• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Les îles où le rêve toujours recommence

Les îles où le rêve toujours recommence

Qui n’a rêvé dans son enfance d’îles lointaines, petits morceaux de terre essaimés sur les océans ? Mais rêve ou improbable destination, qu’importe ! L’essentiel, c’est qu’elles mettent en éveil notre imaginaire et captent notre attention.

J’ai rêvé à vous îles improbables,
filles songeuses aux épaules de moire,
qu’un dieu prodigue une nuit fit pleuvoir
comme des gouttes de mercure.

Vous voici dispersées sur les eaux,
alanguies et diaphanes,
drapées dans vos plissés de sable,
avec les cascades vertes de vos arbres
et vos phosphorescences de nacre.

Filles aux yeux d’eau, aux paupières d’écaille,
filles d’Eve aux pulpeuses moissons
de mangues et de goyaves,
ô filles aux colliers d’ambre, soyeuses comme des pétales,
oui, j’ai rêvé à vous !

Si lointaines vos rives,
si lointain le souffle de vos palmes
et les flots rutilants, qui se pressent à vos pieds,
nouent à vos chevilles des anneaux de corail.
J’ai rêvé, c’était un soir, et mon rêve glissait,
et mon rêve m’emportait, plus vibrant qu’une nave
dans ses voilures de vent.

  Le Chant de Malabata ( Graduel V )

 Armelle B. Hauteloire

Qui n’a rêvé dans son enfance d’îles lointaines, petits morceaux de terre essaimés sur les océans ? De Robinson Crusoé naufragé sur la sienne à celles fantastiques de Jules Verne, en passant par l’île au trésor de Stevenson, ces récits ont marqué notre imaginaire, inspiré nos rêves et motivé certaines de nos interrogations.

Tant de choses incitent au départ, tant de choses suscitent le désir de partance. Mais qu’évoque le mot en lui-même ? S’agit-il d’un mythe enfoui dans notre inconscient ou d’une réalité universelle ancrée au plus profond de notre être ? N’ont-elles été découvertes que pour être oubliées, ou sont-elles davantage le prétexte d’une conquête qui sommeillait en nous et n’attendait qu’une occasion pour devenir projet ? Sont-ce des thébaïdes secrètes et inaccessibles, îlots d’intimité à préserver, ou une aventure à vivre pour ceux qui portent leur regard par delà l’horizon ? Pour atteindre ce but, point de bâton de pèlerin, mais un esquif à armer, une voie d’eau à ouvrir, pour cette quête de l’impatience et du désir que représente un embarquement.

Qu’est-ce qu’une île ? Le dictionnaire en donne une froide définition : " Etendue de terre entièrement entourée d’eau, émergeant dans un océan, une mer, un lac ou un cours d’eau." La démonstration est tellement succincte qu’il ne faut pas s’étonner si rares, voire même inexistants, sont les ouvrages qui ont abordé le sujet. A part le dictionnaire des îles de Christian Nau, remarquable travail de documentation, bien peu d’écrivains se sont penchés sur la question. Antoine, le chanteur- navigateur, amoureux des îles du Pacifique, mérite d’être cité, mais ses livres valent surtout pour la qualité des images. Et, cependant, ne sont-elles pas des milliers parsemées sur les océans ? Il est intéressant de noter que près de 71% de notre globe terrestre est entouré, ceinturé, recouvert d’eau. Il est significatif, par ailleurs, à l’aube du troisième millénaire, que plus de 90% du trafic international se pratique par la mer. Depuis le commencement du monde, les îles étaient silencieuses, discrètes, isolées, comme perdues dans l’immensité marine, attendant que l’ingéniosité des hommes leur mérite d’être découvertes, peut-être même conquises.

Pour quelles raisons nos ancêtres se sont-ils aventurés dans de telles expéditions, dont certains ne revinrent jamais ? Dès l’origine, l’eau fut source de vie. Elle permit à des peuples de se fixer naturellement le long des rivières et des fleuves. Ces peuples prirent vite conscience de l’avantage qu’ils pouvaient en tirer et ne tardèrent pas à réaliser que la rivière allait au fleuve et le fleuve à l’océan. Ils en déduisirent logiquement que l’élément liquide ouvrait des espaces qui rendaient possible l’utilisation de voies navigables. Alors ils inventèrent les premières constructions flottantes destinées à la navigation. Les techniques, qu’ils mirent en oeuvre, développèrent en eux débrouillardise, habileté, sens du calcul et de l’observation. Ils surent bientôt exploiter l’élément fluide et, grâce à ces évolutions, passèrent du frêle esquif aux goèlettes et caravelles, des clippers aux grands transatlantiques, afin de conquérir des terres nouvelles, qu’ils nommèrent "les nouveaux mondes".

Chevaliers de la mer, ces peuples de pionniers ont pris la mesure du globe, établi sa topographie, fondé des comptoirs commerciaux sur tous les continents. Pour mener à bien de tels voyages, encore fallait-il chercher des lieux d’étapes pour le repos des équipages, souvent fourbus, parfois malades, qui avaient eu à affronter les tempêtes et la dureté des éléments, dans des conditions inconfortables. Havres de repos, les îles s’offraient à eux. Elles permettaient aux hommes de reconstituer leurs forces, aux navires endommagés d’être réparés et remis à flot.

 Habitées ou inhabitées, moins envahies que conquises, le féminin les justifie. Sauvages, arides, mystérieuses, exubérantes, fières, dolentes, elles se méritent. On y aborde ou on s’y échoue. Filles des brumes ou filles du soleil, l’homme les a qualifiées selon les époques et les circonstances. Ile de beauté, mais aussi de désolation, refuge et bannissement, quand ils se les approprient, elles deviennent îles prison pour galériens et bagnards, repères d’exilés et d’exclus, de pirates et de flibustiers, pièges à embuscade pour corsaires et boucaniers. Grands navires encalminés, ne voient-elles pas défiler le monde, sphinx des éléments liquides, les siècles ont eu peu de prise. Ces îles constituent des univers à elles seules, forgent des mentalités à part, engendrent des populations qui aspirent à vivre en dehors des grandes nations, auxquelles elles ne sont pas forcément rattachées. L’insularité n’est pas un vain mot.

Néanmoins l’histoire ne les a pas épargnées, puisqu’elles sont à jamais inscrites dans les mémoires et les récits que nous ont rapporté les explorateurs d’antan, les Marco Polo, Vasco de Gama, Magellan, Gonzalvo Cabral, Christophe Colomb, Jacques Cartier, Samuel Wallis, James Cook, Bougainville, William de Shouten, Gonneville et quelques autres ; qu’elles soient ou non répertoriées sur les cartes ou restées captives de leur isolement. Soudain, ces navigateurs les ont nommées, décrites, situées et elles se sont mises à hanter nos rêves, à peupler notre imaginaire, à susciter nos désirs. Selon leur latitude, on les savait hautes et volcaniques, basses et coralliennes, déchiquetées et balayées par les vents, mieux encore cernées par les glaces.

Amas de roches déchiquetées aux abords des détroits, des caps et des continents, elles se perdent en mer sous l’oeil des frégates et des albatros. Dans le grand nord, celles des 50° au pôle, elles expriment la poignante solitude des terres hostiles, paradis des oiseaux migrateurs et domaine d’élection des manchots, des phoques et des ours. Ici règne un monde minéral, animal, glacé et superbe. Si nous poursuivons notre navigation en deçà du continent blanc, nous laissons au large la Finlande, la Suède, la Norvège, le Danemark, labyrinthe d’archipels que sillonnèrent leurs ancêtres Vikings. Cap plus au Sud, nous croiserons quelques pêcheurs rudes, accrochés à leurs barques, galériens des brumes, venant des bancs de Terre-Neuve, laboureurs des océans, leurs étraves fendant les vagues avec audace.

Sous les latitudes tropicales, le contraste est saisissant. Les îliens qui les peuplèrent eurent noms : Maoris, Polynésiens, Antillais, Caraïbes, Arawaks, Amérindiens, Moluques, Canaques, Aborigènes. A la suite de grands malheurs, certains d’eux disparurent à jamais. Alors que dans les pays insulaires, nous apercevrons, au hasard des rencontres, des Japonais, des Fidgiens, des Néo-Zélandais, des Réunionnais, des Mauriciens, des Javanais, des Tahitiens, des Hawaïens. Parfois les cyclones rappellent la colère et la puissance des dieux, mais lumière, lumière... Là tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté. Quelle est la plus belle ? Comment répondre à cette question ? Pour les uns, ce sera toujours la dernière abordée, pour les autres la prochaine à découvrir, pour quelques amoureux, ayant posé leur sac à terre, celle-ci sera l’élue.

 Face aux Antilles parfumées de rhum et de vanille, n’est-ce pas enfin notre vieux continent qui se profile, n’est-ce pas l’Europe ceinte, entourée de ses filles rebelles, véritable patchwork de beauté elle aussi ? Des îles Féroé à l’Islande, des Scilly aux belles Anglo-Normandes où Herm la douce côtoie Sark la fière, des Chausey annonçant Tomblaine, de Sézembre à Bréhat parée de granit rouge, effluves de bruyère et senteurs d’ajonc, voilà la côte des vents où la terre finit. Faut-il s’arrêter au Golfe du Morbihan, parmi un chapelet d’îlots dans lequel s’engouffrent les courants, certes l’étape sera périlleuse. Se poser à Houat ou s’ancrer à Houedic, poursuivre son itinéraire jusqu’à la perle, l’unique : Belle-Ile. Trop de superlatifs pour décrire sa splendeur. Après ce long voyage, pourquoi pas Noirmoutier et Ré, plus bas Madère, les Canaries... Mais même en cent ans, nous n’aurons pas le temps, nous n’aurons pas le temps !

Puisque ces îles innombrables nous donnent le tournis, pourquoi ne reviendrions-nous pas à nous-même ? Chacun n’a-t-il pas son île intérieure ? Chacun ne possède-t-il pas son insularité ? Comme l’île s’abrite derrière ses plans d’eau, nous préservons notre intimité derrière des apparences souvent trompeuses. L’île est un monde de silence et le silence est notre île. Alors reprenons le cours de nos rêves, reprenons la voie de nos songes. La plus belle île restera toujours inaccessible, car lieu d’un ultime voyage, car destinée imprévue, désir de transgression, terre toujours espérée et jamais atteinte. Oiseaux migrateurs dans le temps qui voit défiler nos jours comme des paysages, nous sommes en attente et en espérance de cette ultime étape où reposer nos ailes.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • italiasempre 22 février 2009 00:37

    Bonsoir Armelle,

    Joli article. Apaisant. smiley


    • benalgue 22 février 2009 10:24

      bonjour,
      étant un amoureux des îles pour y avoir vécu quelques temps en asie et dans l’ocean indien, c’est tout naturellement le premier article que j’ai lu aujourd’hui sur agora....ma première impression est que le poème est beau....ensuite le texte magnifique....puis j’ai lu le cv de l’auteure est je comprends mieux pourquoi....jolie plume et une qualité rare d’écriture sur agora....à bientôt vous relire


      • benalgue 22 février 2009 10:42

        le bouddha comparait déjà l’homme à une île.....chaque personne est comme une île seul au milieu des agitations de l’existence....et c’est à lui de rester au dessus dess flots et des tourments.....
        bien sur l’on peut se créer une île un monde idéal dans sa tête....mais une île c’est un peu un jardin d’eden ou avec une petite culture vivrière et la pêche on retourne à l’essentielle...et moi j’avais décié de faire de mes rêves une réalité et je n’ai jamais été déçu....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires