, il est scientologue, il a vérifié, lui !!!« 


          blablablabla

           »Nous avons trouvé les moyens de transformer les hommes en esclaves."

          Ron Hubbard, Conférences de Philadelphie, lecture 20, 1952.


        • marie jo grandjean 16 décembre 2011 18:42

           Sortir une phrase d’un contexte qui est complètement opposé puisqu’il explique le contraire  !!!!

          Il faut pouvoir imaginer qu’une chose aussi merveilleuse que d’être libre et heureux existe et que ceux qui le sont ont envie d’apporter cette chose merveilleuse au reste du monde.

           Je vous le souhaite


        • Christoff_M Christoff_M 16 décembre 2011 11:06

          Enfermé dans un certain type de film, très américains, très grand public, très effets spéciaux !!

          Monsieur Tom Cruise va finir par lasser...

          IL ferait bien de tourner autre chose par exemple avec un réalisateur français... il vieillit, les rôles de super agent c’est bien mais à un moment il faut passer à autre chose !!

          Peut etre que ses engagements avec la secte lui imposent aussi un certain type de film, c’est dommage, je suis sur qu’il est capable de faire autre chose, de se révéler encore, et de nous surprendre...


          • Galekal 16 décembre 2011 15:54

            Humm...

            Pour ceux qui aiment jeter un oeil dans les vieux sketches comiques, il y a une série de Stephane Collaro consacrée à la vie des sectes qui est assez sympathique.

            Dans l’un d’eux, on peut voir quelques individus affairés à un rituel étrange consistant à enjamber un individu en versant un peu de sucre dessus.

            Et là, Collaro demande au gourou : « Mais, grand maître, quel est le nom de cette secte étrange » ?

            Là, le gourou répond « Mais vous voyez bien : c’est la secte de ceux qui se sucrent sur le dos des autres ».

            Voilà pour l’anecdote. smiley

            C’est pas ça, la scientologie ?

            Le grand Tom Cruise objectera sûrement que c’est plus spirituel. smiley


            • marie jo grandjean 16 décembre 2011 16:29


               Oui, c’est tout à fait la même chose qui est propagée par les êtres qui vous ressemblent et qui ne pense qu’à une chose : la destruction, 
               
               et surtout, il vous faut empêcher les autres d’être libres et heureux, puisque vous n’êtes pas capables de l’être vous-mêmes, et que votre seule passion est de salir ce que vous êtes incapables de comprendre


            • MKT 16 décembre 2011 16:47

              Hmm, sympa ce publi-reportage.

              Et en plus cela sert la soupe à la scientologie.


              • Galekal 16 décembre 2011 16:58

                A marie jo.

                Je suis assez peu familier avec la tournure d’esprit qui consiste à penser que l’humour apporte la destrucition, et tu n’auras sans doute aucune difficulté à réaliser que les gens qui le pratiquent régulièrement ne s’en portent que mieux. C’est pour cette raison que, de mon point de vue, cette affaire de scientologie est une franche rigolade et s’il t’était possible de regarder l’humour avec moins de mépris, tu réaliserais sans doute que cela peut t’être utile à te libérer de l’emprise d’une illusion intéressée qui ne fait que profiter de l’existence de fragilités psychologiques. Bon courage et bonne chance.


                • marie jo grandjean 16 décembre 2011 21:24

                   Il faut pouvoir imaginer qu’une chose aussi merveilleuse que d’être libre et heureux existe, et que ceux qui le sont ont envie d’apporter cette chose merveilleuse au reste du monde,

                   et la persistance balaie toutes les illusions pour fabriquer la certitude de ce formidable but.


                • easy easy 16 décembre 2011 17:24

                  Je laisse le scientologue de côté, ça ne me regarde pas.

                  Côté acteur et dans le genre, je rejoins l’avis de Vincent. Tom Cruise est parfait.

                  Reste la question du genre que représentent ces films d’esprit James Bond où le moteur essentiel tient du seul coq, où la morale tient du manichéisme et où les moyens d’action sont illimités tant en droit qu’en finance.

                  Tout le Bondisme représente ce que la cheminée merveilleuse livre à Noël au garçon.
                  Et avant la mise en image par le cinéma, il y avait la BD.

                  L’héroic fantasy, que ce soit par le biais de Tintin ou par celui de Superman, est un concept récent livré avec le Père Noël du consumérisme.
                  Ce concept très « âge magique » où, grâce à des moyens et droits illimités on peut tout résoudre n’aurait sans doute pas eu autant de succès sans la guerre froide et sans l’orientation de plus en plus militariste de l’Etat fédéral américain (et son allié Britannique)

                  C De Gaulle, qui était pourtant un militaire assez militariste, qui adorait les chars et les nez pointus, qui avait régulièrement employé la force armée, même contre des civils, aurait été horripilé du succès de ce machisme de l’Etat fédéral US qui a gagné aussi bien Sarkozy que Luc Besson (ses Nikita sont des 007 avec ses seins, rien d’autre).



                  Le principe du jeu en 007 consiste à prendre des décisions mortelles en catimini, sans en référer au peuple. Une élite ayant tous les droits et pouvoirs décide de choses clefs pour la masse (carrément mondiale) et celle masse, toujours sauvée de quelque méga bombe grâce à ces héros, ne peut que s’en féliciter.

                  Il n’y a aucune raison pour que l’Etat le plus militariste et obscur du Monde ne soutienne pas amplement ce courant qui fait jubiler les garçons et qui offre tremplin aux échoués de type Richard Durn ou Anders Breivik qui, seuls dans leur coin, estiment devoir « faire justice » dans le sang pour sauver le Monde.

                  Très favorables aux Bondisme et au Bondistes, les garçons hystérisés ne tirent jamais sur leurs semblables très armés. Jamais ils n’escaladent de tours ou ne courent sur des ailes d’avion non. Ils vont systématiquement au plus facile afin d’y ressortir infiniment plus puissants que leur adversaire. On les voit donc faire feu sur des civils qui ne s’y attendaient pas, voire sur des écoliers.



                  La « Chute du Faucon noir » est plus didactique.

                  On y expose certes l’esprit militariste de l’Etat fédéral US à l’oeuvre, il se passe de vote démocratique préalable et trouve bien plus logique d’opérer dans le plus grand secret. Mais la réalité est révélée. Superman s’en prend plein la tronche, James Bond se fait tuer et les méchants l’emportent parce qu’ils sont chez eux.
                  Quand on sort de ce film, on doute de « Mission impossible ». On se demande s’il ne vaudrait pas mieux changer de vision et de méthode.

                  Alors que quand on sort d’un 007 ou d’un Rambo, on n’a qu’une envie, celle d’Obélix qui bénéficie de la potion magique : Que ça recommence.


                  Hasard, coïncidence, relation de cause à effet, je n’en sais vraiment rien mais ce courant Bondiste a grandi en même temps que le courant féministe.
                  Est-ce que repoussés par les femmes dans un certain compartiment de leur machisme domestique les hommes se sont tournés vers un machisme plus militaire ?
                  Ca me semble possible mais il ne faut pas exclure non plus l’inverse à savoir que ce serait le militarisme croissant des hommes qui aurait conduit les femmes à occuper une place plus importante dans la conduite de la société.
                  Toujours est-il que c’est en même temps que les Barbie et les missiles se sont vendus par millions.


                  Ah tiens, un film ni cul ni gun : Snow flower and the secret fan



                  • Zord Zord 16 décembre 2011 17:36

                    Le simple fait de parler de James Bond en parlant de mission impossible montre à quel point Tom Cruise a trahit l’esprit orignal de la série.
                    Une série qui je le rappelle, était basée sur le mélange d’expert en tout genre, réussissant des missions ’impossibles’ grâce à leurs compétences et leurs cervelles.
                    A la place Tom Cruise nous fait des films tournés complètement autour de sa petite personne, ou tout se règle à coup d’explosion et de gros bras. Bref fini l’équipe de pros avec chacun sa spécialité, place au centre du monde, monsieur le bogosse Cruise...


                  • Claire29 Claire29 16 décembre 2011 19:16

                    Ceux qui reprochent à Tom Cruise d’être scientologue avec tout le mépris qu’ils expriment à ce sujet pour cette« secte »sont tellement aveuglés par leurs préjugés et par plus de 20 ans d’endoctrinement par les fanatiques anti-sectes,qu’ils ne VOIENT même pas le lien entre le fait d’être scientologue et sa réussite au cinéma !


                    • Galekal 16 décembre 2011 21:33

                      Ah ?

                      Elle est bien bonne. smiley

                      Cela fait des lustres qu’on sait que parmi les stars, il existe des gens franchement borderlines, alors il n’y a rien de surprenant que certains se rangent du coté de la scientologie, ou ailleurs du même genre, peu importe.


                    • Claire29 Claire29 17 décembre 2011 11:14

                      Galekal,vous avez dit « genre » ?
                      Voici le genre de vie Jay de 9 ans à 23 ans :

                      « Après un coup d’Etat en 1980,le Libéria a été dévasté par des violations des droits de l’homme,la corruption,des tensions ethniques et des problèmes économiques très lourds...
                      Les soldats rebelles terrorisèrent le pays en tuant des gens en masse,en violant des femmes,en torturant et en faisant preuve d’une brutalité horrible,comme couper les mains de dizaines de milliers de personnes pour les empêcher de voter. »
                      Jay a découvert sur internet le site « Des jeunes pour les droits de l’homme »,il est maintenant directeur du programme international Des jeunes pour les droits de l’Homme pour la région subsaharienne de l’Afrique occidentale.

                      Voilà le« genre »de programme financé par l’Association internationale des scientologues !
                      Mais il semble que ce n’est pas votre« genre » !


                    • ARMINIUS ARMINIUS 18 décembre 2011 08:23

                      « fanatique anti-secte » fallait le trouver ! N’oublions pas quand même de quel coté sont les fanatiques ! Bon, il n’y a pas que les sectes il y a les extrémistes de tout poil, qui se décomposent en deux catégories : ceux qui dirigent et s’en mettent plein les poches et une masse de demeurés crédules qui se font pomper leur fric dans le meilleur des cas... le sexe étant le deuxième moteur. Vérifiez si vous avez un doute ...


                    • Switcher 16 décembre 2011 21:43

                      Oui… Parler du rôle omnipotent du Cruise alors que la carrière de ce dernier cherche un second souffle (bah vi  : le spin-off avec Les Grosmann patine dans la semoule, The Mountains of Madness de Guillermo Del Toro d’après Lovecraft a été annulé par le studio, retour annoncé sur Top Gun, etc.), c’est lui donner un poil trop d’importance.


                      J.J Abrams avait probablement beaucoup plus de pouvoir sur le set que Cruise.
                      Abrams a produit / réalisé le précédent, revitalisé la franchise Star Trek : Tom Cruise peut bien choisir les sapes de ses partenaires féminines, c’est Abrams le taulier. Pour le moment : il connait le business (Alias, ça parlait de quoi au fait ?), sait fructifier une franchise (Lost), voire l’étendre en longueur (Lost).

                      Et oublier le réalisateur Brad Bird là-dedans est limite insultant : Le Protocole Fantôme est son premier film-live.
                      Un yes-man ? Pas si sûr : son sens du rythme, de l’action trépidante, de l’humour croisé avec une bonne dose d’auto-dérision avait fait des merveilles, en particulier sur son précédent opus… Le film d’animation Les Indestructibles, produit par Pixar.

                      Quand on a une équipe pareille, on la traite avec respect, Tom Cruise ou pas. Et la petite Française qui n’a rien vu d’autre que le charismatique acteur, peut-on vraiment lui en vouloir avec cette génération de comédien(ne)s complètement inculte ?
                      Oui je suis méchant :->

                      Au passage, si Cruise avait besoin d’un nouveau blockbuster, je pense que le « passage de flambeau » est en route avec Jeremy Renner...

                      • Krokodilo Krokodilo 17 décembre 2011 11:55

                        Les Mission impossible version ciné sont de grosses daubes qui ont trahi l’esprit de la série, fondée sur un travail d’équipe sous la direction du boss concepteur des plans sophistiqués.
                        Quant à la Sciento, c’est une pompe à fric qui est exonérée d’impôts grâce à son statut de religion aux USA.


                        • marie jo grandjean 17 décembre 2011 13:00


                           L’Eglise de Scientologie ne touche aucune subvention pour assurer son existence matérielle.
                             Pour soutenir ses actions libératrice à travers le Monde, ses membres ont l’honneur de lui faire des donations, et , je pense, qu’ en démocratie, chacun peut faire ce qu’il veut de son fric.

                           L’UNADFI, qui « défend l’individu contre les sectes » , touche de l’Etat d’énormes subventions qu’elle ne reverse pas à « ses individus défendus ».

                           La Scientologie est une religion qui existe en France depuis plus de cinquante ans, elle compte environ 45000 fidèles dans l’hexagone, 12 millions dans le monde et plus de 9000 Églises missions et groupes à travers les 5 continents. Elle est une religion dont les droits sont reconnus à ce titre à la fois par la Cour Européenne des Droits de l’Homme, mais aussi dans l’ensemble des pays démocratiques européens (Espagne, Italie, Allemagne, Suède, etc.).


                        • Claire29 Claire29 17 décembre 2011 14:11

                          Cette« pompe à fric »résout plus de problèmes que l’Etat,autre pompe à fric !
                          Il suffit de constater l’état de la société pour se poser des questions
                           sur l’utilisation de l’argent des contribuables !

                          Vous trouverez sur le site :
                          « iasmembership.org »les campagnes de sauvetage planétaire financées
                          par cette« pompe à fric » !


                        • Zord Zord 17 décembre 2011 18:40

                          "La Scientologie est une religion qui existe en France depuis plus de cinquante ans« 

                          Merci la complicité de l’état, et Jean-Luc Warsmann
                          Sans quoi ca ferait bien longtemps que cette secte serait démantelé.

                          Si il n’avait pas sortie une loi fourre-tout, la scientologie serait un vieux souvenir. car reconnue  »coupable d’escroquerie en bande organisée"


                        • Defrance Defrance 17 décembre 2011 19:28

                          Vous avez raison, mon voisin y a laissé sa maison ( pour sortir sa fille du machin dit scientologue ) 

                            Il sort le calibre 16 des que l’on parle de ces escrocs !


                        • marie jo grandjean 17 décembre 2011 19:33


                           Toujours les mêmes fausses-informations, encore plus déformées par la méchanceté ambiante : cette loi existait depuis 2008, c’est-à-dire bien avant que les habituels persécuteurs n’aient remis la sauce avec leur procès contre l’Eglise de Scientologie.

                           L’escroquerie en bande organisée est celle de l’ADFI, qui n’a aucun motif , puisque toute personne entrant en Scientologie et y achetant un cours ou un autre produit, signe un papier indiquant qu’elle peut à tout moment se faire rembourser si elle n’est pas satisfaite, ce qui a toujours été fait régulièrement dans ce genre d’occasion.
                            De plus l’ADFI ne doit pas être juge et partie : c’est la loi du bon sens ...

                           .....patience, cela ne sera qu’un vieux souvenir qui nous fera bien rigoler !!!!

                             


                        • le poulpe entartré 18 décembre 2011 07:27

                          Tiens, tiens, la secte à pognon a délégué une de ses tartufes pour faire l’article et la promotion de l’acteur qui a autant de charisme qu’un poulet d’élevage. Bien loin de lui savonner la planche, cet article n’est là que pour servir la soupe à cette boite à fric, en valorisant les qualités d’acteur de l’endive.
                          Ces mickeys parle d’église alors que ce n’est qu’une .....franchise. Quant au statut d’église qu’ils revendiquent en France....ils ne l’ont pas. Ce choix de statut est purement .....fiscal (pour les exonérations).
                          Pour les nonos qui seraient tentés de se faire carotter par ces businessmen ; on va leur faire gagner du temps et de l’argent.
                          Il y a huit stades chez les barges avec la phase d’apprentissage (comprendre conditionnment). Pour les lambdas : le stade « clear » et après avoir claqué tout votre fric, quitte à faire des emprunts auprès de votre banque (histoire de bien vous mettre dans la merde) les huit étapes de O.T.(operational Titan). Sur quoi repose ce binz : sur le bobard que vous avez tous un double d’extra terrestre (Xénu, Xénu es tu là ? Mouhaha). Faut il pas être niaiseux pour marcher dans une bouse pareille ? Lisez plutôt les articles du canard enchaîné sur cette bande d’allumés.
                          Mieux : rendez vous sur le lien de cet ancien adepte de la secte à pognon (stade OT7 quand même et responsable, un temps de cette organisation en France).

                          Son site : http://www.antisectes.net/

                          Quant à l’auteur de l’article, il aurait mieux fait de s’abstenir. Tant qu’il y est, il pourrait tout aussi bien nous dire que le nazisme c’est vrai, c’est affreux, mais les défilés SS à tête de mort, c’est bien parce qu’ils avaient de beaux uniformes, qu’ils savaient marcher au pas et faisaient preuve d’une discipline de fer. Autrement dit, valoriser le côté mise en scène, théatrale, chorégraphique, des troupes qui répandirent la mort et la désolation sur toute l’Europe l’emporterait sur les actes qu’ils ont commis. C’est à gerber.

                          ps :

                          QUI EST XENU ? Je m’en vais vous conter une petite histoire. Etes-vous confortablement assis ? Bon, voilà :

                          Il était une fois - ça fait 75 millions d’années, pour être précis - une sorte d’empereur galactique étranger nommé Xemu ou Xenu. Xenu reignait sur toutes les planètes de cette portion de la galaxie, dont la Terre, qui s’appelait alors TEEGEEACK (prononcez Tighï-ak).

                          L’ennui, c’est que Xemu avait un problème. Toutes les planètes qu’il contrôlait souffraient de surpopulation galopante. Chaque planète avait en moyenne 178 milliards d’habitants. Il avait un plan pour se débarrasser de la surpopulation.

                          Xemu vainquit les officiers loyaux et les braves gens, avec l’aide d’ officiers renégats. Puis, grâce à l’assistance des psychiatres, il fit venir ces milliards de gens à des inspections fiscales, et en profita pour leur injecter dans les veines un mélange d’alcool et de glycol destiné à les paralyser. Puis il les balança, une fois congelés, dans des navires spatiaux qui ressemblaient tout à fait à nos vieux DC 8 - mais dotés de moteurs de fusée au lieu de moteurs à essence.

                          Ces avions spatiaux genre DC 8 filèrent sur Terre-Teegeeack, où l’on empila ces milliers de milliards de gens paralysés-congelés autour des volcans. Quand on en eût fini de les empiler, Xenu fit sauter d’énormes bombes H dans les cratères, et tout le monde fut tué. (je me demande bien pourquoi ils n’avaient pas été tués par la congélation... bref)

                          L’histoire n’est pas finie : puisque tout le monde a une âme (âme nommée ’thétan’ dans l’histoire qui nous intéresse), il fallait tromper toutes ces âmes-thétans pour qu’elles ne reviennent pas. Aussi, tandis que ces milliers de milliards d’âmes étaient projetés par les tempètes nucléaires, Xemu avait préparé un filet électronique emprisonnant tout le monde : un peu comme attrapper les mouches sur des tortillons gluants.

                          Ayant capturé toutes ces âmes-thétans, il les emmena dans d’immenses cinémas : là, on leur débita un mois du même film spécial en relief, pour leur enseigner comment la vie devrait être, et les flanquer en pleine confusion. Dans le film, on leur projetait des images truquées disant qu’ils étaient Dieu, le Diable et le Christ. Dans le conte, ces films s’appellent des « implants ».

                          Quand la séance de cinéma fut finie, et que les âmes quittèrent le cinéma, Xemu les envoya se faire « coller ensemble » dans deux zônes de ’soudage’ spécialisées ; c’était facile, parce que ces gens ayant vu le même film, ils étaient rapprochés par les images. On en fit donc des milliers de « conglomérats d’âmes-thétans ». Et vu qu’il ne restait que quelques milliers de gens vivants, ces conglomérats « vivants »se collèrent sur ces gens. (on les appelle désormais des Thétans de corps ou conglomérats de corps, ou encore « clusters »).

                          Quant à Xemu, les Officiers Loyaux finirent par le vaincre et le flanquèrent à son tour dans un piège électronique avec une batterie éternelle, dans une montagne : il est toujours en vie. (je suis surpris qu’il soit en vie au bout de 75 millions d’années !)

                          C’est la fin de l’histoire. Aujourd’hui, d’après ce conte, tout individu est bourré de ces conglomérats d’âmes-thétans, et de ces « thétans de corps » (les BTs, prononcez BiTiz). Si nous voulons nous libérer, il nous faut nous débarrasser de tous ces "thétans de corps" et payer une fortune (plus de 2 millions de F en 98 pour aller jusqu’au bout du Pont de la secte... un pont qui se jette bien sûr dans le vide) pour y parvenir. Et n’oubliez pas que la seule raison pour laquelle les gens croient en Dieu et au Christ, ce serait le film qu’ils ont vu quand ils étaient des thétans de corps il y a 75 millions d’années.

                          Qu’est-ce que vous pensez de cette affaire ?


                        • marie jo grandjean 18 décembre 2011 09:05

                          Votre nom vous va très bien et nous explique votre commentaire : vous faites partie des mêmes moutons enfarinés par les médias et fiers de l’être !


                        • Switcher 18 décembre 2011 21:06

                          Et en attendant, Xenu… ?


                          Ron Lafayette Hubbard : médiocre écrivain de S.F. mais remarquable businessman



                        • le poulpe entartré 18 décembre 2011 22:48

                          Allons marie jo gorges profondes, fais pas la gueule avec ta secte à la noix. Bon, c’est noël et ton jouet foireux est tout cabossé. T’inquiète pas et va donc chez Aré chrisna, aré, aré, drama : tu seras bien reçu dans le c.., une fois de plus. Tu es trop drôle, la bigote. Allez bis, vas y, raconte nous donc la fin de vie de poivrot de ton idole Ron Hubbard, qu’on se marre.


                        • Defrance Defrance 17 décembre 2011 19:24

                           Le Scientologue n’est pas venu voir le Nain quand il était a Bercy ? Il avait une petite mallette me semble t il, tout comme celle que ziad s’est fait piquer au Bourget ? 

                           D’ailleurs quelque mois plus tard le Nain a fait l’éloge des religion nouvelles  ! 

                           Les DIEUX sont les plus grands criminels de notre planete ! 


                          • Claire29 Claire29 17 décembre 2011 21:14

                            M.Defrance,n’est-ce pas Soeur Emmanuelle,l’abbé Pierre et d’autres moins connus
                            qui ont fait don de TOUS leurs biens à l’Eglise catholique sans que cela suscite le moindre commentaire violent avec des appels à la vengeance,à l’incitation à la haine et à l’intolérance ?

                            Sarkozy a rencontré Tom Cruise parce qu’il était une star internationale alors que lui était inconnu en dehors de l’hexagone, sans doute aussi parce qu’il admirait l’acteur !
                            Tout le reste ne repose que sur des insinuations instrumentalisées par les antisarkozystes !
                            et il faut arrêter de fantasmer sur le soi-disant soutien de Sarkozy à la Scientologie !
                            Sachez que la propagande de la Miviludes se répand dans tous les ministères et que le gouvernement met en place les mesures de répression préconisées par cette police de la pensée !


                            • MR MERLIN Perpleks 17 décembre 2011 21:39

                              @ marie jo granjean
                              ....Il faut pouvoir imaginer qu’une chose aussi merveilleuse que d’être libre et heureux existe, et que ceux qui le sont ont envie d’apporter cette chose merveilleuse au reste du monde,......

                              C’est pas la scientologie, c’est le pays des bisounours,

                              hormis quand il s’agit de passer à la caisse, évidemment.


                              • marie jo grandjean 17 décembre 2011 22:41

                                Votre nom vous va très bien et nous explique votre commentaire : vous faites partie des mêmes moutons enfarinés par les médias et fiers de l’être !


                              • MR MERLIN Perpleks 17 décembre 2011 21:45

                                @ Claire29

                                L’amalgame avec l’église catholique n’est pas très heureux,
                                chez eux on donne si on veut,
                                ce n’est jamais une obligation,
                                la différence est de taille.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès