• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Les meilleurs amis du monde » de Julien Rambaldi : l’éloge de la (...)

« Les meilleurs amis du monde » de Julien Rambaldi : l’éloge de la médiocrité

J’avais quelque peu déserté les salles obscures depuis Cannes comme vous l’aurez peut-être remarqué. Comme là où je me trouve actuellement l’offre cinématographique est plutôt restreinte, c’est vers « Les meilleurs amis du monde » que mon choix par défaut s’est porté.

Mathilde (Léa Drucker) et Jean-Claude (Pierre-François Martin-Laval) et leur fils sont invités à passer le week end dans la nouvelle maison de leurs meilleurs amis Lucie (Pascale Arbillot) et Max (Marc Lavoine) et leur fils. Suite à une erreur de manipulation de téléphone, Mathilde et Jean-Claude découvrent ce que leurs amis pensent réellement d’eux et vont leur faire payer.

« Les meilleurs amis du monde » est le premier long métrage de Julien Rambaldi, adapté d’une pièce de théâtre « J’aime beaucoup ce que vous faites » écrite par Carole Greep. Etrange sujet pour un premier film que cette variation cynique (et pour moi sinistre) sur l’amitié. Les personnages sont soit imbuvables, méprisants et méprisables, soit lâches et on ne comprend pas très bien comment une amitié a pu se nouer auparavant entre ces deux couples que tout sépare.

Sans doute était-ce censé être drôle mais je n’ai pas ri une seule fois tant les personnages sont caricaturaux et stupides, les situations surjouées, les lieux communs accumulés, le tout assaisonné d’une psychologie de comptoir : si Max se montre aussi sûr de lui et odieux c’est pour cacher ses faiblesses et ses doutes...

C’est finalement quand il prend le chemin du burlesque ou de la cruauté que le film devient plus intéressant mais il ne semble assumer ni l’un ni l’autre et se termine tel une série d’AB production en célébrant tout ce que tout le film s’est acharné à détruite : l’amitié . Le film s’achève en nous laissant le goût amer de son étrange morale : l’éloge de la médiocrité. Quant à mêler rire et larmes il faut s’appeler Chaplin pour savoir jouer de cette délicate partition et nous en sommes ici très loin...

 Marc Lavoine se voit affligé d’une moustache à la Hercule Poirot, Pascale Arbillot d’une perruque de Playmobil, pourtant aucun des acteurs ne démérite ni n’économise ses efforts, nous sauvant de l’ennui. Léa Drucker est toujours aussi incroyablement juste.

 Une scène de dîner qui se veut incisive est complètement ratée tant elle était attendue et prévisible. Revoyez plutôt le film ci-dessous dont les auteurs (Jaoui, Bacri, Klapisch) savent toujours rendre touchantes les faiblesses de leurs personnages.

 

un air de famille extrait

Suivez également les autres blogs in the mood : In the mood for Cannes, In the mood for Deauville et In the mood for luxe.


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • deuxclaques 17 juin 2010 11:09

    Comment peut on être aussi débile que cette Sandra M. Ce film est un divertissement comme peut l’être une comédie Américaine sympa. Encore une critique qui se met en avant sans même considérer ce qu’elle regarde... Aie, aie, aie !
    Ce film est super sympa, pas prise de tête, et très touchant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires