Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le souffle du vent

Le souffle du vent

Les chants de ma Mémoire.

La chanson française a accompagné mon chemin ; elle a jalonné mon existence de milliers de refrains qui sont autant de bornes, d'indicateurs du bonheur ou de marqueurs des heurts de l'existence. Il en est même qui se sont installées avec tous les couplets ; elles peuplent mon imaginaire, ma nostalgie, ma vision du Monde. La chanson est le marqueur de toutes les époques que j'ai traversées.

Quand j'ai une histoire de vie à raconter, des chansons s'imposent comme autant d'évidences. Elles font danser les yeux, les conduisent immanquablement vers ces temps de jeunesse où elles furent écoutées pour la première fois. Des phares immenses seront à jamais mes guides sublimes : Brassens, Brel, Vian, Aznavour, Trenet, Ferré, Perret, Lapointe, Dassin… et combien d'autres encore, parfois pour une seule chanson, merveille fugace qui sera toujours mienne !

Ils sont auteurs surtout car ils m'ont élevé dans le culte des mots. Combien de fois, admiratif, jaloux même , j'ai prononcé cette phrase stupide mais ô combien sincère : « On peut mourir quand on a écrit un joyau pareil ! ». Car la chanson est une extraordinaire alchimie magnifique et magique. Elle est la fusion de paroles simples, d'une petite histoire qui est film, roman, conte et d'une mélodie qui la sublime pour lui donner son habit d'éternité.

C'est si simple et si complexe, c'est si efficace que rien ne parvient à vous investir aussi durablement la mémoire. Je me souviens d'une femme âgée, touchée par cette abominable maladie qui vous prive de votre propre passé, de la mémoire de votre vie et qui retrouva la joie de vivre, l'espace d'une soirée, autour des chansons de son autrefois retrouvé. C'était la seule manière de lui redonner le sourire : lui faire chanter des vieux refrains de sa jeunesse. Quel bonheur !

Seule la chanson, il me semble, peut fédérer longtemps après, ceux qui l'ont partagée alors. La fortune, la culture, la santé ne sont plus ces frontières infranchissables : quelques paroles simples sont cures de jouvence et réconciliation sublime. On se met à fredonner, on se souvient , on sourit, on est heureux de replonger ainsi dans le passé.

J'ai toujours constaté qu'elle a aussi ce mérite immense de ne point connaître l'illettrisme. Jamais je n'ai vu un enfant ne pas savoir lire les paroles d'un air qui accompagne sa lecture. J'ai souvent usé de ce support pour travailler en classe, pour ouvrir les esprits, aborder des thèmes délicats, emmener les élèves loin de leurs difficultés supposées.

J'ai alors espéré que les karaokés allaient redonner la joie qui manque à ce pays. Je suis si attristé d'entendre dans nos tribunes cette Marseillaise guerrière qui monte des travées pour exprimer la joie d'un peuple vainqueur. Ailleurs, les nations ont des chants traditionnels que tous connaissent encore et entonnent en chœur. Nous n'avons point de répertoire commun et ça ne semble affliger nul ministre de l'Education Nationale.

Hélas, ces karaokés furent l'occasion de briller en société, d'établir un jeu de dupes, une micro société de spécialistes qui se gaussaient des petits dérapages des maladroits. Notre monde ne supporte pas la maladresse ; il faut être parfait pour avoir le droit de chanter en public et, si possible, jeune, jolie, mince et bien habillée. L'animateur, à ses manettes, ridiculise encore plus le pauvre candidat qui n'a ni la voix ni la tête de l'emploi.

Alors, en France on ne chante plus en public ou seulement cet hymne si réducteur. Même au rugby, je déplore le recul de cette belle tradition ovale. Pourtant, lorsque quelqu'un organise une soirée avec textes pour soutenir les hésitations et guitare pour donner le « la » ou toute autre note utile à la fête, le miracle se reproduit et les yeux brillent d'une flamme jubilatoire.

Tout a commencé, pour moi, avec Henry Salvador et ce lion qui se mourait sur les ondes 'crachotantes' d'une TSF d'alors. Je me revois, emporté par les paroles, rêvant d'un ailleurs que je ne connaissais pas. Nous n'avions ni télévision ni voiture et pourtant, comme j'ai voyagé loin avec cette chanson si simple ! Beaucoup plus tard, elle fut reprise et je ne puis vous décrire l'émotion et le bonheur de la redécouvrir aussi vivace, de me retrouver au plus profond de mon enfance avec ce petit air de bien.

Par la suite, j'ai écrit quelques chansons, simplement des paroles car je ne suis absolument pas musicien. Je ne peux décrire l'émotion qui fut la mienne quand, pour la première fois, j'entendis l'ami Casimir me chanter « La guitare au fil de l'eau » Puis les chansons se sont succédé et pourtant, à chaque fois, j'éprouve la même émotion, la même fierté d'entendre mes mots chantés par un autre. Évidement, j'aimerais qu'elles soient gravées sur un CD, mais ceci est une autre histoire. Chaque fois que je les entends, je perçois le souffle du vent qui me grise …

Enchantement mien.

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • juluch juluch 30 janvier 09:59

    J’ai été bercé par les memes artiste, ils passaient sur K7 dans la voiture familiale....


    Après mes goûts ont évolué comme tout en chacun, mais de temps en temps un p’tit coup de nostalgie.... smiley

    • C'est Nabum C’est Nabum 1er février 07:56

      @juluch

      Je leur suis resté fidèle !


    • Loatse Loatse 30 janvier 14:15

      Bonjour C’est Nabum


      J’ai eu plusieurs fois l’occasion de me rendre à des soirées « karaoké », Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que notre jeunesse savait quasiment par coeur certains répertoire, tel celui d’Edith piaf et tant d’autres qui ont bercé nos jeunes années..

      Des rappeurs reprennent « douce france » 

      Cette jeunesse n’est pas différente de la nôtre, en quête de poésie, de beauté, de joie.... d’où les succés ephémères de ce que l’on appele à juste raison « des tubes » qui n’ont de vocation que commerciale..

      Réjouir nos sens ne suffit pas, nos âmes aspirent à être comblées elles aussi...

      Très belle interprétation de « Menilmontant » à l’olympia en 2012 .. l’enthousiasme du public y est palpable :)


      • C'est Nabum C’est Nabum 1er février 07:57

        @Loatse

        La chanson nous parle elle nous berce, elle jalonne notre existence

        Merci pour ce beau lien


      • Hector Hector 31 janvier 10:09

        Bonjour c’est Nabum,
        Je suis un fervent adepte des Karaokés, j’organise cette sortie en moyenne une fois par semaine dans différentes salles.
        Et j’encourage vivement tous ceux qui n’osent pas, pour des raisons diverses, à faire le pas, au besoin je chante avec eux et les aide souvent à choisir une chanson qui convienne à leur tessiture et à leur timbre.
        C’est un bonheur que de revoir ces vidéos dans lesquelles ils ont vaincu leur timidité et pris un réel plaisir.
        Ils découvrent à quel point chanter rend heureux, détend et donne de bonnes vibrations.
        Notre petite bande s’accomode très bien des couacs et autres canards et tout le monde est content dans une ambiance bon enfant et personne ne cherche à briller plus qu’un autre.
        Soyons franc ; En général.
        Mais le plus souvent, on applaudit plus fort ceux qui ont eu le plus de mal.
        Je sais par expérience que certaines salles à la clientèle un peu snob n’acceptent pas tout le monde.
        On s’en moque, il suffit de ne pas les fréquenter.
        Alors chantons et surtout encourageons toujours ceux qui ont encore quelques craintes à nous rejoindre.
        Parce que chanter, c’est l’expression même du bonheur et c’est la meilleure façon de le partager.
        Merci pour l’article et pour le thème.


        • Griffon Jaune johnconnaurd42 31 janvier 10:31

          @Hector

          Ça va les chevilles ? Tu te le vois pas un peu trop beau le Karaoké géant de 2017 là ?


        • Griffon Jaune johnconnaurd42 31 janvier 10:46

          @Hector

          Comme ton avatar montre bien ton inclinaison d’ores et déjà acquise devant les forces de la nature, je serai très honoré que tu sois mon premier invité au Bistrot 42.

          Comme tu le sais ici on est dans le temple de Na boom et je ne peux qu’espérer avoir l’honneur moi même de naviguer en jour en sa, en ta compagnie sur la Loire avec son petit canoë tout moche smiley

          Bon si donc tu acceptes l’invitation, si tu passes la porte, et si le taulier ne t’y reçoit pas avec tous les égards qui te sont cette fois-ci bel et bien dus, ben mets lui un bon coup de chetron à l’ego de ma part, je rajouterai de toute façon une petite couche en suivant par d’autres voies qu’AV smiley


        • C'est Nabum C’est Nabum 1er février 07:58

          @Hector

          Vous allez me réconcilier avec cette belle animation souvent instrumentalisée par des prétentieux de comptoir

          Merci à vous


        • Shawford Shawford 1er février 08:01

          @Na Boom

          Plait il ?


        • Hector Hector 1er février 09:00

          @C’est Nabum
          Tant mieux, j’en serais très heureux. Lorsqu’une petite bande d’habitués est formée, ça va tout seul.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès