• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Le Solitaire » de Ionesco, juilletiste sur scène

« Le Solitaire » de Ionesco, juilletiste sur scène

Le Solitaire décrit par Ionesco est un être contemplatif que l’anonymat protège de toutes les sollicitations sociales ; il pourrait s’agir d’Eugène, lui-même, fantasmant sur la subjectivité idéelle de l’écrivain.

Le Solitaire interprété par Marthouret est un homme en caleçon dont le lit est l’unique perspective perçue selon une multiplicité de points de vue ; il pourrait s’agir d’un comédien confronté au syndrome vertigineux du seul en scène.

En fait, le Solitaire c’est vous, c’est moi, c’est monsieur tout le monde lorsque celui-ci décide d’effectuer un pas de côté, en se retrouvant inéluctablement en position d’observateur absolu du monde.

Si les gestes quotidiens initiés par la faim, le sommeil et autres tâches animales le retiennent encore dans l’asservissement contingent, l’esprit a déjà la faculté de vagabonder par-dessus la raison formatée, en s’interrogeant d’emblée sur l’agitation perpétuelle de l’homme.

Jean-Louis Martinelli engage François Marthouret à se désincarner pour figurer cet être, quasi nu, allongé dans la position du rêveur à l’orée des cauchemars prêts à s’emparer de sa dépouille.

Mais l’homme résiste, en se remémorant l’étonnement et la béatitude de l’enfance lorsque celle-ci découvrait l’existence dans ses moindres soubresauts avec désormais, l’intention d’en surseoir et d’en prolonger le bénéfice de la surprise originelle.

Alors le comédien se redresse sur son séant, se lève et commence à parcourir le territoire de sa couche éternelle avec l’intention utopique d’en circonscrire le temps de la vie humaine.

Ses états d’âme vont se refléter à l’aune de lumières fluorescentes parcourant successivement le spectre des tonalités dominantes à travers la cage de scène théâtrale.

L’angoisse existentielle n’aura d’autres prises sur sa conscience que de lui faire endosser le costume et les pompes le préparant au grand saut dans l’inconnu, celui qu’il restera pour lui-même autant que celui de sa virtuelle destinée.

photo © Dunnara Meas

LE SOLITAIRE - *** Theothea.com - de Eugène Ionesco - mise en scène : Jean-Louis Martinelli - avec François Marthouret - Théâtre de La Madeleine


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès