• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Le YouTube du jeu vidéo

Le YouTube du jeu vidéo

Présenté comme l’avenir du partage de la création ludique, le logiciel de Microsoft XNA n’est en réalité qu’une manière d’asseoir une stratégie marketing.

Pour partager sa musique, il y avait Napster. Pour les fichiers vidéo : YouTube. Peut-on penser sur le même modèle, un partage des jeux vidéo ? C’est le pari de Microsoft, qui a sorti le 11 décembre un logiciel de partage sur X-Box 360, XNA.

« Les développeurs contemporains sont des enfoirés de chanceux (lucky bastards) ». Ceci n’est pas un aphorisme tiré d’une revue anglosaxonne qui se dit hype ; ni le propos d’un patron de start-up sur le retour, encore aigri par l’éclatement de la bulle Internet. La formule est abrupte, voire vulgaire, mais elle est à moitié excusée, car proférée par Peter Molyneux, l’éminent game designer britannique, lorsqu’il a appris l’existence du programme de Microsoft.

 

Alors qu’il déplorait il y a encore quelques mois la condition difficile du développeur indépendant, l’auteur de Black and White s’est très vite ravisé. Microsoft lui a rendu l’enthousiasme, qu’il estime nécessaire à la création d’un jeu. Pour le game designer anglais, l’outil de création XNA permettra aux développeurs encore anonymes, mais talentueux, d’accéder à la notoriété. « Si XNA devient l’équivalent de YouTube pour le game design, ce sera une chose très très profitable », explique-t-il.

Peter Molyneux reprend mot pour mot les propos du directeur marketing de Microsoft, qui n’en demandait pas tant. Il n’est pas anodin de faire référence à la vidéothèque de Babel que constitue You tube. La firme de Bill Gates pourrait-elle inspirer amorcer une révolution, dans le partage des ressources ludiques ?

Certes, les jeux en flash disponibles gratuitement fourmillent sur Internet. Mais avec XNA, Microsoft propose un véritable saut quantique. De véritables jeux, et non des casual games, pourraient être partagés. Et Microsoft deviendrait le joyeux chantre du communisme vidéoludique.

Il va de soi que la vérité est tout autre. Interviewé par les journalistes de Gamasutra, Dave Mitchell, le directeur marketing de Microsoft, révèle bien malgré lui l’aspect uniquement commercial du logiciel XNA.

« Le disque dur est un élément indispensable », précise M. Mitchell. Entendez que les joueurs ne disposant que de la version « core » de la X-Box 360 sont a priori exclus.

Assez placidement, le responsable marketing annonce que les possibilités de partager ses créations seront minimes. Pour s’en expliquer, la direction avance un argument presque moral. « La pire chose qui pourrait advenir serait d’apprendre trop tard que nous avons des jeux, proposant un contenu indésirable, auquel nous ne nous attendions pas. » C’est donc pour exercer un contrôle préventif, affirme Microsoft, que le projet collaboratif XNA est vidé de sa substance.

Peu disert sur les réelles possibilités du logiciels, M. Mitchell, dont la séance n’est pas la dernière, dispose de plus d’arguments pour vanter les atouts mercantiles du XNA.

« Nous pourrions avoir de la publicité dans les jeux. Plus il y aura de joueurs dans votre jeu, plus de revenu publicitaire sera généré. Nous pouvons envisager un partage de ce revenu avec le créateur . Une autre possibilité pour le développeur est de signer avec Microsoft un accord de distribution. [...] Un autre atout dont nous disposons est cette grande ressource appelée X-Box live Markeplace. Il suffirait simplement de mettre le jeu en vente, d’établir un prix, et les consommateurs n’auraient qu’à le télécharger. Nous avons de telles infrastructures avec le X-Box live et Marketplace que nous pouvons en faire un business-model, et contre lesquelles peu de gens sont capables de rivaliser. »

Peut-on raisonnablement penser, avec M. Molyneux, que l’avenir du jeu est dans ce modèle ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.92/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • dop (---.---.122.68) 19 décembre 2006 14:09

    Bien, interessant, merci.

    Conaissez vous la mouvance des jeux low-tech, programmer dans des technologie peut couteuse a maintenir comme LAMP , ASP ( et dans une moindre mesure car c’est plus des jeux d’arcade que de « vrai » jeux : le flash ) Si oui qu’en pensez vous ?


    • Laurent Checola Laurent Checola 19 décembre 2006 20:13

      Je connais le principe des jeux « low tech ». Par contre, n’étant pas programmeur, je n’ai pas pu voir les résultats obtenus par les logiciels dont vous parlez.

      En revanche, vous connaissez certainement comme moi, des outils plus accessibles comme RPG Maker, ou the game factory.

      N’hésitez pas à montrer à la communauté des jeux ainsi réalisés...


    • Dams (---.---.112.128) 19 décembre 2006 21:08

      Pour des jeux réalisé avec des logiciels de la Famille « The Games Factory » je vous conseille un tour sur ce site communautaire anglophone : The Daily Click http://www.create-games.com/

      A mon sens il s’agit déjà d’un Youtube du jeu vidéo, la popularité en moins (quoi que ce site soit très actif et très visité, la fréquentation n’est malheureusement pas comparable avec celle de Youtube)

      Pour les anglophobes, un très bon site français d’actualité sur ces jeux : http://www.clikmag.net/

      Pour le jeu « lowtech » a base d’ASP et autres LAMP je pense que vous parlez des jeux tels « Kochonland » qui sont des jeux au tour par tour jouable directement dans un navigateur internet ?

      Par contre je trouve assez artificielle la tendance générale a vouloir séparer les « vrais jeux » (sous entendus qui sortent dans une jolie boite en magasin) et les « petits jeux » (tous les autres) : ne s’agit-il pas dans les deux cas de jeux ? il serait illusoire de définir la qualité d’un jeu selon le budget nécéssaire à sa réalisation : dans l’aboslu le game design (élaboration des mécanismes d’un jeu) ne coute rien, et c’est souvent cela qui rend un jeu « fun » ou pas.

      Les jeux produits par l’industrie possède effectivement une qualité technique supérieure, en lien direct avec l’argent englouti lors de leur réalisation. Du coup le reseau de diffusion du jeu est en général en adéquation avec son budget. Mais, comme dans tout secteur de l’industrie culturelle, cela ne ne préjuge en rien la qualité finale du jeu.

      C’est sans doute cela qui motive l’industrie à s’interesser au jeux indépendants, dont une bonne partie peut être considérée comme « low-tech » et ou l’accent est mis sur d’autres apects que la technique faute de moyens.


    • Thibaud (---.---.35.134) 19 décembre 2006 14:49

      Un bon jeu ne se développe pas aussi facilement qu’on met une vidéo sur Youtube, il faut faire attention.

      Deplus, le concept n’est pas nouveau, c’est le meme que le principe des Mods. On a déjà la preuve que marche avec tout simplement CounterStrike, ou alors le Make Something Unreal Contest , qui avait amené a la création de nombreux mod pour le jeu unreal tournament 2004, dont le meilleur a été récompensé par une licence de moteur du jeu.

      Microsoft n’invente donc rien (qui a dit comme d’habitude ? ) , ils reprenent un concept qui marche.

      Mais en tout cas c’est surement une bonne nouvelle pour les possesseur de 360.


      • Manuel FLURY (---.---.9.14) 19 décembre 2006 17:27

        Encore une fois, ils n’ont rien inventé, ils n’ont que le bénéfice de leur position écrasante.

        La mouvance « homebrew » est bien là depuis plusieurs années avec en tête de liste le fabriquant de console de jeux (que vous ne connaissez pas je parie smiley ) Gamepark.

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Game_Park

        Un processeur ultra connu (celui qui est dans tous les smartphone, pda en gros) un kit de développement à un prix ultra raisonnable, linux à l’intérieur, donc facile d’apporter des modifications ou d’étendre les capacités de la machine (par exemple, utilisation du port smartcard pour supporter le wifi qui n’est pas prévu de base sur la machine), et les développeurs affluent (http://archive.gp2x.de/)

        Le meilleur point étant la possibilité d’exécuter des émulateurs et donc de faire fonctionner les jeux de toutes les bornes d’arcade, de consoles de jeux et d’ordinateurs sur cette petite machine !

        Du coup, entendre dire que « La firme de Bill Gates pourrait-elle inspirer amorcer une révolution » , désolé mais c’est un manque de connaissance de ce qui existe dans le créneau ! D’ailleurs Microsoft nous a toujours habitué à ça, ce sont d’excellents commerciaux, pas des génies de l’informatique !


        • Dams (---.---.112.128) 19 décembre 2006 19:03

          Certes, le devellopement de jeux « amateurs » ou « indépendants » existe depuis maintes années. Dans l’absolu le jeux vidéo est même né comme cela, et des mouvances telles que le « home_brew » ou autres « scènes indépendantes », qui ne sont finalement qu’une remise au gout du jour des developpement sous forme de « shareware ».

          La différence, profonde, entre les pionniers du jeu vidéo vendant sur disquettes leur jeux à quelques copains de classe, et les mouvement de « homebrew », « shareware » ou même le XNA selon Microsoft dont il est question ici tiens à une chose : le réseau de diffusion.

          Les premiers jeux se distribuaient de la main à la main, voire dans des magazines spécialisés, Internet ayant par la suite permis l’apparition de sites spécialisés dans l’hébergement et la diffusion de sharewares, ces derniers ont pu murir en « communauté de devellopement » telles qu’on les retrouve aujourd’hui.

          Donc certes Microsoft n’invente absolument rien, mais il est le premier à vouloir récupérer cette source de jeux « créatifs » pour la diffuser dans un large réseau de « console de salon ». Mais Microsoft n’est pas un philantrope qui « offre » à quelques créatifs une large diffusion, il s’agit là comme le pointe cet article d’une stratégie purement commerciale, dans le but de se démarquer de la concurrence.

          Le concept de l’outil de création XNA non plus n’a rien de nouveau, des logiciels tels que « The Games Factory » (http://www.clickteam.com) permettent tout ce qu’offre le XNA depuis une bonne dizaine d’année, mais malgré l’excellente facture de ces logiciels, il est triste de constater que seules quelques grosses sociétés qui ont de l’argent à perdre (rappelons que Microsoft vend ses consoles à perte) peuvent proposer un réseau de diffusion derrière (l’exemple de Game Park cité plus haut est très parlant également).

          Notons aussi que l’industrie du jeu vidéo affiche depuis quelques temps un « retour aux sources », ceci surement afin de parvenir à évoluer pour toucher un public plus large, d’une manière analogue aux secteurs du cinéma ou de la bande dessinée en leur temps.

          Alors que le devellopement indépedant dans le domaine des jeux vidéos n’a jamais cessé d’exister, on pourrait penser qu’il s’agit la du nouvel eldorado de l’industrie. J’en veux pour exemple le succès de la plateforme STEAM (http://www.steampowered.com), qui s’il elle a bien fait rire à sa sortie, permet aujourd’hui la diffusion de jeux de qualité directement du dévellopeur au consomateur, et force est de constater qu’elle a du succès (nombreux sont d’ailleurs les sites a lui emboiter le pas).

          Fasse à un mode de distribution, et un mode de réalisation de jeux vidéo différent du sien, l’industrie a deux possibilité :
          - se moquer de ce mouvement qu’elle jugera sans avenir
          - s’y interesser et le reprendre à son compte pour accroitre son marché.

          Je pense que la stratégie Microsoft avec le XNA est clairement d’essayer de profiter de cette tendance à son compte.

          La question étant maintenant est ce que le fait que l’industrie s’intéresse enfin au dévellopement indépendant est un bon signe pour ces derniers, ou au contraire un tentative de canibalisation pour empecher son devellopement ?

          D’un point de vue plus personnel, si le XNA partait d’une bonne intention, je pense clairement que la tournure qu’il prend (balisage et contrôle des jeux diffusés, inclusions de publicité, royalties pour diffuser ses jeux, etc...) va être un énorme frein à la création, et finalement réduire à néant ce type de plateforme : quel créatif « indépendant » irait sur une plateforme de dévellopement qui lui demande justement de renoncer à son indépendance ?

          Je me trompe peut-être, mais je sens que tout cela va finir en simple reseau supplémentaire de diffusion de classiques du jeu indépendant (les fameux « casual games »), et que les vrais « Youtube du jeu vidéo », qui pullulent déjà sur le net, continueront à exister jusqu’a que l’un d’entre eux arrive, par de gros moyens, à une position dominante, et offre une « audience potentielle » rendant inintéréssante les autres sites (on pourrait imaginer un site récompensant financierement les meilleures créations tout en n’imposant pas de censure, cela attirerai certainement les créateurs de jeux, et un site offrant des bons jeux non disponibles chez les autres aurait de forte chance d’attirer plus de joueurs)

          Mais je doute sincérement que ce type d’initiative viennent des majors du jeu vidéos (tels Electronics Arts & co), voire même de créateurs de consoles tels Microsoft ou Sony (rappelons au passage qu’a l’époque de la PS1, ce dernier vendait un version de sa console réservé au petits devellopement, la Net Yaroze), se soucier d’un « contenu présentatble et répondant à une norme politiquement correcte et imposée » pour le jeu n’est suremement pas la bonne stratégie.

          Si Youtube s’est imposé, n’est ce pas en partie grace aux « vidéos illégales » comme les clips et autres épisodes de séries que l’on peut y trouver ?

          Partant de la il ne restera peut-être du projet XNA qu’un « outil de création » parmis tant d’autres, qui aura le seul avantage d’etre « compatible XBox360 », l’intéret de cet avantage étant directement lié aux chiffres de ventes de la console ;).

          (Désolé pour la longueur de ce commentaire smiley)


          • Laurent Checola Laurent Checola 19 décembre 2006 20:16

            Ce que je trouve personnellement assez effarant, ce n’est pas seulement le fait que Microsoft s’arroge une technologie développée par d’autres, à des fins commerciales.

            C’est aussi le fait que la firme américaine se sert de son réseau particulier - le X-Box live - comme argument pour attirer les développeurs potentiels.


          • Dams (---.---.112.128) 19 décembre 2006 21:18

            Si je puis me permettre, le « réseau de diffusion Xbox » est bien le seul argument de Microsoft, il serait mesquin de leur reprocher la seule chose qu’ils proposent smiley

            Je suis tout à fait d’accord avec vous sur l’aspect effrayant que peut avoir une récupération de la scène indépendante par une major du jeu vidéo, mais je reste persuadé que cette récupération ne marchera pas, car Microsoft met un gros frein à l’indépendance avec son système, hormis pour quelques titres « politiquement correct » qui auront fait leur preuve dans la communauté indépendante de dévellopement sur ordinateur.

            A la réfléxion ils ne proposent finalement qu’une visibilité supplémentaire pour le jeux ayant déjà un « succès commercial » dans la scène indépendante, et non une vrai espace de liberté créative (que l’on appelle scène indépandante).

            Si l’idée de départ était louable, au final cela ressemble de plus en plus à un simple effet d’annonce sur le fait que Microsoft diffusera sur Xbox360 les « casuals games » déjà jouables pour moins cher sur un PC. Je ne suis pas sur qu’il y ait vraiment lieu de s’inquiéter...


          • rock.marshall41 (---.---.47.157) 19 décembre 2006 21:31

            La boite de Peter Molyneux (Lionhead Studios) est depuis environ un ou 2ans une filiale de Microsoft Game Studios, rie n d’étonnant à cela.


            • Laurent Checola Laurent Checola 19 décembre 2006 21:52

              Il est tout de même assez déplorable que l’auteur de the Movies, ou même Fable, se transforme aussi aisément en VRP de William Gates.


            • Dams (---.---.112.128) 19 décembre 2006 23:44

              D’autant plus dommage que Peter Molyneux est une voix généralement assez écoutée dans le monde du jeux vidéos, du moins dans la presse spécialisée. (En même temps il aurait idiot pour Microsoft de prendre un inconnu pour faire de la publicité sur son projet smiley)

              Honnêtement je trouve que l’idée derrière le XNA et compagnie n’était pas mauvaise, je pense même que si le projet initial (un espace d’expression et d’échange de jeux « non-industriels ») est respecté cela deviendrai clairement un « plus » pour la console, mais la récupération mercantile du projet semble l’avoir vidée de son potentiel...


            • Forest Ent Forest Ent 20 décembre 2006 12:30

              Je ne vois rien d’inhabituellement scandaleux dans cet article, qui décrit une démarche microsoftienne traditionnelle.

              Ah, qu’il serait bon de disposer d’un vrai moteur de jeux open source sur linux !!!


              • dop (---.---.122.68) 21 décembre 2006 20:32

                de bon moteur de jeu libre existe déjà. En 3D, on peut citer celui qui fait tourner le MMORPG planetshift, et il me semble que le code de Quake3 est relativement diffusé maintenant. En 2D, il y le très bon moteur de « battle for wesnoth » http://www.wesnoth.org/wiki/Screenshots

                Malheuresement, meme pour un programmeur, c’est vraimment pas facile ( la 3D necessite rapidement plein de trigonométrie, c’est pas vraimment instinctif, et assez particulier ( ententer pas là : il faut se former en plus de connaissance en prog initiale. )

                Bref, Il faut etre nombreux, motivé , et organisé pour pouvoir faire quelque chose de simplement correct et amusant quelque temps. Regarder les générique a la fin d’un gros blockbuster du jeux vidéo. ça necessite autant qu’un film, le prix des acteurs en moins.

                En conclusion optimiste, je vous invite a vous taper une petite partie de tremoulous avec quelque amis. C’est jolie, et très fun si on aime les couter-strike like. Il est entière gratuit et basé sur le code de Quake3. Il fonctionne sous toute les plateformes.


              • Forest Ent Forest Ent 23 décembre 2006 21:04

                Merci beaucoup de l’info. smiley


              • (---.---.227.161) 26 janvier 2007 00:44

                BULLSHIT !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires