• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Les Beach Boys, le groupe qui priva le monde de la lumière

Les Beach Boys, le groupe qui priva le monde de la lumière

Eloge d’une tragédie majeure.

Quand il vient le temps d’avoir des regrets, les Beach Boys sont là. Ce n’est pas qu’ils ont fait mauvaise carrière. Entre 1967 et 1977, la période qui suit immédiatement leur disparition des charts aux Etats-Unis et en Europe, ils ont enchainé les succès musicaux, « Wild Honey », « Friends », « Sunflower », « Holland », « Love You », tous des albums de référence où la complainte émouvante (« You Need A Mess Of Help To Stand Alone », « ‘Til I Die ») côtoie l’émerveillement le plus naïf (« At My Window », « Johnny Carson »). Des albums magnifiquement arrangés et jamais ennuyeux. Des albums où Brian Wilson est là, de temps en temps, quand il sort de sa chambre sans être trop déprimé ou drogué. Ce qu’il reste tout de même, ce sont des regrets. Un peu comme si Adam West n’avait rien fait après « Batman ».

Brian Wilson aurait pu écrire tellement plus si les membres de son groupe, ou plus largement, son entourage lui avaient fait confiance. De sa jeunesse, nous devons nous contenter aujourd’hui de deux albums inachevés, « Pet Sounds », livré au label sans être tout à fait fini, et « Smile », dont il ne subsiste que des fragments incomplets, assemblés de bric et de broc grâce à la technologie numérique plus de quarante ans après les enregistrements. Avant ces deux albums, il y a eu de belles pièces éparses dès le premier album, « Surfin’ USA », où apparait comme par enchantement au milieu du rock n’ roll le plus classique la perle « The Lonely Sea ». Ou comment prendre des morceaux de sa propre solitude et en faire quelque chose de plus grand pour les autres. Ce qui est beau chez Brian Wilson, c’est que l’introspection, quand elle a lieu, parce qu’elle n’est pas une démarche permanente comme chez un Lennon ou un Cobain, n’est pas auto-apitoiement. Elle sert d’élan pour composer de belles chansons tristes qui peuvent parler à tout le monde. Et d’élan pour composer de belles chansons joyeuses qui peuvent encore parler à une poignée d’imbéciles heureux dont je suis fier de faire partie.

Des chansons dont il ne compose pas les paroles. Il en laisse le soin à des professionnels, ou à son cousin. Et pourtant, où trouver plus poignant que le texte d’« I Just Wasn’t Made For These Times » ? Où trouver plus misogyne que « Good Vibrations » ? Où trouver plus tendre que « Don’t Talk (Put Your Head On My Shoulder) » ? Grandeur de l’art impersonnel, grandeur du folklore, qu’y a-t-il de moins bête que de reprendre « Sloop John B » sur « Pet Sounds », cet album censé être personnel, voire intime, pour son auteur et qui ne l’est pas vraiment ? Toutes interprétées par des musiciens de session, les 13 plages de l’album ne sont pas des confessions directes, elles ne sont que le reflet d’un état d’esprit. Il s’agit de créer, de jouer, avant même de s’exprimer. Lorsqu’après l’échec de la réalisation de « Smile », sa confiance en lui s’effondrera, Brian Wilson trouvera encore le moyen de tirer de ses cendres un fantastique album minimaliste, « Smiley Smile », et de devancer l’abandon du psychédélisme dès septembre 1967 alors même que les Rolling Stones n’avaient pas encore succombé à la mode.

Cette confiance qui s’effondre, c’est le plus grand drame de l’histoire musicale du 20ème siècle. Et pas seulement musicale. Que se serait-il passé si les Beach Boys avaient sorti « Smile » tel qu’envisagé à l’origine ? Eh bien, le drame, c’est que cette confiance se serait tout de même effondrée. Comme seulement l’art le plus sublime peut en être victime, « Smile » aurait chuté. Pendant l’été 1967, « Heroes & Villains » n’a pas été le même succès public que « Good Vibrations ». Si Brian Wilson avait poussé son effort jusqu’à la complétude de l’album, il aurait été accueilli froidement. Les paroles trop complexes de Van Dyke Parks, les chansons à tiroir comme « Surf’s Up » ou « Cabinessence » n’auraient pas plu au public. Le consommateur de hamburgers lambda n’était pas prêt pour comprendre une symphonie adolescente adressée à Dieu.

Quand bien même, cette apathie du public était-elle une excuse pour ne pas achever l’œuvre, pour reporter de plus de 40 ans la réalisation de ce disque ? Eh bien, oui, elle l’était, parce qu’au-delà du public, le cercle immédiat de Brian Wilson l’a empêché de mener à bien son projet. Déjà acculé à sublimer sa difficile enfance à travers son art, trouvant en lui-même les moyens d’y exercer ses formidables facultés et d’y exorciser indirectement nombre de démons, Brian Wilson a été forcé par sa famille, par ses amis, par son entourage professionnel à lâcher les rênes, à se réfugier dans l’ombre de lui-même. « Columnated ruins domino ». Le proche lâche, et tout lâche.

Brian Wilson n’est tombé en dépression que parce que tout le monde l’a lâché. Quand il a achevé « Heroes & Villains », son label l’a lâché, un DJ à la radio a refusé de passer le disque sur lequel les membres de son groupe chantaient en parfaits professionnels, cachant leur désaccord profond avec la direction prise par leur producteur, alors qu’elle était, plus qu’en phase avec le psychédélisme de l’époque, en avance de dizaines d’années sur elle. « Smile » devait être un album dense, beau, drôle et intelligent, à la place, il ne resterait que minimalisme, mélancolie, désolation et drogue sur le « Smiley Smile », parodie d’un genre, le psychédélisme, pourtant encore en plein essor. Des caractéristiques typiques de la fin de la période hippie. Pour sonner la fin de la récréation, les Rolling Stones enregistreraient une très mauvaise chanson, « Sympathy For The Devil », moins d’un an après sous la caméra de Jean-Luc Godard, qui en tira lui aussi un très mauvais film. Ce qui restait de l’utopie des années 60 serait emporté dans les méandres de l’Enfer, aux côtés de Faust et d’Eurydice.

Mais, entre le Paradis hippie et l’Enfer d’Altamont, il y avait Brian Wilson, ce rêveur terrien, élevé dans une famille à l’ancienne qui rêvait de sports nautiques et de belles voitures, mais qui, lui, ne chanterait que d’amour. Parce que l’amour est la chose la plus terre-à-terre qui soit en ce bas monde, parce qu’il n’a pas besoin de belles chansons pour exister, mais parce qu’il en a besoin pour survivre. Et que l’homme est au monde, comme toute espèce animale, pour survivre, et non pour exister.

Le génie de Brian Wilson en 1966 était de ne pas faire de distinction entre le doo-wop conservateur des années 50 et la sous-culture progressiste des sixties. De façonner l’intime à la manière du général, de donner une portée collective à des angoisses individuelles pour mieux les abattre. Brian Wilson a su créer, avec la seule boue de ses ténèbres, un arc-en-ciel de sons, de couleurs et de lumières. Avec un peu de tendresse, de confiance, peut-être aurait-il pu convertir le monde à sa cause, celle qu’il ne connaissait pas, parce qu’il ne fait pas théorie de sa vie, ni de sa musique.

De nos jours, Brian Wilson est souvent classé dans la catégorie des « malades mentaux ». C’est parce qu’il vit simplement. Au feeling, à la confiance, comme Orphée, comme Marguerite. Des élans antiques et enfantins oubliés de nos jours, oubli qui entraîne une économie amorphe, un matérialisme idiot, une écologie sénile, et la multiplication de familles monoparentales. Aujourd’hui, on calcule tout, le coût des betteraves, le coût du bonheur, le coût de la santé, le coût des gamins. Je me sens prêt à chanter l’éternelle « Complainte du Progrès », je vais arrêter d’écrire.

Bref. Rendez-moi mon Batman sixties, mon twist et Mary Poppins. Même si j’ai lu que Mary Poppins, cette lumière qui venait apporter joie et charité dans la vie des banquiers, et réunir les pères, les mères et leurs enfants, va revenir dans un nouveau film produit par les financiers d’aujourd’hui…


Moyenne des avis sur cet article :  2.62/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Clofab Clofab 31 mars 2016 13:40

    Apres les Beatles, les Beach Boys. Cette fois ; plus de doute ! Il faut absolument fermer ces écoles de sociologie car elles n’enfantent que des tarés bons à rien et psychopathes !

     

    Pauvre France. 


    • Nicolas Cavaliere Nicolas Ernandez 31 mars 2016 13:54

      @Clofab
      Je vous rassure, j’en ai encore plein en stock. Les Stones, les Byrds, Dylan, Zappa, les Zombies, les Who, les années 60 sont un filon inépuisable. Après quoi, je m’attaquerai aux français...


    • Julien Gioux 1er avril 2016 14:38

      @Nicolas Ernandez
      Oh oui, un article sur Dylan !
      Autant, je n’ai pas trop aimé l’article sur les Beatles, autant celui-ci m’a bien plu ! Brian Wilson ne nous a en effet jamais livré tout ce qu’il aurait pu (du) nous livrer et c’était un génie comme la musique en compte peu. Un peu à la Syd Barrett, dont le passage aura été encore plus furtif.
      Et n’écoutez pas ceux qui nous réclament du français, ce n’est pas votre faute si, sur ce point, on n’est pas à la hauteur. Les concerts en France, pendant lesquels les gens n’arrivent pas à frapper en rythme ou les stades, où ça chante méchamment faux et où les chants sont en « décalé » au bout de 30 secondes illustrent d’ailleurs assez ce côté français finalement peu musical. On a eu de grands écrivains, de grands peintres, mais au niveau musical, ça reste assez pauvre.
      Après, ça n’empêche pas d’en avoir de bons (de Gainsbourg à Air par exemple) mais j’ai l’impression que nos plus grands étaient avant tout des chanteurs à texte (Brel, Ferré, Brassens..).
      Et donc, j’attends désormais l’article sur Dylan avec impatience !


    • Nicolas Cavaliere Nicolas Ernandez 1er avril 2016 16:32

      @Julien Gioux
      Faut que j’y pense, la réponse ci-dessus est une forme de boutade, je me vois mal écrire autant d’articles sur autant d’artistes différents. Ce texte-là sur les Beach Boys est une sorte de miroir inverse de celui sur les Beatles, les deux groupes servant d’excuse pour essayer de dégager une sorte d’idéologie - oui, j’ose écrire un gros mot - sur la manière de façonner une œuvre artistique. Si Dylan est intéressant de ce point de vue, c’est qu’il a construit toute la sienne sur un matériau antique qu’il s’est « approprié », et qu’il est passé aux yeux de ses contemporains pour un héros original alors même que sa démarche était clairement liée au passé. A vrai dire, je trouve que le moment à la fois le plus génial et le plus embarrassant de la carrière de Dylan, c’est quand il l’a volontairement sabordée en sortant « Self Portrait », pour que les gens arrêtent de le voir comme le « porte-parole de leur génération », alors même qu’il était d’abord un messager et un transmetteur de valeurs plus anciennes, même pendant sa période électrique/Rimbaud/« Tambourine Man ». Oui, en y pensant, ça pourrait faire un beau texte....


    • ZenZoe ZenZoe 31 mars 2016 14:11

      Quand même ce qu’il y a de bien avec ce genre d’article verbeux, c’est qu’on se reprécipite avec bonheur sur Good Vibrations et comme c’est bon ! Pareil pour l’article sur les Beatles, j’en ai profité pour me replonger dans les sixties sur Youtube avec Sergeant Peppers. Un délice !
      Rien ne remplace l’art ni la musique finalement, et surtout pas la critique.


      • francesca2 francesca2 31 mars 2016 15:36

        @ZenZoe


        Oui, Bermuda Bahamas come on pretty mama, et merci aux pisse-froid..

      • Nicolas Cavaliere Nicolas Ernandez 31 mars 2016 14:15

        Erratum : « Surfin’ USA » est leur second album, et non le premier (« Surfin’ Safari », produit encore plus simplement et moins abouti).


        • révolQé révolQé 31 mars 2016 15:26

          Sweet Little Sixteen devenue « Surfing USA » ou,
           quand les maisons de disques décident de « blanchir » un peu le Rock & Roll.

          Plagia total... !!!

          https://www.youtube.com/watch?v=le51jB37Fro


          • Smile 31 mars 2016 16:28

            Bel article ! Brian Wilson n’a pas toujours délégué l’écriture des paroles de ses chansons. Et quand il s’y met, ça donne une formidable chanson comme ’Til I Die.


            • sls0 sls0 31 mars 2016 16:48

              Je n’ai jamais vraiment accroché aux Beach boys, comme le fait remarquer révolqé, c’était du rock passé à l’eau de javel pour le blanchir un peu. Maintenant c’est le poulet à l’eau de javel qui ne m’inspire pas. Cela dit beaucoup de gens mangent du poulet à l’eau de javel, j’ai peut être mauvais gout.


              • Smile 31 mars 2016 19:07

                @sls0 La musique proposée par les garçons de la plage au début de leur carrière, certes très influencée par Chuck Berry, n’a absolument rien à voir avec ce qu’ils ont composé par la suite et qui constitue, à mon sens, l’essence de l’oeuvre des Beach Boys.


              • Clocel Clocel 31 mars 2016 17:00

                WASP en scène...
                De quoi nous faire regretter ce brave Colonel Parker...
                Ce n’est plus sur les banquettes arrières que le foutre change de camp, mais sur les plages !

                O tempora O mores, que celui qui n’a pas connu les joies du sables dans le calbut me jette la première pierre... smiley


                • 65beve 65beve 31 mars 2016 23:20

                  Bonsoir.
                  Très belle évocation de monsieur Wilson ; on dirait du Ph.Paringaux de la grande époque.
                  Je suis passé directement des garçons de plage des débuts à Holland (puis à Hollande ).

                  « Bref. Rendez-moi mon Batman sixties, mon twist et Mary Poppins. »
                  En rajoutant « mes parents décédés » on est dans la nostalgie la plus complète.
                  Merci beaucoup, l’auteur !
                  En attendant d’autres articles de ce niveau on écoute religieusement :
                  https://www.youtube.com/watch?v=kdDtOOJgTzc
                  cdlt.


                  • Ramponeau (---.---.141.199) 1er avril 2016 09:55

                    Après les Beatles, les Beach boys ...

                    A qui le tour ?

                    • 65beve 65beve 1er avril 2016 10:08

                      @Ramponeau
                      Bonjour,
                      L’auteur vous le dévoile en exclusivité un peu plus haut : " Les Stones, les Byrds, Dylan, Zappa, les Zombies, les Who, les années 60 sont un filon inépuisable. Après quoi, je m’attaquerai aux français..."
                      Vous êtes prévenus.
                      cdlt


                    • orage mécanique orage mécanique 1er avril 2016 10:27

                      ouep mais enfin Wilson n’etait pas non plus qu’une victime, il s’est pas mal foutu en l’air au LSD.

                      Pet sound c’est effectivement l’album qui en fait un génie et malgré ce que dit l’auteur, les paroles ont été composée par Wilson avec des participations plus ou moins fortes. Surtout du au décalage avec leur succés passé et ce qui est le vrai génie de Wilson d’avoir fait des titres gai avec des paroles mélancoliques « Would’nt it be nice »....

                      Et pour finir, qualifier « Sympathy for the devil » de « trés mauvaise chanson » c’est carrément subjectif.


                      • Nicolas Cavaliere Nicolas Ernandez 1er avril 2016 16:37

                        @orage mécanique
                        Y a déjà du génie dès « All Summer Long », les accords grunge sur « At The Drive-In » c’est juste super.
                        Et oui « Sympathy For The Devil », c’est une très mauvaise chanson, pas parce que la musique est mauvaise, et pas parce que les paroles sont mal écrites. Comme vous le dites, c’est juste subjectif, dans le cadre de cet écrit, ça vient juste servir le propos. Par contre, oui, le film de Godard est abominable !!!


                      • Layly Victor Layly Victor 1er avril 2016 13:30

                        merci pour ce bel article

                        personnellement, ce que j’admire chez Brian Wilson, c’est son art de présenter son talent musical sous l’apparence d’une extrême simplicité. J’ai toujours été stupéfait, par exemple, de la joie simple et tonique qui est portée par les enroulements magiques de « California Girl ».
                        Il y avait autrefois des gens dont la vie ne fut pas particulièrement heureuse, mais qui avaient le pouvoir d’apporter le bonheur aux autres.
                        Les vieux de mon âge se souviennent de tout le bonheur que les Beach Boys nous ont apporté et nous sommes conscients de la chance que nous avons eue.
                        J’aime bien aussi le doux rêve de Surfer Girl.
                        Continuez 

                        • Nicolas Cavaliere Nicolas Ernandez 1er avril 2016 16:21

                          @Layly Victor
                          Merci. J’aime quand mon propos écrit de façon compliquée est explicité avec des mots simples comme les vôtres.


                        • smilodon smilodon 1er avril 2016 16:31

                          @ l’auteur : Eux aussi ont fait partie de ma « jeunesse » !... Dsl !.. Adishatz.


                          • sleeping-zombie 1er avril 2016 19:49

                            Hello,

                            Où trouver plus misogyne que « Good Vibrations » ?

                            Hmm... si c’est de l’humour, je comprends, du sarcasme, je vois pas non plus, et si c’est sincère... WTF ???
                            Quelqu’un m’explique ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès