• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Les Précieuses ridicules » de Molière au Vieux-Colombier

« Les Précieuses ridicules » de Molière au Vieux-Colombier

Quand Jean-Marie Bigard ose Le Bourgeois Gentilhomme en jogging fluo version rap de banlieue, certains crient au sacrilège en fustigeant les outrances d’une relecture démagogique là où, néanmoins, d’autres plus intuitifs perçoivent que les syncopes de l’air du temps peuvent aussi insuffler du feeling à des alexandrins qui se mettent alors à balancer des vannes incisives grâce auxquelles ils agissent en pourfendeurs de l’hypocrisie collective.

Ce énième degré de la dérision a ses vertus autant que ses écueils ; aussi pourvu qu’il soit dirigé d’une main de fer sachant à coup sûr où Molière voulait toucher juste, il est pertinent que Muriel Mayette, l’administrateur général des trois salles de la Comédie-Française ait souhaité, à son tour, que l’une d’entre elles s’essaye à déverrouiller les règles conventionnelles pour faire surgir un spectacle phénoménal, tel une bombe à anticipations.

De toute évidence, Dan Jemmett était le metteur en scène qu’il fallait au Vieux-Colombier pour dynamiter de l’intérieur toute la préciosité du patrimoine, en pleine conscience que le ridicule n’a jamais tué quoi que ce soit.

Aussi, en un acte et huit personnages servis par six comédiens à parité du masculin au féminin, un show psychédélique digne des "Blues Brothers" surgit en un cabaret à front renversé des âges si ce n’est des sexes, pour des numéros d’acteurs que La Cage aux folles n’eût pas osé espérer en bonus.

Catherine Hiegel et Andrzej Seweryn mènent de concert Les Précieuses ridicules au tempo effréné d’un bal des vanités que Catherine Ferran et Serge Bagdassarian ne cessent respectivement de tirer à hue et à dia.

En père tourneboulé par les modes, Pierre Vial tente de maintenir coûte que coûte le cap d’une bourgeoisie en quête du bon parti.

En Mme Loyal, Véronique Vella tire les marrons du feu qu’une excellente médiatrice se doit de servir aux exigences des parvenus du grand monde, que celles-ci soient feintes ou non.

Vues en perspective depuis le canapé blanc à tout négocier, trois cabines d’essayage donneront le change à des tours de passe-passe que l’énergie des illusions figera en autant d’arrêts sur images d’ego en rut.

Au final, Molière y trouvera largement son compte, car la salle se sera tellement esclaffée durant une heure un quart qu’il serait vain de faire semblant de s’offusquer alors que cette mascarade aura respecté à la lettre le texte et l’esprit des Précieuses.

Visuel © Cat.S

Les Précieuses ridicules - *** Theothea.com - de Molière - mise en scène : Dan Jemett - avec Catherine Ferran, Catherine Hiegel, Véronique Vella, Andrzej Seweryn, Pierre Vial, Serge Bagdassarian - Vieux-Colombier -


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (8 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès