• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le rôle des musées dans la conservation et la valorisation du patrimoine (...)

Le rôle des musées dans la conservation et la valorisation du patrimoine culturel immatériel

Pendant deux journées consécutives, se sont relayés des enseignants universitaires de diverses régions d'Algérie pour apporter leur contribution au colloque sur le rôle des musées dans la conservation du patrimoine culturel immatériel.Pendant deux journées consécutives, se sont relayés des enseignants universitaires de diverses régions d'Algérie pour apporter leur contribution au colloque sur le rôle des musées dans la conservation du patrimoine culturel immatériel.

Le Musée « Abdelmadjid Meziane » Cité Arroudj Chlef, sous la direction de Monsieur Hasnaoui Mahmoud, a abrité les 28 et 29 Décembre 2011, les troisièmes du patrimoine culturel immatériel sous le thème de « Rôle du musée dans la conservation et la valorisation du patrimoine culturel immatériel » et comme exemple « Orf Sidi Maâmar » Saint patron de la région de Ténès (Chlef). Plusieurs intervenants, venus des différents musées régionaux et plusieurs conférenciers de plusieurs universités du territoire national ont répondu à l’appel à contribution lancé par Monsieur Hasnaoui Mahmoud, Directeur du Musée « Abdelmadjid Meziane » de Chlef et ont rehaussé, par leur présence, ces troisièmes journées du patrimoine culturel immatériel.

Les délégations venues de différentes régions du pays, ont été accueillies dès l’après-midi de la journée du 27 Décembre 2011, par Mr Boudia Mohamed et des représentants de Mr Hasnaoui Mahmoud, au niveau de l’hôtel « El Wanchariss », en plein centre ville de Chlef.

Le 28 Décembre à 9 heures, les délégations venues apporter leur concours à ces troisièmes journées du patrimoine culturel immatériel, se sont rendues, directement au Musée « Abdelmadjid Meziane » de Chlef. Juste à l’entrée du musée, nous constatons une réplique en poupées de cire représentant le rite nuptial de « Orf Sidi Maâmar », exposée par le musée. Il fut demandé à Mme Rekkas Saâdia, originaire de Ténès et directrice d’école, de nous donner un aperçu sur Orf Sidi Maâmar, en présence de Monsieur Amar Berrebiha, Directeur de la Culture à Chlef, de Monsieur Hasnaoui Mahmoud, directeur du Musée, de Monsieur Boudia Mohamed, président du Café Littéraire de la Bibliothèque de Wilaya de Chlef et en présence de tous les intervenants et invités, ce qu’elle dit avec brio en agrémentant son commentaires par des chants folkloriques de la région et concernant « Orf Sidi Maâmar ».

Le programme a été riche en communications présentées par les différents intervenants venus d’Alger, d’Oran, de Tizi-Ouzou, de Bouira, de Blida, de Mascara, d’Oran, de Relizane, de Mostaganem, de Djelfa, de Tiaret, de Médéa, de Laghouat, de Constantine, de Chlef, de Ghardaïa, etc.

 Programme de la première journée/

De 9 à 10 h. – Discours d’ouverture du colloque par Mr Berrebiha Amar, directeur de la Culture à Chlef. Après l’annonce de l’ouverture officielle par Mr le directeur de la culture, ce fut au tour de Mr Hasnaoui Mahmoud de prendre la parole et de souhaiter la bienvenue aux délégations venues de tous les coins du territoire national sans oublier de souhaiter une pleine réussite au colloque pour la pérennisation de notre patrimoine culturel immatériel afin de le léguer aux générations futures afin qu’ils puissent asseoir leur identité dans ce monde en pleine métamorphose identitaire.

10 h. – Intervention de Mr Abdi Elhadj, responsable de la conservation du parc culturel de l’Atlas Saharien à Laghouat qui nous a présenté, avec force de photos du parc saharien, une communication des plus riches en ce qui concerne la faune et la flore dans le désert et dont le thème fut « rôle des musées dans la connaissance de notre patrimoine culturel immatériel ».

10 h. 15 – Ce fut au tour de Mr Benadda Djalal, responsable au niveau du musée régional des arts et folklores populaires de Médéa de nous gratifier d’une communication très développée sur le sujet à l’intérieur du thème « rôle du musée dans la connaissance du patrimoine culturel immatériel.

10 h. 30 – Sous le thème « le musée et le patrimoine culturel immatériel, entre réalités et perspectives », Ce fut Mr Osmani El Amri, enseignant universitaire à Constantine, de présenter sa communication qui reçut l’approbation de l’assistance présente dans la salle de conférences du musée.

10h. 45 – Mme Diab Nadia, responsable de la conservation à la direction de la Culture de Mascara dans son allocution dont le titre est : « Les meilleures méthodes de présentation (exposition) du patrimoine culturel immatériel au niveau du musée ».

11 h. – Ce fut au tour de Mr Sitouah Badr-Eddine, directeur de projet d’une société de travaux publics de présenter sa communication dont le thème fut le suivant : « l’archivage numérique au niveau du musée »

11 h. 15 – Le Dr Deloum Saïd de la faculté d’Archéologie de l’Université d’Alger, dans sa conférence sur les mausolées à travers les âges et dont le titre est : « Histoire du mausolée et des fêtes religieuses antiques », a promené l’assistance à travers les âges par la projection d’images de mausolées à travers les siècles depuis les temps les plus reculés de notre ère.

 11 h. 30 – La Dr Mme Aït Saâda Djamhouria, doyenne de la faculté des lettres et langues étrangères de l’Université « Hassiba Benbouali » de Ouled Farès à Chlef, nous gratifié d’une communication ayant pour thème : « Langue arabe : Entre rôle des médersas et zaouïas dans la préservation de l’identité nationale pendant la colonisation ». La conférencière a tenu à appuyer sa communication par des textes authentiques de l’époque de dirigeants coloniaux pour l’annihilation de la personnalité algérienne propre par différentes mesures de coercition des populations autochtones, telles les fermetures des écoles coraniques, des médersas et des zaouïas ainsi que l’expropriation des terres agricoles et l’incendie des récoltes pour mieux asseoir la colonisation et affamer les populations indigènes.

14 h. – Après le déjeuner, ce fut au tour du Dr Mohamed Kassoul, chef de département de la langue française au niveau de la Faculté des Lettres et Langues à Ouled Farès (Université « Hassiba Benbouali » Chlef, qui nous gratifia d’une communication dont le thème fut : « Les walis, les saints et les marabouts, une autre croyance ». Le conférencier à mis l’accent sur les noms des saints de certaines régions du pays où le nom d’un saint chrétien fut arabisé et de par, cette réécriture, devient un marabout musulman et il a donné plusieurs exemples pour demander à l’assistance et aux chercheurs intéressés de bien vouloir faire attention à ne pas prendre pour argent comptant tout ce qui se dit dans la sphère populaire en matière de saints et de marabouts. Il a insisté sur le devoir de tous les chercheurs et historiens de bien vouloir démystifier et assainir certaines légendes relatives à ces saints qui n’ont rien à voir avec les marabouts tels « Sidi Antri » qui n’est autre que « Saint André », « Sidi Baloua » qui n’est autre que « Saint-Valois », etc…..

14 h. 15 – Pr Mohamed Boudia, écrivain, président du café littéraire de la bibliothèque de wilaya à Chlef, a tenu à présenter une communication dont le thème est : « Sidi Maâmar : Dimensions historiques et géographiques du Saint Patron de la région de Ténès (Chlef) ». Dans le cours de la communication, Mr Boudia Mohamed, dans sa quête d’une certaine vérité historique à souligné l’importance qu’il y avait à ne pas confondre certains saints entre eux et a donné l’exemple de « Sidi Maâmar Ben Slimane El Aliya » d’El Bayadh et « Sidi Maâmar Boumokohla » de Ténès ou plutôt de Lahlaf (Arch Aroua – Les Heumis), car ils n’ont pas vécu au même siècle d’après certains historiens.

14 h. 30 – Mr Anane Salim de l’université d’Alger, nous a présenté une communication dont le thème est : « Les us et coutumes d’une société de proximité ». Il a pris comme exemple un lieu où vit cette société, c’est-à-dire au Maroc.

14 h. 45 – Mr Allouache Mosfefa, Proviseur en retraite et président de l’association « Histoire et archéologie » de Bouira, dans sa communication, a insisté sur le rite du saint patron « Orf Sidi Maâmar » en mettant l’accent sur la nécessité d’assainir l’oralité concernant ces saints par des recherches scientifiques.

15 h. – Mr Zerrouki Mérouane, enseignant en retraite, président de l’association de la mosquée « Sidi Ahmed Bou Maïza » du Vieux Ténès avec l’aide de Mme Rekkas Saâdia, directrice d’école, ont tenu à clarifier à l’assistance, le rite de« Orf Sidi Maâmar » avec force de chants folkloriques de la région de Ténès et relatifs à ce rite ancestral du Saint Patron de Ténès et de sa région.

 15 h. 15 – Mr Dahmani Mohamed, enseignant, Université « Hassiba Benbouali » à Ouled Farès (Chlef) dans sa communication dont le thème est le suivant : « Position et rôle du Saint au sein de la société : vie pratique du Saint Patron Sidi Maâmar ».

15 h. 30 – Dr Ali Medjdoub, chirurgien-dentiste, journaliste culturel (le soir d’Algérie) a essayé de gratifier l’assistance d’une communication qui se voulait une approche des dimensions géographiques et historiques du Saint Patron « Sidi Maâmar » dont le thème fut : « Relation entre Sidi Maâmar Ben Slimane El Aliya et Sidi Maâmar Boumokohla »

Nous avons aussi noté la présence indéfectible de Mr Abdelkrim El Houari, chroniqueur culturel à la Radio Régionale de Chlef qui ne rate jamais l’occasion de discuter et d’enregistrer les différents intervenants tant au niveau du café littéraire qu’au niveau de ce colloque dont le thème est : « Rôle du musée dans la valorisation du patrimoine culturel immatériel »

 Le professeur Bouziani Abdelkader, enseignant Université Hassiba Benbouali Ouled Farès Chlef

15 h. 45 – Mr Bouziani Abdelkader, enseignant à l’université « Hassiba Benbouali » à Ouled Farès Chlef a présenté une communication dont le thème fut : « Le rite nuptial dans « Orf Sidi Maâmar : simplification et communion ».

16 h – Mme Rekkas Saâdia, directrice d’école à Ténès, après avoir présenté en début de colloque, Orf Sidi Maâmar, nous revient pour éclairer l’assisstance sur les « habits traditionnels utilisés lors du rite nuptial de « Orf Sidi Maâmar »

Pour clore cette première journée de travail, les intervenants ainsi que le public présent furent gratifiés d’une soirée musicale avec l’Association « El Amal » de musique moderne de Bou Kadir ainsi que par l’Association « Aïssaoua ».

PROGRAMME DE LA DEUXIEME JOURNEE

De G. à D. (Med Boudia, maitre de conférence – Aït Djida Mohand Amokrane – Enseignant universitaire – Chlef) 

9 h. – Le deuxième journée, dès neuf heures du matin, a vu Mr Aït Djida Mohand Amokrane, enseignant à l’université « Hassiba Benbouali » à Ouled Farès (Chlef), nous apporter un côté encore inexploité de notre patrimoine et dont le thème est :« Le personnage patrimonial ». Il a insisté sur le fait qu’il faut faire la différence entre le personnage historique et le personnage patrimonial qui peut être un quelconque individu, sans être un héros ou un saint, mais revendiqué comme patrimoine d’une certaine communauté ou groupe.

 De G. à D. Mr Amara Moussa (Enseignant univ. Ghardaïa et Docteur Hanin Djéridane, médecin à Bouira

9 h. – Le Dr Djéridane Hanin, médecin et vice-président de l’Association « Archéologie et Histoire » de Bouira, a tenu à nous présenter une communication dont le thème fut : « Orf Sidi Maâmar : Entre rites, croyances et traditions ». Le Dr Djéridane a insisté sur la nécessité absolue de procéder à une recherche scientifique et technique concernant le rite nuptial de Sidi Maâmar et essayer de le débarrasser des intrants qui n’ont rien à voir avec les traditions ancestrales de ce rite qui fut une révolution dans la société d’antan.

9 h. 30 –Assouane Karim, professeur à la faculté des langues, université d’Alger nous a présenté une communication sous le thème : « De Makala à Guelma, un rituel d’écritures ». Mr Assouane Karim a fait le rapprochement entre les anciennes traditions et les nouvelles dans la région de Guelma.

9 h. 45 – Ce fut au tour du Dr Khellouati Souâd, professeur à la faculté des langues (italien) de l’université d’Alger de nous gratifier d’une conférence sur le thème de : « Ras-El-Hamra : Du site au rite ». C’est une recherche qu’a entamée, la doctoresse en langue italienne sur le site de « Ras-El-Hamra » dans la région d’Annaba.

10 – Mr Amara Moussa, professeur universitaire à Ghardaïa, a tenu à nous présenter sa région et ses coutumes dans une communication dont le thème fut : « Les traditions éducatives et sociales dans le M’zab ». Il a su agrémenter sa conférence par des photos de la scène sociale de Ghardaïa avec les notables, les élèves des zaouïas pour signifier à l’assistance qu’il y a toujours un échelonnement dans la vie sociale des habitants de Ghardaïa et que les traditions persistent jusqu’à nos jours et dans le respect des aînés.

10 h. 15 – Mr Ait Ali Abdelkader, responsable de la conservation au parc culturel de Laghouat nous a gratifiés d’une communication sous le thème de : « Le patrimoine culturel matériel et immatériel de la région de Biskra »

10 h. 30 – Mme Farida Mansouri, professeur à la faculté d’Archéologie de l’Université d’Alger, a fait une communication sous le thème de : « Les éléments qui permettent la disparition du patrimoine immatériel et manière de sa conservation »

10 h. 45 – Mr Khaldi Bélarbi, enseignant à l’université « Hassiba Benbouali » de Chlef, nous a présenté une communication dont le thème fut : « L’importance du rite dans la consécration de l’identité nationale ». Mr Khaldi a insisté sur le fait que l’individu algérien a ses propres coutumes et de ce fait, se différencie des autres peuplades occidentales.

11 h. – Monsieur Hellal Yahia, Directeur de C.E.M et membre de l’Association « Archéologie et Histoire » de Bouira, nous a présenté une conférence sur le thème : « Le rôle des us, coutumes et rites dans la consécration de l’identité nationale »

De G. à D. – Mr Hellal Yahia Dir. De CEM– Monsieur Lamoura Boudebza, directeur de CEM en retraite.

Nous ne pouvons que louer les efforts de tous les participants pour la réussite de ce colloque qui fut, à plus d’un titre, plein d’enseignements et de nouvelles données pour le plus grand bien de la recherche et la préservation de notre patrimoine culturel immatériel. Nous avons noté la présence de notre grand poète Abdelkader Guerine qui a dépoussiéré les étagères de l’histoire pour mettre à nu des pages de notre histoire et de notre patrimoine avec ses deux derniers romans dont les titres sont : « La brûlure, les enfumades de la Dahra » et « Le célèbre inconnu, Bouar’âra ». Il faut noter que la présence du public a été rehaussée par les membres du Café Littéraire (tels Monsieur Metmati Djilali, Mr Attaf Mohamed, Mr Boutoubat Mohamed, notre poète engagé, Mr Berrah Laïd, Mr Kiouar Mohamed Baroudi, Melle Izdihar, écrivaine, et de plusieurs autres membres attitrés du café littéraire dirigé par Mohamed Boudia, écrivain et journaliste indépendant.

La deuxième journée d’études fut clôturée par une soirée musicale de la troupe de chaâbi moderne et andalou par l’association « El Fen El Açil » de Chlef, sous la direction du jeune chanteur et musicien, Bounadja Yacine.

Pour clôturer cette manifestation culturelle en rapport direct avec la conservation de notre patrimoine culturel, des recommandations ont été arrêtées par les participants et intervenants lors de ces journées d’études. La première recommandation fut de créer un Conseil National de Orf Sidi Maâmar et dont le siège sera le musée « Abdelmadjid Meziane » de Chlef. La deuxième recommandation est lancée aux universitaires pour donner un nouvel élan à la recherche dans ce domaine afin de débarrasser nos coutumes de certains intrants qui ne reflètent en rien notre entité algérienne musulmane. Intéresser les étudiants en Histoire pour se pencher sur le côté patrimonial immatériel pur.

Des présents ont été offerts à tous les participants aux conférences. La prise en charge de leur arrivée à leur départ fut sans équivoque et tous les conférenciers ont été satisfaits de l’accueil qui leur a été réservé par Mr Hasnaoui Mahmoud, directeur du musée, d’une part et par Mr Boudia Mohamed, écrivain, d’autre part.

  Mohamed Boudia – Ecrivain et journaliste indépendant


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès