• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Les effets thérapeutiques de la Beauté dans l’Art

Les effets thérapeutiques de la Beauté dans l’Art

Je souhaiterais rebondir, un peu tardivement (4 ans après sa parution !) sur l'article L’Art Contemporain et le sens perdu de la Beauté publié sur votre site par Venise en 2010, un article très intéressant qui soulève un débat que je me pose depuis quelques temps.

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/l-art-contemporain-et-le-sens-74342#commentaires

 

L'article explique que le rôle principal de l'Art Contemporain est avant tout de provoquer une émotion d'indignation. Je suis d'accord sur ce point et c'est certainement la raison pour laquelle j'ai personnellement quelques difficultés face à ces œuvres qui dérangent. En effet, il existe selon moi tellement d'occasions de s'indigner dans la vie que je préfère de beaucoup l'émotion procurée par le beau/la beauté dont justement l'Art Contemporain, comme l'explique l'article, a tendance à se détourner.

Je ne parle pas de cette beauté dont nous assaillent les magazines et les médias, basée sur l'image du corps. Non, je veux parler de la beauté d'une chose, d'un objet, d'un paysage, d'un livre, d'un film, de cette beauté qui vous touche au plus profond de vous-même, celle-là même, personnelle, qui provoque en vous une émotion tellement intense que vous sentez qu'il est en train de se passer quelque chose de très fort entre l'objet qui suscite cette émotion et vous-même. Un instant magique d'émerveillement, proche de ce que nous pouvions peut-être ressentir enfant, proche de cette innocence perdue, une expérience sensorielle intense, mêlant plaisir, émotion, admiration et plénitude.

 

Mais me direz-vous, pourquoi cette quête du beau ? N'est-ce pas là un peu superficiel ? Peut-être tout simplement parce que le monde qui nous entoure ne se lasse pas de nous montrer des drames et des horreurs. Il n'y a qu'à vérifier les programmes télévisés pour constater ce penchant pour les histoires sombres et déprimantes . Rien que les journaux télévisés qui nous bombardent de mauvaises nouvelles : oui, certes, le monde peut être laid et il se passe des choses terribles tous les jours dans notre pays et dans le monde (chômage, crimes, catastrophes naturelles, etc...) mais avons-nous vraiment besoin de tout voir, de tout savoir ? Si l'Art contemporain est tel qu'il est aujourd'hui, c'est justement parce qu'il reflète cette colère, cette misère, cette époque désordonnée que nous vivons et s'entend dénoncer ce malaise et nous faire réagir. Mais quel effet cette abondance de faits négatifs a sur notre vision des choses, sur notre aptitude à gérer notre vie au quotidien ?

Personnellement, j'ai fait le choix de ne plus regarder les journaux télévisés ni les programmes « négatifs ». D'abord pour épargner mes enfants de ces images indigestes et traumatisantes, préserver leur innocence et leur insouciance, les deux biens les plus précieux que nous perdons en grandissant, mais aussi pour m'épargner moi-même de ces horreurs à une période que j'estime déjà suffisamment sombre et difficile au quotidien. Oui certes il est important de savoir qu'il y a pire ailleurs et que nous vivons dans une société privilégiée. Oui, il est nécessaire parfois d'exorciser cette souffrance et cette colère d'où le rôle de l'Art Contemporain, entre autre, mais à trop nous montrer la misère, la violence et le malheur des autres, ne finissons-nous pas par angoisser, nourrir nos peurs et notre colère et ainsi freiner notre élan vital ?

C'est pourquoi, à la colère et l'indignation, que je ressens souvent bien sûr, je préfère de beaucoup me nourrir d'autres types d'émotions : admiration, étonnement, surprise, plaisir, pour apaiser mes blessures et embellir ma vie.

Je me souviens de ma première vraie expérience forte de ce type : nous étions à une exposition au château de Tours en Indre et Loire. Y exposaient des artisans d'art et artistes de l'association Itinéraires. Nous avions découvert cette association au hasard d'une rencontre à l'Art que Quotidien, un salon sur l'artisanat d'art sur Tours auquel participait mon mari. Le Château de Tours est un lieu propice pour mettre en valeur les œuvres des artistes qui y exposent. De belles salles, un espace calme, apaisant, peut-être un peu austère mais un lieu particulier où les œuvres prennent tout leur sens. Nous passions donc de salle en salle admirant les artistes qui y exposaient, je me souviens peu des œuvres que nous avons pu voir au cours de cette visite. Je me souviens simplement de ce moment particulier où nous sommes entrés dans une salle où figuraient une série de très grands tableaux, au format carré, représentant chacun un grand disque lumineux, certains dans les tons fondus de rouge et or, d'autres dans des tons de bleu et or... Je m'approchai lentement, attirée par cette lumière douce qui émanait de ces tableaux, par cette harmonie silencieuse, cette douceur inexplicable. Je découvris que chaque tableau était constitué de plusieurs morceaux d'ardoise de formes géométriques, assemblés avec précision, de manière ordonnée et linéaire. L'austérité et la rigueur de cet ordonnancement contrastaient avec la forme douce du disque peint à base de pigments naturels et d'une poudre mordorée. Le fond sombre, presque noir de l'ardoise, s'opposait au bleu intense, ponctué de lumière irradiante, comme un halo de lumière, une douceur mystique, avec au centre, un petit carré noir... Je ne sais pas ce qui se passa mais je sentis les larmes couler sur mes joues, une émotion profonde et intense, le sentiment d'avoir face à moi tout ce qui symbolisait pour moi la beauté à ce moment-là... et qui résonnait en moi comme une vérité, ma vérité. L'impression d'avoir été touchée au cœur, comme si je venais de trouver ce que j'avais toujours cherché... et qui comblait enfin, le temps d'un instant, ce vide existentiel.

J'ai eu l'occasion quelques années plus tard de rencontrer l'artiste Florence Lespingal ( http://lespingal.over-blog.com/) et de lui parler de cette émotion. J'ai passé quelques matinées avec elle par la suite à apprendre quelques rudiments de peinture de manière informelle mais le déclic que j'espérais ne se produisit pas et je finis par abandonner. Je pense qu'au fond de moi j'espérais réussir à produire moi-même une œuvre, découvrir en moi l'incroyable don de création qui puisse me faire revivre encore et encore ce moment magique. Au final, il ne se passa rien...Cet instant magique est resté gravé dans ma mémoire comme une expérience unique mais à renouveler dès que possible. Je suis donc partie depuis dans une quête de la beauté au travers de visites, d'expositions, de rencontres, de lectures, etc... pour une bouffée d'oxygène dans une société suffocante.

 

Il existe bien entendu encore des artistes qui s'attachent à nous offrir de « belles » œuvres. Mais, selon moi, si l'Art contemporain a tendance à se détourner de la beauté, le monde de l'Artisanat d'Art, lui, n'a de cesse de perpétuer plus que jamais le sens du beau mais aussi du dépassement de soi, de la maîtrise du geste, de la compétence, de l'excellence. Des valeurs qui ne peuvent, il me semble, que nous inspirer et nous redonner de l'élan.

 

A titre d'exemple, allez faire un tour sur le site Atelier d'Art :

http://www.ateliersdart.com

Vous y découvrirez des œuvres de toute beauté, certaines ont un effet magique, divin parfois. Personnellement, je suis fascinée par les œuvres en verre, céramique et en bois. J'espère que vous y trouverez l'occasion de vivre une émotion forte qui vous donnera envie de découvrir d'autres artisans d'art et de délaisser un peu ce que nous proposent les médias et la société de consommation. Je suis convaincue que la répétition des émotions fortes positives peut avoir un effet bénéfique sur nos vies. Dans tous les cas, en ce qui me concerne, ces artisans ouvrent en moi une part de lumière dans ce monde si dur. Que ces personnes le fassent parfois au prix ou à cause d'une grande souffrance est un autre débat...


Moyenne des avis sur cet article :  3.22/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 11 mai 2014 10:34

    Tentez de décrire l’art est dérisoire...L’art se regarde ou s’écoute en silence pas besoin de vouloir expliquer le pourquoi du comment...c’est l’apanage des imbéciles.. !


    • claude-michel claude-michel 11 mai 2014 12:44

      Par Katherine...Regardez de plus près et en silence...vous paraîtrez moins sot.. !


    • claude-michel claude-michel 11 mai 2014 14:24

      Par Katherine....Je ne fais que répondre a votre commentaire...simplement..en lisant on apprend beaucoup de chose..encore faut il en être capable.. !

      Bonne journée.

    • claude-michel claude-michel 11 mai 2014 17:18

      Par Katherine...Vous venez de montrer vos limites en me mettant un moins quand à l’auteur son extases devant des oeuvres de bas étages et surtout ne pouvant être intégrées dans de l’art..ne montre que ses limites dans la connaissance du beau...Pensez ce que bon vous semble..cela m’indiffère au plus haut point.. !

      J’ai le droit de porter un jugement...ce podium est fait pour ça vous semblez l’oublier.. ?..étrange comportement de votre part..un peu hystérique pour le moins.. ?

    • Sadou Sadou 11 mai 2014 17:27

      Bonjour,

      Il s’agit du premier article que je publie. Mon objectif, en entreprenant cette démarche, n’était pas de prétendre écrire aussi bien que les grands auteurs de ce monde ni de faire de la grande philosophie, je suis bien consciente que j’en suis incapable. D’ailleurs je n’y fais aucune référence littéraire, même si entre parenthèse, j’ai lu et je lis encore. J’ai rédigé cet article sans prétention aucune, il était pour moi l’occasion de partager avec les internautes un moment d’émotion sur un thème qui me tient à coeur : la beauté. Cet article est très certainement plein de maladresses, j’en suis bien consciente. Il est également totalement subjectif, c’est peut-être là surtout sa faiblesse. J’ai essayé d’y mettre de la nuance mais je ne suis pas rodée à l’art de l’écriture, par conséquent, une mauvaise interprétation est tout à fait possible, surtout sur un débat qui en réalité pourrait être bien plus longuement développé et argumenté. Je m’attendais, après la validation de la publication de cet article soit à une absence totale de commentaires, à savoir une indifférence totale à son contenu, soit surtout à une critique sur mes qualités littéraires. Pour le reste, j’attendais éventuellement un débat : pour, contre, avec argumentations et échanges qui puissent me permettre d’affiner ma perception des choses. Je ne m’attendais pas, en revanche, à un commentaire tel que le vôtre : être classée, sur la base d’un seul article, directement dans la case des « imbéciles » me semble un peu facile, d’autant que je n’ai pas eu l’impression de décrire l’art justement, mais plutôt ces bienfaits. Je suis en réalité d’accord sur un point, l’art n’a pas forcément besoin d’être décrit ou expliqué, même si parfois cela peut être intéressant dans le cadre des oeuvres classiques. Mais je reste convaincue que l’art provoque inévitablement une réaction de la part du spectateur, qu’elle soit positive ou négative et ce sont ces réactions, personnelles, c’est à dire propres à chacun, qui me semblent intéressantes. Si je trouve donc votre propos insultant, vous qui ne me connaissez pas, je ne regrette surtout qu’une chose, c’est que votre sentiment de supériorité, car on sent bien que vous êtes convaincu de votre intelligence supérieure, ne vous ait pas amené au contraire à un échange constructif qui aurait pu, de manière très diplomate, réorienter ce débat. J’ai voulu, avant de vous répondre, consulter vos écrits afin d’essayer de comprendre ce qui vous motivait mais je constate qu’à ce jour, si vous avez posté de nombreux commentaires sur des articles publiés par d’autres internautes sur le site Agora Vox (dont certains je l’espère sont positifs) , vous n’avez pas, en revanche, encore écrit d’article. Je ne peux donc me baser que sur le ton irrespectueux que vous adoptez dans vos commentaires, aussi bien à mon égard qu’à celui de Katherine qui prend le soin de me défendre (ce dont je la remercie d’ailleurs mais je le ferai dans un commentaire séparé). Je tiens à terminer en vous disant ceci : sachez que contrairement à ce que vous pouvez imaginer ou supposer, je connais des gens très cultivés, qui lisent beaucoup mais leur plus grande intelligence à mon goût est celle du partage des connaissances et de la transmission plutôt que d’en faire étalage ou rabaisser les autres...


    • claude-michel claude-michel 11 mai 2014 17:50

      Par Sadou...Un minimum de correction aurait été de mettre mon nom...passons..Je n’ai jamais dis que vous étiez une imbécile mais que votre « extase » devant des ronds me laissait sceptique tout simplement...C’est mon droit de douter de votre goût pour l’art..Nous sommes sur un forum ou les gens donnent leur avis...Si cela vous dépasse...allez faire du repassage ou visiter un musée..bref vous partez au quart de tour pour rien...

      Bizarre votre réponse..qui démontre que vous êtes fermée a la critique...L’avis des autres (comme pour notre président) vous indiffère..vous n’êtes pas toute seule sur terre..C’est de l’égoïsme pur et simple.. !

    • Sadou Sadou 11 mai 2014 18:42

      Oups, par Sadou effectivement, je ne connais pas encore les habitudes des forums.

      Je dois reconnaître que ma réaction a peut-être été trop vive, j’ai en effet cette tendance à réagir à chaud, ce qui n’est pas toujours bon. Le terme « imbéciles » m’a effectivement blessée, c’est qu’il appuie sur un sujet sensible puisque j’ai plutôt tendance à douter de moi mais là n’est pas le débat. Cela dit, le ton de votre commentaire était un peu catégorique, surtout par sa brièveté...

      Maintenant en revanche, après la suite des échanges, j’ai compris que vous ne partagiez pas mon goût pour ces fameux ronds. J’avoue que j’ai moi-même du mal à savoir pourquoi ces tableaux ont provoqué cette réaction que j’ai décrite dans mon article mais c’est ainsi. Je ne m’attendais pas à ce que tout le monde les apprécie, ils servaient d’exemples pour mon article afin d’illustrer une expérience personnelle ressentie face à la beauté et je pensais que du coup, cela inciterait d’autres personnes à parler d’expériences similaires et peut-être ainsi découvrir d’autres oeuvres. Qu’est-ce que le beau ? Chacun sait que les goûts diffèrent d’une personne à l’autre. Pour avoir montré ces tableaux à d’autres personnes, toutes n’ont pas adhéré et c’est tout à fait naturel. Peut-être effectivement que le fait d’avoir qualifié d’Art ces tableaux vous a semblé exagéré ? Il s’agit en effet d’une artiste locale, non reconnue mondialement mais je souhaitais lui rendre hommage. Qu’est-ce que l’Art et quelles oeuvres peuvent être qualifiées d’oeuvres d’art pourrait être un autre débat, très intéressant...

      Je vous rassure, j’ai fait des études littéraires et je connais mes grands classiques : j’ai eu l’occasion de visiter de nombreux musées et de nombreuses expositions d’artistes « les vrais » (Van Gogh, Picasso, William Turner, Joan Miro, Dali, Edward Hopper, les impressionnistes, les classiques tels que Michel Ange, Leonard de Vinci, etc... je ne vais pas tous les nommer, je choisis expressément les plus reconnus). Mais tant de personnes se sont déjà exprimées sur eux que je ne voulais pas m’y risquer. J’avoue connaître moins bien l’Art Contemporain actuel, auquel j’ai plus de mal à adhérer. Je ne demande en revanche qu’à partager et découvrir des oeuvres si vous le souhaitez, car mon objectif premier, un peu mis de côté après ma « surréaction » est quand même l’échange. Je serais d’ailleurs ravie de ce partage qui je l’avoue, me tente plus que mon repassage !

      Voilà, je me rends compte dans tous les cas que la démarche que j’ai entreprise de participer à un forum n’est pas des plus simples mais elle me servira d’expérience. Je ne regrette qu’une chose, c’est de finalement avoir donné l’impression d’être rigide et égoïste alors que j’ai plutôt l’impression dans ma vie d’être tout le contraire... Comme quoi...


    • rocla+ rocla+ 11 mai 2014 18:58

      Le beau c ’est beau .


      Les beaux chapeaux 

      Les beaux vélos . 

      Les coquelicots .

      Et aussi les haricots .

      Bleus .



      • Sadou Sadou 11 mai 2014 19:03

        Par Sadou
        Pour Katherine

        Je vous remercie de votre soutien, et je suis ravie que vous ayez apprécié le sujet de l’article. Je regrette simplement que cela est dérivé ainsi, ce n’était pas le but mais passons. J’en assume aussi une part de responsabilité. Peut-être effectivement n’était-ce pas non plus le bon site...

        J’ai pris bonne note en effet de votre remarque sur le fait de ne pas se couper entièrement de l’actualité. Vous avez tout à fait raison, il ne faut pas rester dans sa bulle. Je reste au fait de ce qui se passe mais de loin car vraiment, la tournure que prend le monde m’est difficile à supporter, d’où ma recherche d’échappatoires vers des choses plus agréables et positives...

        Je constate que comme moi, vous recherchez la beauté partout : je ne l’ai pas mentionné dans l’article mais je fais de même : écorce, cailloux, feuilles, fleurs, objet, architecture, (art, déjà cité !! ) livres.

        Je pense à créer un blog où j’y rassemblerai tout ce que j’aime mais je n’ai pas encore franchi ce cap...

        J’essaie dans la mesure du possible, de voir le meilleur dans chacun d’entre nous plutôt que les travers et avant et surtout, j’aime apprendre des autres. Si l’être humain est capable du pire, il est également capable de choses merveilleuses et c’est pourquoi les échanges d’expériences me semblent indispensables pour grandir et avancer.

        Je vous remercie à nouveau de vos commentaires, j’irai visiter le site que vous m’avez conseillé et prendrai le temps de lire vos écrits également.

        A bientôt


        • Vipère Vipère 11 mai 2014 20:13


          Bonjour l’auteur

          Parler de l’art, du beau est tout à fait possible et même très intéressant, cela élargit même nos limites que l’on croit indépassable.

          La vidéo jointe vous en parlera mieux que je ne saurai le faire :

          http://www.youtube.com/watch?v=VR0t1IanaI4


          • Sadou Sadou 21 mai 2014 21:30

            Bonjour à Vipère,

            Merci pour la vidéo, que je n’avais pas encore eu le temps de visualiser. Effectivement très intéressante, très claire et très bien illustrée. Une belle leçon de vie également, à mon avis. Cela me donne envie de retourner sur les bancs de la faculté !


          • Sadou Sadou 21 mai 2014 21:43

            Pour Katherine,

            Désolée de ne pas avoir répondu plus tôt à votre dernier message, j’ai été un peu rebutée par cette première expérience de forum...

            Oui, je connais ce très beau texte de Marianne Williamson, je l’ai découvert il y a quelques années et je le relis régulièrement dans les moments de doute. Quant à Nelson Mandela, il est le symbole que les rêves les plus improbables peuvent se réaliser, aussi utopiques puissent-ils paraître au départ. Le symbole d’un monde meilleur, plus tolérant et plus juste. Des valeurs qu’il faut donc continuer d’insuffler autour de nous, pour que notre modeste contribution puisse faire boule de neige...

            Je sais que pour certains, ces valeurs sont considérées comme de la mièvrerie ou de la naïveté voire dépassées, mais personnellement, je m’y accroche, comme vous visiblement et ce fut donc un plaisir de me reconnaître dans vos propos.

            Encore merci et si vous passez le pas pour votre blog, prévenez-moi ! J’ai lu vos textes qui traduisent votre très belle sensibilité.

            Bonne soirée

            Sadou

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

Art


Palmarès



Partenaires