• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Les Grecs » de Jean-Marie Besset, au Théâtre du Petit Montparnasse

« Les Grecs » de Jean-Marie Besset, au Théâtre du Petit Montparnasse

En cette fin de saison théâtrale 2005-2006, Les Grecs de Jean-Marie Besset constitue un appel d’air vivifiant, d’autant plus intéressant que pour la première fois, l’auteur a franchement pris le parti de l’humour, que cela lui va très bien et à nous pareillement.

Il faut dire qu’avec Marianne Basler, véritable révélation dans la comédie, et Xavier Gallais qui sait se prêter aux attitudes les plus incongrues, la "party" à trois s’engage plutôt bien lorsque le mari ombrageux (Jean-Michel Portal) va tenter de jouer les empêcheurs de tourner en rond.

En l’occurrence, c’est Homère et son Iliade qui seront le prétexte à joutes verbales lors d’un repas bourgeois-bohème des beaux quartiers et quand la maîtresse de maison va chercher à intéresser les enjeux en forçant qui à prendre la défense des Troyens, qui celle des Grecs assiégeant Troie avec leur fieffé cheval.

D’ailleurs l’actualisation de ce dernier ne se serait-elle pas réincarnée dans les avions qui pénétrèrent les tours jumelles le 11/09/01, en dissimulant un quatrième personnage, immigré sans papiers bien évidemment pour forcer le cliché socioculturel ?

Le voilà d’ailleurs, cet intrus de service, Osman (Salim Kechiouche) qui rejoindra fort à propos le trio pour faire éclater définitivement les convenances et les valeurs établies d’une bourgeoisie qui aime toujours autant jouer à se faire peur, ne serait-ce que pour conserver la sensation d’une menace à exister !

S’il fallait trouver l’ombre d’une métaphore avec les démons qui peuplent notre monde contemporain, Jean-Marie Besset pourrait en devenir définitivement le chancre s’il le souhaitait, mais c’est principalement dans le domaine des moeurs intimes qu’il préfère cultiver son savoir-faire ; alors de l’homosexualité aux multiples univers hétéros déviants, il aime répandre le venin en souffre-douleur des âmes déphasées par l’infinité des conjugaisons sexuelles, en apparence possible, mais qui laisse immanquablement un arrière-goût d’insatisfaction affective ! Bref, l’ordre moral règne en coulisses et après ce week-end de chamade exutoire en villégiature parisienne, il reste à parier que tous les protagonistes réintégreront le juste rôle les reliant les uns aux autres.

Entre-temps, le spectateur aura passé un temps délicieux à compter les coups où la sensualité aura su disputer le terrain aux positions psychosociales établies en dégustant cette tendre guerre comme du petit lait.

Photos © Jacqueline Chambord
A gauche, l’auteur : Jean-Marie Besset / à droite, le metteur en scène : Gilbert Désveaux

LES GRECS - *** Theothea.com - de Jean-Marie Besset - mise en scène : Gilbert Désveaux - avec Marianne Basler, Xavier Gallais, Jean-Michel Portal, Salim Kechiouche - Théâtre du Petit Montparnasse -


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (12 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires