• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Les nouvelles brèves de comptoir au Théâtre du Rond-Point

Les nouvelles brèves de comptoir au Théâtre du Rond-Point

Du Théâtre Tristan Bernard en 1994 jusqu’au Théâtre du Rond-Point en 2010, en passant par le Théâtre Fontaine en 2000, Jean-Michel Ribes a toujours organisé les « brèves » récoltées par Jean-Marie Gourio de manière structurée, d’abord en différentes étapes d’une même journée, puis autour des quatre saisons et aujourd’hui, en fonction des sept jours de la semaine.

Ainsi, peuvent se rencontrer la multiplicité des personnages d’un bistrot imaginaire, dont plus que jamais le zinc est la vedette.

Celui-ci, tel un manège enchanté ou non, se déplace sur les planches selon les modalités de la scénographie conçue de façon à créer des tableaux thématiques où se regroupent des moments de vie universelle.

Si l’alcool imprègne la logorrhée collective, c’est pour mieux en décortiquer l’actualité vue à travers le filtre du bon sens populaire.

Si l’ivresse fait tituber certains habitués, c’est pour qu’au jeu de rôles correspondent les clichés de fulgurance créatrice de bons mots à la hauteur des mauvais maux servis par l’existence.

Jean-Michel Ribes fait s’enchaîner les répliques, à la queue leu leu, alors que rien ne semble les distinguer les unes des autres si ce n’est l’observation associative du spectateur qui, ainsi, peut y faire son marché, au gré de son propre jeu de l’esprit.

Très souvent alignés sur un même plan cinématographique, les protagonistes renvoient à la salle une image participative dont personne n’aurait la clef mais sur laquelle tous peuvent y reconnaître une projection identitaire plus ou moins familière.

Agissant tel un patrimoine national dont Jean-Marie Gourio serait l’archéologue consciencieux et Jean-Michel Ribes, le spéléologue méthodique, ces nouvelles brèves se constituent en théâtre d’ombres où, à l’instar de la caverne platonicienne, la réalité du monde parvient codée à ceux qui souhaiteraient la déchiffrer.

Pour les autres, le très beau décor de Jean-Marc Stehlé pourrait se savourer comme une madeleine dégustée en empathie harmonique avec les interrogations dialectiques d’Amélie Poulain.

Toutefois, l’accumulation des brèves durant cent minutes et leur récurrence jusqu’à plus soif pourraient menacer la vigilance critique mais l’attention latente doit agir comme celle du psychanalyste qui sait saisir, au bon moment, l’élément déterminant du discours de l’analysé dans ce qu’il a de signifiant, concernant ici, en l’occurrence, la société.

Bravo, donc, aux huit comédiens qui sont, en quelque sorte, les porte-parole de nos contemporains, scannés à leur insu.

photo © Cat.S / Theothea.com 

LES NOUVELLES BREVES DE COMPTOIR - *** Theothea.com - de Jean-Marie Gourio - mise en scène : Jean-Michel Ribes - avec Alban Casterman, Laurent Gamelon, Annie Grégorio, Patrick Lagardes, Chantal Neuwirth, Marcel Philippot, Alexis Ribes & Hélène Viaux - Théâtre du Rond-Point


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • kitamissa kitamissa 7 avril 2010 13:42

    à tous,offrez vous le bouquin « 10000 brêves de comptoir » de JM Gouriot ,franchement,on se régale ! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès