• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Les premiers romans

Les premiers romans

Je m'intéresse beaucoup aux écrivains contemporains et surtout à ceux qui sortent leur premier livre.

Si l'on excepte les livres mal écrits, tous les autres ont leurs partisans et leurs détracteurs et il est difficile de les départager.

J'ai pour ma part bien aimé « l'odeur des planches » de Samira Sedira qui pour son premier roman réussit à nous intéresser et nous émouvoir...

JPEG« l'odeur des planches »

roman de Samira Sedira

éditions la brune en rouergue

mars 2013

Les invisibles


 

Quand l'héroïne rencontre son patron dans la rue, il ne la reconnaît pas.

JPEGC'est pourtant elle qui nettoie son appartement, vide les nombreux cendriers, lave la vaisselle qui trempe dans l'eau croupie.

C'est ainsi, certains sont invisibles et pourtant ils existent, ont une personnalité, une vie, une intelligence et une sensibilité comme tout le monde.

Née en Algérie, elle est arrivée en France avec sa mère pour retrouver son père durant la période des « 30 glorieuses ».

La vie est difficile, la début commence dans un hôtel miteux mais très vite, comme la France manque de bras, le père OS ( ouvrier spécialisé) a un travail donc il finit par trouver un logement à La Ciotat.

Son père et sa mère ne se sont pas choisis, c'est un mariage arrangé, imposé et l'héroïne est née de cet accommodement où n'existe ni caresses, ni gestes tendres, mais c'est la vie d'alors.

« Aujourd'hui quand l'un s'absente l'autre peine à trouver le sommeil. Ils sont attachés l'un à l'autre par un lien étrange, construit année par année, sur les ruines de l'exil et de l'adversité, les sanglots et les nuits blanches, l'humiliation, et l'espoir aussi, le mythe entretenu d'un retour, la carotte des exilés. »

On peut juger aujourd'hui, ;

N'oublions pas que ces mariages arrangés existaient aussi en France !

Si aujourd'hui tout cela a changé dans notre pays et si les femmes ont pu avoir enfin des droits c'est parce que les féministes se sont mobilisées.

Notre petite fille grandit, elle poursuit des études et devient comédienne.

C'est la « consécration », du travail, des revenus, une rencontre amoureuse qui surprend sa mère , une vie de couple avec la naissance d'un petit garçon.

Elle passe de l'ombre à la lumière jusqu'au jour de la chute avec la perte de son travail, la fin des indemnités chômage.

Il faut vivre, ce sera une nouvelle vie qui va commencer , l'actrice va devenir femme de ménage et retrouver les souvenirs de son enfance, la dure vie de ses parents et notamment de sa mère qui, non « intégrée » passait sa vie à gratter, à frotter.

L'écriture de ce roman est fine et l'auteure nous invite à nous interroger sur le destin et la vie de ceux et de celles qui sont victimes de la crise.

L'existence n'est pas une rivière calme du moins pour certains, si l'énergie et le talent constituent des armes, le combat est difficile et inégal.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • CHALOT CHALOT 17 juin 2013 13:39

    Les trolls passent, survolent et votent contre.

    Il est vrai que cette histoire raconte l’histoire d’une femme née en Algérie

    • Berkano Othala 17 juin 2013 15:58

      Bonjour Chalot .

      Je ne partage pas toujours certains sujets de société que vous proposez au débat ,
      Par contre j’ai lu d’autres articles de vous sur votre amour des livres , et là ça le fait !
      vous savez faire parler les pages .Je vais souvent dans la Loire (42), et dans un petit village qui s’appelle Boen sur Lignon, il y a un salon du livre, et beaucoup de premiers auteurs, .
      Mon amie a écrit un livre sur un ethnologue local haut en couleur, il a eu un petit succès local .

      Merci à vous de mettre la lumière sur nos nombreux citoyens qui créent ou racontent un destin
      et le faire partager .

      Les livres changent les hommes,et c’est pour cela que nos politiques font tout pour les dévaluer, l’argent est le seul papier qui les interessent, les nombres au profit des lettres
      la croissance aux dépends de l’élévation

      Encore merci Chalot


      • béatrice 18 juin 2013 15:25

        Merci , une bonne et belle surprise que votre article, aussi en marge que la place des livres sur ce forum !


        • avshareli avshareli 19 juin 2013 11:52

          Merci Chalot pour ces quelques mots à propos de ce premier roman. Je vais de ce pas me le procurer... le lirai et vous dirai :)
          Je partage votre passion pour les premiers écrits, romans et recueils de poésies. Si quelques uns de mes avis vous intéressent , vous pourrez les trouvez ici :
          http://avshareli.canalblog.com/
          Merci encore

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires