• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Les menteurs » Chevallier & Laspalès en humour so british (...)

« Les menteurs » Chevallier & Laspalès en humour so british !

Pas si fourbes que çà, les deux compères mais plutôt bien empêtrés dans leur désir d’accomplir une mission délicate sans susciter le désarroi.

JPEG - 42.5 ko
LES MENTEURS
photo © Bernard Richebé

Blunt & Gobble, deux bobbies en charge d’annoncer une mauvaise nouvelle le soir de Noël vont se trouver embringuer, à l’insu de leur plein gré, dans une suite de quiproquos farcesques.

Hésitant à appuyer sur le bouton de sonnette du pavillon où un couple de parents âgés attendent l’arrivée de leur fille venant passer le réveillon avec eux, les deux policiers tardent l’entrée en matière tragi-comique jusqu’à ce que les évènements décident, à leur place, pour eux et les propulsent à l’intérieur du sweet home.

Commencera alors un jeu de poker menteur où l’objectif sera sans cesse de ménager l’apparente vérité des faits en esquissant des pas de côté.

A l’instar des frasques du vaudeville, l’humour anglais s’y développe en faisant conjuguer la causticité avec un ton surréaliste à saborder toute tentative d’approche cartésienne.

Tels deux poissons plongés dans leur bain originel, Chevallier et Laspalès s’amusent avec la transgression de l’invraisemblance comme les deux gamins des bandes dessinées d’antan, Quick et Flupcke, qui seraient devenus à leurs tour policiers par inadvertance.

Jean-Luc Moreau est constamment présent pour leur tendre la main de l’absurde comme le ferait un guide attentif à harmoniser ce duo Dupont-dupond avec les cinq partenaires qui les entourent au mieux des situations grand-guignolesques récurrentes, a volo.

L’intérêt, bien compris, du spectateur est alors de larguer les amarres et tout ce qui pourrait le rattacher à une logique ordonnée, car la loi du genre ne peut supporter de demi-mesure de sauvegarde au risque de rester le postérieur entre deux chaises mentales.

Nul besoin de s’esclaffer à toutes les facéties des protagonistes mais, néanmoins, si le sourire pouvait s’installer durablement, le pari serait en soi largement gagné car, dans cette adaptation de l’esprit anglais, il y a de toutes évidences beaucoup de verrous culturels à dynamiter de l’intérieur.

A ce titre, Philippe Chevallier et Régis Laspalès pourraient fort bien, vis-à-vis du public francophone, jouer un rôle de passerelle vers cet imaginaire burlesque, lui paraissant, a priori, quel que peu abscons.

photo © Bernard Richebé 

LES MENTEURS - **.. Theothea.com - de Anthony Nelson - mise en scène : Jean-Luc Moreau - avec Philippe Chevallier, Régis Laspalès, Antoinette Moya, Roger van Hool, Sophie Gourdin, Bruno Chapelle & Nell Darmouni - Théâtre de la Porte saint-Martin 


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Alex Alex 23 novembre 2012 17:35

    Votre article arrive un peu tard :
    « Faute de succès, la comédie Les Menteurs avec Philippe Chevallier et Régis Laspalès s’arrête plus tôt que prévu. »
    (il y a 6 heures)


    • Theothea.com Theothea.com 24 novembre 2012 03:12
      Cette chronique théâtrale concernant « Les menteurs » a été rédigée le 27 septembre 2012 et mise en ligne quelques jours après sur Theothea.com. 
      Sachant que cette pièce aurait du être à l’affiche toute la saison 12-13, nous souhaitions la publier sur Agoravox peu avant Noël puisque l’histoire se déroule à cette époque de l’année.
      L’arrêt de cette pièce mise en scène par Jean-Luc Moreau est désormais annoncé pour après les fêtes de fin d’année. Ce qui laisse, quand même, plus d’un mois aux spectateurs qui le souhaitent pour assister à l’une de ses prochaines représentations….
      JM / Theothea.com


    • magma magma 28 novembre 2012 21:59

      jolie publicité... vu chevallier lespales en spectacle... au secourt !! heureusement que j’avais des places gratuites, sinon je me levais debout sur le strapontin et je demandais si on se fouttais de la gueule du monde. Je doute que les voir dans une pièce soit hillarant (ils avaient comis « ma femme s’appelle maurice ».. tiens ca me donne une idée

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires