• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Les hommes de l’ombre, ça meurt dans l’ombre

Les hommes de l’ombre, ça meurt dans l’ombre

Dans notre société individualiste qui fait dans l’éphémère (ou le « virtuel ») et ne présente plus que des vedettes isolées, plus faciles à retenir pour le public que l’ensemble d’un groupe, les hommes derrière le chanteur-leader d’un groupe de renom ne représentent plus rien. On retient Bono, mais on ne connaît pas The Edge. On encense celui au premier plan, on ignore le second. Et pourtant : qu’est-ce qui fait le son d’un groupe ? La voix de Freddy Mercury seule ou les envolées lyriques de Brian May ? Le décès de Dany Federici, pianiste-organiste-accordéoniste de Bruce Springteen nous amène à cette réflexion sur la place des seconds rôles en musique. Enfin dans le rock car en musique classique, à moins de tomber sur un personnage particulier, on se focalise avant tout sur le chef d’orchestre ou le soliste et c’est tout. Les musiciens restent de pauvres anonymes et c’est le lot de type de musique. Dans le rock, certains accèdent à davantage de gloire, parfois. Enfin, accédaient, tant la presse ne s’intéresse plus qu’au simple vedettariat, et c’est bien dommage. Retour sur un musicien d’exception, accompagnateur de rêve et vieil ami du Boss.

La mort prématurée à 58 ans d’un des pianistes de Springsteen, Dany Federici, nous rappelle en effet amèrement que le son d’un groupe est un tout. Difficile de ne pas retenir les caractéristiques de certains, audibles dès les premières notes : Allman Brothers, ce n’est pas seulement un guitariste devenu au fil des ans le clone parfait du jeu de Duane Allman : ce sont aussi deux batteurs, (et des tablas !) qui donnent ce tapis de rythmes entre rock-country et jazz si particulier au groupe. Chez Led Zeppelin, tout le monde avait remarqué aussi la présence phénoménale d’un fou furieux de la double caisse, John Bonham. L’homme au chapeau anglais ou aux cheveux longs et à la barbe sombre qui a fait découvrir l’engin, littéralement, et qui a fait partie d’un groupe à l’origine même du hard-rock, ce blues joué plus fort. Dans un solo mémorable à Montreux, à entendre sur l’album Coda, on comprend la démesure du personnage et son poids conséquent dans le groupe : à finir avec les poings, toutes baguettes jetées, on comprend que l’homme n’est pas un simple élément de décor derrière un Robert Plant ou un Jimmy Page, les vedettes annoncées du groupe. Chez Grateful Dead, il n’y avait pas que Jerry Garcia, mais aussi Pig Pen comme pianiste-organiste, mort lui aussi prématurément, mais aussi l’âme centrale du groupe, qui n’était autre que Bob Weir, son guitariste d’accompagnement. L’album American Beauty démontre qu’il est bien la charpente du groupe, et que si Garcia a été autant porté aux nues, c’est qu’il bénéficiait de cette assise et de cette formidable assurance derrière lui. A réécouter cet album transcendantal, on comprend que le Dead, à une époque, jouait comme il vivait : en communauté. D’esprit et de jeu. S’il fallait définir un album où les musiciens jouent ENSEMBLE, on pourrait mettre celui-là en haut du rayon. American Beauty est la quintessence de la notion de groupe de musique.

En remontant plus avant encore, on peut se demander si tout n’avait pas déjà commencé comme ça : avant qu’un chanteur sans envergure comme Cliff Richards ne vienne polluer les Shadows, un son particulier émergeait du groupe, avec forces guitares haut placées, une rythmique imparable et un batteur n’hésitant pas à jouer des cymbales à outrance. Hank Marvin, clone en attitude de Buddy Holly, ne reste que le guitariste d’un groupe véritable, même si des années après un Mark Knopfler pompera largement son héritage (et celui de Chet Atkins). The Shadows, en créant le combo rock à quatre, devenait d’emblée le groupe classique d’une musique en devenir. En faisant une carrière exceptionnelle, dont la longévité affine chaque jour davantage les sorties : Knopfler ne fait que s’affiner avec le temps, c’est un vrai grand cru. Classé.

Car jouer ensemble est tout un art. Un vieil ami du show-biz prénommé Jean-Louis, aujourd’hui organisateur de concerts et de tournées, m’a fait récemment découvrir un vieux DVD incroyable, démontrant ce qu’était un groupe, un vrai : un combo énergique, un garage-band comme il en était sorti dans les années 70 pour contrebalancer les super groupes qui ramaient alors dans la plus parfaite choucroute scénique : ELP, Emerson Lake and Palmer, Cactus ex-Vanilla Fudge, ou BBA (Beck-Bogert-Appice) tous absolument imbuvables !). Tous issus de l’assemblage de vedettes censées faire mieux à plusieurs qu’individuellement, des "super-groupes" comme on les appelait alors, qui s’avérèrent tous inaudibles. Et tous des échecs, dont le premier avait été Clapton, et son Cream qui n’aura pas fait long feu. Logique, avec ce son de batterie en carton difficilement imitable de l’effroyable Ginger Baker. A l’époque, on a en musique le syndrome du PSG : mettre des individualités dans un espace et croire qu’elles sauront jouer ensemble. Grave erreur : des Carquefou sortis de simples garages vont les déboulonner en quelques moins de deux, eux et leurs scènes majestueuses (ou plutôt de mauvais goût), leurs décors de plâtre ou de stuc, leurs éclairages immondes et leurs titres grandiloquents.

Cette vidéo de Docteur Feelgood, Goin’ Back Home (Live at the Kursaal, Southend - November 8th 1975), ce groupe de Canvey Island dans l’Essex aux allures de banlieusards, voisins des Inmates tout aussi improbables au départ est en effet plus que mémorable. Oh, ce n’étaient pas des cadors musicaux nécessairement : Lee Brilleaux n’est pas un très bon chanteur (son voisin des Inmates est bien meilleur !), son guitariste Wilko Johnson pas vraiment une référence, et leurs deux accompagnateurs restent à ce jour des inconnus (John B Sparks and The Big Figure) : il n’empêche, quand Brilleaux compte un deux trois... c’est parti, c’est compact et ça ratiboise : Wilko arpente la scène et mitraille le public de sa guitare, Brilleaux mouille son plus beau costume de prolo, et ça ne débourre pas. Et c’est cela un GROUPE de rock. Leur version de Riot in Cell block number nine est absolument apocalyptique et leur approche de Route 66 assez décoiffante. Même Brilleaux s’y révèle bon guitariste de slide-guitare, meilleur que son soliste aux riffs un peu élémentaires (ici sur une vidéo où il ne figure déjà plus, quelque mois plus tard). Pure merveille, hélas trop courte : le DVD ne dure que 30 minutes, mais mérite d’être acheté toutes affaires cessantes tant il est archétypique de ce qu’est un vrai groupe de rock. De l’énergie pure.

Un groupe, réduit à sa plus simple expression... ou presque, car de l’autre côté de la Manche, il y a un autre archétype : un trio gagnant. ZZ Top, aujourd’hui en cours d’enregistrement, qui a démontré avec brio que le SON se fabrique avec une guitare certes, et des techniques d’enregistrement particulières (*), mais aussi par un jeu où chacun a sa place : un batteur menu et monstrueux de frappe, et un bassiste plein d’humour (filmé ici à Nogent) sans qui Gibbons ne pourrait pas aussi bien décoller. Des cuivres et un invité indien en plus, et c’est le... top. Au-dessous de trois, la notion de groupe devient difficile à définir : on a affaire à des duos, et là aussi ça devient indissociable. Imaginez un seul "Everly Brother" devient impossible, et quand le disciple Paul Simon fait un premier album solo c’est une réussite, c’est une des rares, car c’est ce que son compère Art Garfunkel rate sans équivoque. L’emploi de la Chapman Stick de l’incroyable Tony Levin, de Peter Grabriel ne doit pas être en reste dans cette mise en évidence : trois mesures de Late in the Evening et c’est dans le tiroir-caisse. De même que Thin Lizzy n’était pas que Gary Moore mais bien Phil Lynott, aux deux merveilleux et méconnus albums solos, lui, un groupe véritable possède des caractéristiques immuables qui le font reconnaître même avec des changements de personnels. Chez ceux qui ne changent quasiment jamais, comme l’a fait Springsteen sauf pour son récent et mémorable hommage à Woody Guthrie, c’est encore plus net. Un GROUPE, c’est une alchimie d’ego très difficile à tenir : quand ça marche véritablement, on a droit au miracle. Et j’en sais quelque chose, j’ai assez donné dans le genre. Danny Federici était l’homme de ce fragile miracle, mais cela ne l’a pas aidé à vaincre son cancer, qui n’admet qu’encore trop rarement qu’il puisse laisser filer des miraculés.

Il rejoint au Panthéon de la musique ces fameux seconds couteaux qui ont fait toute la richesse du rock, qui aujourd’hui a oublié qu’un individu seul ne suffit pas à faire avancer la musique. Un Prince, un Bowie resteront ce qu’ils ont toujours été : des individualistes au son obligatoirement changeant, car bien trop soumis aux aléas d’un producteur ou d’un preneur de son. Le plus bel exemple de cette tendance étant Lou Reed, qui aurait dû être connu pour Berlin, un opéra au départ, et qui reste dans toutes les mémoires pour un Live en 1975, Rock’n’roll animal, qui n’a jamais représenté l’individu, mais une chose assez extraordinaire : pour la première fois, des musiciens plutôt doués (et pas totalement inconnus) prenaient le dessus sur la vedette supposée. Ray Colcord aux claviers, Penti Glan à la batterie, John Prakash à la basse (monstrueux !), Dick Wagner à la guitare rythmique et Steve Hunter à la "lead guitar" (Sweet Jane solo c’est lui) qui ferraillent pendant un bon bout de temps sur l’intro d’Heroin fabriquent un album qui reste un cas exceptionnel dans l’histoire de la musique. Un très gros son pour un chanteur plutôt intimiste, c’est la surprise en effet de 1975. Celui où les accompagnateurs prennent pour la première fois le dessus sur le leader supposé, au point de faire un disque où le chanteur occupe à peine 20 % de la durée de chaque titre, et qui proposent un Lou Reed méconnaissable, dans un disque que beaucoup renieront à juste raison, alors que les fans de hard-rock l’encenseront.

Chez Springsteen, beaucoup avaient retenu l’athlète Clarence Clemons comme marque de fabrique. C’était oublier deux guitaristes, Nils Lofgren et Steve Van Zandt, totalement complémentaires (jouant alternativement le rôle du soliste), ou un bassiste hors norme tel que Gary Tallent, mais aussi un batteur assez exceptionnel, l’un des rares surtout à jouer avec les baguettes à l’envers... et ces deux pianistes, Roy Bittan et celui qui vient de disparaître. Car Springsteen c’est avant tout un SON énorme. Je me souviens à Paris d’un concert d’Amnesty en 1988 réunissant Tracy Chapman, alors inconnue, Sting et Springsteen. La première avait volé haut la main le show lénifiant d’un Sting sans saveur au son pâle et au solo de guitare sèche qui sentait fort le faisandé (sur They Dance Alone). Quand Springsteen était monté sur scène après que Sting ait endormi tout le monde, les premières mesures rageuses de Born in USA avaient fait reculer tout le monde de deux bons mètres au premier rang. Un son énorme. Les techniciens du Boss y étaient pour quelque chose, un ami des roadies sur place, batteur de profession dans la région, ayant confirmé le bridage sonore volontaire des deux précédents. Mais il n’empêche : le show fut monstrueux, l’ambiance exceptionnelle, et l’homme géant, servi par un groupe comme rarement il en tourne. A la Courneuve, en plein air, trois ans auparavant, il l’avait déjà démontré sur deux concerts de suite... avec un public tout acquis, des vidéos le montrant plus de vingt ans après. On y voit un Federici en chemisette bleue, ravi de faire ce qu’il faisait de mieux : jouer les faire-valoir à la perfection. Toute l’intro est de lui, tout le morceau tient debout grâce au pianiste et au batteur, mais l’orgue Hammond de Federici illumine le morceau, son solo étant à son image : discret et parfait. J’y étais, aux deux concerts, et je peux vous le confirmer. Comme le dit Bruce c’était bien "fantastique" (en français !).

Un fort bel et sobre hommage vient tout juste de lui être rendu ici... sur Terry’s Song de si belle facture. Ce que raconte Springsteen est ici. Il y parle... du Titanic, de la tour Eiffel, et d’une époque révolue d’une espèce d’homme industrieux et volontaire, "le moule étant cassé" aujourd’hui selon le Boss. Notre homme, fait dans ce genre de moule, justement, semblait bien indispensable à Springsteen, qui a annulé deux concerts de sa tournée en cours. Cette chanson lui est aujourd’hui toute consacrée :

"Now your death is upon us and we’ll return your ashes to the earth
And I know you’ll take comfort in knowing you’ve been roundly blessed and cursed
But love is a power greater than death, just like the songs and stories told
And when she built you, brother, she broke the mold"

On peut réécouter également Federici sur l’album Live In New York City sorti en 2000, ou écoutez le superbe You’re Missing de l’album The Rising de 2002. Tout le fond musical, les nappes de synthé, c’est du Federici. On peut aussi se procurer ses deux albums solos, faits dans le registre du jazz. Un grand, grand talent vient de disparaître. He’s now missing.

(*) Terry Manning, preneur de son de ZZ Top (de Jason and The Scorchers, de Georges Thorogood et de Omar and The Howlers) interviewé un jour par votre serviteur, avait avoué deux techniques imparables pour avoir un très gros son de studio : mettre en chauffe les amplis dans le studio le lundi... et enregistrer le groupe le jeudi ou le vendredi. Ou ne jouer que quand les lampes des amplis à tubes étaient... blanches. "Red’s not enough...". Canon, hein, le gars ?

Documents joints à cet article

Les hommes de l'ombre, ça meurt dans l'ombre Les hommes de l'ombre, ça meurt dans l'ombre Les hommes de l'ombre, ça meurt dans l'ombre Les hommes de l'ombre, ça meurt dans l'ombre

Moyenne des avis sur cet article :  3.36/5   (73 votes)




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • morice morice 22 avril 2008 13:08

     lerma : "On attend toujours de connaitre le nom des revues informatiques que vous prétendez avoir dirigé en tant que "rédacteur"" faux, c’est rédacteur en chef....


    • morice morice 22 avril 2008 13:17

       l’article commence par "Dans notre société individualiste qui fait dans l’éphémère (ou le "virtuel")" merci de confirmer ce que je raconte, mr l’innommable Gurul. Commentaire éphémère d’un pauvre mec virtuel... 


      • Avatar 22 avril 2008 13:19

         

        C’est le résultat de graves carences en iode...


      • TALL 22 avril 2008 13:20

        Bon article, on les oublie trop souvent les "2e couteaux" de la zizique, et il y en a des tout bons. Inutile que je cite Phil Clayton, personne ne connaît. Ce mec ne joue que dans les bars. Un guitariste. Il n’est pas du niveau de Jimmy Hendrix, mais à 75% disons, ce qui le met déjà bien + haut que beaucoup d’autres. Le coup du "jouer avec ses dents", il le fait aussi. Mais il crame pas son outil à la fin, il n’en a pas les moyens


        • TALL 22 avril 2008 13:25

          Z’inquiétez pas, les zozos, le jour où il reviendra avec le couscous, c’est direct reparti...

          Mais tant qu’il nous fout la paix avec ça, autant l’encourager, non ?

           


        • TALL 22 avril 2008 19:16

          Bien vu, effectivement, sauf qu’il ne l’a pas fait ici mais dans l’article de Mourey du jour.

          Il n’en a rien à fiche de saborder les autres rédacs. Respect zéro.

          Pour l’imam morcie > journalisme citoyen = propagande et bataille de colleurs d’affiches.


        • TALL 22 avril 2008 20:07

          Shawford,

          Tu te fais rembarrer par tout le monde dans tous les camps. Il vient de te traiter comme de la merde en révélant ton identité. Chose que je savais et que je n’ai pas fait, malgré nos différends.


        • Djanel 23 avril 2008 04:58

          mmm


        • GreenGarden GreenGarden 22 avril 2008 13:27

          Bonne nécro Rock’n Folk...

          Cordialement,

          G.


          • nephilim 22 avril 2008 13:46

            bonne necro^^ agrementée de liens forts intéressants

             


            • CAMBRONNE CAMBRONNE 22 avril 2008 14:14

              Salut Calmos

               

              A propos de mort , j’ai du manquer un épisode car je ne vois plus de trace de Marsupilami . Peux tu m’en dire plus ,

               

              Merci


            • rocla (haddock) rocla (haddock) 22 avril 2008 15:22

              T’ as raison Calmos , mourrir par Demian West ça a une autre gueule que vivre avec les articles du Morice de les dents pas là . .

               

              L’ a la déblatérite momophrasée , l’ ustensile à pondre des mots à la chaine où y a pas d’ plaisir . Même quand il a raison il a tort tellement il tord la raison . Avec lui l’ overdose c ’est tout le temps . Monsieur Morice , le Monsieur je sais tout en tous genres .

               

              Salut Calmos

               

               

               

               

               

               


            • morice morice 22 avril 2008 14:09

              Votre haine n’a aucune limite. Alors vous prouver à tout le monde que je « pompe » Wikipedia, comme l’a dit l’autre là, dont on connait jusqu’au nom véritable, alors qu’il croit jouer au zombie, et bien voilà le lien. Comme ça on pourra se faire une idée, Quand au temps passé, cela ne compte pas, bien entendu : les liens ont été trouvés par la machine de Lerma, c’est bien conu... pauvres de vous... http://en.wikipedia.org/wiki/Danny_Federici Quand à Clayton.. à part la Belgique.. http://cgi.befr.ebay.be/0967-PHIL-CLAYTON-JUST-THE-RIGHT-SIZE_W0QQcmdZViewItemQQitemZ350034635995


              • morice morice 22 avril 2008 14:12

                par Seb59 (IP:xxx.x34.180.194) le 22 avril 2008 à 14H02 « Ca sent l’article volé ailleurs » nous duit l’autre là, PROUVE-LE, fieffé MENTEUR qui raconte avoir reçu des courriers jamais envoyé, PROUVE-LE, ou écris-LE , MENTEUR. Il « sent » quoi lui : LE MENTEUR.


              • morice morice 22 avril 2008 14:17

                par Seb59 (IP:xxx.x34.180.194) le 22 avril 2008 à 14H05 ZZ Top : vois-tu, ineffable crétin, tu n’as pas eu TOI l’honneur de rencontrer Billy Gibbons 45 minutes pour parler de... Kandinsky. Car ce que tu ignores, au fond de ton inculture abyssale, c’est que Gibbons a fait un mémoire en France sur Kandinsky. Et ça, je vais te le dire : il n’y a pas beaucoup de gens qui le savent. J’ai interviewé trois fois de suite ZZTOP et Terry Manning. Pas toi. Toi t’en reste à la barbe, comme tout ce que tu regardes. Naze.


              • yasunari yasunari 22 avril 2008 14:31

                Sur les techniques d’enregistrement tordues de ZZ Top, je crois me souvenir que le son de batterie sur Velcro Fly a été enregistré avec un studio mobile dans une salle de squash... Et c’est vrai qu’au casque, le son est énorme...

                 

                 


                • SANDRO FERRETTI SANDRO 22 avril 2008 14:32

                  @ l’auteur,

                  D’habitude, je n’interviens jamais sur vos articles, et tout le monde devinera pourquoi.

                  Mais là, oui. Bon sujet, bon hommage.J’ai plussé.

                  Fan du boss autant que de Bashung, j’ai également appris avec tristesse la mort de Dany.

                  Dommage que votre article ne parle pas plus du E-Street Band, de Clarence Diamonds, de Roy Bittan au piano.

                  Pour Dany, le meilleur hommage serait de ré-écouter sa prestation dans "Point Blank" ( album "the river") ou "racing in the street" et "Factory", dans "Darkness on the Edge of town".

                  Bref, la musique adoucit peut étre les moeurs, mais la vie ne fait rien qu’à déconner et à nous prendre les meilleurs.

                  Pour le dire de façon plus littéraire "la vie est une histoire racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien" ( Shakespeare, Mac Beth).

                  Mais je suis sur que le Boss nous le dira encore mieux dans un prochain album. Sans organiste, puisque la vie lui a tiré dessus....Point Blank.....( "à bout portant", pour ceux qui entravent pas la langue de Shake..)


                  • Djanel 22 avril 2008 20:33

                     

                    .

                     

                    .

                     

                    Sandro c’est un branleur qui n’a rien à dire sinon qu’il passe son temps à regarder les mouches voler. C’est comme çà qu’il faut interprété son curriculum. Pourquoi, il dit qu’il ne vient jamais sur les articles de Morice et que tout le monde devinera pourquoi ? Mais, c’est parce qu’il n’a pas le courage de dire ce qu’il pense pour ménager le chou et la chèvre. Il a la trouille des zozos parce que de temps en temps il les flatte mais comme son immense culture l’empêche de se rallier à ce que nous nous pouvons appeler la lie d’agora vox, il louche du coté des antizozos mais comme il ne veut pas prendre le risque de voir débouler sur ses fils les zozos en colère, il dit que chacun devinera comme il peut ses non-interventions sur les fils de Morice comme çà tout le monde il est content de la prestation du beau Sandro.


                  • morice morice 22 avril 2008 14:44

                    Yasunari : pas tout à fait... en faitn à partird’ElLoco, beaucoup de parties de batterie sont jouées tom par tom : pour El loco, le batteur a joué certaines parties les toms par terre, à l’horizontale, pour avoir de la réverb naturelle PAR TERRE. Le studio mobile existe, mais il ne sert qu’aux maquettes, pas aux enregsitrements. A l"épqoue, le luthier de Gibbons est Mark Erlewine, c’est lui l’inventeur de la Chiquita : une 3/4 de mache montée ne dimarzio demandée par billy pour voyager en avion sans foutre la guitare dans l’œil de son voisin. Les micros sont débobinés et rembobinés avec du fil de cuivre... carré de section pour un meilleur contact entre les spires. Le seul a faire de même alors s’appelle Eddie Van Halen, lui les fait sécher dans son garage et en fabrique une trentaine pour en retenir... deux ou trois, les autres sont... jetés. Le rock ; ça revient cher.. Erlewine : http://www.erlewineguitars.com/ la Chiquita http://www.erlewineguitars.com/ pS : j’ai craqué et finit par acheter une copie à Paris. 2850 balles de l’époque.Pas cher, masi c’était loin d’être des DiMarzio... http://www.dimarzio.com/site/#/pickups/ le plus gros son de guitar c’est soit Thorogood ou Jason and The Scorchers. http://jasonandthescorchers.com/


                    • morice morice 22 avril 2008 14:45

                      par SANDRO (IP:xxx.x94.202.5) le 22 avril 2008 à 14H32 @ l’auteur, D’habitude, je n’interviens jamais sur vos articles, et tout le monde devinera pourquoi. ah bon, pas moi..


                    • morice morice 22 avril 2008 14:47

                      par Castor (IP:xxx.x8.83.44) le 22 avril 2008 à 14H26 arrête la branlette, Morice, pour une fois que tu fais un bon article sur un sujet hors du commun (au sens littéral), faut que tu viennes le pourrir avec tes posts revanchards, vindicatifs et auto-promotionnels. c’est MOi qui « pourrit » : EXEMPLE :

                      par Seb59 (IP:xxx.x34.180.194) le 22 avril 2008 à 14H02 Ca sent l’article volé ailleurs, dans le plus grand style « demian west »

                      Je rêve ou quoi là ?


                    • Castor 22 avril 2008 14:55

                      Je veux pas te fâcher Momo, mais en deux posts de merde tu viens de répondre à la question que tu te poses.

                      C’est cette attitude qui fait que tu parais si con, si imbu de ta petite personne et, par là, imbuvable, même quand tu as raison.

                      Faut que t’arrêtes de croire que t’es le seul détenteur du savoir, de la culture, de la réflexion et du bon sens.

                      En fait, t’es un handicapé social, tu souffres d’une maladie mentale qui te fait croire que t’es le king et que tu surpasses et survoles tous et tout...

                      Les gens comme toi ont, forcément, accrochés à leurs basques, les clébards qu’ils méritent, et ça , tu ne peux t’en prendre qu’à toi.

                      Grandis, Momo, grandis, la vie te le rendra, les autres aussi.


                    • Djanel 22 avril 2008 14:59

                       

                      Avis de grand frais.

                       

                      Ah !!! Il était quand même bon mon petit coup de fraîcheur du matin. Le temps va se durcir. Pour ceux qui ne l’auraient pas lu, je le reposte sur ce fil.

                       

                      Baba au rhum, je vois que vous devenez fidèle à vous-même car vous avez gardez votre pseudo plusieurs jours.

                       

                      Quant à ma violence, Monsieur Baba au Rhum, j’ai essayé plusieurs fois de vous initier à la philosophie de Kant où il faut passer par l’analytique... bon, excusez-moi pour ce mot savant : « transcendantale. »

                       

                      Mais avec l’accueil que j’ai reçu, j’y renonce. Pourquoi je vous dis çà mais pour vous expliquer l’usage de l’inconditionné, c’est à dire l’imagination d’une situation avec des si pour comprendre ou tout cela pourrait nous mener.

                       

                      Donc quand j’ai dit dans mon commentaire que si vous étiez en face de moi vous prendriez une baffe, c’est une manière très saine de vous faire comprendre la violence de vos propos. D’ailleurs vous m’avez répondu en reposant la question selon vos conditions en disant que dans la vraie vie vous ne rencontriez pas autant d’imbéciles.

                       

                      Transformer tout çà en menace verbale est peine perdue et j’aurais aucune difficulté pour vous contre dire.

                       

                      Le dom 22 s’est moqué piteusement de mes idées sur la simultanéité et la succession mais ce n’était que des introductions à … et pour vous cela restera un mystère.

                       

                      L’avantage d’avoir lu Kant est certain.

                       

                      Pauvre Zozos gogols handicapés du carafon, vous êtes devenus des proies d’autant plus que votre légendaire vanité vous a  poussé à dire que vous aviez des moyens financiers ( Snoopy sur le fil d’AVox devient une fondation) donc pour nous prédateurs cela signifie qu’il y a du pognon à prendre.

                       

                      Qui donc se marre aujourd’hui ?

                      Qui se marre aujourd’hui ? 

                       Djanel chasseur de trolls, à votre service Morice.


                      • Djanel 22 avril 2008 15:08

                         

                        Au père Djanel, allias gros poussin, allias baba au Rhum.

                        Le malhonnête

                        .

                        Hier ce malhonnête homme a dit ceci :

                        « Bien sur que l’histoire du mail est bidon. Il n’y a que toi pour ne pas la savoi. »

                        Je ne peux accepter que l’on soit autant malhonnête, il a fallu que j’y mette toute mon énergie pour prouver par raisonnement que ce mail était une fausse information lancée par Tall vendredi et comme devant l’évidence de mon commentaire, ils ne pouvaient plus nier que ce mail était un faux, il m’accuse maintenant d’être le dernier à l’avoir su alors que tout le monde le savait.

                        Ainsi par ce nouveau mensonge, il me fait passer pour un imbécile. Franchement, si tu étais en face de moi avec autant de mauvaise foi, c’est une claque sur la gueule que tu aurais pris. Ce genre de baffe qui ne laisse pas de blessure apparente au bout de quelques minutes et qui t’empêche de porter plainte pour coup et blessure pour cause qu’il n’y a pas de blessure.

                        Vous êtes servi de ce faux mail pour accuser Morice de falsifier les votes pendant deux jours sans mon intervention cela aurait continué aujourd’hui.

                        Franchement dans la vie de tous les jours dans la vie réelle, peux-tu agir comme çà impunément sans rentrer en conflit graves avec tes proches. Non ! Alors pour quoi tu agis comme çà contre Morice et nous. Pourquoi ? Parce que tu bénéficie de l’impunité ?

                        Tu te dis que c’est virtuel donc ce n’est pas réel, on ne pourra pas me punir pour ce j’ai écrit. Détrompe-toi. Regarde, il n’y a pas une seule insulte dans ce poste. Alors que les tiens et ceux des zozos gogols du carafon sont pourris d’insultes et de propos néo-nazis. De la diffamation pratiquement à chaque phrase, il suffira de porter plainte au bon moment pour espérer en déplumer quelques-uns uns parmi vous en dommages et intérêts sinon aux dépends en demandant à l’avocat un petit pourcentage sur les victoires faciles que je lui aurais apportées. Je me fais un petit rêve sur un revenu complémentaire possible. Je me frotte les mains d’avance. C’est une éventualité, une aventure qui pourrait me divertir. Voir la gueule réelle d’un Snoopy bégayant sa défense devant un juge mais quel plaisir surtout qu’il a l’air d’être solvable. Etes vous donc capable d’écrire sans lâcher une insulte, Monsieur baba au Rhum, et de m’affronter loyalement en disant à Dom22 de la fermer parce qu’il ne comprend rien ce con. Le mot con n’est plus insulte puisque notre président qui devrait être un modèle pour tout le monde l’emploi publiquement pour qualifier un membre du peuple souverain. Je ne fais que suivre son exemple.

                        . .

                        .

                        Bon je me marre qui rira le dernier bande de naze.

                        amour et paix

                        ☼♂♀☼

                         


                        • Djanel 22 avril 2008 15:14

                          Mais qu’il est con cet éditeur. Il m’a encore bouffé du texte tant pis pour les zozos handicapés du carafon qui ne pourront pas anticiper sur mes actions

                          je me marre


                        • Castor 22 avril 2008 15:15

                          Ta pillule, Djanel, prends ta pillule.


                        • Avatar 22 avril 2008 15:21

                           

                          A propos de pillule les zozos, n’oubliez pas vos cachets d’iode ,http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=38979#commentaire1688764

                          Y’en a déjà qui n’ont pas pris leur traitement ce matin, ça se voit


                        • Djanel 22 avril 2008 18:45

                          Je sens que le père djanel allias baba au rhum allias gros poussin a été touché. Il réagit avec émotion.


                        • Avatar 22 avril 2008 15:39

                           

                          Le père de Djanel,

                          Vous devriez écouter votre entraineur, car aujourd’hui son post est pertinent (bien que teinté d’humour couscousphobe comme d’habitude....) :

                           

                          Les hommes de l’ombre, ça meurt dans l’ombre
                          par TALL
                          (IP:xxx.x19.145.41) le 22 avril 2008 à 13H25

                           
                          Z’inquiétez pas, les zozos, le jour où il reviendra avec le couscous, c’est direct reparti...

                          Mais tant qu’il nous fout la paix avec ça, autant l’encourager, non ?


                          • Avatar 22 avril 2008 15:52

                             

                            A Stipmaster,

                            Excusez-moi chaudfroide, je pensais être sur le fil de discussion d’un journal citoyen ; pas sur un terrain de foot...

                            Vous avez pensé à faire une banderolle ?

                            En vous mettant à plusieurs, je crois que vous pouvez arriver au niveau des supporters du PSG...

                             


                          • Et zou ! 22 avril 2008 16:23

                            Facile : tout se résume à l’influence de l’observation sur l’objet observé.

                            Une autre ?

                             

                            Et Zou !


                          • Djanel 22 avril 2008 16:26

                             

                            Sidi Brhim

                             

                            .

                             

                            Connard d’abruti un raisonnement se termine sur une conclusion.

                             

                            Avec votre question d’abruti de permanence sur AVox, vous confondez ce qui doit être conclu donc intrinsèque avec ce qui est normalement perçu ici la vision d’une lampe allumée donc extra –sec.

                             

                            C’est clair ne trouvez-vous pas ?  


                          • Avatar 22 avril 2008 16:03

                             

                            Au père de Djanel,

                            Vous venez de dire :

                            "Je viens, je vois l’article, rien à redire, je prend mes affaires, je m’apprête à me casser"

                            Et pourtant voici votre premier post :

                             

                            DOM22, menteur et c’est son chef qui le dit !
                            par Le père de Djanel
                            (IP:xxx.x8.53.109) le 22 avril 2008 à 13H22

                             
                            "Morice, je peut te poser une question perso anodine ?

                            Est-ce que tu as déjà bu du sky ?

                              

                            Et as-tu déjà mangé du saucisson ?  "

                            Voilà pourquoi je joue les casques bleus...


                            • Djanel 22 avril 2008 16:47

                               

                              .  .

                               

                              .

                               

                              baba au rhum allias père de Djanel.

                               

                              Jamais Morice ne m’a traité de néo- nazi. Et pourtant, je trolle ces articles autant que vous puisque nous les avons transformés en champ de bataille.

                               

                              Hier vous vous êtes autoproclamé vainqueur parce que vous rigoliez plus souvent de votre humour que du mien.

                               

                              Allez donc relire ma réplique à Idi Brahim au sujet d’une ampoule de frigo. C’est un calembour entre le mot intrinsèque qui peut être employé en psychologie pour signifier notre intériorité et l’expression extra-sec.

                               

                              Si vous ne percevez pas le raffinement de mon humour, c’est que vous êtes qu’on comme une balise de la marine nationale.

                               Car l’humour de ce commentaire réside dans ce qu’il n’y a rien à comprendre. Une réponse adéquate à Idi Brahin que je devrais ignorer totalement en l’évitant. C’est à peine s’il me remerciera de lui avoir donné l’illusion d’exister sur AVox.

                               


                            • Djanel 22 avril 2008 16:55

                               

                              Balise clignotante, je précise. Lumineuse seulement par intermittence.

                              Je précise.

                               

                              Vous n’allez pas me compter ce point en chauvin que vous êtes.

                              Ni tous les autres car Monsieur tous les Allias c’est vous qui en êtes victime


                            • rocla (haddock) rocla (haddock) 22 avril 2008 17:22

                              l’ est qu’on comme mittan le djanou


                            • rocla (haddock) rocla (haddock) 22 avril 2008 17:29

                              Dans l’ frigo la place du Momo sans les dents est le bac à glaglacons .

                              Y s’ les gèle le Momo , pour ça qu’ il est grossier . De plus l’ ampoule est cassée . L ’est dans le noir , il broie .


                            • Djanel 22 avril 2008 19:00

                               

                              .

                               

                              .

                               

                              Demain : action d’ignorer les zozos gogols handicapés du carafon en cliquant sur réagir à l’article et le commenter mais jamais sur réagir aux commentaires pour répliquer aux zozos gogols handicapé du carafon car ces connards de zozos handicapés du carafon se nourrissent de nos répliques comme les mouches à merde de nos excréments.


                              • tvargentine.com lerma 22 avril 2008 19:17

                                On attend toujours de connaitre le nom de la fameuse revue informatique dont vous auriez été "rédacteur en chef" ou "responsable"

                                En France ?

                                En Belgique ?

                                En Suisse ?

                                Au Canada ?

                                En Afrique ?

                                 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès