• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le roman « touristique » !

Le roman « touristique » !

JPEGJe n’ai jamais été « fan » des livres touristiques ou documentaires, je feuillette les pages et je m’en arrête là.

Des écrivains comme Colette Coquis ont développé un genre original.

Ils offrent des romans « touristiques » où s’entremêlent fiction et description d’une ville ou d’un pays.

Colette Coquis, femme de voyages et d’écriture nous entraîne ainsi au Pérou.

 

« Destins croisés

Le Bolivar du Sud »

Collection Tremplin

168 pages

Juillet 2011

16 €

 C’est le Pérou

 

L’histoire commence par un tremblement de terre, fort sérieux à Pisco, port du sud du Pérou.

Eléonore, française, amoureuse de ce pays qu’elle a déjà parcouru, est là dans les décombres, blessée.

Elle se remémore sa première visite dans ce pays magnifique.

Le voyage est étonnant et ravissant… Les vieilles pierres attirent le regard avec les Temples de la Lune et du Soleil et les terrasses des sacrifices.

L’héroïne, née près de Paris à Brunoy s’intéresse particulièrement à la vie et au destin du Général San Marin, libérateur du Pérou…

Pourquoi a-t-il quitté son pays après sa victoire sur les espagnols après le débarquement de son armée en 1820 ?

Pourquoi le corps de ce général, né en Argentine a-t-il séjourné à Brunoy pendant 20 ans ?

Éléonore regarde, écoute, questionne, cherche, s’émerveille et finit par trouver la clé lui permettant de mieux connaître et comprendre ce général.

Ce croisement entre le passé et le présent est intéressant, éducatif et plaisant.

Le lecteur, même peu habitué à ce style, comme « votre serviteur » ne s’ennuie pas d’autant plus que l’écriture est fine, assez rythmée. Nous avons même droit à l’utilisation maîtrisée du passé simple.

Que dire de plus ?!

Ah oui j’oubliais les milliers de petits insectes hideux, les cochenilles qui font la richesse du Pérou qui en extrait le carmin et « assurait 80% de la production mondiale :

« Nous passâmes de l’étonnement au dégoût lorsqu’on apprit que ce carmin, largement utilisé par les teinturiers de textiles depuis la nuit des temps, ou par des peintres de la Renaissance comme Michel-Ange, l’était aussi maintenant pour le colorant alimentaire E120 et pour la fabrication de nos rouges à lèvres ! »

 

Attachez vos ceintures pour retrouver Éléonore, découvrir les charmes du Pérou et suivre cette jeune femme qui va être charmée par cette région et par… Ricardo !

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Alex Alex 10 avril 2013 18:26

    « Le voyage est étonnant et ravissant… »

    À condition de s’éloigner de Lima, l’une des villes les plus déprimantes qui soient...


    • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 10 avril 2013 21:24

      Cet article donne envie de partir en vacances. Comment peut-on voter « non » pour ce genre d’article ? Il y a des petits malins qui ne sont pas d’accord avec ces lignes si peu engagées ? Il faut vraiment être vicieux !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès