• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Les briques noires

Les briques noires

Étrange construction romanesque

Un ami a conçu un étrange objet littéraire non identifiable. Dans pareil cas, on aime à désigner du vocable « roman » ce qui, à bien y regarder, n’en est peut-être pas un. Mais qu’importe l’étiquette pourvu qu’il y ait le plaisir de la lecture. Là encore, il y a bien des manières de trouver son compte dans cet exercice périlleux et, avec ce livre en particulier, je dois dire que je fus servi.

Il y a d’abord le style. Chatard Michelarmand est avant tout un artiste, un peintre, un photographe, un plasticien. Il a promené son regard dans bien des expressions artistiques ; jamais en repos, toujours en quête d’une nouvelle forme, d’un nouvel éclairage. Le livre fut naturellement une envie de plus pour ce gourmand de la forme.

C’est donc là qu’il a su provoquer ma curiosité et même parfois mon envoûtement. Comment avait-il pu oser pareille construction éclatée faisant de son récit un joyeux patchwork foutraque à différents niveaux de lecture ? J’en restais sans voix, allant alternativement de l’agacement à l’admiration mais ne pouvant me sortir de sa toile d'araignée merveilleusement tissée pour attraper ses lecteurs.

Il installe un plan en abyme, une construction dans laquelle il fait place à sa correctrice, lui ouvrant ses pages, lui accordant la parole. Un autre niveau de lecture : Pirandello convoqué en Sologne pour ajouter à l’étrangeté de l’œuvre. Les phrases courtes, ciselées, l’éclatement du récit, la confession plus que l’action et le tour est joué. Ça marche.

Il y a ensuite les interrogations. Comment peut-il oser ? On devine qu’il se livre sans pudeur, qu’il dévoile et sans doute dénonce. Il y a du règlement de compte tout autant que de la confession, des piques mais aussi des regrets. Le roman se fait biographie tout en s’accordant la délicatesse de la fiction. Le lecteur s’égarant alors à démêler le vrai du faux, le vécu de l’imaginaire.

J’ai dit cet étonnement à des personnes connaissant bien notre lascar. Elles ont reconnu, elles aussi, avoir ressenti à la fois un malaise et une étrange attirance à la lecture de ses briques noires qui ne sont pas des petits cailloux laissés sur le chemin pour nous éviter de nous perdre. Bien au contraire, ce diable d’homme veut nous égarer dans les bois, entre genêts et bruyère. Il y a réussi.

Il y a enfin l’héroïne, la femme ! Celle qui fuit, se dérobe, caprice, ment, réclame, invente, s’émancipe, détruit et fait languir. C’est terrible, c’est énervant, c’est insupportable ! Le lecteur se prend à vouloir lui donner une fessée. Le portrait est sans concession, d’une précision au scalpel ou bien à la gouge. C’est d’ailleurs le mot qui m’est venu à l’esprit : quel goujat ! Il ne lui passe vraiment rien …

 Une fois encore, c’est un leurre. La fiction a repris le pas. Il nous a menés par le bout du nez en décrivant celle qui lui fit la même chose. Le lecteur n’a pas lâché cette étrange chose ; il s’est fait avoir : il est allé jusqu’au bout entre indignation et admiration, colère et amusement. Ce n’est certes pas un roman mais plutôt une performance au sens artistique du mot, un défi aux conventions et aux bonnes manières. C’est encore une belle expérience de lecture qui ne laisse pas indifférent.

Je ne puis vous garantir l’adhésion. Je sais des lectrices qui furent rebutées. Ce n’est pas un livre qui se livre. Il faut l’apprivoiser sans chercher à le dompter, le prendre et l’accepter sans vouloir comprendre et tout apprécier. C’est une lecture urticante, elle gratte, elle énerve, elle fatigue et elle intrigue. C’est un peu comme une promenade à travers bois et bosquets, taillis et étangs en Sologne. Tout n’est pas aisé, il faut accepter les ronces et les épines, les fossés et la boue avant que de jouir du spectacle.

Bonne lecture à vous si vous avez l’âme aventureuse et un peu de mansuétude pour notre homme. Il en a fait un peu trop. Mais ce trop est justement son regard sans illusion qu’il pose sur la femme et sans doute sur l’écriture. À moins, naturellement, que je n’aie rien compris !

Énigmatiquement sien.

15442254_1784922655092873_4100241148456587039_n.jpg

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • rogal 15 janvier 12:35

    « Le lecteur se prend à vouloir lui donner une fessée ». Mais il se retient, sachant qu’elles sont dans les parages.


    • C'est Nabum C’est Nabum 15 janvier 20:25

      @rogal

      Il le peut


    • Shawford Shawford 15 janvier 20:42

      @C’est Nabum

      Rêver c’est déjà ça... ou c’est peut être bien l’essentiel !

      We came from the noise, we go the sound, we are the nation


    • C'est Nabum C’est Nabum 15 janvier 21:47

      @Shawford

      Rêvons à une page qui ne soit pas polluée par les méchants Trolls de service

      Ils ont pourri un conte qui ne méritait pas leurs perfides attaques, c’est à désespérer de l’intelligence humaine

      Parfois je fais des cauchemars


    • Shawford Shawford 15 janvier 22:09

      @C’est Nabum

      Hum mais c’est toute l’histoire d’Agoravox et du web ça, ne vous contentez pas d’en appeler à des impétrants quelconques.

      Ce qu’il s’est passé hier soir n’est de son côté pas banal, les acteurs en jeu pas des perdreaux de l’année et le dessous des cartes important.

      À suivre et puissiez vous en prendre toute la mesure en temps utile, je serai fort marri que vous quittiez le bahut par refus de vous astreindre à analyser ce qui de votre propre chef contribue à un dessous des cartes dont vous preferereriez égoïstement vous laver les mains.


    • C'est Nabum C’est Nabum 16 janvier 06:27

      @Shawford

      J’ai donc tort !

      Merci pour votre franchise


    • Shawford Shawford 16 janvier 06:42

      @Nabum

      Bonjour,

      vous devriez aller lire de ce pas cet article qui vous est proposé indirectement par notre ami commun Dark Robert de La Verge, vous y découvrirez peut être que rien n’est jamais sans conséquences éventuelles avérées dans les échanges épistolaires numériques, et qu’il y a toujours bien plus que le simple exutoire d’un conteur du quotidien.

      Ainsi quand il vous, nous écrit l’autre soir "Pour ce qui est de l’honnêteté intellectuelle, c’est une marchandise qui n’a jamais eu cours légal dans la pègre.
      Le rond de jambe, la fausse civilité, la connivence citoyenne, l’enfumage civique, le nombrilisme, la graphomanie et les délices de l’entre-soi sont des valeurs bien plus prisées
      ..."
      pourquoi et comment voudriez vous de pas prendre votre part qui vous revient dans une critique qui nous touche tous légitimement, à l’insu de notre plein gré le plus souvent.

      En particulier si vous daigniez envisager que si quelqu’un est venu obtempérer à votre demande de censure un samedi en soirée et ce pour opérer une coupe extrêmement millimétrée de ce qui pouvait ou devait être supprimé au montage, c’est que cette problématique d’une pègre devant s’occuper d’une telle police ne peut être uniquement la préoccupation de méchants trolls, mais bien aussi celle de l’institution elle même, celle qui pourvoit à ce que vous puissiez écrire ici (et qui au fil de l’expérience plus que décennale, n’est même pas en mesure ou ne peut même pas être en mesure de venir dire pourquoi et comment la modération citoyenne a été opérée).


    • Shawford Shawford 16 janvier 06:49

      @Nabum,

      votre commentaire de 6:27 est intervenu alors que j’étais en train de rédiger le mien de 6:42.

      Pour répondre à celui-ci, vous n’avez donc pas tort, que nenni, vous devez juste prendre en compte l’ensemble de la problématique, comme tout un chacun ici, qu’il soit auteur, commentateur, tenancier de la boutique ou ’méchant troll... « de service »... sans jamais penser que l’un a plus raison ou n’est plus légitime que l’autre.


    • Shawford Shawford 16 janvier 07:05

      @qui veut bien l’entendre

      D’ailleurs le saint esprit lui même ( smiley smiley smiley smiley dans l’intervalle de votre commentaire de 6:27 et le mien de 6:42, a parfaitement résumé le tout en une phrase joliment ciselée attribuable à un samouraï (en tout cas qui a eu alors entre les mains un katana qui ne lui « appartient » pas smiley ).


    • Shawford Shawford 16 janvier 07:26

      @Covagonda722/asinus

      Hey buddy, tu peux me dire ce qui t’empêche de venir m’écrire très concrètement ici un yep ou tout autre développement qui te semblerait utile comme tu l’as fait hier à l’intention de Xenozoïd, a minima pour me dire à moi que je pue du bec. smiley

      Car si tu daignes correctement lire ce commentaire là notamment, et « dieu » sait que je sais que tu sais de quoi je parle, il revient à tout un chacun de CONCRÈTEMENT illuminer son propre paradis en opérant une connexion concrète avec celui de ses pairs, et ça passe FORCEMENT par le mien en toutes circonstances. smiley


    • C'est Nabum C’est Nabum 16 janvier 08:05

      @Shawford

      Je vais porter ce coup de sang comme une croix

      Je bats ma coulpe


    • C'est Nabum C’est Nabum 16 janvier 08:06

      @Shawford

      Le temps ne fait rien à l’affaire


    • Shawford Shawford 16 janvier 08:10

      @C’est Nabum

      Mais non moi je le vois bien au contraire comme un coup d’éclat... dès lors même que vous ne vous êtes pas recroquevillé sur vos sabords ensuite, dont acte, et par là même démontrez que ce que j’ai infligé à Lavigue dans ce commentaire en particulier, est pleinement justifié smiley


    • Shawford Shawford 16 janvier 08:15

      @Na Boom

      Et voyez, si ce même « Robert Lavigue » ne vient pas ici même dire ce qu’il en pense, en fonction de mon commentaire de 6 heures 42, je vous garantis qu’il a pas fini de devoir battre sa coulpe et danser au rythme de MA valse (et ce quelque soit les avatars exotiques dont il se parera pour essayer de venir vous importuner à nouveau) smiley


    • C'est Nabum C’est Nabum 16 janvier 08:49

      @Shawford

      Je préfère ne plus évoquer l’affaire

      Un membre de la joyeuse bande est venu proférer menace sur mon petite site personnel :


      Il va falloir apprendre à vous tenir droit dans l’adversité sinon vous n’allez pas faire long feu sur « mon » forum


      envoyé par Carlo R...

    • C'est Nabum C’est Nabum 16 janvier 08:49

      @Shawford

      Merci mon ami


    • Shawford Shawford 16 janvier 09:02

      @C’est Nabum

      De rien l’ami, à votre service.

      Vous aurez noté j’espère la suprêmement sublime et sibylline projection contenue dans la signature : --- envoyé par Carlo R

      Tout y est contenu !!!! smiley
      (bref je n’aurais eu aucun complexe ni rétention à procéder ainsi moi même... sauf à être moins vicieux et surtout tout assumer sous ma propre identité civile smiley ...avec un gros smiley pour le, les intéressés)


    • C'est Nabum C’est Nabum 16 janvier 13:03

      @Shawford

      Je n’ai pas saisi le rapport


    • Shawford Shawford 16 janvier 13:06

      @C’est Nabum

      11 ans de prise de tête n’ont pas suffit à la plus part ici pour faire mieux que vous. Que dire d’autre que : restez en ligne smiley


    • C'est Nabum C’est Nabum 16 janvier 17:52

      @Shawford

      Je nage dans un brouillard qui m’égare


    • C'est Nabum C’est Nabum 16 janvier 17:53

      @Robert Lavigue

      Bonimenteur et pas imposteur

      Mais vous avez raison, je ne suis rien qui vaille

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès