• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Les Laënnec : esclavage et stéthoscope

Les Laënnec : esclavage et stéthoscope

La Bretagne n’avait pas particulièrement vocation à devenir la première région française du « commerce triangulaire » autrement dit de la « Traite des Nègres ». Mais au début, ce trafic sera bien breton avec prédominance de Nantes qui, au milieu du XVIIIe siècle, effectue plus des deux tiers de toutes les expéditions négrières françaises.


Des Laënnec, on connaît surtout le fils, célèbre médecin et inventeur du stéthoscope. Rendons-lui justice : sans lui, le père aurait été encore plus ignoré des historiens. Mais c’est du père, Théophile-Marie Laënnec, dont il sera question dans cet article, un des rares bretons à s’être dressé contre les esprits de son temps qui banalisaient l’esclavage. Ce trafic inhumain florissait en Bretagne et pas seulement à Nantes où des familles comme les Mosneron s’enrichirent de façon spectaculaire. Les navires nantais transportaient des Noirs aux Antilles. Ces Noirs étaient acquis moyennant d’autres marchandises, en particulier des toiles de coton des Indes. Puis, dans les îles, ils étaient vendus, ce qui permettait de charger les navires de café, de tabac et surtout de sucre.

Dans la famille Laënnec, demandez le père !

Un sacré personnage ce Laënnec père ! Grand et robuste, Théophile-Marie Laennec, se fait autant remarquer par ses coups de colère que par sa science du droit. Exerçant la profession d’avocat, il est connu pour maîtriser l’art de l’éloquence, mais qu’il met peu au service de son travail, préférant les lettres et la philosophie. Il émaille ses plaidoiries de citations grecques et latines. Il aime aussi taquiner la Muse, autant que le jupon !

Son mariage et la naissance de son petit René-Théophile (le futur inventeur du stéthoscope donc si vous suivez...), Théophile-Marie ne devient pas plus raisonnable. Son épouse étant décédée en accouchant d’une fille mort-née, il sera délivré de la charge de sa progéniture par le conseil de famille qui la confie à son frère prêtre. Comme Rousseau, l’un de ses maîtres à penser, il n’assumera donc pas la charge de ses enfants. Le voici qui s’intéresse très vite aux débuts de la Révolution et qui s’amourache d’une jeune fille. En 1795, il épouse une riche veuve aristocrate qu’il a sortie de prison en plaidant au barreau pour sa défense.

Mais ce diable d’homme n’avait pas que des défauts. En pleine Révolution, il prend position en faveur des nobles et des prêtres réfractaires ! Il fut surtout l’un des seuls Bretons du XVIIIe siècle à s’insurger contre la traite des Noirs, sans feinte, sans complaisance. Il s’est opposé sans ménagement aux lois en vigueur dans ses réquisitoires de justice, alors que les mentalités de l’époque admettaient le trafic négrier comme nécessaire aux colonies.

Laënnec père était-il une conscience isolée, un franc-tireur à part contre l’esclavagisme ?

On a cru que le poète Tristan Corbière avait dénoncé la traite de Noirs. Il n’en est rien. Ses textes sont ambigus à ce propos. Il n’y avait pas de mauvaise conscience à l’époque à se livrer à ce trafic. Le meilleur alibi moral était de se dire que la traite était encouragée par la loi et l’Etat. A Quimper, la ville de Laënnec, les jésuites avaient cependant de l’influence sur l’élite intellectuelle. Ils étaient opposés à l’esclavage. Malgré tout, ce qui domine c’est le règne de "consciences impuissantes", en particulier chez les marins qui restent sourds aux idées abolitionnistes de Laënnec et de ses amis. "Combien n’est-il pas plus naturel de penser que le coeur doit s’abâtardir, les bons principes se dépraver dans ce trafic honteux", disait Laënnec à propos des travailleurs de la mer. Le célèbre navigateur Joseph de Kerguelen, premier explorateur des terres australes et qui leur donna son nom, était farouchement opposé à Laënnec, bien qu’il fut lui aussi Quimpérois (de Landudal, tout près de Quimper) et qu’il subit les mêmes influences abolitionnistes, celle des jésuites et des francs-maçons.

Alors Quimper était-elle une cité ouverte aux Lumières comme le laisse penser la personnalité de Laënnec père qui était un fervent admirateur de Jean-Jacques Rousseau et comme le déclare Cambry, préfet du Finistère sous la Révolution, ou bien n’y régnait-il qu’une étroite minorité de gens cultivés et éclairés ? La question reste en suspens pour les historiens. Reste que Théophile-Marie Laënnec, père du célèbre médecin, aura été un humaniste d’une insatiable curiosité pour les lettres, désintéressé par la religion et non anticlérical sous la Révolution, un poète aimant à versifier dans sa vie privée comme dans ses activités professionnelles. Un individu humain en somme.


Moyenne des avis sur cet article :  3.9/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • La Taverne des Poètes 2 janvier 2008 11:26

    Cet article est le prolongement de mon précédent sur l’esclavage : « L’esclavage, un sujet Glissant » :

    http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=33546


    • docdory docdory 2 janvier 2008 15:55

      @ La Taverne

      Certes , le Dr Laënnec fut l’inventeur du sthétoscope , mais , bien plus , il fut l’inventeur de la « méthode anatomo-clinique » , qui consistait à recueillir avec la plus grande précision les symptômes ( sthétacoustiques et autres ) des maladies , et , une fois le patient mort ( ce qui arrivait fréquemment à cette époque ! ) , d’en faire l’autopsie afin de voir à quelles lésions internes correspondaient les symptômes observés . On peut dire qu’il est l’inventeur de l’anatomo-pathologie et de la médecine moderne . Il y a eu la médecine avant Laënnec ,et la médecine après lui ! Un des plus grands médecins de tous les temps ....

      http://www.ch-cornouaille.fr/doc/laennec.htm


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 2 janvier 2008 16:18

        TDP, bonjour, sais-tu que tu es hors-la-loi, les flics vont venir chez toi bientôt ?


        • La Taverne des Poètes 2 janvier 2008 18:05

          ................ ???


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 2 janvier 2008 20:09

          Si on lis ton CV, il y a marqué que tu héberges

          deux-sans papiers !

          Je vais le dire à Hortefeux


        • La Taverne des Poètes 2 janvier 2008 20:21

          Finis ton café d’abord !


        • La Taverne des Poètes 2 janvier 2008 20:23

          Toi, t’es déjà caché.


        • Simplet (---.---.139.126) 2 janvier 2008 20:47

          L’esclavage a toujours été et malheureusement reste toujours la honte de notre humanité.

          Cependant pour réaliser une chaîne d’esclavage il faut trois éléments : un acheteur, un vendeur et une marchandise. Sans vendeur il n’y a pas d’acheteur. Qui était le vendeur : le chef local qui vendait ses frères de race pour quelques pacotilles. Si malheureusement l’esclavage est toujours la honte de notre humanité c’est que la République islamique de Mauritanie a promulgué trois lois contre l’esclavage depuis 1960. Pourquoi ? Au Maroc, les palais de Meknès, au temps de Louis XIV ont été construits par les esclaves capturés sur les bords de la Méditerranée, en particulier des européens. Le dernier marché aux esclaves a été fermé au Maroc en 1920. Les acheteurs n’étaient pas européens. Il encore temps de remettre les choses à leur place et de continuer à combattre toute forme d’esclavage y compris les employés en situation irrégulière et donc bon marché et même aussi parait-il les employés asiatiques de certains emirs.


          • La Taverne des Poètes 2 janvier 2008 21:58

            Une illustration du devoir de résistance : mon premier article sur « Cent papiers » : http://www.centpapiers.com/Une-illustration-du-devoir-de,2718


            • hurlevent 2 janvier 2008 22:35

              C’est quoi le rapport de ce commentaire avec le sujet de l’article ?


            • La Taverne des Poètes 2 janvier 2008 22:55

              Le commentaire est en rapport avec l’auteur de cet article.


            • La Taverne des Poètes 2 janvier 2008 22:14

              Philippe Bilger a publié un article par lequel il range définitivement l’esprit de résistance (sans majuscule) au rang de pitrerie, choisissant à dessein une petite phrase prononcée par un comique de gauche. J’affirme, au contraire, que résister est le devoir de l’homme -et de la femme- libre et qu’en ce sens résister est noble...

              Lire la suite sur « Cent papiers » ! http://www.centpapiers.com/Une-illustration-du-devoir-de,2718


              • petikek (---.---.163.160) 3 janvier 2008 01:13

                Laennec ne s’écrit pas avec un tréma sur le « e »... Erreur orthographique courante...


                • petikek (---.---.163.160) 3 janvier 2008 01:17

                  Erreur d’autant plus étonnante qu’elle est faite par un Quimpérois... Ma doue ! smiley


                • (---.---.101.171) 3 janvier 2008 01:25

                  mais Douë avec le tréma ?


                • (---.---.101.171) 3 janvier 2008 01:31

                  ou avec l’accent aiguë : Doué


                • (---.---.101.171) 3 janvier 2008 01:22

                   smiley smiley smiley smiley smiley smiley  smiley


                  • Bulgroz 3 janvier 2008 07:01

                    Monsieur le Peteux des cavernes,

                    En lisant votre CV, je comprends que vous etes en recherche d’emploi depuis pas mal de temps mais pensez vous en trouver en passant toutes vos journees sur Agoravox ?

                    Quelles sont vos competences exactement ?


                    • La Taverne des Poètes 3 janvier 2008 13:52

                      Sauvegarde ici de mon édito du 2 janvier 2008 :

                      La Réaction en marche, appelée « renaissance » par Nicolas XVI de l’Elysée-Vatican est une régression de la civilisation française. Le président des Français n’a pas à se réclamer du droit divin : sa seule légitimité est celle des urnes. Il n’a pas davantage à se faire passer pour une vedette car il doit respecter sa fonction. La démocratie est le gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple et non pas le gouvernement du peuple par les riches pour les riches.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès