• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Lectures décoiffantes

Lectures décoiffantes

Envie de romans forts, orageux, palpitants ? Voilà une petite liste rien que pour vous. Enjoy ! 

Dérives à Rio...

Blogtoff

Aqua Toffana : joli nom pour un poison inodore, sans saveur, et qui achève tout en douceur. Mais Patricia Melo, star de la littérature brésilienne, ne fait pas dans la dentelle. Ce premier roman, qui la lança en 1994, explore avec une noirceur jubilatoire la violence urbaine de Rio, peuplée de sérial killers et de victimes. Cette descente aux enfers tragi-comique met en scène une femme dont le mari volage a le goût du crime, et un monsieur Tout le monde obsédé par l’idée d’assassiner sa voisine. Patricia Melo écrit comme on recharge un magnum : phrases courtes, mots lapidaires, dialogues pétaradants. On en sort étourdi, mais envoûté.

Aqua Toffana, Patricia Melo
Actes Sud, 18 euros, 175 pages

Huis clos salé

Blogsucre

Aurore Amer, romancière française, est invitée en tant qu’ « écrivain associé » dans une université de Virginie, Rosebud, huis clos feutré de bienséance et de prospérité. Elle apprend qu’une jeune fille, Candice, a été tuée dans des conditions épouvantables sur le campus par un étudiant « yankee » mal intégré dans cette jeunesse huppée du sud. L’écrivain se passionne pour l’affaire, et rencontre l’assassin présumé de Candice, Denis, qui croupit en prison depuis dix ans, en attendant son exécution. Aurore est fermement décidée à le sauver, en montrant une erreur judiciaire. En vain. Paule Constant nous livre un roman étrange, souvent dérangeant, avec pour toile de fond une société puritaine qui continue à vivre dans la guerre de Sécession, à l’ombre de l’implacable engrenage de la peine de mort.

Sucre et secret, Paule Constant
Folio, 6 euros, 271 pages

Spirale infernale

Blogdiff_1

Quel romancier surprenant, ce Christophe Dufossé ! Déjà remarqué pour son premier roman, L’Heure de la sortie (Denoël, 2002), voilà qu’il se glisse avec habileté dans la peau d’Anna, une quadra fragile, prof. de sociologie en congé sabbatique et mère d’un adolescent surdoué et inquiétant, Simon.
Avec un rythme implacable, l’auteur entraîne le lecteur dans une spirale de harcèlement moral. La victime ? Le mari d’Anna, le paisible Vincent, employé dans une agence immobilière dont le patron vient d’être remplacé. Au fil des pages, en spectatrice impuissante, la lisse Anna voit son petit monde se fissurer. Jusqu’à l’irréparable.
Tout est maîtrisé, subtil, dans ce roman où l’angoisse monte d’un cran à chaque ligne : l’ambiance provinciale et étouffante, la solitude grandissante d’Anna qui sent le drame poindre, l’écriture sèche et forte qui ne laisse pas de répit. Noir, certes, mais haletant.

La diffamation, de Christophe Dufossé
Denoël, 298 pages, 18 €

Soleil noir

Blogfils

Ne vous fiez pas à la tête de l’auteur qui ressemble à un enfant de chœur. Ni à la minceur du roman, à peine une centaine de pages. Vous allez en prendre plein la figure.
Louis, douze ans, est violé dans un collège anglais par un surveillant. Rentré en France, il n’en dira jamais rien, pendant des années. Mais le mal est fait. Et le mal, c’est que Louis a aimé cette violence qui a fait déraper sa vie. Dans une lettre posthume, Louis écrit à ses parents pour leur dire, enfin, sa vérité.
Avec une remarquable économie de mots, Jean-Félix de la Ville va droit au but, fouille la douleur, la dissèque, l’expose, et réussit un roman qui prend aux tripes avec une puissance cinglante. Talentueux, mais troublant.

Votre fils, de Jean-Félix de la Ville
Plon, 110 pages, 10,50 €

Sourires jaunes

Blogharp

Blonde, pâle, Adèle Salazine est une jeune femme hors du commun malgré un physique passe-partout. Signe particulier ? Son âge. Elle paraît trente ans à peine, mais en vérité, elle a cinq siècles. Toujours en fuite, affublée d’identités changeantes, Adèle traverse le temps et observe ses contemporains mortels avec un regard impitoyable, voire cruel. Ces pauvres humains que nous sommes sont disséqués à la loupe à travers une galerie de personnages savoureux qu’on déguste d’une traite. Tout y passe, notre vanité, nos secrets, notre peur de vieillir, notre dépendance des médicaments, nos tourments amoureux, nos bassesses cachées.
La romancière belge Jacqueline Harpman nous entraîne dans le sillage d’une créature immortelle, avec ce roman épistolaire pimenté d’un humour féroce qui fait rire, mais jaune !

Le Passage des éphémères, Jacqueline Harpman,
Grasset, 322 pages, 18€


Mémoire effacée

Blogkors

Eric Fottorino nous avait déjà troublé avec Caresse de Rouge, (Gallimard), livre noir et dense qui dévoilait l’univers sombre d’un père perturbé.
Ce nouveau roman raconte comment un jeune neurologue de Palerme, François Signorelli, est atteint du syndrome de Korsakov : une maladie cérébrale considérée comme l’Alzheimer des quadragénaires, et qui grignote la mémoire tout en la remplaçant par des souvenirs imaginaires. Eric Fottorino nous offre un riche roman en trois temps, qui nous entraîne de Bordeaux à Palerme, en passant par la Tunisie, dans les pas d’un homme qui doit réinventer sa vie lorsque ses souvenirs s’effacent inexorablement de jour en jour.

Korsakov, de Eric Fottorino
Gallimard, 478 pages, 19,50 €

Mauvais plan

Blogcoss

Lou a une vie rangée, un boulot stable, un jules sérieux. Une nuit d’été, elle rentre chez elle au volant de sa voiture. Dans le tunnel de l’Alma, une Mercedes la dépasse en trombe, râcle son aile gauche et s’encastre violemment dans un pilier. Affolée par l’accident, Lou ne s’arrête pas. Le lendemain matin, elle apprend par la presse la mort effroyable de Lady Di. Le témoin numéro un, c’est Lou. La « voiture frein » dont on a retrouvé les débris de feu arrière, c’est sa Fiat Uno blanche. Stupeur.
Reprenant à son compte un fait divers véridique, l’auteur nous le retranscrit habité d’un personnage attachant et fragile, auquel on s’identifie parfaitement, malgré l’incongruité d’un rapide épisode « polar » vers la fin du livre. Avec une habileté machiavélique, Laurence Cossé dissèque l’angoisse d’une jeune femme piégée, qui décide de disparaître du jour au lendemain. Attachez vos ceintures !

Le 31 du mois d’août, de Laurence Cossé
Folio, 6 €, 261 pages

Serial killer au paradis

Blogsin

Clarissa Gray, veille dame indigne, célèbre auteur de romans policiers, retrouve un cadavre en bas de son escalier, détenteur d’un carnet codé. Après le décryptage, c’est la stupeur : cet homme serait l’archange Gabriel, venu demander son aide. Gilbert Sinoué, qui avoue volontiers son admiration pour Agatha Christie -et en particulier pour une de ses héroïnes désuètes, Miss Marple, inflige à Clarissa Gray une enquête aussi invraisemblable qu’haletante. Le résultat : un thriller métaphysique qui se lit d’une traite, où se mêlent mysticisme, kabbale et numérologie. Les suspects ? Jésus, Mahomet et Moïse. Dieu ne serait pas Celui qu’on croit. Mais Gilbert Sinoué, lui, en est tout pardonné.

Les Silences de Dieu, de Gilbert Sinoué
Poche, 6 euros 50, 349 pages

Décibels de nuit

Blogsil

A sa sortie, ce roman était injustement passé inaperçu.
Alors voilà, raison de plus pour le trouver et le lire.

Catherine, la soixantaine, se remet d’une difficile opération des tympans. Les médecins l’ont prévenue : elle sera sourde pendant quelques mois. Comment se résoudre à cette parenthèse ouatée qui fait désormais partie de son quotidien ? Pour faire passer le temps, Catherine fait défiler dans sa tête tous les bruits qui ont rythmé sa vie. Drôle de bande-son où elle « entend » enfants, mari, musique, chants et cris. La sociologue Evelyne Sullerot, passionnée par les rapports hommes-femmes, nous offre un portrait féminin doublé d’une intrigue pleine de suspense. Car c’est dans cet étrange silence que Catherine va devoir repartir en arrière, à la recherche des clefs d’un événement traumatisant qui a décidé de son destin. Un roman sur les secrets de famille, les ambiguïtés du silence et le poids du souvenir.

Silence, Evelyne Sullerot
Fayard, 336 pages, 18€


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires

  • 06/10 02:28 - Prêtresse