• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Les Revenants » en manège obsessionnel des Amandiers

« Les Revenants » en manège obsessionnel des Amandiers

Pièce précédant de peu l’avènement de la psychanalyse, ces « revenants » ont le goût de fantômes spectraux, hantant l’inconscient familial, avant que celui-ci ne se structure en champ d’investigation libidinal.

JPEG - 30.9 ko
LES REVENANTS
photo © Mario Del Curto

Ainsi, dans la famille Alving, il y a la mère dépositaire, jusque-là muette, d’un maillage relationnel biscornu mais conservé secret, tout en étant à l’origine manifeste des tourments des uns et des autres.

Sur la scène des Amandiers, chacun des membres, qu’il soit légal ou officieux, se confie, tour à tour, sur le mal de vivre qui s’est, peu à peu, emparé de son existence, sans qu’il puisse en mesurer les tenants et les aboutissants.

Cependant, les failles du système défensif laisseront apparaître progressivement que le père, caractériel et alcoolique, a mis enceinte la bonne accouchant de Régine qui, elle-même devenue jeune fille, s’est mise, pareillement par la suite, au service de cette famille.

Le retour inopiné à la maison, du fils en grande détresse morale et physique, permettrait néanmoins d’envisager la perspective opportune d’une prochaine union entre lui, Oswald (Eric Caravaca) et Régine (Mélodie Richard), dans l’ignorance tous les deux de leur filiation au même père, désormais disparu.

Puisque ce n’est pas le Pasteur Menders (François Loriquet), ami assidu de la famille et souverain protecteur des convenances formelles à respecter, qui aurait l’initiative heureuse d’éclaircir ce réseau de perversions et autres tabous fondateurs, c’est donc la Mère (Valérie Dréville), tourmentée au plus haut point par ces enjeux existentiels la dépassant complètement, qui devra se coltiner avec une prise de conscience collective, rendue désormais, absolument inéluctable.

Thomas Ostermeier choisit d’emmener ses comédiens sur ce manège d’enfer, en installant précisément une vaste tournette scénographique qui, au risque de provoquer le tournis obsessionnel, y compris celui des spectateurs, devrait « essorer » les cinq protagonistes sur scène, afin de les rendre aptes au transfert thérapeutique… juste quelques années avant que, ironie de la destinée, Freud innove avec l’association libre... privilège de la psychanalyse !

photo © Mario Del Curto

LES REVENANTS - **.. Theothea.com - d'Henrik Ibsen - mise en scène Thomas Ostermeier - avec Eric Caravaca, Valérie Dréville, Jean-Pierre Gos, François Loriquet & Mélodie Richard - Théâtre des Amandiers Nanterre

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès